D35 Trophy : 2nde victoire pour Alinghi

Ernesto Bertarelli, Pierre-Yves Jorand, Nicolas Charbonnier, Arnaud Psarofaghis, Coraline Jonet, et Yves Detrey étaient imbattables ce week end à Versoix ; en effet l’équipage d’Alinghi s’est imposé face à ses sept adversaires avec une confortable avance de 16 points, après retrait de la plus mauvaise manche, comme le veut le règlement.
Lors de la dernière journée de régates, dimanche, l’équipage du catamaran d’Ernesto Bertarelli a enchainé une victoire de manche, une seconde, une troisième et une quatrième place.

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.org

Les autres équipages sont contraints de viser les secondes et troisièmes places du podium sur ces deux premiers grands prix, et celles-ci sont âprement disputées, avec pas moins d’une dizaine de pénalités sur les neuf manches du week end de régates.
L’équipage de Christian Wahl sur Mobimo le paie d’ailleurs avec une disqualification sur un refus de tribord les reléguant de la 2nde à la 4ème place du Grand Prix.

Ceci profitait à Zen Too, qui prenait de nouveau la seconde place du grand prix et donc du D35 Trophy. Yliam Comptoir Immobilier effectuait également une belle opération avec la troisième place ce week end et également du championnat.

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.org

Christian Wahl, propriétaire et barreur de Mobimo : « Ce qu’il faut retenir, c’est que nous avons bien navigué. Il y a eu beaucoup de moments chauds, c’est très serré. Mais nous prenons des bons départs, nous naviguons juste, et allons vite. C’est dommage de terminer sur une disqualification. Mais ce qui compte, c’est de voir que nous pouvons être aux avants postes. »

Ernesto Bertarelli propriétaire et barreur d’Alinghi : « Ce n’était pas un week-end simple. C’était difficile pour tout le monde. Nous avons une belle avance, mais ça se joue à peu de chose. C’est celui qui fait le moins d’erreurs qui l’emporte. Il y a beaucoup de changements à chaque manche. Ces bateaux sont des petites F1, ils doivent constamment être réglés, tout se joue sur des détails. »
Fred Le Peutrec, barreur de Zen Too : « C’était un Grand prix très lacustre, avec beaucoup d’incertitudes. Le jeu est toujours redistribué, il y a beaucoup de contacts. Chaque longueur est difficile à prendre. Le classement bascule en notre faveur avec un protêt, mais ça aurait pu être le contraire. D’une manière générale, nous marchons mieux que l’an dernier, grâce à une cure de jouvence offerte au bateau cet hiver. L’ensemble des petits détails que nous avons corrigé nous donne de l’aisance et nous permet d’être dans le jeu. »

Bertrand Demole barreur d’Ylliam Comptoir-Immobilier : « C’était assez difficile. Nous n’avons pas très bien commencé avec une sixième place vendredi. Mais nous nous sommes ensuite bien battus. Nous avons cherché chaque point. Ce résultat est de bon augure pour la suite, après notre quatrième place au premier Grand prix. »

La prochaine épreuve, le Grand prix Realstone, se disputera les 9 et 11 juin, avec également la première classique lémanique disputée le samedi : la Genève-Rolle-Genève.

Phaedo2, le neuvième concurrent, dera son entrée sur le circuit lors de ces deux épreuves.

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.org

 

 

 

Résultat de l’Open de Versoix

  1. Alinghi : 15 points
  2. Zen Too : 31 points
  3. Ylliam Comptoir Immobilier : 32 points
  4. Mobimo : 33 points
  5. Racing Django : 36 points
  6. Swisscom : 36 points
  7. Okalys : 40 points
  8. Realteam : 41 points

Classement provisoire du D35 Trophy

  1. Alinghi : 2 points
  2. Zen Too : 4 points
  3. Ylliam Comptoir Immobilier : 7 points
  4. Okalys : 10 points
  5. Racing Django : 10 points
  6. Mobimo : 12 points
  7. Swisscom : 13 points
  8. Realteam : 14 points
  9. Phaedo : 18 points

D35 Trophy : Alinghi mène à Versoix

Le vent à tarder à s’établir à Versoix durant les deux premières journées de régate.
Vendredi, une seule manche était lancée en fin d’après midi, Ernesto Bertarelli et son équipage validaient leur statut de favori en s’imposant devant Mobimo et Zen Too.

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.org

Samedi, le vent rentrait en milieu d’après midi, ce qui permettait au comité de lancer quatre manches. Alinghi dominait de nouveau la flotte avec deux victoires, une seconde place et un raté avec une 7ème place.
Ernesto Bertarelli, Pierre-Yves Jorand, Nicolas Charbonnier, Arnaud Psarofaghis, Coraline Jonet, et Yves Detrey mènent ce Grand Prix avec 6 points d’avance sur le 2nd, Mobimo. Zen Too, troisième du classement provisoire pointe à 4 points de Mobimo.

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.org

Le niveau est très homogène cette saison de D35, puisque seuls trois points séparent Zen Too, troisième de Racing Django 7ème, l’ensemble des équipages a terminé au moins sur un podium de manche.

Cet Open de Versoix se clôturera cette après midi, après une nouvelle journée de régates.

Classement provisoir de l’Open de Crans après le 2ème jour

  1. Alinghi: 5 points
  2. Mobimo: 11 points
  3. Zen Too: 15 points
  4. Ylliam Comptoir Immobilier : 16 points
  5. Okalys: 16 points
  6. Swisscom: 17 points
  7. Racing Django: 18 points
  8. Realteam: 24 points

GC32 Racing Tour : Podium 100% suisse à la Riva Cup

Le premier événement de la saison du GC32 Racing Tour a souri aux trois équipages suisses engagés sur le circuit puisqu’ils prennent les trois places du podium de cette Riva Cup.

©Jesus Renedo/ GC 32 Racing Tour

Realteam, emmené par Jérôme Clerc, a réussi à contenir les assauts des jeunes régatiers du Team Tilt, qui terminent 2nd de l’événement devant le troisième équipage suisse, Armin Strom Sailing, de Flavio Marazzi. Engie termine 4ème.
Realteam aura fait preuve d’une excellente régularité sur cette Riva Cup avec seulement deux manches hors du podium (une huitième et une quatrième places) sur onze.

Sébastien Schneiter et son équipage de Team Tilt regretteront probablement leur première journée ratée, puisqu’ils auront enchainé sur les deux jours suivants, cinq victoires de manches, et deux secondes places sur les sept manches courues. Ils n’échouent qu’à 4 petits points du vainqueur. Ceci étant malgré tout de très bonne augure pour l’objectif principal du team, à savoir la Red Bull Youth America’s Cup, les deux autres équipages qui disputeront également l’événement, Team France Jeune et Team BDA terminant  8 et 10 ème, tous deux ont également chaviré, hier pour le team des Bermudes et lors de la première manche du jour pour les français, les contraignant à l’abandon pour la dernière journée.

Jérôme Clerc, skipper de Realteam :  « Cela montre que nous sommes en bonne forme. Aujourd’hui, c’était incroyable, le match racing avec Team Tilt était très amusant. Nous savions que nous avions quelques points d’avance, alors nous devions simplement rester devant. Mais ils ont beaucoup poussé. »

Sébastien Schneiter, skipper de Team Tilt : « Nous avons démarré très lentement, mais avons finalement montrer de bonnes choses face à des concurrents de haut niveau : bonne maîtrise du bateau, bonne vitesse, la communication était bonne. Nous étions ici pour gagner, mais je suis quand même très content de cette deuxième place et fier de mon équipe. Terminer avec cinq victoires de manches et deux deuxièmes places est très motivant pour toute l’équipe avant la Youth. C’était bien de naviguer face à d’autres équipes jeunes également, nous les avons maintenant presque toutes affrontées. Mais en juin aux Bermudes, cela se courra sur deux jours, tout peut arriver ! »

Tanguy Cariou, directeur sportif du Team Tilt : « Notre point fort était la maîtrise du bateau ici, le « Boat Handling » et les manoeuvres, qui sont plus importantes que la tactique dans ces airs soutenus. C’était une régate intéressante, nous avons eu une bonne réaction après la première journée, c’est positif. On doit encore travailler certains points, mais on a tout pour bien réussir à la RBYAC. C’est bien pour la confiance de finir là-dessus ! Nous sommes des spécialistes du GC32, mais cela ne nous donne pas un avantage direct sur l’AC45. Cette préparation nous a apporté des connaissances précieuses sur les bateaux à foils.

Le classement des propriétaires barreurs est dominé par Jason Carroll sur Team Argo qui termine 5ème, devant Malizia Yacht Club de Monaco, 7ème et Código Rojo Racing 11ème.

Le classement de cette Riva Cup :

Classement final
 
1 Realteam 30 points
2 Team Tilt 34 points
3 Armin Strom Sailing Team 45 points
4 Team Engie  54 points
5 Team Argo 60 points
6 I’M Racing Movistar 70 points
7 Mamma Aiuto!  73 points
8 Team France Jeune  77 points
9 Malizia – Yacht Club de Monaco  79 points
10 Team BDA  96 points
11 Código Rojo Racing  115 points

La prochaine étape du GC32 Racing Tour aura lieu à  Villasimius en Sardaigne du 28 juin au 1er juillet.

GC32 Racing Tour/Riva Cup, la remontada de Team Tilt, Realteam leader après deux jours de régates

Après une première journée marquée par des conditions variables et changeantes, 10 à 15 noeuds de vent sur le lac de Garde et de nombreuses rafales liées au relief.
Iker Martinez et son équipage sur I’M Racing Movistar impressionnaient d’entrée de jeu avec une victoire sur la première manche et une 2nde place sur la deuxième, les deux autres manches courues samedi étaient moins à l’avantage de l’équipage espagnol. Trois bateaux se détachaient du peloton sur la journée de samedi, puisqu’ils se tenaient en un point, Sébastien Rogues sur Team Engie menait la danse devant les suisses de Realteam et le Team Argo.

Aujourd’hui, une équipe s’est montrée particulièrement forte, les jeunes suisses du Team Tilt, qui courre avec l’équipage qui participera à la Red Bull Youth America’s Cup dans quelques semaines (tout comme Team France Jeune et Team BDA). Sébastien Schneiter et ses équipiers ont en effet trusté les victoires avec trois premières places et une seconde place.
Ils pointent désormais en 2nde place du provisoire, alors qu’ils n’étaient que 8ème hier. Realteam, mené par Jérôme Clerc occupe la tête avec une belle régularité (5 places de 2nd et une victoire sur les 8 manches courues), Team Engie rétrograde en 3ème place à 1 point de Team Tilt. La suisse est bien représentée au classement avec Armin Strom Sailing en 4ème place devant Argo et Team France Jeune

Tanguy Cariou, directeur sportif de Team Tilt : « Aujourd’hui nous avons rencontré des conditions qu’on maitrise beaucoup mieux, avec plus de vent qu’hier. Dans ces conditions, le « Boat Handling » et les manoeuvres sont beaucoup plus importantes, il y a moins de pression tactique. Nous avons beaucoup travaillé là-dessus ces derniers temps. Hier, nous n’avons pas pu exploiter ces points forts… »

 

Régates annulées faute de vent pour la 1ère journée du GC32 Racing Tour

Les équipages du GC32 Racing Tour ont patienté aujourd’hui sur le plan d’eau au nord du lac de Garde, mais ils sont rapidement regagné le port, faute de vent.

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.org

Après des conditions ventées hier, qui avaient contraint les équipages à renoncer à la journée d’entrainement, la pétole s’est installée ce jour, avec l’arrivée de nuages, qui ont réduit à néant la brise thermique espérée pour l’après midi de course.
Les courses débuteront donc à 12h demain.

Le plateau de cette étape est composé de 11 bateaux, dont trois équipages qui participeront à la Red Bull Youth America’s Cup dans quelques semaines. Team TILT mené par Sébastien Schneiter avait couru l’intégralité du circuit l’année dernière, Team France Jeune et Team BDA ne devraient quant à eux pas disputer l’intégralité de la saison.
Concernant les autres concurrents, Argo, Malizia-Yacht Club de Monaco, Team Engie, Mamma Aiauto!, Realteam et Armin Strom Sailing rempilent pour une nouvelle saison.
Les nouveaux venus sont une équipe argentine, Código Rojo, et I’M Racing Movistar emmené par Iker Martinez.

Nouveau chavirage pour Oracle Team USA

James Spithill et ses hommes ont de nouveau chaviré hier aux Bermudes, lors d’un entrainement.

Il s’agit du second épisode en un mois, comme la première fois, aucun dégât important pour le catamaran, ressalé en trois minutes, et aucun blessé à déplorer au sein de l’équipage.

L’accident s’est déroulé lors d’un entrainement à la phase de pré départ, alors que l’équipage se préparait à gyber. L’équipage devrait être de retour sur l’eau dès demain.

Cependant ce nouvel incident au crédit d’Oracle n’est pas forcément idéal à quinze jours du début des Louis Vuitton America’s Cup Qualifiers, qui plus est les américains sont les seuls à avoir chavirer en AC50 jusqu’ici.

Les dernières rumeurs faisaient état de l’installation d’un cadre de vélo pour Tom Slingsby le tacticien de l’équipage américain, il n’en était rien sur l’AC50 qui a chaviré hier. Malgré tout, Oracle Team USA, en tant de defender, a le privilège de pouvoir mettre à l’eau un second AC50 avant le match final. Celui-ci pourrait donc reprendre le concept utilisé sur Emirates Team New Zealand.

Les Multi 50′ dans une nouvelle ère

La classe Multi50′ a pris des décisions importantes en fin de saison dernière, afin de renouveler sa flotte et d’attirer de nouveaux sponsors et skippers.
En effet la classe tombait petit à petit en désuétude, il avait donc été décidé d’exclure les anciens bateaux, afin de ne conserver que les plus récents et surtout d’autoriser les foils, sans toucher aux matériaux de construction des plates formes afin de limiter les coûts. Ces foils toujours dans un soucis de maitrise des coûts étant monotypes.

Le résultat est une classe qui reste attractive pour des PME avec un budget de’environ 2 millions d’euros pour un bateau neuf, et de moins de 500.000€ de budget de fonctionnement annuel, l’ajout des foils sur les bateaux déjà existants étant évalué à 200.000 €. Ces budgets sont donc bien éloigné de ceux des Ultimes (10 millions pour un bateau neuf) ou de l’IMOCA (4 à 5 millions pour un bateau neuf). Qui plus est la classe a réussi à organiser un championnat avec 7 épreuves alternant grand prix et courses au large.

L’arrivée des foils a, bien sûr, fait augmenter légèrement l’addition, mais elle a surtout permis de séduire les skippers. « Entre les études, le chantier que cela nécessite et la paire de foils, il faut compter 200.000 euros de plus », admet Tripon, ravi de son choix.

La première vraie confrontation a eu lieu ces derniers jours, dans le cadre du Grand Prix Guyader des Multi50. Au programme des runs de vitesse mais surtout des parcours côtiers sur lesquels le potentiel de ces multicoques océaniques pouvait pleinement s’exprimer. Même si les trimarans ayant adoptés les foils n’étaient pourvus que d’un seul appendice babord, suite à des délais plus importants que prévus de la part du fournisseur, l’effet boost espéré était bien ressenti par les différents équipages, puisque plusieurs d’entre eux ont frôlé ou dépassé les 40 noeuds dans des conditions de vent soutenu.

Au delà de la performance, c’est surtout le plateau réuni qui est un succès, avec cinq bateaux sur ce grand prix, et deux bateaux neufs sont par ailleurs en construction, Ciela Village pour Thierry Bouchard et Solidaires en Peloton-Arsep pour Thibaut Vauchel-Camus.

Sur cet événement, les trois des cinq engagés pourvus d’un foil se sont adjugés le podium : FenêtréA – Mix Buffet mené par Erwan Le Roux gagnant,  devant Arkema de Lalou Roucayrol et Réauté Chocolat d’Armel Tripon, 3ème. Eric Defert sur Drekan Groupe/Cegelec Finistère prenait la 4ème place devant la French Tech Rennes Saint Malo mené par Gilles Lamiré.

Erwan le Roux, vainqueur du GP Guyader en Multi 50′ :
« Nous sommes super content de gagner l’épreuve. Le bilan de ces quatre jours de course est vraiment positif. A bord, les gars ont vraiment bien bossé. Mathieu Renault a été impérial et Tom Laperche super efficace. Adam Currier et Clément Bouyssou se sont, eux, donné à fond physiquement après des mois de chantier pourtant difficiles. Ce bon résultat nous permet de valider pas mal de choses mais aussi d’aborder la suite de la saison plus sereinement. Reste que le fait que ça commence bien pour l’équipe n’est pas la seule chose de satisfaisante à l’issue de ce GP. Je suis super content de voir le niveau de la classe cette année, avec l’arrivée, à la fois, de nouveaux skippers et de nouveaux partenaires. La concurrence est très homogène et il va devenir de plus en plus difficile de gagner. C’est, évidemment, quelque chose dont je me réjouis.
Cette semaine, le plan d’eau de Douarnenez, assez exceptionnel il faut bien le dire, nous a offert des vitesses un peu affolantes avec nos foils. Cela étant dit, nous devons faire attention car nos bateaux ne sont pas forcément prévus pour aller à plus de 35 nœuds. Nous allons devoir analyser tout ça car aller vite, c’est bien, mais arriver de l’autre côté lors d’une transatlantique reste quand même la priorité. »,