Maxis Multicoques

Les bateaux sont classés selon leur date de mise à l’eau : du plus ancien au plus récent.

Spirit of Antigua

Blue Ocean Wireless Round the World Challenge
Skipper : Tony Bullimore
Longueur : 30,50m
Largeur : 12,80m      
Hauteur de mât
 : 33m
Surface de grand voile : 214m² *
Surface du solent : 127m²*
Surface du gennaker : 320m² *
Tirant d’eau : 3m
Poids : 14,5 tonnes *
Architectes : Nigel Irens
Chantier de construction : Canadair
Mise à l’eau : 1983/2000 (le catamaran a été entièrement reconditionné en 2000, pour The Race, il a notamment reçu de nouvelles étraves, allongeant ainsi le bateau de 4,60m et un nouveau mât aile)
Nombre d’équipiers :
– 6 : Trophée Jules Verne
– 11 : Trophée Jules Venre 1998 (équipage 100% féminin)
– 9 : The Race
Ex Formule TAG, 1983-1985 skipper Mike Birch (CAN)
Ex TAG Heuer, 1986 skipper Mike Birch (CAN)
Ex Enza New Zealand : 1993-1994 , skippers : Peter Blake (NZ) et Robin Knox Johnston (GB)
Ex Royal&SunAlliance : 1998, skipper Tracy Edwards (GB)
Ex Team Legato : 2000, skipper Tony Bullimore (GB)
Ex Daedalus : 2005, skipper Tony Bullimore (GB)
Ex Doha : 2006, skipper Tony Bullimore (GB)

Palmarès :
– 2nd détenteur du Trophée Jules Verne entre 1994 et 1997 en 74 j 22 h 17 min 22 s
– 5ème de The Race (hors temps en 104 jours)
– 2ème de l’Oryx Quest en 2005

La première version du bateau, Formule Tag, est mise à l’eau en 1983 pour Mike Birch qui a remporté la première Route du Rhum en 1978. Le catamaran est construit par l’avionneur Canadair, en kevlar. L’objectif premier est la Transat Jacques Vabre, que l’équipage terminera à la 4ème position. La version initiale mesure 24,38m pour 12,65 de large.
A l’issue de cette course décevante, malgré le record des 24h, le mât est allongé de 2m afin d’augmenter la surface de voile, le volume des étraves est augmenté et leur profil modifié afin d’augmenter la flottaison.
En 1985, l’équipage remporte le Grand Prix de Martinique, le catamaran démâte sur le première étape de la Route de l’Europe et finit 9ème de cette édition.

En 1986, le catamaran est adapté aux courses en double et reçoit un nouveau mât aile, il finit 5ème de la Course de la Liberté (New York-Rouen), puis second de la TwoStar. Mike Birch finira 4ème de la Route du Rhum.

La bateau est mis en vente à l’issue de la Route du Rhum 1986, il est acheté par le canadien Tom Curry en 1988 qui l’exploite en charter. Il est de nouveau mis en vente en 1992.
Fin 1992, le catamaran entre en chantier en Angleterre, il est allongé à 25,90m, une nacelle centrale est installée afin d’accueillir un équipage au tour du monde.

Début 1993, l’équipage mené par Peter Blake et Robin Knox Johnston s’élance autour du monde dans le cadre du Trophée Jules Verne, cette tentative s’arrête après une avarie de coque et de dérives.

Le catamaran subit un nouveau chantier à Auckland, où il est de nouveau allongé à 28m, puis ramené en Europe en cargo avant une nouvelle tentative de Trophée Jules Verne.

L’équipage repart autour du globe début 1994, l’équipage mené par Peter Blake boucle le tour du monde en 74 jours 22 heures et 17 secondes, s’emparant du Trophée Jules Verne.

Le catamaran change de propriétaire en 1996, Tracy Edwards, la navigatrice britannique souhaite elle aussi inscrire son nom au palmarès du Trophée Jules Verne.

Faute de budget, la navigatrice doit renoncer dans un premier temps, ce n’est que mi  1997 que ROYAL & SUN ALLIANCE s’engage sur le projet.

L’équipage féminin tente sa chance début 1998, la descente de l’Atlantique se fait dans des vents faibles. Royal&Sun Alliance démâte au 43ème, dans un enfournement, alors que le retard était de 600 milles sur le temps de référence d’Olivier de Kersauson.
Le bateau est ensuite ramené en Angleterre par cargo.
Fin 1998, il est vendu à Tony Bullimore qui souhaite l’aligner sur The Race, le catamaran est de nouveau allongé à 20,50m avec de nouvelles étraves.
La finalisation du budget est compliquée, l’équipage de Team Legato, boucle sa qualification alors que le départ de la course est déjà donnée, le bateau prend le départ avec quelques heures de retard sur le reste de la flotte.
The Race est bouclée en 5ème et dernière position.
Tony Bullimore conserve le multicoque à l’issue de la course, il est de nouveau engagé sur un tour du monde en course en 2005. Il finit second de l’Oryx Quest bénéficiant de nombreux abandons de ses concurrents.
En 2006, le catamaran bénéficie d’un refit au Qatar, le navigateur tente en 2008 une tentative de tour du monde en solitaire au départ de l’Australie, il abandonne rapidement sa tentative sur avarie.
Le bateau est mis en vente ensuite, puis est rapatrié au Royaume Uni, il abandonne le tour de l’île de Wight sous le nom de Spirit of Antigua.
Fin 2010, le bateau était confié à un jeune équipage qui préparant un tour de l’Antarctique, il chavire dans une rafale,  lors d’un entrainement dans le Golfe de Gascogne.

Le catamaran est remorqué vers Brest, où il reste plusieurs années à quai, il est racheté en 2012.

En 2013, il est transformé en bateau à propulsion éolienne, il devait appareiller en 2014 pour un tour du monde de plusieurs années via ses moteurs électriques alimentés par le vent mais faute de budget, le chantier ne fut pas achevé.

Il est finalement mis à l’eau en 2017 sous le nom d’Energy Observer, la propulsion est désormais assurée par ses moteurs électriques alimentés par l’hydrogène, des panneaux photovoltaiques, deux éoliennes et un kite de traction complètent le dispositif énérgétique.

Idec

© F. Van Malleghem / Mer & Média

© F. Van Malleghem / Mer & Média

Skipper : Francis Joyon (FR)
Longueur : 27,20m
Largeur : 16,35m
Hauteur de mât : 32m
Surface de grand voile :
Surface du solent :
Surface du gennaker :
Tirant d’eau : 4,50m
Poids : 14 tonnes
Architectes : Van Peteghem-Lauriot Prévost
Chantier de construction : CDK (Port la Forêt-France)
Mise à l’eau : 1986
Nombre d’équipiers : 7 pour le Trophée Jules Verne, en solitaire pour Francis Joyon
Ex Poulain de 1985 à 1988, skipper : Olivier de Kersauson
Ex Un Autre Regard, 1988, skipper : Olivier de Kersauson
Ex Charal, 1992-1993, skipper : Olivier de Kersauson
Ex Lyonnaise des Eaux-Dumez, 1994, skipper : Olivier de Kersauson
Ex Sport Elec, 1995-1997, skipper : Olivier de Kersauson, Trophée Jules Verne
Idec de 2004 à 2005, Francis Joyon.
A son lancement, le bateau mesure 23m de long pour 16,20m de large avec un poids de 12 tonnes. Olivier de Kersauson doit renoncer à sa première course, la Route du Rhum suite à diverses avaries.
En1987, il remporte le Tour de l’Europe, mais se montre décevant sur les grands prix.
L’année suivante il termine 4ème de la course la Baule/Dakar. La configuration du bateau change avec un mât plus petit afin de qu’ODK s’aligne sur un tour du monde en solitaire. Le trimaran démâte au large du Portugal, la tentative est donc reporté, le sponsor se retire du projet.
Le skipper part seul autour du monde sur son bateau fin 1988, celui-ci porte alors le nom d’Un Autre Regard, le marin est contraint de faire deux arrêts au cours de celui-ci. Une première au Cap pour régler des soucis de pilotes automatiques, puis en Argentine. Il boucle son tour du monde en 125 jours et 32 minutes. Il bat le record de Philippe Monnet en monocoque et accomplit le premier tour du monde en solitaire par les trois caps en solitaire.
Olivier de Kersauson conserve son bateau à la suite de cet exploit, il est modifié et remis à l’eau en 1992, grâce à un nouveau sponsor, Charal.
La coque centrale est allongée par le centre et porté à 27m, les flotteurs modifiés et allongés, le bateau reçoit un nouveau mât aile, les appendices sont également revus.
L’équipage se lance sur une tentative de Trophée Jules Verne début 1993, le flotteur tribord casse au large de l’Afrique du Sud mettant fin à la tentative.
Le trimaran change de sponsor en 1994 avec l’arrivée de la Lyonnaise de Eaux, l’objectif reste le même, décrocher le Trophée Jules Verne.
L’équipage boucle son tour du monde en 77 jours et 5 heures, améliorant le temps de Peyron sur Commodore Explorer de deux jours, mais Peter Blake et ses hommes ont fait mieux en terminant quelques jours plus tôt en 76 jours et 22 heures.
En 1995, nouveau départ autour du monde, le bateau revient suite à des conditions météos défavorables et est de nouveau engagé sur ce parcours quelques semaines plus tard, mais il heurte une bille de bois et rentre à Brest.
Nouveau changement de sponsor en 1996, le trimaran passe sous les couleurs de Sport Elec, le bateau est allégé de 800kg. Après un premier départ, le trimaran rentre de nouveau faute de conditions météos favorables.
L’équipage prend un second départ fin 1996 mais abandonne suite à un retard trop important. Ils reprendront la mer le 8 mars, après un début difficile, Kersauson et son équipage battent le record d’Enza et terminent leur tour du monde en 71 jours 14 heures et 22 minutes.
Le trimaran est ensuite mis en vente et passe de longues années au sec à Brest, plusieurs marins sont intéressés dont Florence Arthaud pour un tour du monde en solitaire. Francis Joyon soutenu par Idec est finalement l’acheteur du trimaran en 2003.
Francis Joyon ne modifie que peu le trimaran avant de s’attaquer au tour du monde en solitaire, l’unique safran sur la coque centrale est changé pour un nouveau profil, et le plan de pont adapté au solo.
Le skipper réalise une superbe performance dès sa première tentative, il bat tous les records intermédiaires en solo, il termine son tour du monde en 72 jours 22 heures 54 minutes et 22 secondes. Il décroche donc le record du tour du monde en solo et s’approche de très près du temps de Sport Elec (le même bateau mené par un équipage de sept personnes), avec moins de 2 jours d’écart.
En novembre, il s’attaque au record de la Route de la Découverte, il décroche également ce record de l’Atlantique sud en solo dès la première tentative avec un temps 11 jours 3 heures 17 minutes et 20 secondes.
En 2005, il bat le record de l’Atlantique Nord en solitaire en 6 jours 4 heures 1 minutes 37secondes et améliore également le record des 24 heures en solitaire avec 543 milles.Hélas quelques heures après ce record, Francis Joyon seul à la barre pour le retour du bateau à son port d’attache s’endort. Le pilote automatique dévie et le bateau se dirige sur Penmarc’h et s’échoue sur les rochers. Malgré une tentative de déséchouer le trimaran menée par le skipper, son frère et la SNSM, l’océan a raison du bateau qui se disloque sur les rochers, quelques heures seulement après cette superbe victoire sur un parcours historique.

Palmarès :
– 2nd du tour de l’Europe 1987
                    – 4ème de La Baule-Dakar en 1988
                    – Détenteur du Trophée Jules Verne de 1997 à 2002 en 71 jours 14 heures et 22 minutes
                    – Détenteur du Tour du monde en solitaire de 2004 à 2005 en 72 jours 22 heures 54 minutes et 22 secondes
                    – Détenteur du record Cadix-San Salvador zn 2005 en solitaire en 11 jours 3 heures 17 minutes et 20 secondes
                    – Détenteur du record de l’Atlantique Nord (New York-Cap Lizard) en solitaire en 6 jours, 4 heures, 1 minute et 37 secondes entre juillet 2005 et  juillet 2008
                    – Détenteur du record des 24 heures en solitaire (542,7 milles) entre juillet 2005 et mai 2006

Warta Polpharma

 © Gilles Martin-Raget, avec son aimable autorisation Site web : www.martin-raget.com

© Gilles Martin-Raget, avec son aimable autorisation
Site web : http://www.martin-raget.com

Skipper (sur The Race) : Roman Paszke (Pologne)
Longueur : 26,80m
Largeur : 13,60m
Hauteur de mât : 32m
Surface de grand voile : 231m²
Surface du solent : 101m²
Surface du gennaker : 339m²
Tirant d’eau : 3,50m
Poids : 11 tonnes au départ de The Race
Architecte : Gilles Ollier
Chantier de construction : Multiplast (Vannes-France)
Mise à l’eau : 1987
Nombre d’équipiers :
– 5 : Trophée Jules Verne 1993
– 9 : The Race
Ex Jet Services V, skipper : Serge Madec (détenteur du record de l’Atlantique Nord de 1990 à 2001)
Ex Commodore Explorer, skipper Bruno Peyron : 1er détenteur du Trophée Jules Verne en 1993
Ex Explorer : bateau de promotion de The Race aux mains de Bruno Peyron, le bateau sert de support aux relations publiques pour promouvoir l’événement et l’équipage bat au passage certains records, notamment dans le Pacifique.
Palmarès :
– Détenteur du record de l’Atlantique Nord entre 1990 et 2001
– 1er détenteur du Trophée Jules Verne en 1993 en 79 jours 6 heures entre 1993 et 1994
– 4ème de The Race hors temps en 99 jours
Le catamaran sur plans Gilles Ollier est mis à l’eau en 1987, il mesure initialement 22,85m.
Il remporte le Tour de l’Europe dès sa première participation.
Daniel Gilard, le skipper disparait en mer sur la course en double La Baule Dakar en 1987.
Le sponsor choisit Serge Madec pour mener le catamaran quelques mois plus tard, il décroche de nombreux records en équipage dont celui de la Méditerranée  et l’Atlantique Nord. En 1991, Jet Services met fin à son partenariat suite à la limitation de taille des multicoques à 60′ pour les grandes courses.
Le bateau change de mains en 1992, Commodore devient partenaire de Bruno Peyron, et le catamaran est mis en chantier chez Multiplast.
Les coques sont allongées par l’avant avec de nouvelles étraves et l’arrière, les cockpits sont modifiés afin de protéger l’équipage dans les mers du sud.
L’équipage de cinq marins seulement parvient à boucler son tour du monde en moins de 80 jours dès sa première tentative, avec de grosses frayeurs à la clé.
Le bateau a été utilisé en Pologne pour des opérations de relations publiques après The Race, il n’a plus été utilisé en course ensuite.
En 2007, Roman Paszke construit un nouveau catamaran Bioton, il reprend certains éléments de Warta (poutre, mât), pour les greffer sur son nouveau bateau.
 © Gilles Martin-Raget, avec son aimable autorisation Site web : www.martin-raget.com


© Gilles Martin-Raget, avec son aimable autorisation
Site web : http://www.martin-raget.com

 © Gilles Martin-Raget, avec son aimable autorisation Site web : www.martin-raget.com


© Gilles Martin-Raget, avec son aimable autorisation
Site web : http://www.martin-raget.com

Cheyenne

©Thierry Martinez, avec son aimable autorisation site web : www.thmartinez.com

©Thierry Martinez, avec son aimable autorisation
site web : http://www.thmartinez.com

Skippers : Steve Fossett (qui était aussi propriétaire du bateau)
David Scully pour l’Oryx Quest
Longueur : 37,90m (32m à la mise à l’eau en 1998)
Largeur : 18,20m
Hauteur de mât : 41m
Surface de grand voile : 472m²
Surface du solent : 172m²
Surface du gennaker : 564m²
Tirant d’eau : 4,50m
Poids : 27 tonnes au départ de The Race
Architectes : Morelli-Melvin
Chantier de construction : Cookson (Auckland-Nouvelle Zélande)
Mise à l’eau : 1998
Nombre d’équipiers :
– 12 : The Race
– 13 : Tour du Monde 2004
Ex Playstation, skipper : Steve Fossett
Palmarès :
                    – Détenteur du record des 24 heures entre 1999 et 2000 (580 milles), puis entre 2001 et 2002 (687 milles)
                    – Détenteur du record de l’Atlantique Nord entre octobre 2001 et juillet 2006
                    – Détenteur du record Miami-New York entre 2001 et juin 2007
                    – Détenteur du record de la Méditerranée (Marseille-Carthage) entre mai 2002 et septembre 2004
                    – Détenteur du record du tour des îles britanniques entre octobre 2002 et juillet 2011
                    – Détenteur du record de la Route de la Découverte (Cadix-San Salvador) entre février 2003 et mai 2007
                    – Détenteur du record du Tour du monde entre 2004 et 2005 en 58 jours 09 heures 32 minutes (Fosset a refusé de partir dans le cadre du Trophée Jules Verne, pour des raisons de droits à payer, cependant aux vues de ses essais de tractation sur la fin de parcours pour réintégrer le cadre du Trophée, on peut penser qu’il a voulu conserver la possibilité d’une escale technique en cas de besoin, ce qui est interdit par le règlement du Trophée Jules Verne).

Après sa mise à l’eau en Nouvelle Zélande, le maxi catamaran enchaine deux mois de tests puis décroche le record de la plus grande distance parcourue en 24 heures.
En décembre 1999, l’équipage se lance sur une tentative  de record sur l’Atlantique Nord, rapidement abandonné suite à des dégâts dans la dépression.
En 2000, l’équipage décroche le record Newport/Les Bermudes,  puis s’aligne sur une nouvelle tentative sur l’Atlantique Nord, sans succès le catamaran arrivant avec plus de 24 heures de retard sur le record.

Suite à ces différentes tentatives, le bateau entre en chantier en Angleterre afin d’allonger les étraves afin de limiter l’enfournement, le catamaran est tardivement engagé sur The Race, la course autour du monde en multicoques.

L’équipage abandonne  pendant la descente de l’Atlantique, suite à des problèmes de grand voile et de dérive.
En octobre 2001,  Steve Fossett et ses hommes décrochent le record de l’Atlantique Nord. Malgré la perte de son sponsor, le bateau continue à naviguer et décroche de nombreux succès (Miami-New York, Route de la Découverte, tour des îles britanniques, record de la Méditerranée.

En 2004, Steve Fossett décide d’engager son bateau autour du monde, en dehors du cadre du Trophée Jules Verne, probablement pour garder la possibilité d’une escale technique. L’équipage décroche le record en 58 jours 9 heures.

Le catamaran est ensuite mis en vente, mais ne trouve pas d’acquéreur.

Le propriétaire le confie ensuite en 2005 à David Scully qui mène le catamaran sur l’Oryx Cup, course autour du monde au départ de Doha. Le bateau démâte au large de l’Argentine et subit des dégâts, il avait été convoyé aux Etats Unis et mis en vente pour 650000$.
Sans acheteur, Steve Fossett projettait le transformer en bateau d’assistance pour un record de plongée en sous-marin.
Suite au décès de son propriétaire,le projet a été repris par Richard Branson à travers sa société Virgin, le catamaran devait donc être bateau support d’un petit sous marin d’exploration des grands fonds, ce projet n’a semble-t-il jamais été réalisé, le bateau est amarré au port de Newport.
En 2016, le catamaran est vu en baie de San Francisco en test avec un système d’aile de kite géante.

© Gilles Martin-Raget, avec son aimable autorisation Site web : www.martin-raget.com

© Gilles Martin-Raget, avec son aimable autorisation
Site web : http://www.martin-raget.com

© Gilles Martin-Raget, avec son aimable autorisation Site web : www.martin-raget.com

© Gilles Martin-Raget, avec son aimable autorisation
Site web : http://www.martin-raget.com

©Thierry Martinez, avec son aimable autorisation site web : www.thmartinez.com

©Thierry Martinez, avec son aimable autorisation
site web : http://www.thmartinez.com

Doha 2006 

Doha 2006 Start of the Oryx Quest round the world yacht race from Doha, Qatar, 5th February 2005 Photo: Dave Kneale

Doha 2006
Start of the Oryx Quest round the world yacht race from Doha, Qatar, 5th February 2005
Photo: Dave Kneale

Skipper : Brian Thompson (GB)
Longueur : 33,50m
Largeur : 16,50m
Hauteur de mât : 40m
Surface de grand voile : 338m² *
Surface du solent : 160m² *
Surface du gennaker : 440m² *
Tirant d’eau : 4,50m
Poids : 21 tonnes *
Architectes : Ollier Design Team
Chantier de construction : Multiplast (Vannes-France)
Mise à l’eau : 2000
Nombre d’équipiers :
– 13 : The Race
Ex Club Med, skipper : Grant Dalton (NZ)
Ex Maiden2, skippers : Tracy Edwards (GB), Brian Thompson (GB)
Palmarès :
                    – Détenteur du record de la Route de la Découverte (Cadix-San Salvador) en 10j 14h 53m 44s de juillet 2000 à février 2003
                    – Vainqueur de The Race en 2000 en 62 jours
                    – Détenteur du record des 24 heures entre 2000 et 2001 (625 puis 655 milles), puis entre 2001 et 2004 (694,78 milles)
                    – Détenteur du record Cowes-Dinard depuis 2002
                    –  Vainqueur de l’Oryx Quest en 2005
Club Med a été le premier catamaran sur plans Ollier lancé pour The Race, l’équipe disposait de temps et d’un budget conséquent. Le catamaran sera amélioré pendant la phase d’entrainement avec une modification de la forme des étraves, reprises sur les deux autres sisterships. Grant Dalton accompagné de Bruno Peyron, instigateur de la course battent le record de la Route de la Découverte pendant l’été 2000. L’équipage partait donc favori avec Playstation de cette course autour du monde, ils prirent définitivement la tête de la course dès le 8ème jour et arrivèrent en vainqueurs à Marseille
Le catamaran est ensuite acheté par Tracy Edwards qui se lance dans l’organisation de l’Oryx Quest, financé par l’état du Qatar, la course sera un fiasco avec seulement 2 bateaux à l’arrivée et des problèmes de primes non versées. Doha 2006 décroche quand même la victoire sur cette course.
Le nouveau catamaran de 40 mètres destiné à remplacer Doha 2006 et financé par l’état du Qatar ne sera donc pas construit, et le Quest Tour est annulé.
Le bateau reste à Doha et apparait sur des sites de vente sous le nom de The Pearl, il aurait été cédé pour 350000$ en 2014. Il semble être basé en Espagne après un refit pour adapter la catamaran à de la grande plaisance avec cabine propriétaire luxueuse.

* au départ de The Race

Photo Club Med/ Y. Zedda

Photo Club Med/ Y. Zedda

Photo Club Med/O. Van der Wall

Photo Club Med/O. Van der Wall

Team Adventure

© Gilles Martin-Raget, avec son aimable autorisation Site web : www.martin-raget.com

© Gilles Martin-Raget, avec son aimable autorisation
Site web : http://www.martin-raget.com

Skipper : Cam Lewis (USA)
Longueur : 32,50m
Largeur : 16,50m
Hauteur de mât : 40m
Surface de grand voile : 345m² *
Surface du solent : 165m² *
Surface du gennaker : 460m² *
Tirant d’eau : 4,50m
Poids : 20,5 tonnes *
Architectes : Ollier Design Team
Chantier de construction : Multiplast/JMV
Mise à l’eau : 2000
Nombre d’équipiers :
– 14 The Race
Palmarès :
– 3ème de The Race en 83 jours
Le bateau est le quasi sistership de Club Med et d’Innovation Explorer. L’équipage de Cam Lewis est contraint à deux arrêts techniques sur cette course autour du monde, réduisant les espoirs de lutte pour la seconde place. L’équipage américain termine à 10 après le débarquement de deux blessés et de deux autres équipiers pour raisons personnelles, en 3ème position de ce tour du monde.
Après The Race, Cam Lewis et son équipage partent sur un tentative de record sur l’Atlantique Nord, ils seront stoppés par une rencontre avec un ofni qui détruit une étrave.
lIs rejoignent cependant les Etats-Unis. Suite à un contentieux avec les assureurs, le bateau se retrouve à terre sans être réparé.
Une participation à l’Oryx Quest avait été  à l’ordre du jour, une étrave neuve avait même été fabriquée chez Multiplast à la demande de Tracy Edwards (organisatrice de cette course), mais le catamaran n’a jamais re-navigué et se trouve toujours aux Etats Unis.
Cam Lewis espérait repartir sur un projet de maxi-catamaran d’une quarantaine de mètres, sans succès.
* au départ de The Race
© Gilles Martin-Raget, avec son aimable autorisation Site web : www.martin-raget.com

© Gilles Martin-Raget, avec son aimable autorisation
Site web : http://www.martin-raget.com

G FORCE (USA)

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com

Longueur : 32,90m
Largeur : 16,50m
Hauteur de mât : 40m * – 41m **
Surface de grand voile : 338m² * – 374m² **
Surface du solent : 160m² –  177m² **
Surface du gennaker : 440m² * – 550m² **
Tirant d’eau : 4,50 tonnes
Poids : 20,5 tonnes *
Architectes : Ollier Design Team
Chantier de construction : Multiplast (Vannes-France)
Mise à l’eau : 2000
Nombre d’équipiers :
– 12 : The Race
                 – 13 : Trophée Jules Verne 2002
                 – 14 : Tophée Jules Verne  2003
Ex Innovation Explorer, 2000, skipper Loick Peyron : The Race
Ex Orange, 2002 ,skipper Bruno Peyron : Trophée Jules Verne
Ex Kingfisher 2, 2003, skipper Ellen MacArthur , tentative de Trophée Jules Verne (démâtage)
Ex Gitana 13, 2006-2010, skipper Lionel Lemonchois
Ex Swift, catamaran de croisière rapide
Palmarès :
                   – Second de The Race en 65 jours
                   – Détenteur du Trophée Jules Verne entre mars 2002 et mars 2004
                   – Détenteur du record New-York – San-Francisco depuis mars 2008 en 43 jours 38 minutes.
                   – Détenteur du record San-Francisco – Yokohama depuis avril 2008 en 11j 12min et 55s
                      Détenteur du record Hong Kong-Londres depuis septembre 2008 en 41j 21h 26min et 34s

Le bateau est le quasi sistership de Club Med et de Team Adventure.
Il s’agit du dernier catamaran Ollier lancé pour The Race, la mise au point sera très courte et le budget très serré. Malgré ces difficultés Loick Peyron et son équipage mènent le bateau a une très belle deuxième place de ce tour du monde en course, malgré une belle lutte, l’équipage ne pourra rivaliser avec le vainqueur Club Med, du fait de voiles de portant non optimisées.
© Gilles Martin-Raget, avec son aimable autorisation Site web : www.martin-raget.com

© Gilles Martin-Raget, avec son aimable autorisation
Site web : http://www.martin-raget.com

Le frère de Loïck, Bruno Peyron organisateur de la course connaît le potentiel des trois plans Ollier et leur fiabilité. Il convainc donc Orange en 2002 d’acheter le bateau pour une tentative de Trophée Jules Verne. Après une avarie de tête de mât, il reprend un second départ gagnant cette fois, puisque Bruno Peyron et son équipage reviendront victorieux à Brest et reprennent le bien d’Olivier de Kersauson avec un tour du monde en 64 j 8 h 37 min. En août 2002, ils échouent sur une tentative de record autour des îles britanniques pour une heure, faute de vent sur la fin de parcours.

© Gilles Martin-Raget, avec son aimable autorisation Site web : www.martin-raget.com

© Gilles Martin-Raget, avec son aimable autorisation
Site web : http://www.martin-raget.com

En septembre il démâte en Méditerranée lors d’un convoyage.

© Gilles Martin-Raget, avec son aimable autorisation Site web : www.martin-raget.com

© Gilles Martin-Raget, avec son aimable autorisation
Site web : http://www.martin-raget.com

Le bateau est ensuite acheté par Offshore Challenges, la société de MacArthur-Turner pour une tentative de Trophée Jules Verne sous les couleurs de Kingfisher. Le catamaran est optimisé avec une réduction du poids et un nouveau jeu de voiles, la tentative avortera suite au démâtage au large des Kerguelen, le catamaran sera rapatrié en Angleterre.
© Gilles Martin-Raget, avec son aimable autorisation Site web : www.martin-raget.com

© Gilles Martin-Raget, avec son aimable autorisation
Site web : http://www.martin-raget.com

Il n’est racheté qu’en 2006 par le Baron de Rothschild qui le fait entrer au sein du Gitana Team sous le numéro 13.
Loïck Peron retrouve donc le bateau qu’il avait mené sur The Race au sein du team du Baron de Rothschild, mais il n’en prendra pas la barre, celle-ci est confiée au récent vainqueur de la Route du Rhum : Lionel Lemonchois, le programme du bateau comprenait les record Cadix-San Salvador puis Miami-New-York entre mars et mai 2007, soit avant l’arrivée de Groupama 3 sur les mêmes parcours.

© Gitana SA

© Gitana SA

Le bateau était légèrement modifié, avec un mât plus haut, une poutre avant surélevée de 30cm, les étraves reprofilées et un nouveau jeu de voiles complet réalisé.
L’équipage subit une avarie de safran sur la tentative de la Route de la Découverte et se rabat vers les records New York-San Francisco, San Francisco-Yokohama et Hong Kong-Londres en 2008, puis d’autres record mineurs dans le Pacifique.
Le catamaran est ensuite utilisée pour des opérations de relations publiques avant d’être vendu à un particulier en 2010.
Le bateau est renommé Swift et est complétement aménagé pour un usage « grande croisière », avec quelques aménagements extérieurs (biminis, plan de pont), mais surtout intérieurs.
Le catamaran a changé de propriétaire en 2014 pour 2.95 millions d’euros, il est désormais immatriculé aux Etats Unis et navigue dans le Pacifique et les Caraibes.
* au départ de The Race
** Gitana 13

 

Team Philips

© Gilles Martin-Raget, avec son aimable autorisation Site web : www.martin-raget.com

© Gilles Martin-Raget, avec son aimable autorisation
Site web : http://www.martin-raget.com

Skipper : Pete Goss (GB)
Longueur : 36,60m
Largeur : 21m
Hauteur de mât : 2x40m
Surface de grand voile : 2x260m² *
Surface de solent : pas de solent
Surface de gennaker : 250m² *
Tirant d’eau : 4,40m
Poids : 30 tonnes *
Chantier de construction : Goss Challenge (Dartmouth, UK)
Architectes : Adrian Thomson, Paragon Mann
Mise à l’eau : 29 février 2000
Coût de construction : 4,5 millions de livres (6 millions d’euros)
Nombre équipiers : 6
© Gilles Martin-Raget, avec son aimable autorisation Site web : www.martin-raget.com

© Gilles Martin-Raget, avec son aimable autorisation
Site web : http://www.martin-raget.com

Team Philips était certainement le bateau le plus innovant jamais construit à l’époque, en effet le concept de perce vagues n’avait jamais été utilisé sur un bateau de cette taille auparavant. La poutre avant présente sur tous les autres catamarans était supprimée, la cellule de vie  réduite au strict minimum et  située entre les deux bras de liaison.
Le bateau possédait deux mâts pivotants sur 360°, autre innovation, les mâts étaient à wishbone comme sur les planches à voile, donc non haubanés.
Le concept était adopté par les anglais et la presse qui suivaient de près la construction, le bateau fut baptisé par la reine en personne. Cependant les premiers essais en mer étaient moins concluants que le concept, dès la première sortie, les étraves se brisèrent, après un chantier de renforcement, c’était au tour des mâts (3,2 tonnes chacun) de présenter de sérieuses faiblesses. En effet les têtes fouettaient du fait de l’absence de haubans et entraînaient des efforts considérables sur la structure.
Le bateau n’avait navigué que quelques centaines d’heures avant son départ en qualification sur l’Atlantique Nord, déchaîné quelques jours avant le départ de The Race.

Ce départ lui sera fatal, l’équipage était contraint d’abandonner le bateau suite à une avarie sur la nacelle centrale, l’équipage fût récupéré par un cargo à 1000 milles à l’ouest de l’Irlande, mais le bateau ne résista pas aux 60 nœuds de vent et au 10 mètres de creux, il se désintègrera sur l’océan, emportant un beau concept qui a souffert d’excès de confiance et de défauts de jeunesse.

 Une partie de l’épave sera retrouvée quelques mois plus tard aux Féroé.

* au départ de The Race

team$2Bphil$2B2

 

GERONIMO

© MAINSBRIDGE Ian

© MAINSBRIDGE Ian

Skipper : Olivier de Kersauson 2001-2006
Longueur : 34m
Largeur : 22m
Hauteur de mât : 39m
Surface de grand voile : 390m²
Surface de solent :160m²
Surface de gennaker : 500m²
Tirant d’eau : 5m
Poids : 23 tonnes
Chantier de construction : Multiplast (Vannes-France) / JMV (Cherboug-France)
Architectes : Van Peteghem-Lauriot Prévost
Mise à l’eau : 22 juillet 2001
Coût de construction : 4,5 millions d’euros
Nombre équipiers :
– 11 : Trophée Jules Verne
Port d’attache : Brest

Palmarès :
                    – Détenteur du Trophée Jules Verne de mars 2004 à mars 2005 (Fossett n’ayant pas payé les droits pour le Trophée ODK s’empare de celui-ci malgré un temps moins bon que le bateau américain)
                  –  Détenteur du record du Tour de l’Australie depuis juillet 2005 en 17 jours 12 heures 57 minutes 5 secondes
                  –  Détenteur du record Transpacifique : Transpac (Los Angeles-Honolulu) en 4 jours 19 heures 31 minutes 37 secondes
depuis novembre 2005
                  –  Détenteur de la Transpacifique Est-Ouest (San Francisco-Yokohama) entre avril 2006 et avril 2008
                  – 
Détenteur de la Transpacifique Ouest-Est (Yokohama-San Francisco) depuis juin 2006 en 13 jours 22 heures 38 minutes 28 secondes
 Olivier de Kersauson a voulu un trimaran sain et fiable, il s’agit d’une plate forme basée sur son expérience acquise lors de ses deux tours du monde, le trimaran était le plus grand du monde à l’époque (un trimaran de 38 mètres avait été en partie construit pour The Race à Hawaii mais n’avait pu être fini pour cause de budget).
Malgré tout le multicoque se voulait relativement rustique, sans foils, ni mât basculant et ne possédait à sa mise à l’eau qu’un seul safran sur la coque centrale. De plus il était relativement étroit pour sa longueur.
Le trimaran connaitra une mise au point difficile : perte de la tête de mât, problème de cavitation du safran lors de la tentative de Trophée Jules Verne en 2002.
En 2003, l’équipage tente une nouvelle fois de décrocher le Jules Verne mais échoue, Géronimo ne parvenant pas à battre le record d’ Orange.
En 2004, après quelques tentatives de records qui échouent elles aussi, le trimaran se retrouve pour la troisième année consécutive sur la ligne de départ du Trophée Jules Verne, hélas ce départ ne sera pas le bon, deux des trois gennakers sont hors d’usage dès le 3ème jour, le bateau rentre à Brest pour faire couper de nouvelles voiles et repartir au plus vite. Ce nouveau départ est pris deux semaines après le demi-tour au milieu de l’Atlantique Nord. Le brestois et son équipage rencontrent des conditions particulièrement difficiles dans le Pacifique mais conservent une avance sur le record, le passage du Cap Horn sera aussi redoutable avec des vents de 60 noeuds. La remontée de l’Atlantique sera laborieuse avec des vents faibles, le bateau arrivera à Brest en battant le temps du Trophée Jules Verne en  
63 j, 13 h, 59 m et 46 s.
Cependant l’américain Steve Fossett qui n’est pas parti dans le cadre du Trophée mais qui a effectué le même parcours devance largement le trimaran français puisqu’il a bouclé son tour du monde en 58 jours 09 heures 32 minutes.
Fin 2004 et en vue de la participation à l’Oryx Quest, Géronimo est équipé d’un mât basculant, une première sur un bateau de cette taille, la course lancée Géronimo fait escale en Australie pour une fissure sur le bras avant, après réparation le trimaran gris reprendra la mer mais le problème réapparait et l’équipage abandonne. Après de nouvelles réparations Géronimo accumule les records autour de l’Australie puis dans le Pacifique.
Le trimaran est vendu en début d’année 2013 à Sodebo, le skipper Thomas Coville s’est rabattu sur ce bateau après l’échec de l’achat de Groupama 3, avec comme objectif principal la Route du Rhum 2014, puis le tour du monde.
Le trimaran sera profondément modifié par les architectes, ne seront conservés qu’une partie des flotteurs et les bras de liaison, le trimaran est doté de foils.
Ce « nouveau » bateau est désormais nommé Sodeb’O Ultim.

© Gilles martin Raget

Vitalia II (ex-Orange 2)

 
Propriétaire : François Bich
Skipper : Vladimir  Dzalba Lyndis sous les couleurs de Vitalia II
Skipper : Bruno Peyron (FR) de 2003 à 2006 sous les couleurs d’Orange
Longueur : 36,80m
Largeur : 18m
Hauteur de mât : 40m
Surface de grand voile : 470m²
Surface de solent : 250m²
Surface de gennaker : 620m²
Tirant d’eau : 5,50m
Poids : 27 à 30 tonnes (Orange II), 46,6 tonnes (Vitalia II)
Chantier de construction : Multiplast (Vannes-France)
Architectes : Ollier Design Team
Mise à l’eau : Décembre 2003
Nombre équipiers :
– 14 : Trophée Jules Verne
– 12 : Record Atlantique Nord
Port d’attache : Londres
Palmarès :
                    – Détenteur du record de la Méditerranée (Marseille-Carthage)  entre septembre 2004 et 2010
                    – Détenteur du Trophée Jules Verne (Ouessant-Ouessant) entre mars 2005 et mars 2010 en 50 jours, 16 heures, 20 minutes, 4 secondes
                    – Détenteur du Record de l’Atlantique Nord (New-York – Cap Lizard) en 4 jours, 8 heures, 23 minutes et 54 secondes (28 nœuds de moyenne) entre juillet 2006  et juillet 2007
                    – Détenteur du record des 24 h : 706,2 milles entre août 2004 et juillet 2006 (tentative de record sur l’Atlantique nord), puis amélioré en juillet 2006 avec 766,8 milles soit 31,9 nœuds de moyenne entre juillet 2006 et juillet 2007
Orange II - Arrivée Trophée Jules Verne 2005 à Brest - En mer***Orange II - 2005 Jules Verne Trophy finish in Brest - At sea

© Gilles Martin-Raget, avec son aimable autorisation Site web : http://www.martin-raget.com

Bruno Peyron, accompagné par son sponsor Orange lance ce maxi catamaran en décembre 2003. Le skipper s’est de nouveau tourné vers Gilles Ollier pour le design et Multiplast pour la construction.
Après une courte période d’essais Peyron et son équipage se lancent sur une tentative de Trophée Jules Verne début 2004, deux autres multicoques sont en lice sur le même parcours, Cheyenne de Steve Fossett et Géronimo d’Olivier de Kersauson.
Le lendemain de son départ, l’équipage doit faire demi-tour suite à la rupture de la crash box de l’étrave tribord. Le catamaran repart après une semaine de travaux.
Cette nouvelle tentative sera de nouveau avortée au large du Cap Vert, l’équipage doit faire face à une voie d’eau causée par une fissure dans le carénage de l’arbre d’hélice.
Le multicoque est convoyé à Lorient pour un nouveau chantier, l’objectif de tour du monde est reporté à l’année suivante.
Bruno Peyron et son équipage coupent la ligne de départ du Trophée Jules Verne le 24 janvier 2005, la descente de l’Atlantique est rapide avec un passage à l’équateur en 7 jours et en 14 jours à Bonne Espérance, avec une avance de 4 jours sur le temps de Cheyenne. Les océans Indien et Pacifique sont passés sans encombre et l’équipage décroche tous les temps intermédiaires au Horn qui est atteint en 32 jours et 13 heures, avec une avance d’une semaine.
Petite frayeur lors de la remontée de l’Atlantique après avoir heurté un cétacé, les dégâts sont finalement minimes et les 14 hommes du bord reviennent au large de Ouessant en 50 jours et 16 heures améliorant le temps de Cheyenne de plus de sept jours.
2005-trop

© Gilles Martin-Raget, avec son aimable autorisation Site web : http://www.martin-raget.com

En août 2006, l’équipage s’aligne sur une tentative de record sur l’Atlantique Nord, qui st avalé en 4 jours et 17 heures, apportant une nouvelle ligne au palmarès du maxi catamaran. Et ce malgré une collision avec un OFNI qui endommagera un des safrans, lors de la 3ème journée du record, entamant le potentiel de vitesse du bateau.
Bruno Peyron perd son sponsor historique après ce record,  il achète alors le bateau qui est  rebaptisé Team Explorer. Le skipper espérait l’améliorer (changement de gréement et d’appendices, allégement), mais ne trouvera pas de partenaire. Le bateau reste stocké sur le terre plein de Multiplast pendant de longues années.

La bateau a été acheté en 2014 par François Bich, le catamaran entre en chantier en mai 2014 chez Multiplast et est remis à l’eau en avril 2015. Le multicoque a été sensiblement modifié avec notamment une nacelle de 70m² entre les poutres de liaison et de nombreux aménagements intérieurs.
Il naviguera désormais en croisière rapide autour du monde.

 

Région Aquitaine/Port Médoc

© AFP

© AFP

Ex B&Q/Castorama 2004-2006, skippé par Ellen Mac Arthur
Ex Musandam
Ex Melody Nelson, skipper Philippe Monnet
Ex Boite à Pizza

Skipper : Philippe Monnet (FR)

Longueur : 22,90m
Largeur : 16,20m
Hauteur de mât : 30,60m
Surface de grand voile : 153m²
Surface de solent : 106m²
Surface de gennaker : 213m²
Poids : 8,3 tonnes
Chantier de construction : Boatspeed (Australie)
Architectes : Irens-Cabaret

Mise à l’eau : janvier 2004

Palmarès :
– Record du Tour du monde en solitaire de 2005 à 2007 en 71 jours 14 heures 18 minutes et 37 secondes
– Multiples records intermédiaires en Asie (en équipage et non homologués par le WSSRC)
Ellen MacArthur a choisi le duo Irens/Cabartet pour dessiner le trimaran susceptible de reprendre le record autour du monde en solitaire à Francis Joyon.
B&Q Castorama accompagne la navigatrice avec ce multicoque pour un programme en solo.
Le trimaran est construit chez Boatspeed en Australie, il est ensuite convoyé en équipage très réduit puis en solitaire par la skipper, afin de s’entrainer.
Ellen MacArthur prend le départ d’une tentative de record en solo sur l’Atlantique Nord en juin 2004, elle échoue à 75 minutes du temps de référence.
L’anglaise s’élance pour son tour du monde en solitaire fin novembre 2004 sur un bateau parfaitement préparé par son équipe et conçu spécialement pour ce record et pour sa skipper, avec un routage météo sans faille.
ELLEN MACARTHUR START -NOV 2004
Malgré des difficultés techniques (générateur, tétière de grand voile) mais aussi morales (Ellen MacArthur vivra assez mal son isolement dans le grand sud), et physique (elle arrivera très diminuée au terme de son record), la jeune anglaise effectue un beau parcours et grapille du temps sur le chrono de Francis Joyon, elle le battra de 32 heures et s’adjuge le record du tour du monde en solitaire, et le titre de Dame, accordé par la reine.
ELLEN MACARTHUR START -NOV 2004
En 2005, le bateau est aligné sur quelques courses (record SNSM, tour de l’île de WIght…).
En 2006, la navigatrice part vers l’Asie en cargo, le trimaran alignera ensuite un grand nombre de record avec cependant des moyennes médiocres.

Le bateau a été vendu en 2008 au sultanat d’Oman qui continuait son investissement dans la voile.

© Lloyd Images

© Lloyd Images

L’Oman Sail décidait de relancer ce trimaran sur un tour du monde, avec départ et arrivée à Oman, en équipage réduit (5 hommes), le but étant de permettre à Mohsin Al Busaidi d’être le premier Omani à boucler un tour du monde à la voile, le départ a eu lieu en janvier 2009. Les cinq hommes d’équipage ont bouclé leur tour du monde en 76 jours.
Le team Oman Sail a  ensuite mis le trimaran en vente en octobre 2009, une bonne occasion pour un coureur solitaire voulant s’aligner sur la Route du Rhum 2010…
Cette opportunité n’aura pas échappé à Philippe Monnet qui achetait le trimaran, avec lequel il s’alignera sur la Route du Rhum.
Philippe Monnet terminera à la cinquième place de la Route du Rhum 2010 avec ce trimaran sous les couleurs de la Boite à Pizzas.

L’objectif du skipper reste toujours une tentative de tour du monde contre vents et courants dominants, à ce jour ce projet n’a pas abouti.
En 2011, le bateau est loué pour quelques mois à Lalou Roucayrol.
Il est ensuite en vente, plusieurs skippers auraient souhaité l’acheter pour un tour du monde à l’envers.
Il est vendu en 2016 et entre en refit à Hennebont, sans nouvelle depuis.

Gemini 3

bioton2
Skipper : Roman Paszke (POL)
Longueur : 28m
Largeur : 14m
Hauteur de mât : 33 m
Surface de grand voile : 235m²
Surface de solent : 110m²
Surface de gennaker : 340m²
Poids : 8 tonnes
Chantier de construction : Marström Composite (Suède)
Architectes : ?
Ex Bioton
Mise à l’eau : janvier 2006
La « surprise de l’année » 2006 : en effet le skipper polonais Roman Paszke, qui avait participé à the Race sur Warta Polpharma (ex Jet Services V), dévoilait ce nouveau Bioton qui a d’ailleurs hérité du mât de Warta.
L’objectif du skipper était le record autour du monde en solitaire détenu par Ellen MacArthur.
La première tentative prévue début 2007 était finalement reportée au mois d’octobre, le catamaran ne prendra finalement pas le départ.
La tentative en solo sur la Route de la Découverte fut écourtée suite à un problème de pilotes automatiques quelques heures après le départ, le bateau était ensuite convoyé en Suède pour être remis en chantier fin 2007.
Bioton, le sponsor du bateau se retirait.
Le bateau réapparaissait à Brest en février 2010, il devait rejoindre le Portugal pour des entrainements.
Roman Paszke devait s’aligner sur un tour du monde en solitaire à l’envers (d’ouest en est), celui-ci n’aura pas eu lieu, le bateau a été amarré à la BSM de Lorient entre février et mars 2011.

Le catamaran faisait un nouveau passage à Lorient fin 2011 pour une mise à niveau, avant la tentative de record autour du monde contre vents dominants, le marin polonais avait choisi Las Palmas aux Canaries comme point de départ, son aventure se terminera au large de l’Argentine après une vingtaine de jours de mer, suite à une voie d’eau au niveau de la coque babord.
Le catamaran était mis au sec à Rio Gallegos, cette étape forcée avait été prolongée suite à des umbroglios juridiques, malgré tout le skipper avait pu ramener son bateau en Pologne en 2012.
Roman Paszke s’alignait de nouveau sur le parcours contre les vents dominants en 2013 avant d’abandonner une nouvelle fois avant le passage du Horn suite à une météo défavorable.
En 2014, le catamaran a navigué en Pologne, il ne semble plus en activité depuis.

 

Idec Sport

 Photo Jean Marie Liot / DPPI / IDEC

Photo Jean Marie Liot / DPPI / IDEC

Skippers :
–  Francis Joyon (FRA) à partir de septembre 2015, Idec Sport
– Ryan Breymaier (USA) en 2015, Lending Club II
– Loick Peyron (FRA) sur la Route du Rhum 2014
– Armel Le Cléac’h  (FR) en 2013-2014
– Franck Cammas (FR) de 2006 à 2010
Ex Lending Club II
Ex Banque Populaire VII
Ex Groupama 3
Longueur : 31,50m
Largeur : 23m
Tirant d’air : 36m (41m initialement en version équipage)
Surface de grand voile : 356m²
Surface de solent : 201m²
Surface de gennaker : 472m²
Tirant d’eau : 5,70m
Poids : environ 17 tonnes (19 tonnes lors de la mise à l’eau en 2006)
Chantier de construction : Multiplast (Vannes-France)
Architectes : Van Peteghem-Lauriot Prévost
Mise à l’eau : 7 juin 2006
Nombre équipiers : 10 (Trophée Jules Verne 2010), 6 (Trophée Jules Verne 2015)
Port d’attache : La Trinité sur Mer
Palmarès :
  • Sous les couleurs de Groupama, avec Franck Cammas comme skipper :
    – Détenteur du record de la Route de la Découverte (Cadix –  San  Salvador)  en 7 jours 10 heures 58 minutes et 53 secondes entre 2006 et 2014
    – Détenteur du record Miami-New York en 1 jour 11 heures 5 minutes 20 secondes
    – Détenteur du record des 24h : 794 milles en 24h, à 33,08 noeuds de moyenne (plus de 61,2 km/h sur 24 heures), entre juillet 2007 et août 2009.
    – Détenteur du Record de l’Atlantique Nord (New-York – Cap Lizard) en 4 jours, 3 heures, 57 minutes et 44 secondes  (28,66 nœuds de moyenne) entre juillet 2007 et août  2009.
    – Détenteur du Record de la Méditerranée (Marseille-Carthage) en 17 heures, 08 minutes et 23 secondes (26,72 nœuds de moyenne) entre mai 2009 et mai 2010
    – Détenteur du Trophée Jules Verne (Ouessant-Ouessant) entre mars 2010 et janvier 2012 en 48 jours 7 heures 44 minutes 52 secondes
    – Vainqueur de la Route du Rhum-La Banque Postale 2010 en 9 jours, 3 heures, 14 minutes et 47 secondes
  • Sous les couleurs de Banque Populaire, avec Armel le Cléac’h comme skipper :
    – Détenteur du Record de la Méditerranée (Marseille-Carthage) en solitaire en 18 heures 58 minutes 13 secondes depuis octobre 2013
    – Détenteur du record de la Route de la Découverte (Cadix –  San  Salvador) en solitaire  en  6j 23h 42’ 18’’ depuis janvier 2014
    – Détenteur du record des 24h en solitaire : 682,85 milles en 24h, à 28,40 noeuds de moyenne entre janvier 2014 et juin 2016
  • Sous les couleurs de Banque Populaire, avec Loïck Peyron comme skipper :
    – Vainqueur la Route du Rhum-La Banque 2014 en 7 jours, 15 heures, 8 minutes et 32 secondes à la vitesse moyenne de 19.34 noeuds (Record de l’épreuve)
  • Sous les couleurs de Lending Club II, skipper Ryan Breymaier :
    – Détenteur du record de la Traversée de la Manche en équipage en 5 h 7 min 14 sec entre mars  et septembre 2015
    – Détenteur du record  Newport / Les Bermudes en 23 h 9 min 53 sec depuis avril 2015
  • Sous les couleurs d’Idec Sport, skipper Francis Joyon
    – Détenteur du Trophée Jules Verne en 40j 23h 30m 30s depuis le 26/01/2017
    – 2nd de la course en équipage The Bridge (Saint-Nazaire-New York) en juin 2017
    – Détenteur du Record de l’Atlantique nord en 5 jours, 2 heures, 7 minutes entre le 12/07/2017 et le 15/07/2017
© Yvan Zedda pour Groupama SA

© Yvan Zedda pour Groupama SA

Le bateau conçu par VPLP pour Franck Cammas fut mis à l’eau en juin 2006. Les capacités de vitesse du trimaran furent rapidement maitrisées par l’équipage, malgré sa longueur raisonnable, le multicoques était à l’époque le plus puissant.
La première tentative de record eut lieu sur le parcours de la Route de la Découverte : Cadix (Espagne) – San Salvador (Bahamas) en mars 2007 avec un premier succès puisque l’équipage battait de plus de 2 jours le temps de Playstation malgré une fenêtre météo moyenne.
Le deuxième objectif  fut atteint dans la foulée avec le record Miami- New York en 1j 11h 05min 20sec, améliorant là aussi assez largement le record de Playstation, Groupama 3  avalant le parcours à plus de 27 noeuds de moyenne.
Ce record fut battu dans des vents forts et une mer parfois difficile, ce qui avait rassuré l’équipage sur les capacités de ce trimaran dans des conditions se rapprochant de celles du grand sud.
Franck Cammas enchainait les succès puisque Groupama 3 battait le record des 24 heures lors de la première journée du record de l’Atlantique Nord avec 794 milles au compteur à plus de 33 noeuds de moyenne, le potentiel de vitesse du trimaran était définitivement confirmé.
La « tournée » Atlantique de Groupama 3 se terminait en beauté avec le record la traversée de l’Atlantique Nord en 4 jours 4 heures, amélioré de plus de 4 heures par Franck Cammas et son équipage.
En 2008, Groupama 3 est aligné sur une tentative de Trophée Jules Verne en janvier, la descente de l’Atlantique se fait rapidement avec  une avance de près d’une journée à Bonne Espérance.
L’équipage est contraint de contourner une dépression avec une route assez nord à l’entrée dans l’Indien, ce qui allonge sensiblement la route du multicoque.
Le 18 février 2008, le trimaran chavire au large de la Nouvelle-Zélande, suite à la casse du flotteur bâbord, qui entraina une rupture des bras de liaison et le chavirage.
L’équipage fut hélitreuillé et le bateau remorqué en Nouvelle Zélande puis rapatrié par cargo en France
Après expertise, les causes de la rupture du flotteur n’ayant pu être déterminées, le team Groupama opta pour un changement de flotteurs, qui ont été  intégralement reconstruits, le bateau fut remis à l’eau en février 2009, après une tournée de relations publiques en Méditerranée, Franck Cammas et son équipage décrochaient le record de la Méditerranée.

© Yvan Zedda

© Yvan Zedda

Le bateau fut ensuite convoyé vers les Etats Unis pour s’attaquer à son propre record sur l’Atlantique Nord,  Banque Populaire V s’attaquait également au même record et le raflera aux hommes de Cammas pour 3 heures et reprenait aussi le record des 24 heures sur ce même parcours.
En novembre 2009, l’équipage repart sur une tentative de Trophée Jules Verne, celle-ci fut avortée au large de l’Afrique du Sud sur casse au niveau du bras de liaison arrière, le trimaran sera réparé au Cap et convoyé à Brest pour un nouveau stand-by.
 L’équipage repartit le 31 janvier d’Ouessant, la météo n’est pas idéale, le trimaran passe Bonne Espérance en retard sur le temps du record, regagne de l’avance dans l’Indien et le début du Pacifique. Le Horn est paré avec quelques heures d’avance sur le temps d’Orange II, mais la remontée de l’Atlantique sud est très laborieuse avec un anticyclone à contourner. Franck Cammas et ses hommes passent l’équateur avec 26 heures de retard. L’Atlantique nord sera plus favorable, grâce à une dépression qui les amènera jusqu’à Ouessant à grande vitesse avec un temps de 48 jours 7 heures et 44 minutes, améliorant l’ancien record de plus de deux jours.

Franck Cammas s’attelle ensuite à un dernier défi sur ce trimaran, avant de passer une campagne pour la Volvo Ocean Race. Il modifie le bateau afin de l’adapter au solitaire et s’aligne sur la Route du Rhum 2010. Les modifications concernent le mât (un nouveau tube plus court est construit) ; le plan de voilure  est également adapté. L’aménagement du multi est revu, un poste de veille prend place sous la casquette, un vélo sur cadre est monté dans le cockpit afin que le skipper puisse alterner les efforts sur la colonne de winch et sur le vélo lors des manoeuvres, qui deviennent éprouvante pour un solitaire sur un bateau de cette taille.
Le défi parait difficilement réalisable, mais Franck Cammas prendra la tête dès les premiers milles de course et arrivera en vainqueur à Pointe à Pitre sur son maxi trimaran.

Le bateau fut ensuite mis en vente, pour un prix de 4,5 millions d’euros, deux acheteurs potentiels se firent connaitre, Sodeb’O et Thomas Coville et Banque Populaire avec Armel le Cléac’h.
C’est finalement la Banque Populaire qui s’adjuge le trimaran en 2013. Armel le Cléac’h le prend en main et lance une campagne de record en solitaire avant une nouvelle Route du Rhum en 2014qui défendra les couleurs de son sponsor sur la Route du Rhum 2014.
Le trimaran remporte l’Armen Race et le record SNSM en début de saison 2013 et en équipage.

110913- NAVIGATION DU TRIMARAN MAXI SOLO BANQUE POPULAIRE VII AU LARGE DE MARSEILLE, SKIPPER : ARMEL LE CLEAC'H

110913- NAVIGATION DU TRIMARAN MAXI SOLO BANQUE POPULAIRE VII AU LARGE DE MARSEILLE, SKIPPER : ARMEL LE CLEAC’H

Le skipper a ensuite glané les records avec celui de la Méditerranée en octobre 2013 puis la Route de la Découverte en janvier 2014, Armel le Cléac’h parvenait même battre le temps de l’équipage de Groupama 3 sur la Transatlantique et à décroché le record des 24 heures, qu’il bat à deux reprises sur cette traversée de l’Atlantique Sud.

La tentative de record sur l’Atlantique Nord  n’aura pas lieu faute de fenêtre météorologique favorable. Le bateau est convoyé à Lorient pour préparer la Route du Rhum.

Armel le Cléac’h se blesse à la main durant l’été 2014, à quelques mois du départ de la célèbre transatlantique en solitaire, le bateau est alors confié à Loïck Peyron qui mènera également le trimaran d’une main de maitre, avec une victoire sur la Route du Rhum et le record de l’épreuve en 7 jours, 15 heures, 8 minutes.

 ©Th.Martinez/ BPCE. BELLE ILE - BRITANNY- FRANCE . 07 Octobre 2014 . Loïck Peyron ( FRA) en solo à bord du maxi trimaran

©Th.Martinez/ BPCE. BELLE ILE – BRITANNY- FRANCE . 07 Octobre 2014 .
Loïck Peyron ( FRA) en solo à bord du maxi trimaran « BANQUE POPULAIRE VII » à l’entrainement au large de Belle île (FRA) en vue de la Route du Rhum 2014.

Le trimaran est  de nouveau mis en vente à l’issue de cette Route du Rhum, la Banque Populaire faisant construire un 60′ IMOCA pour le prochain Vendée Globe et lançant une étude pour un nouveau maxi multicoque pour 2017.

Photo Credit - Lloyd Images (PRNewsFoto/Lending Club)

Photo Credit – Lloyd Images (PRNewsFoto/Lending Club)

En 2015, la vente du multicoque à Idec est confirmée, mais avant que Francis Joyon, le nouveau skipper ne puisse prendre la barre, le bateau est loué à Renaud Laplanche, CEO de Lending Club. Le français expatrié aux Etats Unis lance une campagne de records en équipage. Ryan Breymaier est désigné comme skipper. Le bateau retrouve sont mât d’origine et reçoit un nouveau jeu de voile.

Il est remis à l’eau en mars 2015 et s’adjuge peu de temps après le record de la traversée de la Manche puis le record Newport/Les Bermudes. Le trimaran passe ensuite dans le Pacifique pour des opérations de relations publiques avant son retour en Europe, Francis Joyon prend alors possession du trimaran.

Le trimaran passe ensuite en stand by mi-octobre pour le Trophée Jules Verne. L’équipage réduit souffre dans les petits airs lors de la descente de l’Atlantique Sud mais rattrape ensuite son retard dans le grand sud, décrochant le meilleur partiel sur le tronçon Cap des Aiguilles-
Cap Leeuwin. L’Atlantique Sud au retour est de nouveau marqué par des petits airs, avec un retard important qui s’accumule.
L’équipage ne parviendra pas à battre le record lors de cette tentative durant l’hiver 2015-2016.

Photo Jean Marie Liot / DPPI / IDEC

Photo Jean Marie Liot / DPPI / IDEC

En 2016, Francis Joyon et le même équipage repartent sur le Trophée Jules Verne le 20 novembre, sur une fenêtre météo atypique, du fait de conditions météos qui se dégradent et d’un retard trop important, l’équipage renonce après une semaine et rentre à Brest avec comme objectif un nouveau départ.
Ils prennent un nouveau départ en  décembre 2016, après un superbe tour du monde, Francis Joyon et son équipage s’emparent du Trophée Jules Verne en 40j 23h 30m 30s. Le trimaran décroche également pour la 2ème fois de son histoire ce Trophée, une première dans l’histoire.
En 2017, IDEC SPORT est engagé sur The Bridge, une course en équipage entre Saint-Nazaire et New York, Francis Joyon accompagné de ses quatre équipiers est face à Macif, Sodebo et Actual, ils remportent la 2nde place.
Le skipper effectue le convoyage retour en solitaire, sans routage et pour sa première navigation en solitaire, il bat son propre record dsur l’Atlantique nord en 5 jours, 2 heures, 7 minutes, ce record sera battu quelques jours plus tard par Thomas Coville.

Qingdao-China

Skipper : Guo Chuan (CHN)
Ex Idec Sport, skipper : Francis Joyon (FR) de 2007 à 2014
Longueur : 29,70m pour la coque centrale, 24,5m pour les flotteurs
Largeur : 16,5m
Hauteur de mât : 32m
Surface de voilure au près : 350m²
Surface de voilure au portant : 520m²
Poids : 11 tonnes
Architectes : Irens/Cabaret
Chantier de construction : Marsaudon Composite (Lorient-France)
Mise à l’eau : 19 juin 2007

Palmarès, sous les couleurs d’Idec, skipper Francis Joyon
:

– Record de la traversée de la Manche en solitaire entre août 2007  et septembre 2012 en 6 heures 23 minutes et 36 secondes à 21,58 noeuds de moyenne
– Record des 24 heures en solitaire : 616,07 milles soit 25,66 noeuds de moyenne entre décembre 2007 et janvier 2008
– Record du Tour du monde en solitaire depuis le 20/01/2008 en 57 jours 13 heures 34 minutes et 6 secondes
 – Record de la Route de la Découverte en solitaire (Cadix-San Salvador) entre février 2013 et janvier 2014 en 8 jours 16 heures 7 minutes et 5 secondes
– Record de l’Atlantique Nord (New York-Cap Lizard) en solitaire en 5 jours, 2 heures 56 minutes et 10 secondes, 23,3 noeuds de moyenne, depuis juin 2013
– Record des 24 heures en soltaire : 666,2 milles à 27,83 noeuds de moyenne entre juillet 2012 et janvier 2014

Idec a renouvellé sa confiance à Francis Joyon après la perte de son trimaran, son successeur a été lancé en juin 2007 et a le même objectif que le Sodeb’O de Thomas Coville, Francis a l’avantage de connaitre le terrain puisqu’il avait réussi l’exploit de tourner autour du globe en 71 jours sur un trimaran assez vieux et au départ prévu pour un équipage de 11 hommes. Le bateau sur plan Irens/Cabaret a entièrement été réalisé en infusion.

©François Van Malleghem / DPPI / IDEC

©François Van Malleghem / DPPI / IDEC

Première sortie officielle au Défi de Douarnenez pour Idec 2, avec des vitesses honorables pour un bateau conçu pour le solitaire, quelques petites modifications sont à l’ordre du jour, notamment l’ajout de deux petits safrans sur les flotteurs. Francis Joyon a battu le record de la Traversée de la Manche en août. La suite de la campagne de record comportait le plus difficile, le record autour du monde en solitaire, Francis Joyon n’a pas failli et reprend le record à Ellen MacArthur en le battant de plus de 2 semaines, mieux, le skipper d’Idec s’adjuge le 2ème meilleur temps autour de la planète devant des bateaux menés en équipage (Cheyenne, Géronimo, Orange…), il n’est devancé que par Orange II.

En 2008, Francis Joyon décroche le record de la Route de la Découverte : Cadix-San Salvador, après une traversée difficile de l’Atlantique Sud.
En 2009, Francis Joyon ouvre une nouvelle route et un nouveau record aux autres multicoques : la Mauricienne entre Port Louis (France) et Port Louis (Ile Maurice), il a parcouru les 8000 milles en 26 jours 4 heures 13 minutes et 29 secondes, à la vitesse moyenne de 16,40 nœuds.
En 2010, le bateau a été équipé de foils afin d’améliorer la performance de celui-ci en vue de la participation à la route du Rhum, Francis Joyon, sur une route sud réalisera une belle seconde place sur cette course, derrière Franck Cammas qui restera intouchable.
En août 2011, Francis Joyon s’élance sur le record de l’Atlantique Nord, peu après la ligne de départ à New-York, il chavire, le trimaran sera convoyé en France sous gréement de fortune avant d’entrer en chantier chez Multiplast.

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com

En 2012, Francis Joyon bat le record des 24 heures, en 2013, il bat son propre record sur la Route de la Découverte améliorant son temps de plus de 24 heures, avant de s’imposer sur l’Atlantique Nord, il détient à ce moment là les quatre records majeurs en solitaire, Armel le Cléac’h bat deux d’entre eux en 2014 en dépossédant Francis Joyon de la Route de la Découverte et des 24 heures.

Début 2015, Le bateau est acheté par le marin chinois Guo Chuan et est rebaptisé Qingdao-China.
Fin 2015, Guo Chuan se lance avec un équipage sur le passage nord entre l’Europe et l’Asie, une première sur un multicoque de course.
En 2016, après un refit, Guo Chuan est présent avec son trimaran aux JO de Rip, puis se lance en octobre sur le record entre San Francisco et Yokohama. Le contact est perdu avec le marin chinois le 25 octobre, des opérations de sauvetage sont déclenchées, mais Guo Chuan reste introuvable. Le marin est donc porté disparu en mer. Le trimaran est récupéré par l’équipe de Guo Chuan et convoyé à San Francisco.

Actual

© Th.Martinez / Sea&Co.

© Th.Martinez / Sea&Co.

 

Skipper : Yves le Blévec (FR)
Ex Sodeb’O, skipper : Thomas Coville (FR)
Longueur : 32m pour la coque centrale – 25,60m pour les flotteurs
Largeur : 16,55m
Hauteur de mât : 35m
Surface de grand voile : 227m²
Surface du solent : 152m²
Surface du gennaker : 305m²
Tirant d’eau : 2,5m
Poids : 12 tonnes
Architectes : Irens/Cabaret
Chantier de construction : Boatspeed (Australie)
Mise à l’eau : 21 juin 2007
Port d’attache : La Trinité Sur Mer

Palmarès, sous les couleurs de Sodeb’O, skipper Thomas Coville :
– Record des 24 heures en  solitaire 619,3 milles en 2007 puis 625,8 milles , soit 26,19 noeuds de moyenne le entre décembre 2008 et 2012
– Record de l’Atlantique Nord en solitaire en 5 jours 19 heures 29 minutes et 20 secondes soit 25 noeuds de moyenne entre jullet 2008 et mai 2013
– 2nd temps autour du monde en solitaire en 59 jours, 20 heures, 47 minutes et 43 secondes à la moyenne de 19,6 noeuds, soit le 4ème temps absolu (équipage et solitaire confondus).
– 3ème de la Route du Rhum-La Banque Postale 2010
– Record de la traversée de la Méditerranée en solitaire en 1 jour 1 heure 36 minutes 36 secondes à la vitesse de moyenne de 17,62 nœuds (33 km/h) entre septembre 2012 et octobre 2013

Palmarès, sous les couleurs d’Actual, skipper Yves le Blévec :
– 3ème de The Transat 2016

sodebo1-2

Après plusieurs années sur le championnat 60′ ORMA, Thomas Coville quitte le circuit pour se consacrer aux navigations en solitaire.
Après plusieurs records sur le  trimaran de 60′, son sponsor, conscient que ce bateau ne pouvait affronter tous les océans du globe, décidait de lancer la construction d’un maxi trimaran de record.
Le bateau a une longueur de 105 pieds pour la coque centrale, soit la taille de Groupama 3, et de 16 mètres de large il fut construit sur Plan Irens/Cabaret chez Boatspeed, là où avait été construit le B&Q d’Ellen McArthur, le bateau possède un mât basculant.
Thomas Coville convoyait son bateau vers la France avant une tentative de tour du monde en solitaire en décembre 2007. La descente de l’Atlantique était difficile, Thomas Coville commençait à rattraper une partie de son retard en approchant de Bonne Espérance, il s’adjugeait le record des 24h, mais devait ensuite abandonner suite à un choc avec un growler qui arrachait sa crash box tribord.
En juillet 2008, après un stand-by de 3 mois à New York, Thomas Coville s’élançait sur l’Atlantique Nord et battait le record jusque là détenu par Francis Joyon en 5j 19h 29min.

© Gilles Martin-Raget pour SodebO Site web : www.martin-raget.com

© Gilles Martin-Raget pour SodebO
Site web : http://www.martin-raget.com

En novembre 2008, Thomas Coville s’élançait pour une nouvelle tentative autour du monde, le temps à l’équateur était de 7 jours, soit quelques heures de plus que Francis Joyon, la descente de l’Atlantique Sud fut moins favorable avec un contournement de l’anticyclone de Saint Hélène difficile. L’entrée dans les mers du sud n’était pas meilleure avec un retard de 1200 milles peu après le passage de Bonne Espérance, Thomas accrochait ensuite une dépression qui lui permettait de batte son record des 24 heures en solitaire  avec 625,8 milles. La suite de ce tour du monde ne souriait pas à Thomas Coville qui devait allonger sa route dans le grand sud du fait de la présence de glaces, Sodeb’O accusera 1300 milles de retard au passage du Horn, la remontée le long des côtes sud américaines relançait le suspense avec un déficit qui se comblait petit à petit, avec seulement 360 milles de retard le 2 janvier. Thomas Coville concédera ensuite du terrain dans des zones de grains, il passait l’équateur avec 2 jours de retard sur le record, l’anticyclone des Açores ne laissera pas passer le skipper aussi vite qu’il l’aurait souhaité, il rejoignait Brest après 59 jours 20 heures et 47 minutes soit plus de 48h de retard sur le temps de Francis Joyon. Le record n’était donc pas battu mais Thomas Coville devenait le troisième marin à effectuer un tour du monde en solitaire en multicoque sans escale, il prenait le 2ème temps en solitaire et le 4ème temps absolu (solitaire et équipage confondus).

Après ce tour du monde, le trimaran fut mis en chantier pour être équipé de foils en vue de la participation de Thomas Coville à la Route du Rhum 2010.

Thomas Coville bouclera cette Route du Rhum  dans la douleur à la 3ème place derrière Franck Cammas et Francis Joyon après un final dans des vents evanescents, le skipper reprendra la mer après un court check up pour une nouvelle tentative de record autour du monde qui sera bouclée en 61 jours.

© Jimmy Bonnal avec son aimable autorisation

© Jimmy Bonnal avec son aimable autorisation

En 2012, Thomas Coville embarquait avec Franck Cammas pour la Volvo Ocean Race, le bateau fut de nouveau modifié avec l’avancée de flotteurs et donc des foils pour adopter un comportement plus sûr au large (en cabrant le bateau). Thomas Coville s’offrait un premier temps de référence en solitaire sur la Méditerranée à son retour de la Volvo Ocean Race et espèrait toujours déposséder Francis Joyon de son record sur la Route de la Découverte fin 2012.
Le skipper de Sodeb’O devra abandonner sa tentative sur le parcours Cadix San Salvador après une grave blessure au membre inférieur, il s’élança de nouveau autour du monde à l’hiver 2013-3014.

Cette tentative s’arrêtera dans l’Atlantique Sud suite à un trop gros retard sur le temps de Francis Joyon, le skipper fit demi-tour et se consacra ensuite à la préparation de son nouveau trimaran pour la Route du Rhum 2014..

Le trimaran fut mis en vente, Actual, le sponsor d’Yves le Blévec se porte acquéreur en juillet 2015.
La première course du trimaran, la Transat Jacques Vabre 2015 sera avortée, suite à la rupture d’une pièce du vérin de hauban tribord. Yves le Blévec et Jean Baptiste Levaillant parvenaient néanmoins à éviter le chavirage, à sécuriser le mât et à convoyer le bateau à la Trinité sur Mer.
En 2016, Yves le Blévec se classe 3ème de The Transat.
En 2017, le mât est réduit de  2,5m mais équipé d’une bôme plus grande, permettant de conserver la même surface de voilure.
Le trimaran participe à The Bridge, qu’il finit en 4ème position.
Yves le Blévec s’engagera en octobre 2017 sur un tour du monde en solitaire contre les vents dominants.


Spindrift 2

© Eloi Stichelbaut

© Eloi Stichelbaut

Skippers Spindrift 2 : Dona Bertarelli (SUI), Yann Guichard (FR)
Skippers Banque Populaire V : Pascal Bidégorry (FR) jusqu’en 2011 puis Loïck Peyron (FR) en 2011-2012
ex Banque Populaire V
Longueur : 40m pour la coque centrale – 37m pour les flotteurs
Largeur : 23m
Hauteur de mât : 42m (45m initialement)
Surface de grand voile : 405m²
Surface de solent : 260m²
Surface de gennaker (maxi/médium/mini) : 560/450/360m²
Tirant d’eau : 5,10m
Poids : 23 tonnes (25 tonnes sous les couleurs de Banque Populaire)
Chantier de construction : CDK Techonologies (Lorient-France) pour les bras de liaison et l’assemblage et JMV industrie (Cherbourg – France) pour la coque centrale et les flotteurs
Architectes : Van Peteghem-Lauriot Prévost et Renaud Banuls
Mise à l’eau : 26 août 2008
Nombre équipiers : 14
Port d’attache : La Trinité sur Mer
Palmarès :
Sous les couleurs de Banque Populaire V
– Détenteur du record de l’Atlantique Nord (New-York – Cap Lizard) en 3 jours 15 heures 25 minutes et 48 secondes  depuis août 2009, skipper Pascal Bidégorry
– Détenteur du record des 24 heures avec 907,8 milles soit 37,8 noeuds de moyenne lors du record de l’Atlantique en août 2009, skipper Pascal Bidégorry
– Détenteur du record de la Méditerranée (Marseille – Carthage) en 15 heures 20 minutes et 34 secondes (33,24 noeuds de moyenne) depuis le 16 mai 2010, skipper Pascal Bidégorry
– Détenteur du record du tour des îles britanniques en 3 jours 3 heures 49 minutes 14 secondes entre juillet 2011 et août 2014, skipper Loïck Peyron
– Détenteur du Trophée Jules Verne (Ouessant-Ouessant) depuis janvier 2012 en 45 jours 13 heures 42 minutes 53 secondes, skipper Loick Peyron

Sous les couleurs de Spindrift 2, skippers Yann Guichard et Dona Bertarelli
– Détenteur de la Route de la Découverte (Cadix-San Salvador) depuis novembre 2013 en 6 jours 14 heures 29 minutes 21 secondes
– Second de la Route du Rhum 2014, en 8 jours, 5 heures, 18 minutes et 46 secondes
à la vitesse moyenne de 17.95 noeuds, en solitaire, Yann Guichard
– Vainqueur de la Transat Québec Saint Malo et record de l’épreuve en 6 j 1 h 17 min et 41 sec en juillet 2016

Pascal Bidégorry s’était vu conforté dans son rôle de skipper de la Banque Populaire, puisque les dirigeants avaient décidé de suivre l’exemple de Groupama et d’offrir un maxi multicoque à leur skipper de 60′ ORMA. Le trimaran était mis à l’eau en août 2008, il est plus grand et plus puissant que Groupama 3.

Après une phase de tests, Pascal Bidégorry et son équipage s’étaient mis en stand by sur la Route de la Découverte en 2009. Faute de fenêtre météo, le trimaran était rentré à Lorient sans chrono.
Le bateau était ensuite convoyé vers les Etats Unis pour une tentative de record sur l’Atlantique Nord, avec un premier record, et une victoire sur son adversaire direct engagé sur le même parcours et sur la même fenêtre météo. L’équipage de Banque Populaire V battait le record de l’Atlantique Nord et décrochait également celui des 24 heures avec une journée à 908 milles à près de 38 noeuds de moyenne.

PRE_BFBP090802_294low
Une tentative de Trophée Jules Verne était au programme de l’hiver 2009-2010, cependant l’équipage et les routeurs ne trouvaient pas de fenêtre météo favorable à leurs yeux, alors que Groupama partira et ramènera le record autour du monde. Le trimaran restait donc à quai.

Pascal Bidégorry et ses hommes profitaient d’une tournée de relations publiques pour tenter le record de la Méditerranée, qui sera avalée à plus de 33 noeuds de moyenne, permettant de ravir un nouveau record à Groupama 3.

_wsb_670x474_Record+de+la+Travers$C3$A9e+de+la+M$C3$A9diterran$C3$A9e+-+15_05_2010$283$29+$28800x567$29
L’équipage de Banque Populaire 5 s’était de nouveau élancé en janvier 2011 à l’assaut du Trophée Jules Verne, cette tentative avorta dans le grand sud sur la casse de la dérive. Le trimaran reprenait donc le chemin de Lorient.

Dans les suites de cet échec, Pascal Bidégorry, le skipper fut débarqué par Banque Populaire, il était remplacé par Loïck Peyron en juin 2012, le reste de l’équipage reste quasi inchangé.

Les marins repartaient fin 2011 pour une nouvelle tentative, victorieuse cette fois-ci avec un superbe tour du monde en 45 jours 13 heures 42 minutes 53 secondes. L’équipage ne fera que creuser son avance tout au long du parcours.
Le bateau navigua en 2012 pour quelques relations publiques.

Début 2013, le trimaran fut vendu à l’équipe Spindtift racing, dirigée par Dona Bertarelli et Yann Guichard.

© Chris Schmid

© Chris Schmid/Spindrift racing

Le programme de record dévoilé s’avérait amibitieux avec une montée en puissance progressive, dont la Route de la Découverte, les 24 heures, l’Atlantique Nord, et pour terminer une tentative de Trophée Jules Verne en 2015.
Yann Guichard et Dona Bertarelli s’offraient un premier record pour leur 1ère tentative sur la Route de la Découverte en novembre 2013.
Ils renonceront à une tentative de record sur l’Atlantique Nord et des 24 heures durant l’été 2014 faute de fenêtre météorologique favorable.
Yann Guichard s’aligna ensuite sur la Route du Rhum 2014 en solitaire, après quelques essais en équipage réduit et en solitaire afin de juger des possibilités de mener ce trimaran de 40 mètres en solo.
Avant la course, le mât fut raccourci, une cellule de vie aménagée sous la casquette, un vélo est installé dans le cockpit.
Yann Guichard termina cette course en 2nde position, un exploit sur ce trimaran, nettement moins bien adapté à l’exercice du solitaire que tous ses concurrents.

Après un chantier d’hiver en 2015, le trimaran fut remis à l’eau en mai, il est désormais pourvu d’un nouveau mât de 42m, et d’un nouveau jeu de voiles en 3Di. La plate forme a été allégée, l’aérodynamique amélioré, l’objectif de cette année 2015 est le Trophée Jules Verne au cours de l’hiver.

© Eloi Stichelbaut

© Eloi Stichelbaut

 
 
 Malgré un beau tour du monde, l’équipage connait une fin de parcours difficile sur le tour du monde et ne bat pas le Jules Verne avec un temps de  47 j 10 h 59 min et 2 sec.
En juillet 2016, l’équipage remporte la transat Québec Saint-Malo, avec le temps record de l’épreuve.
A l’automne 2016 le trimaran subit un refit pour une tentative de Jules Verne, mais le stand by est annulé ainsi que la tentative.
En 2017, le trimaran est doté de nouveaux safrans avec plans porteurs et de foils dotés d’un tip, l’objectif est le Trophée Jules Verne, probablement avec un équipage plus réduit.

Oman Air

© Lloyd Images/Oman Sail

© Lloyd Images/Oman Sail

Skipper : Sidney Gavignet (pour la Route du Rhum 2010)
ex Majan
Longueur : 32m pour la coque centrale – 25,60m pour les flotteurs
Largeur : 16,55m
Hauteur de mât : 35m
Surface de grand voile : 227m²
Surface du solent : 152m²
Surface du gennaker : 305m²
Tirant d’eau : 2,5m
Poids : 12 tonnes
Architectes : Irens/Cabaret
Chantier de construction : Boatspeed (Australie)
Mise à l’eau : 26 août 2009
Port d’attache : Oman

Ce trimaran est le sistership de Sodeb’O, le bateau est construit en Australie et assemblé à Oman, ce trimaran devait être le 1er exemplaire de la série monotype A100, destinée à courir au Moyen Orient. Le bateau se voulait simple et ne possèdait pas la sophistication de Sodeb’O, il ne possèdait pas de foils, ni de mât basculant.
En 2010, le trimaran effectue un parcours dans l’océan indien avant de revenir en Europe, il entre alors en chantier pour participer à la Route du Rhum avec Sidney Gavignet à la barre.
L’objectif étant pour la promotion d’Oman et de la série A100 en Europe.
Durant cette Route du Rhum, le trimaran subira une grosse avarie avec la casse du bras de liaison avant tribord entrainant le démâtage du bateau et la perte du flotteur. Sidney Gavignet sera secouru par un cargo et le bateau remorqué aux Açores.
Le trimaran sera acheté ensuite par Marc Thiercelin qui espère toujours le remettre en état et de l’aligner sur les courses de maxis multis.

© Lloyd Images/Oman Sail

© Lloyd Images/Oman Sail

Ultim’Emotion

Ex Gitana 11, skipper Yann Guichard en 2009-2010 puis Sébastien Josse
Longueur : 24m (anciennement 18,28 m)
Largeur : 18,30 m
Déplacement : 7t (anciennement 6,1t)
Voilure au près/portant : 320/450 m²
ex Belgacom, 60’ORMA skipper : Jean Luc Nélias 2002-2003
– ex Gitana 11, skippers : Lionel Lemonchois pour la Route du Rhum 2006 et la saison 2007, Loick Peyron pour la fin de saison Grand Prix 2006,  Fredéric Le Peutrec entre 2004 et 2006
Mise à l’eau : août 2001( 60′ ORMA) / septembre 2009 (allongement ) 77′)
Architecte(s) : VPLP
Chantier : CDK
© Jimmy Bonnal avec son aimable autorisation

© Jimmy Bonnal avec son aimable autorisation

Le trimaran avait connu de bons résultats sous les couleurs du Gitana Team dans sa version 60′ ORMA.
En 2008 le Gitana Team annonçait la mise en chantier du trimaran suite à l’ouverture de la Route du Rhum aux multicoques sans limite de taille, le trimaran fut allongé à 77′ et la barre de celui-ci fut confiée à Yann Guichard.
Le trimaran allongé à 77′ fut remis à l’eau en septembre 2009, les flotteurs avaient été changés, avecun dessin proche de ceux de Banque Populaire V, la coque centrale avait été allongée en avant du bras de liaison, la structure renforcée au niveau de la coque centrale et des bras de liaison, et la plate forme aménagée pour la navigation en solitaire.L’hiver 2009-2010  fut l’occasion d’un nouveau chantier après les 1ères navigations sur la plate forme largement remaniée, les foils furent avancés, les appendices entièrement changés pour améliorer l’équilibre de barre.
Yann Guichard terminera à une satisfaisante 4ème de la Route du Rhum 2010, les conditons musclées ne permettant pas d’exploiter pleinement le potentiel du bateau.
Le trimaran toujours sous les couleurs de l’équipe Gitana, participa ensuite à quelques courses, comme le tour de Belle Ile en 2013, ou l’Armen Race avec Sébastien Josse à la barre.

Le trimaran change de propriétaire en avril 2015, il est achété par Grand Large Emotion, qui l’exploite désormais en charter.

Palmarès du bateau, sous les couleurs de Gitana, en 60′ ORMA :
Saison 2007 :
2nd de l’AS Lease Challenge
3ème du Trophée des Multicoques de Lorient
3ème du Défi de Douarnenez
2nd de la transat Jacques Vabre
Saison 2006 :
Vainqueur de la Route du Rhum
2ème des Grands Prix du port de Fécamp et de Portimao
3ème des Grands Prix de Trapani, Marseille et du Trophée des Alpes Maritimes
Saison 2005 :
3ème de l’IB Group Challenge
2nd de la Transat Jacques Vabre
Saison 2003 :
2nd de la Transat Jacques Vabre


Tritium/Lending Club 

Skipper : John Sangmeister
Longueur : 22 m
Largeur : 18,30m
Déplacement : inconnu
ex 60′ ORMA Bonduelle, skippers : Jean Le Cam 2001-2003, Roman Paszke 2005 OopsCup
ex Gitana 12, skipper : Thierry Duprey du Vorsent 2006-2007
ex Artemis Racing 72′ (pas de nom de baptême)
Mise à l’eau : 2011
Architecte(s) : VPLP
Chantier : Mag France
Port d’attache : San Francisco
Palmarès du bateau :
Saison 2013 : vainqueur de la Transpac
Saison 2003 : 3ème du Challenge Mondial Assistance
Saison 2002 : 2nd de la Course des Phares

Ce trimaran était initiallement un 60′ ORMA, qui navigua sous les couleurs de Bonduelle puis du Gitana Team.

Le bateau est vendu à l’équipe suédoise Artemis Racing en 2011, ce team prépare la 34ème America’s Cup qui se disputera sur des catamarans à ailes rigides de 72′.
Il rejoint la base de l’équipe à Valence, où il a été modifié par l’architecte Juan Kouyoumdjian (allongement à 72′, aile rigide, modification des appendices) afin de s’entrainer sur un multicoque s’approchant des futurs AC72.
©Sander van der Borch / Artemis Racing
Les tests commencent en mars 2012, mais l’aile rigide grée sur le trimaran casse en mai et met fin aux entrainements des suédois.
Le trimaran est convoyé par cargo avec l’ensemble du gréement d’origine avec le premier exemplaire de l’AC72 d’Artemis à San Francisco fin 2012.
John Sangmeister, un américain avait fait l’acquisition du trimaran, le multicoque gagnera la Transapac 2013.
Le trimaran est de nouveau réarmé par son propriétaire en 2016, il participe à quelques courses nord américaines.
En 2017, il est proposé à la vente.

 

 Prince de Bretagne

1742

© Marcel Mochet/Prince de Bretagne

Skippers:  Lionel Lemonchois
Longueur : 24m, anciennement 18,28 m
Largeur : 18,20 m
Déplacement : 7,2 tonnes
Voilure au près/portant : 317/441m²
ex Sodeb’O 60′, ORMA skipper : Thomas Coville 2002-2006
Mise à l’eau : juillet 2002 /26 octobre  2012 (allongement à 80′)
Architecte(s) : VPLP
Chantier : CDK (version 60′)
L’ancien 60′ ORMA Sodeb’O fut racheté en octobre 2011 par Prince de Bretagne. Le skipper Lionel Lemonchois et son sponsor firent cette acquisition pour allonger le trimaran à 80′ afin de le faire courir en catégorie Ultime et de l’aligner sur des records océaniques.

Lionel Lemonchois avait été l’initiateur de ce type de chantier sur Gitana 11 avant de quitter l’écurie, Prince de Bretagne lui permettra de réaliser ce projet avec l’ancien Sodeb’O, la mise à l’eau du bateau reconfiguré eu lieu en octobre 2012.
Les flotteurs et la coque centrale furent changés, seuls les bras de liaisons et le gréement furent conservés.
Le skipper se confrontera aux MOD70 lors de plusieurs épreuves en 2013 dont le tour de Belle Ile et la Route des Princes. Le bateau est doté d’un mât basculant courant 2013.

© Marcel Mochet/Prince de Bretagne

© Marcel Mochet/Prince de Bretagne

En 2014, Lionel Lemonchois s’aligne sur le record de la Mauricienne, au cours duquel il chavire, le bateau est récupéré et convoyé en France en cargo. Il est remis à l’eau en juillet 2014. Le skipper termine 4ème de la Route du Rhum 2014.

En 2015, le trimaran est engagé sur la Transat Jacques Vabre, Lionel Lemonchois et Roland Jourdain chavirent dans le Golfe de Gascogne, le trimaran est alors remorqué jusqu’à Lorient où il restera plusieurs mois en chantier.
En 2016, il est engagé sur diverses courses sur la côte atlantique.
En 2017, il participera à la Transat Jacques Vabre.

 

Sodebo Ultim

© Yvan Zedda / Sodebo

© Yvan Zedda / Sodebo

Skipper : Thomas Coville (FR)
ex Géronimo (Olivier de Kersauson 2001-2006)
Longueur : 31m
Largeur : 21,2m
Hauteur de mât : 35m
Surface de grand voile : 283m²
Surface voiles max au près : 444m2
Surface voiles max au portant : 663m2
Tirant d’eau : 5m
Poids : environ 16 tonnes
Chantier de construction : Multiplast (Vannes-France) / JMV (Cherboug-France)
Architectes : Van Peteghem-Lauriot Prévost
Palmarès :
– 2nd de la Transat Jacques Vabre 2015
– 2nd de The Transat 2016
– Détenteur du record des 24H en solitaire, skipper Thomas Coville avec 718,5 milles entre juin et juillet 2016
– Détenteur du Tour du Monde en solitaire en 49 j 3 h 7 m 38 sec depuis le 25/12/2016
–  3ème de la course en équipage The Bridge en juillet 2017
– Détenteur du record de L’Atlantique Nord en solitaire en 4 jours 11 heures 10 minutes 23 secondes

Le trimaran d’Olivier de Kersauson était au sec depuis de longues années quand il fut vendu début d’année 2013 à Sodebo.

© Yvan Zedda / Sodebo

© Yvan Zedda / Sodebo

Le skipper Thomas Coville se voit « contraint » de choisir ce bateau après l’échec de l’achat de Groupama 3.
14 mois ont été nécessaires au chantier Multiplast pour transformer l’ancien Géronimo en Sodeb’O Ultim, le chantier a réalisé la nouvelle coque centrale, les tronçons avant des flotteurs qui ont été greffés sur ceux d’origine, l’intégration des appendices issus de Dogzilla-USA 17 (le trimaran à aile rigide d’Oracle Team USA, vainqueur de la 33ème Coupe de l’America), ce chantier a permis d’alléger le bateau de 7 tonnes par rapport au trimaran initial. Le cabinet VPLP, concepteur de Géronimo, était de nouveau de la partie avec la modification des plans pour arriver à ce trimaran solo. Le bateau était équipé d’un nouveau mât construit  par Lorima dans les moules de Groupama 3 version solo
Thomas Coville enchaina ensuite les navigations en solitaire pour préparer la Route du Rhum 2014.
Hélas la course s’arrête dès la première nuit suite à une collision avec un cargo, le skipper parvient à ramener son trimaran à Roscoff avec deux étraves amputées, le bateau entre en chantier pour la saison 2015. Plusieurs configurations de foils sont testées à l’issue de ce chantier, le trimaran étant finalement équipé d’assez classiques foils en C.

Le trimaran participa à la Transat Jacques Vabre avec Jean luc Nélias comme co-skipper, les deux marins s’étaient longuement entrainés avec un allez retour au Brésil pendant l’été. Ils prenaient la 2nde place de la Transat derrière MACIF.

En 2016, Thomas Coville prenait la deuxième place de The Transat, et battait le record de distance en 24 heures et en solitaire sur le « convoyage » retrour avec 714 milles parcourus.
Le skipper s’élançait ensuite pour une tentative de record autour du monde en solitaire en novembre 2016, il bénéficiera de conditions favorables et s’adjuge le record en un temps canon de 49 j 3 h 7 m 38 sec.
Le trimaran bénéficie ensuite d’un chantier et de quelques améliorations, avec de nouveaux plans porteurs.
En juillet 2017, le multicoque termine 3ème de la course en équipage The Bridge, entre Saint-Nazaire et New-York.
Sur le trajet retour, Thomas Coville tente le record de l’Atlantique Nord quelques jours après Francis Joyon. Il bat largement le record et termine en moins de 4 jours et demi.

MACIF

Photo Vincent Curutchet / DPPI / MACIF

Photo Vincent Curutchet / DPPI / MACIF

Skipper : François Gabart (FR)
Longueur : 30m
Largeur : 21m
Surface de voile au près : 430m²
Surface de voile au portant :650m²
Tirant d’eau : 4,5m
Poids : 14,5 tonnes
Mise à l’eau : 19 août 2015
Chantier de construction : Multiplast (coque centrale) / CDK (flotteurs, bras de liaison)
Architectes : Van Peteghem-Lauriot Prévost
Palmarès :
– Vainqueur de la Transat Jacques Vabre 2015 en 12 jours 17 heures 29 minutes 27 secondes
– Vainqueur de The Transat 2016
– Détenteur du record des 24H en solitaire, avec  785 milles, à 32,7 noeuds de moyenne depuis juillet 2016

Photo Vincent Curutchet / DPPI / MACIF

Photo Vincent Curutchet / DPPI / MACIF

François Gabart, après son succès sur le Véndée Globe en 2012 convainct son sponsor de lancer la construction d’un maxi trimaran. L’objectif est de mener le bateau en solitaire ou en double, dans le cadre du Collectif Ultim.
Il s’agit du premier trimaran solitaire de nouvelle génération, conçu pour le circuit du Collectif Ultim, les précédents bateaux étant des adaptations de trimarans initialement destinés à l’équipage ou des modifications de bateaux existants.
François Gabart, épaulé par Pascal Bidégorry ont remporté leur première course seulement deux mois après la mise à l’eau avec une victoire sur la Transat Jacques Vabre, et avecun seul foil sur le bateau.

© Lloyd Images

© Lloyd Images

En 2016, François Gabart s’adjuge une nouvelle victoire sur The Transat, en solitaire, toujours devant Thomas Coville. Le skipper s’élançait ensuite sur une tentative de record de l’Atlantique Nord, en toute fin de période de stand by, les premières heures ont difficiles avec de nombreuses cellules orageuses. Le skipper bénéficie ensuite de bonnes conditions en avant du front et bat le record des 24h, avec 785 milles parcourus, il renonce ensuite à la tentative sur la transtlantique du fait de la dégradation des conditions météos.
En 2017, François Gabart et son équipage remportent la course transatlantique en équipage The Bridge face  à trois autres bateaux.
Le skipper tentera durant l’hiver 2017-2018 de ravir le record du tour du monde en solitaire à Thomas Coville.

Prochaines mises à l’eau

Banque Populaire IX

La construction du trimaran Ultime Banque Populaire IX  débutait mi 2016.
« Ce sera une évolution des Ultimes actuels, en plus grand et plus puissant, un bateau léger, avec foils et mât basculant… BP IX sera un plan VPLP très évolutif. On essaie d’être un cran au dessus dans l’évolution du moment… »
La mise à l’eau est retardé et le trimaran ne sera pas engagé sur la Transat Jacques Vabre.

© Banque Populaire/ JB Epron

© Banque Populaire/ JB Epron

Skipper : Armel le Cléac’h (FRA)
Longueur : 32.00 m
Largeur : 23.00 m
Poids : 15 t
Tirant d’air : 38.00  m
Surface de voile au près : 610 m²
Surface de voile au portant : 890 m²
Architectes : VPLP (plate forme) /  Martin Fisher (appendices)
Chantier : CDK Technologie, C3 Tech pour les flotteurs et Green Marine pour la coque centrale
Mât : CDK – Voiles

MAXI EDMOND DE ROTHSCHILD

Skipper : Sébastien Josse (FRA)
Longueur : 32.00 m
Largeur : 23.00 m
Poids : 15,5 t
Tirant d’air : 37.00  m
Surface de voile au près : 450 m²
Surface de voile au portant : 650 m²
Architectes : Team Verdier/Bureau d’études Gitana
Chantier : Multiplast

Mise à l’eau en 2017

 

PEGASIUS PROJECT
Projet porté par Sébastien Rogues, qui ambitionne en 2017 de récolter des fonds afin de lancer la construction d’un catamaran volant en 2019. Il espère lancer ce catamaran à foils, connecté et 100% autonome en énergie afin de se lancer sur le Trophée Jules Verne. La plate forme mesurerait environ 30m par 22 de large

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s