Le Gitana Team remporte le petit et le grand Tour de Belle Ile

La huitième édition du Tour de Belle-Ile a été remportée par le Multi 70 Groupe Edmond de Rothschild qui a devancé de peu Oman Sail (Sidney Gavignet) et le troisième MOD70 en course, Paprec Recyclage (Jean-Pierre Dick). Sébastien Josse et ses équipiers battent également leur propre record de l’épreuve en 2h24’15, soit 17 minutes de mieux que leur temps de 2011 sur Gitana 11.

Les conditions étaient idéales pour cette grand fête avec une mer peu formée et une brise de sud-ouest d’une bonne quinzaine de nœuds.

« Jean-Pierre est passé en tête aux Poulains, racontera après-coup Sébastien Josse. Mais dans le bord de portant derrière Belle-Ile, nous avons réussi à combler notre retard. Après, il a fallu trouver une  ouverture pour passer, nous étions un peu coincés, mais ils ont empanné un peu trop tôt avant les Galères, ce qui nous a permis de faire la différence. Bien qu’il s’agisse d’une navigation très courte, cela nous permet d’ores et déjà de nous jauger et de valider les grands principes du travail réalisé pendant le chantier d’hiver. C’était indispensable pour établir la job list de tout ce qu’il nous reste à faire. Je le répète beaucoup mais nous ne sommes qu’au début de notre apprentissage et cette première sortie est plutôt très positive. Le bateau n’a pas perdu de sa vélocité au près et a gagné aux allures portantes »

Oman Sail terminait à 1’35 du vainqueur, Paprec Recyclage complétait le podium, à 4’45, Sensation Océan d’Alain Gautier terminait 4ème devant Qingdao, l’ex IDEC de Francis Joyon, qui était présent au côté du nouveau skipper Guo Chuang.

Le 50′ FenêtréA-Prysmian (Erwan Le Roux), prenait la 6ème place  devant Arkema (Lalou Roucayrol).

L’Extreme 40 Groupama (Julien Villion) se classait huitième  devant l’AC45 Groupama skippé par Franck Cammas (le bateau n’était pas classé officiellement du fait de la commande des foils.

Sur le Petit Tour, c’est l’autre bateau du Groupe Edmond de Rothschild qui s’imposait,  le GC32 barré par Gurvan Bontemps, qui termine en 2h45’10.
Ils ont dit…

Sébastien Josse (Groupe Edmond de Rothschild) : « Troisième victoire sur le Tour de Belle-Ile, c’est sympa ! Jean-Pierre (Dick) et Sidney (Gavignet) nous ont donné du fil à retordre, mais nous sommes parvenus à faire la différence au niveau des Galères en empannant plus tard. Nous battons en plus notre propre record, c’est toujours bon à prendre ! »

Gurvan Bontemps : « C’était une belle régate à bord du GC32 Edmond de Rothschild. Nous n’avions pas de concurrents de notre catégorie mais ça ne nous a pas empêché de prendre beaucoup de plaisir. Sur la première partie du parcours, où nous n’étions pas vraiment à notre avantage, car au près, nous avons tout de même réussi à jouer avec l’AC45 Groupama ce qui était plutôt sympa. Pour nos types de bateaux, le format s’apparentait à un raid et le plus compliqué a été de gérer la mer et les rafales d’une vingtaine de nœuds dès la sortie du chenal de la Teignouse. J’ai l’habitude des petits catamarans de sport et le GC32 est vraiment un bateau agréable à bord duquel on a vite de bonnes sensations comme lors de notre bord retour au portant vers les Galères »

Erwan Le Roux (FenêtréA-Prysmian) : « Il a fallu s’arracher pour gagner notre duel avec Arkema. C’était un coup à eux,  un coup à nous, la différence s’est faite au dernier passage de marque, ils ont roulé leur gennaker alors que nous avons gardé le nôtre, c’était la bonne option. Tout l’équipage a bien travaillé pour faire de belles manœuvres. »

Franck Cammas  (AC45 Groupama) : « On s’est bien fait rincer. J’ai les yeux explosés. Avant le départ, nous n’étions pas certains de respecter le parcours en passant au vent de Belle Ile, à cause des fortes vagues qui venaient s’écraser sur la côte. Nous y sommes finalement allé mais avec beaucoup de prudence. Ce bateau qui vole, c’est une vraie découverte même si nous avons déjà une bonne expérience grâce à Groupama C. C’est un peu comme passer de l’avion à hélice à l’avion à réaction. Nous avons beaucoup à apAC45prendre et c’est en cela qu’il était intéressant de participer au Tour de Belle Ile ».

L’actualité de la semaine

  • Le 60′ ORMA Atheos (ex Sensations Atheos, ex La Trinitaine)  a semble-t-il subit un incendie au large de la Tunisie et se serait disloqué ensuite suite à une tempête.
  • Le trimaran Gitana XI (ex 60′ ORMA allongé à 77′ pour la Route du Rhum 2006) change de propriétaire. Il rejoint la flotte de Grand Large Emotion. Ultim Emotion sera exploité en charter sur des sorties à la journée et des courses au large. Le site de Grand Large Emotion
  • Le premier grand prix du D35 Trophy débutera demain au large de Genève. Onze équipes sont engagées comme l’année dernière sans changement majeur sauf au sein du team Tilt qui a nettement renforcé sa structure avec l’arrivée de Tanguy Cariou et Arnaud Psarofaghis. Les favoris seront de nouveau Alinghi, Realteam et Ladycat powered by Spindrift racing
    Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com

    Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com

     

  • Tour de Belle Ile 2015 : les conditions s’annoncent toniques pour les 500 bateaux engagés, avec 15 à 20 noeuds dans la matinée de samedi forcissant à 25 noeuds dans l’après midi. Cette course permettra de réunir une belle flotte de multicoques avec  l’AC45 à foils et aile rigide de Groupama, mené par Franck Cammas, le team engagera également son Extreme 40, avec Julien Villion à la barre. Le Gitana Team alignera également deux bateaux à foils, son Multi70 largement modifié au cours de l’hiver et le GC32, la plus grosse unité sera barrée par Sébastien Josse, la plus petite par Gurvan Bontemps.
    Deux autres trimarans de 70′ seront également présents, les MOD70 d’Oman Sail mené par Sidney Gavignet et celui de Paprec Recyclage avec Jean Pierre Dick à la barre. Qingdao China, l’ex Idec sera sur la ligne avec Guo Chuan à la barre. Alain Gautier tentera de défendre son titre face à cette flotte relevée sur le 60′ ORMA Sensation Océan-Urgo

Du grand spectacle en multicoque aux Voiles de St Barth

La flotte des multicoques alignée aux Voiles de St Barth était disparate, entre MOD70, catamarans de course-croisière (dont le Gunboat 40′ à foils), un trimaran de 40′ et un GC32( Zoulou d’Erik Maris), mais n’en était pas moins intéressante à suivre.
La victoire est logiquement revenue à l’équipage du MOD70 Phaedo 3 de Lloyd Thornburg, accompagné entre autre de Brian Thompson et Sam Goochild. L’équipage du trimaran s’adjugeait facilement les quatre manches courues.
La lutte pour la seconde place était serrée entre Elvis, un Gunboat de 62′ de Steven Cucchiaro et Paradox, le 63′ sur plan Irens construits dans les moules de Fujifilm de Peter Aschenbrenner. Les deux bateaux terminaient à égalité, mais Paradox s’adjugeait la 2ème place devant le catamaran grâce à deux secondes places .
Le GC 32 Zoulou d’Erik Maris ne pouvait lutter en temps compensé du fait de ses foils, tout comme le G4 d’Eduardo Perez, largement pénalisés par le rating.

Lloyd Thornburg (MOD 70 Phaedo3, 1er Multicoque):

« Les Voiles de Saint-Barth sont un très bel évènement. Aujourd’hui, le vent soufflait de nouveau assez fort et nous avons apprécié car pour notre bateau, un trimaran, c’est nettement plus agréable que le petit temps. Le parcours était, une nouvelle fois, magnifique. Gagner cette course était quelque chose d’important pour nous et nous l’avons fait en prenant énormément de plaisir ! »

Phaedo³, Les Voiles de St. Barths 2015 from Ocean Images on Vimeo.

Timbalero III, le Gunboat G4 à foils de 49′ a chaviré dans la dernière manche. La catamaran n’a semble-t-il pas subit de gros dégâts et a pu être retourné sans perdre son mât.

Wipe Out from Gunboat on Vimeo.

Loïck Peyron attendu dans la nuit, avec probablement le record de l’épreuve

Il ne reste que 75 milles à parcourir pour Loïck Peyron qui remportera cette Route du Rhum 2014 dans quelques heures.

Il semble probable qu’il décroche également le record de l’épreuve, jusqu’ici détenu par Lionel Lemonchois (sur le 60′ ORMA Gitana 11 en 2006). Il sera épaulé pour ces dernières heures en mer, par l’équipe Banque Populaire, dont le skipper Armel le Cléac’h qui a du renoncer sur blessure, qui le guideront au mieux vers la ligne d’arrivée.

Il est attendu sur la ligne vers 3h30 cette nuit, ce sera la première victoire du baulois sur cette course, et la seconde pour le trimaran (Franck Cammas avait remporté l’édition 2010 sur ce multicoque alors baptisé Groupama 3).

Route du Rhum J-1

Tour d’horizon des concurrents en catégorie Ultime, la victoire de Franck Cammas voici 4 ans avait surpris, le skipper de Groupama 3 s’était emparé de la tête de la course dès la bouée du Cap Fréhel pour ne plus la lâcher, à la surprise générale.

En effet le potentiel de vitesse du trimaran était connu en équipage, mais la capacité du marin à le mener en solitaire de Bretagne en Guadeloupe a poussé plusieurs concurrents vers cette solution des « très » gros et puissants multicoques.

 

 

Dans cette catégories des « grands ultimes » nous retrouvons

 

  • Thomas Coville sur Sodeb’O Ultim’

Le skipper de Sodeb’O s’attaque à son premier défi sur ce « nouveau » trimaran. Le skipper a mis ce bateau à l’eau en mai 2014, il s’agit de l’ancien Géronimo d’Olivier de Kersauson profondément remanié. En effet les architectes de la première mouture, VPLP se sont remis à leurs planches à dessin pour faire renaitre ce multicoque dont il ne reste qu’une partie des flotteurs, la bôme et les bras de liaison.

L’avant des flotteurs, la coque centrale ont été redessinés, les flotteurs ont été renforcés afin de recevoir des foils. L’équipe de Sodeb’O a adapaté les appendices (safrans et foils) d’USA 17 (le trimaran de 90′ à aile d’Oracle Racing vainqueur de la 33ème Coupe de l’America).

Le mât a été construit dans les moules de celui de Groupama 3 version solitaire, les deux bateaux ayant des dimensions et un plan de voilure proche. L’ancien trimaran de Franck Cammas était d’ailleurs convoité par Thomas Coville, mais la vente avait échouée au profit de Banque Populaire.

Le trimaran se classe dans le trio de tête des plus grosses unités de cette Route du Rhum. Dans des conditions identiques à celle de la précédente Route du Rhum, Thomas Coville fait donc parti des grands favoris, qui plus est le marin navigue en solo depuis presque dix ans maintenant (en 60′ ORMA initialement, puis sur le maxi Sodeb’o premier du nom, le plan Irens/Cabaret), il a cinq tours du monde en multi à son actif.

Malgré tout, ce trimaran est récent, la mise au point est toujours longue sur ce type de multicoque, mais le skipper n’a cessé de naviguer depuis la mise à l’eau, avec notamment une « reconnaissance » du parcours avec un aller en équipage réduit vers la Guadeloupe et un retour en solitaire.

Thomas Coville semble donc affuté, le potentiel de vitesse du trimaran est très certainement équivalent, voir plus probablement supérieur au bateau tenant du titre (Banque Populaire VII, ex Groupama 3), le point négatif pourrait être l’absence de course en flotte du skipper depuis 2010, mais bon nombre de ses concurrents sont dans le même cas.

Les plus :

– bateau performant

– skipper spécialiste des records en solitaire

Les moins :

– trimaran récent avec une mise au point somme toute réduite

  • Loick Peyron sur Banque Populaire VII

Le duo inattendu de cette Route du Rhum, Loick Peyron fait son retour à la barre d’un grand multicoque en solitaire suite au forfait du skipper maison Armel le Cléac’h.

Celui-ci s’est blessé à la main, et à donc été contraint de céder la barre du trimaran tenant du titre, et depuis optimisé par le team Banque Populaire. Armel le Cléac’h était ultrafavori de cette course, avec, on le sait, un bateau performant puisque Franck Cammas avait pu gérer sa course il y a 4 ans suite à une belle avance prise dès les premiers jours de course, et un marin rompu à l’exercice du solitaire sur cet engin depuis deux ans, avec les records de la Méditerranée, des 24 heures et de la Route de la Découverte (avec de grosses moyennes dans des conditions de mer et de vents fortes). Il avait du renoncer à celui de l’Atlantique Nord faute de fenêtre météo favorable.

Loick Peyron « hérite » donc d’un bateau sur lequel il n’avait jamais navigué jusqu’alors, bien que grand spécialiste des multicoques avec un palmarès éloquent, le baulois bénéficiera d’une préparation plus que réduite par rapport à ses concurrents, avec un déficit de navigation ces dernières années (malgré son passage chez Artemis lors de la dernière America’s CUp). Ces dernières courses en solo se sont déroulées en 60′ IMOCA, et sa dernière en multicoque date d’il y a 12 ans maintenant, qui plus est le skipper pourrait être moins affuté physiquement que la plupart des concurrents de cette classe Ultime.

Les plus :

– le bateau tenant du titre

– la connaissance des multicoques du skipper

Les moins :

– la préparation physique du skipper

– le manque d’entrainement sur le trimaran

  •  Yann Guichard sur Spindrift 2

Probablement une des plus grande inconnue de cette Route du Rhum, Yann Guichard est probablement le meilleur spécialiste actuel du multicoque en France, avec des navigations sur de multiples supports (D35, Extreme 40, AC45, 60′ ORMA, 77′ sur la Route du Rhum 2010, MOD 70, maxi multicoque), et une écurie fondée avec Dona Bertarelli qui lui offre un programme de navigations conséquent, mais centré sur l’équipage.

Le potentiel de vitesse du trimaran de 40m est supérieur en équipage à celui de l’ex Groupama 3, le bateau a été adapté autant que faire se peut à l’exercice du solitaire avec un mât raccourci, la suppression de la bascule de celui-ci, l’adoption du vélo pour alterner effort avec les bras et les jambes.

Le passage du trimaran dans la mer et le vent fort sera inégalé sur le plateau des ultimes, mais reste à exploiter au maximum les capacités du multi en solitaire, le skipper risque d’être obligé à sous toilé son trimaran afin d’anticiper les changements météos, alors que les petits « multis pourront enchainer ces manoeuvres.

Le skipper avoue également que le moindre soucis technique sera ingérable en solitaire.

Les conditions météos musclées prévues les premiers jours pourraient l’avantager si il arrive à tirer le maximum du potentiel de son bateau gérable, mais la seconde partie de course avec des conditions changeantes pourraient lui être moins favorable. Reste aussi la faisabilité d’une transat sur ce géant, peu de gens pariaient sur Franck Cammas il y a 4 ans, Yann Guichard déjouera peut être une nouvelle fois les pronostics.

Les plus :

– la vitesse du bateau dans des conditions de mer difficiles et les vents forts

– la connaissance du support par le skipper

Les moins :

– la capacité à gérer un bateau aussi puissant

 

 

 

Les Ultimes « intermédiaires »

  • Francis Joyon sur Idec Sport

Francis Joyon avait terminé second lors de l’édition 2010, son objectif reste le podium, malgré le déficit de puissance de son plan Irens/Cabaret de 2007 par rapport aux derniers nés de VPLP. Il peut tirer son épingle du jeu si les conditions après le coup de vent du départ sont variables, le bateau étant très polyvalent quelque soit les conditions.

Le marin aligne un palmarès éloquent sur son trimaran puisqu’il a été détenteur de tous les records en solo, avant de se faire déposséder de quelques uns par Armel le Cléac’h, il lui reste cependant les deux plus difficiles, l’Atlantique Nord et le tour du monde.

Le skipper part donc sur un bateau éprouvé et fiabilisé, avec 20000 milles au compteur et peu d’avaries, même si le trimaran est rustique, il n’en est pas moins relativement performant. De plus il le connait par coeur, il le prépare quasi seul, et semble capable de parer à la plupart des avaries possibles, et le mènera au maximum de son potentiel sur cette course, alors que d’autres pourraient être tentés d’agir avec plus de retenue.

Les plus :

– un palmarès inégalé en solitaire

– trimaran polyvalent et parfaitement adapté au skipper

Les moins :

– déficit de performance face aux trois grands ultimes

 

 

L’interview par Voiles et Voiliers

  • Lionel Lemonchois sur Prince de Bretagne

Le skipper est double vainqueur de la Route du Rhum dans deux classes différentes (60′ ORMA en 2006 sur Gitana 11, avec le record actuel de l’épreuve), et en Multi 50′ en 2010), il espère le triplé.

Il est parfaitement aguerri à l’exercice du solitaire et reste un très grand spécialiste du multi et un équipier recherché, sur « son » projet il a adapté une plate forme de 60′ ORMA (l’ex Sodeb’O) à sa main et avec comme objectif cette course.

Le skipper a gardé une largeur suffisante gage de puissance et une longueur modérée afin que le trimaran soit évolutif quelques soit les conditions sur l’Atlantique, il n’aura gardé de la plate forme initiale que les bras, la bôme, les appendices et l’accastillage. Le trimaran semble un bon compromis puisqu’il reste tout à fait maniable dans toutes les conditions et assez rapide.

Malgré tout, le skipper sait son trimaran un peu moins performant que les gros ultimes dans des conditions fortes, le mât basculant lui donnera un avantage dans des conditions plus légères et le skipper est capable d’accélérer si les conditions lui sont favorables, sans se pauser de questions sur sa capacité à mener le bateau en solo.

 

 

 

 

Les « petits » Ultimes, les trois « MOD » 70

La classe monotype initialement crée pour des courses en équipage ayant périclité, les équipes possédant un  MOD 70 ont pour deux d’entre elles adapté les plate forme à l’exercice solitaire. Yann Eliès est arrivé très récemment à la barre de Paprec, alors que ses deux concurrents directs ont beaucoup plus d’expérience à la barre de ces trimarans.

 

  • Sébastien Josse sur Groupe Edmond de Rothschild

Le skipper du Gitana Team sera probablement le concurrent le mieux armé parmi ces trois petis Ultimes. Il est à la barre du trimaran depuis 2011 et a beaucoup navigué sur ce support. Il s’est beaucoup entrainé pour cette course, en multipliant les sorties en solitaire, il a également remporté la Jacques Vabre l’année dernière en double, faisant une quasi répétition de ce qu’il pourrait rencontré pendant cette course.

Le trimaran est également celui qui a été le plus modifié, des ballasts ont été ajoutés, la casquette a été élargie afin que le skipper n’ait pas à descendre dans le bateau, il est équipé d’un système anti chavirage maison sécurisant.

Et plus important côté performance, le Gitana Team a mis en place des safrans en T avec un plan porteur à l’extrémité de ceux-ci avec un réglage d’incidence, ces appendices permettent de gagner quelques noeuds en sustentant plus le bateau qu’avec les seuls foils et safrans classiques et permet le limiter le tangage et donc de stabiliser le multicoque notamment à haute vitesse.

Le podium parait difficile à briguer pour Sébastien Josse avec des conditions musclées au départ limitant le bénéfice d’un petit bateau manoeuvrant et moins sollicitant physiquement, il visera vraisemblablement la quatrième place.

Les plus :

– trimaran le plus perfectionné des MOD 70

– skipper bien préparé

Les moins :

– déficit de vitesse et de puissance face aux gros ultimes

– première course en solitaire en multicoque

 

L’interview par Voiles et Voiliers

 

  • Sidney Gavignet sur Musandam/Oman Sail

Sidney Gavignet avait débuté en multicoque solo il y a quatre ans, sur un quasi sistership d’Idec et Sodeb’O maxi (le plan Irens Cabaret, non engagé sur cette édition), mais avait été contraint à l’abandon suite à la casse d’un flotteur et au chavirage.

Cette fois-ci le skipper s’est beaucoup entrainé et connait parfaitement son MOD qu’il barre depuis 2012, le trimaran est cependant moins bien armé que celui de son concurrent Sébastien Josse, puisqu’Oman Sail n’a pas développé les appendices du bateau.

Le record du tour des iles britanniques a cependant mis le skipper en confiance et celui-ci fera de son mieux pour bien faire sur cette course.

Les plus :

– grande expérience du marin en course au large

Les moins :

– le potentiel du trimaran

  • Yann Elies sur Paprec Recyclage

Yann Elies sera probablement le moins bien armé pour cette course, malgré son expérience en équipage sur des maxis multicoques et en équipage plus réduit ou en double en Multi 50′, il n’aura que peu navigué sur son MOD. Celui-ci ne possède pas non plus les appendices perfectionnés de Groupe Edmond de Rothschild.

L’objectif du skipper sera avant tout de terminer sa première course en solitaire en multicoque, si possible en plaçant au moins un autre MOD derrière lui.

http://www.youtube.com/watch?v=Dd9XGXeCvRY

Le 60′ ORMA ex Groupama 2 sur la côte ouest des Etats Unis

Le trimaran de 60′ ORMA Mighty Merloe (ex Groupama 2) est désormais la propriété de HL Enloe. Celui-ci a troqué son « vieux » 60′ ORMA, LoeReal (plan VPLP construit par Jeanneau dans les moules de Pierre 1er pour le film Waterworld), pour le dernier bateau construit dans la classe.

Il est désormais aligné sur les courses de la Côte Ouest des Etats Unis ; où il peut se mesurer au « MOD 70 » Orion, les deux bateaux ont participé à la Island Race, une course de 139 miles entre Los Angeles et San Diego via des marques de parcours au niveau des iles Catalina et San Clemente Islands. Le 60′, barré par Cam Lewis (qui était l’année dernière sur Orion..) a remporté cette première course.

La seconde revient à Orion, le MOD70, qui s’adjuge les honneurs de la Vallarta Race, course de 432 mile entre San Diego et Puerto Vallarta, le trimaran était mené par le skipper Charlie Ogletree et le navigateur Peter Isler, Damian Foxall était également à bord.

Quelques images sur cette vidéo

L’actualité des maxis multicoques en bref

  • Yann Guichard et Dona Bertarelli, les skippers du maxi trimaran Spindrift 2 (ex Banque Populaire V) enchainent avec leur équipage les navigations au large de Lorient, afin de monter en puissance sur ce nouveau support.
Yann Guichard : “Le bateau est “gros”, mais tout à bord est remarquablement étudié et en place. Le plaisir, dès les premières accélérations, est absolu. Tout doit être grandement anticipé. Nous naviguons depuis mardi et nous commençons à établir déjà nos propres marques et réglages, notamment dans l’établissement des gigantesques voiles. Nous prenons notre temps, et analysons chaque manoeuvre. Le coeur de l’équipage définitif est déjà à bord, il y a aura des ajustements, mais nous travaillons toute la semaine avec les hommes qui participeront au programme de l’année. C’est en configuration course qu’on découvre vraiment ce que le bateau a dans le ventre, et le mode d’emploi pour le maîtriser sous pression. Nous avons hâte d’entrer dans le vif du sujet mais cette semaine Lorientaise nous était essentielle.”

© Eloi Stichelbaut/ Spindrift racing

Dona Bertarelli : ”Ce qui est étonnant, c’est la capacité d’accélération de Spindrift 2. On oublie vite son poids tant il réagit à la moindre risée. Il est étonnamment fin à barrer, dans les conditions médium à faibles de cette semaine. 30, 32 noeuds au speedomètre, Spindrift 2 rassure aussi par sa fiabilité. Le bateau est conforme à nos attentes. Il est, d’un avis unanime, magnifique visuellement mais aussi techniquement. Sa démesure semble s’apprivoiser facilement, et on s’habitue vite à son gigantisme. Je prends mon temps, je me teste et je m’enhardie chaque jour un peu plus, le tout dans l’excellente ambiance qui règne à bord…”

  • Tritium Racing, l’ex 60′ ORMA, allongé à 72′ par Artemis Racing puis revendu a remporté la Transpac, l’équipage rate le record d’Explorer de 1997 de deux heures, suite à quelques soucis techniques sur les foils après des chocs avec des OFNI.
  • Le maxi 80′ Prince de Bretagne est en chantier à Lorient depuis maintenant près de quatre semaines, l’objectif pour Lionel Lemonchois est d’optimiser son multicoque pour la prochaine Route du Rhum. Afin de gagner en performance, il a choisi d’équiper son trimaran d’un mât basculant, pour se faire il utilisera un système de palans et de poulies plutôt qu’un système hydraulique. Cette solution permet de minimiser l’augmentation de poids.

Lionel Lemonchois : « Cela fait longtemps maintenant que les mâts des grands trimarans basculent au vent. D’en régler l’inclinaison, cela permet de soulager la plateforme, ce qui autorise à appuyer plus dessus, et donc de gagner en vitesse. Au départ, nous n’avons pas réinstallé le système hydraulique dont était équipé le mât de l’ancien 60 pieds. Nous avons d’abord préféré gagner en longueur de coques et disposer d’un plus grand bateau. Dans nos réflexions pour savoir comment aller plus vite, l’option du système de bascule avec des palans en cascade s’est ensuite imposée d’elle-même. Elle s’inscrit dans la philosophie de la simplicité initiée à l’origine du projet. Nous n’avons rien inventé, mais c’est la première fois qu’un bateau de cette taille sera équipé d’un mât « à ficelles ». Là, sur le bras arrière bâbord, nous modifions et renforçons la cadène de galhauban, une ferrure en carbone qui tient le hauban et le mât debout. Ensuite de chaque côté du gréement, un système de palans à six brins sera ajouté, et se poursuivra le long du bras de liaison pour ramener les bouts sous la casquette. A la sortie, au niveau du winch, les efforts théoriques de 8 tonnes auront été réduits jusqu’à 1,3 tonne. C’est courant, et c’est à l’échelle, du bateau…De la ficelle supplémentaire, cela complique forcément les manœuvres. Il faudra donner d’un côté, et prendre de l’autre. Ce sera un peu plus long et exigeant. Mais tout a été imaginé pour le solitaire, et je devrais y arriver…D’autant que ce système n’est pas conçu pour régater entre trois bouées, mais pour régler l’inclinaison par rapport à la gîte sur des grand bords au large.«