Franck Cammas grièvement blessé lors d’un entrainement en GC32

Franck Cammas, le skipper de Groupama Team France (l’équipe française engagée sur la prochaine America’s Cup) s’est grièvement blessé cette après midi en baie de Quiberon.
Le skipper et son équipe s’entrainaient sur les deux catamaran GC32, lorsqu’il est passé par-dessus bord comme l’a indiqué le team :
«Lors du départ de l’une des manches de préparation, dans un vent d’une vingtaine de nœuds, et alors qu’il était à la barre, le champion passait par dessus bord et heurtait le safran de sa jambe droite alors que le catamaran à foils était lancé à pleine vitesse. »
Franck Cammas souffrirait d’une section partielle du pied, il a été dans un premier temps pris en charge par le bateau de sécurité de l’équipe puis  transféré à terre et héliporté vers le CHU de Nantes.

Une étape des Louis Vuitton America’s Cup World Series en France en 2016

Une étape des Louis Vuitton America’s Cup World Series devrait avoir lieu en France en 2016, l’information est donnée sur Cup Legend.
Celle-ci aurait lieu en septembre 2016, Lorient, La Rochelle, Marseille et Toulon pourraient accueillir l’événement, mais Marseille et Toulon avaient déjà été évoqués par Vincent Borde lors d’une conférence organisée par Eurolarge en octobre.

© ACEA 2015 / Photo Gilles Martin-Raget

© ACEA 2015 / Photo Gilles Martin-Raget

Par ailleurs Groupama Team France devrait débuter ses entrainements en GC32 la semaine prochaine à l’ENV. Franck Cammas renforce son équipe navigante avec l’arrivée d’Adam Minoprio, de Nicolas Heintz, Olivier Herledant, Thomas Lebreton,  et d’Hervé Cunningham.
Arnaud Psarofaghis, le tacticien du team français devrait quitter l’équipe en fin d’année.

America’s Cup World Series Bermudes : Artemis vainqueur, Groupama Team France très en retrait

Le Louis Vuitton America’s Cup World Series des Bermudes, dernier événement de la saison 2015, n’aura duré que le temps de trois régates dimanche, la journée de samedi ayant été annulée faute de vent.

Les six teams engagés avaient cependant disputé une manche d’exhibition samedi dans le tout petit temps, avec une victoire de Groupama Team France. Ce qui laissait espérer le meilleur pour l’équipe française, hélas les choses ne sont pas passées comme la veille.

Les conditions étaient médiums avec une dizaine de noeuds de vent (la fourchette de vent pour lancer une course étant de 6 à 25 noeuds).

Sur la première manche, Artemis racing prenait la tête sur le premier bord, les français peinaient à foiler et se retrouvaient déjà distancés à la première bouée. Sur les bords suivants Artemis parvenait à maintenir son avantage suivi par les habituels top teams Ben Ainslie Racing, Oracle Team USA et Emirates Team New Zeland. Japan Softbank faisait un beau retour ensuite et parvenait à passer les kiwis. Oracle Team USA comblait également son retard sur le leader et passait le catamaran suédois dans les derniers mètres, BAR prenait la 3ème place devant Softbank, ETNZ et Groupama Team France.

 

 

Le seconde manche était retardée, suite à un incident durant la procédure de départ. Un bateau umpire venant s’encastrer sous l’AC45 d’Artemis racing. Les dégâts sur le bateau (bris du bout dehors et de la martingale) étaient finalement réparables et permettaient à l’équipe de poursuivre la journée de courses.

Les suédois parvenaient même à prendre la tête de la flotte au départ et infligeait une pénalité à Oracle Team USA, les français étaient de nouveau relégués à l’arrière du peloton. BAR faisait un superbe retour sur le 3ème bord mais perdait son avantage à la bouée en devant laisser la priorité aux suédois. Les anglais peinaient sur cette manche et se faisaient passer par Franck Cammas et ses hommes.
Artemis remportait cette manche, ETNZ terminait 2nd, Japan Softbank 3ème devant Oracle Team USA, Groupama Team France et Land Rover BAR.

 

Sur la dernière manche, Oracle devait laisser la priorité à Artemis et se retrouvait arrêter avant la ligne, fermant la marche. Franck Cammas et Groupama Team France prenait un joli départ mais étaient rapidement passés par Japan Softbank. Oracle revenait rapidement dans le match, alors que les français écopaient d’une pénalité en passant hors des limites du parcours.
Emirates Team New Zealand faisait la course en tête devant Land Rover BAR, Dean Barker sur le bateau japonais prenait la 3ème place devant Artemis, Oracle et les français.

Artemis Racing remportait donc cet événement aux Bermudes devant Emirates Team New Zealand et Oracle Team USA. Groupama Team France aura été très rapidement mis en difficulté dans tous les compartiments (foiling, vitesse, stratégie), comme l’explique les membres du team.

Franck Cammas, barreur de Groupama Team France :  « Nous progressons par rapport aux premiers jours mais l’écart par rapport à nos concurrents est encore trop important. Nous manquons de vitesse en ligne droite, notamment vent de travers, mais nous faisons aussi des erreurs dans certaines manoeuvres et dans des choix stratégiques. Ce n’est pas une surprise dans la mesure où nous manquons clairement de jours de navigation mais nous devons réagir. C’est ce que nous allons faire dès la semaine prochaine en nous entrainant aux Bermudes avec l’équipe de Softbank Team Japan. Nous affrontons des équipes qui n’en sont pas à leur première Coupe de l’America. On doit donc être humble et travailler davantage. C’est comme cela que nous serons en mesure de les battre, pas avant ».

Bruno Dubois, Team Manager du défi français :  « On se met en place et il y a déjà une très nette amélioration depuis les épreuves de l’été dernier. Mais ce n’est pas encore suffisant. Il faut naviguer davantage, bouffer des heures et des heures d’entrainement pour que l’équipage soit au niveau des meilleurs. Mais nous avons une bonne équipe, des supporters du Club Team France enthousiastes et un partenaire titre, Groupama, qui sait mieux que quiconque ce dont est capable Cammas. A nous de faire ce qu’il faut pour ne décevoir personne ».

Classement général des LVACWS des Bermudes

  1. Artémis Racing, 52 points
  2. Emirates Team New Zealand, 50 points
  3. Oracle Team USA, 48 points
  4. Land Rover BAR, 44 points
  5. Sofbank Team Japan, 44 points
  6. Groupama Team France, 32 points

Cet événement clôturait la saison 2015 des Louis Vuitton America’s Cup World Series, Emirates Team New Zealand s’est montré le plus régulier, avec Peter Burling qui s’est rapidement adapté à l’AC45, ils remportent cette saison devant le defender Oracle Team USA, mené par James Spithill. Ben Ainslie se classe 3ème devant Artemis qui retrouve son niveau lors de cet ultime événement 2015. Softbank Team Japan termine 5ème devant Groupama Team France.

Classement général LVACWS 2015

  1. Emirates Team New Zealand, 122 points
  2. Oracle Team USA, 112 points
  3. Land Rover BAR, 109 points
  4. Artemis Racing, 105 points
  5. Softbank Team Japan, 100 points
  6. Groupama Team France, 82 points

 

 

 

Pas de régates à Portsmouth aujourd’hui/La retransmission des régates en France sérieusement bridée

Le comité de course des Louis Vuitton America’s Cup World Series avait décidé d’avancer l’heure des régates à 12 heures afin d’anticiper le renforcement du vent sur la zone de course. Hélas la limite des 25 noeuds établis était déjà dépassée, obligeant les AC45F à rester amarrés.

Cet première étape des Louix Vuitton America’s Cup World Series se sera donc résumée à deux courses de moins d’une demi heure, aucun jour de réserve n’étant prévu.

Le classement d’hier est donc le classement définitif avec une victoire à domicile pour le LAND ROVER Ben Ainslie Racing, devant les néo zélandais d’Emirates Team New Zealand et les américains, Oracle Team USA.

Le Groupama Team France termine à une belle quatrième place à égalité avec Softbank Team Japan qui devance Artemis racing, très décevant sur ces deux régates.

Cette annulation n’a pas manqué de faire réagir le skipper français du Groupama Team France. Franck Cammas ne conteste pas le bien fondé de cette annulation puisque des rafales de 30 noeuds associées à une houle ne permettaient pas une navigation en sécurité mais l’absence de jours de réserve pour couvrir d’éventuelles annulations. Ce point devrait être discuté avec les autres teams. Les français qui manquent de navigation sur le support espèrent avoir gain de cause, les entrainements sur l’AC45F étant très limités, l’équipage ne pourra pas s’entrainer avant la prochaine étape fin août à Göteborg.

Franck Cammas, skipper de Groupama Team France : « Il faudrait que l’on dispute davantage de courses, surtout quand on sait que les conditions météo se dégradent. C’est un point que nous allons aborder avec les autres skippers car c’est vraiment dommage de voir tout cet incroyable dispositif public et télévisuel ne servir que pour deux fois 30 minutes de course.
Nous ne pourrons malheureusement pas naviguer d’ici là (la prochaine étape à Göteborg) car le règlement l’interdit afin de limiter les coûts. On devra donc mettre à profit les cinq jours d’entraînement qui précèdent pour progresser. »

Autre point négatif, la couverture télévisuelle et sur le réseau internet de l’événement pour la France.
Canal + a acquis les droits, mais ne diffuse les régates qu’en différé sur Canal + Sport.

Plus surprenant, les internautes français n’ont droit qu’à une application payante de l’organisation de la Coupe de l’America facturée 8€, qui ne permet qu’un suivi de type tracker, sans commentaire et sans images en direct, ni même les replays des courses ou les meilleurs moments.

La chaine You Tube de l’America’s Cup est également vide de tout contenu intéressant dans sa version accessible depuis la France.

Ceci est d’autant plus incompréhensible que certains pays disposent du live et des replays via l’application officielle sans que les droits ne soient détenus par une TV (Nouvelle Zélande, Japon, Allemagne, Italie…), en Suisse et en Pologne les droits sont détenus par Canal + et les régates sont diffusées en direct sur les chaines du groupe.

Espérons que l’organisation desserre cet étau, le suivi de l’événement sans image vidéo risquant d’être problématique pour bon nombre de passionnés.

Résultats encourageants pour Groupama Team France sur la première journée des Louis Vuitton America’s Cup World Series

 
Résultats de la première journée de courses en flotte des Louis Vuitton America’s Cup World Series à Portsmouth :
Manche 1
1 Land Rover BAR
2 Oracle Team USA
3 Emirates Team New Zealand
4 Softbank Team Japan
5 Artemis Racing
6 Groupama Team France

Manche 2
1 Emirates Team New Zealand
2 Land Rover BAR
3 Groupama Team France
4 Oracle Team USA
5 Softbank Team Japan
6 Artemis Racing

Classement général provisoire des Louis Vuitton America’s Cup World Series :
1 Land Rover BAR 19 POINTS
2 Emirates Team New Zealand 18 POINTS
3 Oracle Team USA 16 POINTS
4 Groupama Team France 13 POINTS
5 Softbank Team Japan 13 POINTS
6 Artemis Racing 11 POINTS

Groupama sponsorise le Team France

Annonces en série pour les challengers de la 35ème Coupe de l’America. Land Rover a annoncé mardi son soutien à l’équipe anglaise de Ben Ainslie, qui devient Land Rover BAR.

Hier Franck Cammas, Michel Desjoyaux et Olivier de Kersauson ont pu dévoilé le nom de leur sponsor. A la surprise générale, Groupama, fidèle soutien de Franck Cammas poursuit l’aventure avec la Coupe de l’America. L’assureur fournira 80% du budget, soit 5 millions d’€ par an.

L’équipage devrait être majoritairement français. Bien que le futur AC48 soit grandement monotype, le Groupama Team France devrait faire appel pour le développement des foils et de leur système de contrôle à d’anciens membres de Luna Rossa. Une partie des données de l’équipe italienne qui s’est retirée de cette America’s Cup  devrait permettre à Groupama Team France de combler une partie de son retard sur les autres challengers.

L’équipe française espère aussi l’organisation d’une étape des America’s Cup World Series en France en 2016.

L’actualité de la semaine

  • Les Extreme Sailing Series vont adopter un catamaran à foils en remplacement du vieillissant Extreme 40. Le bateau restera monotype. Les organisateurs réfléchissent au format, soit faire courir les catamarans sans foils sur les plans d’eau très exigus ou alterner des journées de régate en « stade nautique » et d’autres sur plan d’eau « ouvert ». La date d’arrivée du nouveau monotype n’a pas été dévoilée.
  • La deuxième étape du Bullitt GC32 Racing Tour débute demain à Cowes, les conditions s’annoncent plus musclées qu’en Autriche. Les équipes enchaineront des parcours classiques sur le solent pendant 3 jours avant de terminer par le tour de l’île de Wight samedi.
    Le team américain ARGO, mené par jason Carroll fait son entrée sur le circuit, Ernesto Bertarelli prendra la barre d’Alinghi.
    L’équipe Spindrift racing a annoncé qu’elle ne participerait pas à cette épreuve suite à l’incident ayant impliqué le maxi trimaran Spindrift 2 lors de l’étape de la Volvo Ocean Race à Lorient.
Voile-Multicoques.com/Baptiste Morel

Voile-Multicoques.com/Baptiste Morel

  • Team France, challenger pour la 35ème Coupe de l’America tiendra une conférence de presse le jeudi 25 juin afin d’annoncer son partenaire principal.
    L’équipe menée par Franck Cammas, Olivier de Kersauson et Michel Desjoyaux  bénéficie déjà d’un accord avec le defender Oracle Team USA qui lui fournira le design de son premier catamaran AC48.

Oracle Team USA et Artemis s’entrainent-ils déjà en AC48 ?

Depuis deux mois, deux catamarans à foils naviguent dans la baie de San Francisco, l’un aux couleurs d’Oracle Team USA, l’autre aux couleurs de l’équipe suédoise d’Artemis Racing.
Ces catamarans sont jusqu’ici connus sous le nom d’AC45 Turbo.
Oracle Team USA a largement vanté les mérites de son AC45T (vitesses équivalentes à l’AC72, moindre coût) pour imposer le passage à l’AC48 il y a quelques semaines.

Les coques de ces deux bateaux diffèrent de celles des AC45 avec une forme plus évasée sur la partie supérieure afin de recevoir une barre à roue et un colonne de winch dans des cockpits. Les bras de liaison sont également différents tout comme le système de contrôle de l’aile qui revient désormais sur la colonne de winch.

© Balazs Gardi/Oracle Team USA

Par ailleurs ces deux catamarans possèdent désormais, comme sur les D35 et sur l’AC72 américain, une « coque » structurelle centrale reprenant les efforts du gréement.

Christian Karcher, spécialiste de la Coupe de l’America revient sur ces bateaux dans une vidéo, à voir ci-dessous.

Etant donné la faible différence de taille entre AC45 et AC48 (91cm) le doute sur la vraie nature de ces bateaux est permis. Modifier quasi intégralement un AC45 (coques et bras de liaison) ne serait pas forcément avantageux pour des équipes au budget quasi illimité.

Luna Rossa se retire de la 35ème America’s Cup

L’équipe italienne Luna Rossa a mis sa menace à exécution et se retire de la 35ème America’s Cup.

La décision a été prise suite à l’annonce de la nouvelle jauge pour la Coupe de l’America dévoilée avant hier par Oracle Team USA.
Les catamarans de 62′ (AC62) sont abandonnés pour des catamarans plus petits (dont la longueur n’est pas encore définie, entre 45 et 50′, le Defender ayant évoqué 48′ pour 26′ de large avec six hommes d’équipage).

© Luna Rossa

Les italiens estiment que ce changement est illégitime puisque la décision aurait dû être prise à l’unanimité des challengers, ce qui n’a pas été le cas.

Il semblerait également qu’une bonne partie des multicoques devienne monotype suite à ce changement de jauge. Luna Rossa d’insurge contre ce fait, que le team juge contraire à la tradition.

Le challenger italien aurait également fait des propositions pour contenir les coûts en conservant l’AC62 comme support mais celles-ci auraient été rejetées par le Defender.

L’équipe se réserve le droit d’entamer une procédure devant le comité arbitral de l’America’s Cup, mais celui-ci ne semble pas encore constitué. Par ailleurs le doute plane toujours sur l’organisation des America’s Cup World Series de juin à Cagliari.

Emirates Team New Zealand fait part de son dépit suite aux derniers événements et semble également s’orienter vers le comité arbitral suite à la perte des séries qualificatives d’Auckland.

Les langues continuent également à se délier suite à cette volte face de l’organisateur, on apprend ainsi que les néo zélandais avaient proposé en début d’année une taille de 54′ pour le bateau afin de réduire les coûts et de transporter les bateaux dans des containers, ce qui réduisait également le budget transport. Cette mesure aurait été soutenue par Oracle Team USA mais pas par les autres challengers.

Franck Cammas dévoile également dans le Télégramme qu’une bonne partie de ce nouveau catamaran devrait être monotype

Franck Cammas : « Ce n’est pas encore acté mais l’aile sera en grande partie monotype. Ensuite, sur la plateforme, ce n’est pas totalement défini mais il y aura énormément de parties monotypes. La seule liberté concerne les appendices et le contrôle des appendices. Et comme les bateaux volent, ce sera la partie la plus importante. »
L’intégralité de l’interview dans le Télégramme en ligne.

La recherche et la différence entre les bateaux ne devraient donc concerner que  la forme foils et des safrans ainsi que leurs systèmes de contrôle. Oracle Team USA aurait ainsi atteint 46 noeuds avec 16 noeuds de vent sur l’AC45 avec des foils optimisés.

Le Defender Oracle Team USA a donc fait le choix de miser sur les « petites » équipes.
A savoir Team France et Ben Ainslie Racing, qui n’ont pas encore de budget.
Il s’est délesté de Luna Rossa et possiblement de Team New Zealand, deux équipes emblématiques de la Coupe de l’America.

Le grand gagnant de ces arrangements avec le protocole est probablement Artemis Racing.

Le challenger suédois voit deux adversaires dangereux s’éloigner des phases qualificatives de la prochaine America’s Cup, et devrait sauf bourde architecturale sur son bateau s’assurer une place face à Oracle Team USA, étant donné l’avance prise face aux équipes restantes qui n’ont à l’heure actuelle pas de budget.

Nouveau rebondissement sur le bateau de la future America’s Cup

Le directeur commercial de la Coupe de l’America a communiqué il y a 48 heures sur un éventuel changement de bateau pour la prochaine Coupe de l’America qui doit se disputer en 2017 aux Bermudes.

Exit donc le catamaran AC62 (18,9m), le nouveau bateau pourrait être un 45′ (13,7m). Ce changement fait suite aux essais d’Oracle sur les actuels AC45 à ailes rigides.

Visuel de l’AC62 America’s Cup Event Authority

Ces catamarans monotypes qui avaient été utilisés pour les America’s Cup World Series et Youth America’s Cup lors de la dernière édition, le but était de permettre aux équipes d’appréhender le maniement d’un multicoque à aile rigide.

Depuis les catamarans ont été modifiés et équipés de foils et devaient courir de nouveau des America’s Cup World Series qui devaient débuter en juin 2015, les coques la voilure et les foils devaient être monotypes. Ces bateaux sont désormais capables de performances de l’ordre de 40 noeuds de vitesse.

© Sander van der Borch / Artemis Racing

La 34ème America’s Cup remportée par les américains face aux néo-zélandais s’était déroulée sur des catamarans à aile rigide et foils de 72′.

La taille des AC62 prévus initialement avait déjà pour but de réduire les coûts, malgré tout au moins deux des équipes engagées peinent à trouver un financement (Ben Ainslie Racing et Team France), il semblerait également qu’un challenger japonais soit sur les rangs.

L’organisateur souhaite donc passer à des 45′ afin que ces deux équipes puissent participer. Cette réduction de taille avait déjà été à l’ordre du jour il y a un an, mais seul le defender Oracle et les néo zélandais étaient favorables à cette solution.

Depuis la situation a changée, les grosses équipes dont ETNZ et Luna Rossa ont recruté leur design team et se sont commencé à plancher sur leur AC62.

Hier et aujourd’hui, Luna Rossa et Emirates Team New Zealand ont fait savoir qu’ils étaient opposé à ce changement de bateau. Luna Rossa se retirera si celui-ci était acté, ETNZ insiste sur la nécessité d’un consensus entre tous les challengers pour qu’une modification soit possible.

Grant Dalton a par ailleurs précisé que les négociations avec les autres challengers favorables à ce changement, incluaient semble-t-il la suppression des play-offs à Auckland en plus de la modification de bateau.

D’après Franck Cammas qui s’exprime dans le Télégramme de ce jour, l’organisateur souhaite six ou sept challengers, deux sont clairement opposé à ce changement.

Oracle Team USA devra donc soit se priver d’Emirates Team New Zealand et du Luna Rossa Challenge en misant sur plusieurs équipes n’ayant pour l’heure pas de budget, soit des petites équipes (Team France, Ben Ainslie Racing et les japonais).

Le vote devrait être fait d’ici à la fin du mois, ce qui permettra d’être fixé rapidement.

Du côté d’Artemis Racing, autre grosse équipe en course, l’attitude semble consensuelle puisqu’ils se seraient déjà engagé à ne pas changer de classe de bateau en cas de victoire.