GC32 : Alinghi vainqueur à Madère

L’équipage suisse d’Alinghi a remporté l’étape de Madère des Extreme Sailing Series disputé en fin de semaine dernière.
Arnaud Psarofaghis et son équipage avaient pourtant mal débuté la journée de samedi avec un démâtage  dans la troisième manche suite à une collision avec Red Bull Sailing Team. Il semblerait qu’une pièce de gréement ait souffert de la collision, entrainant sa rupture quelques minutes plus tard et donc la chute du mât. Alinghi bénéficiait d’une réparation de la part du jury, leur permettant de rester dans la compétition pour l’ultime journée.
Ils parvenaient à concrétiser leurs bons résultats et à garder la tête devant Red Bull Sailing Team et Oman Air.
Morgan Larson et ses hommes sont les grands perdants de cet Act, malgré leur 3ème place, ils perdent du terrain au général, puisque Alinghi revient à 3 point seulement et Red Bull à 5 points du leader, et ceci avec seulement deux Acts à disputer.

Arnaud Psarofaghis, barreur d’Alinghi :

« Nous sommes vraiment heureux de gagner ici à Madère.  Après la casse d’hier, l’équipe technique a fait un travail fantastique en remettant le bateau en bon état et en nous permettant d’être de retour sur l’eau aujourd’hui. Cette victoire, elle est pour eux. Au classement général de la saison, nous ne sommes plus très loin derrière Oman Air, ça va donc être serré jusqu’à la fin. »

Roman Hagara, barreur de Red Bull Sailing Team :

« Cela fait un certain temps que notre objectif est de battre Oman Air et c’est ce que nous avons réussi à faire ici. Cette deuxième place est formidable pour l’équipe après les efforts de tout le monde après notre crash avec Alinghi. D’avoir remis le bateau à l’eau, puis de s’être bien bagarré pour enfin battre Oman Air est génial. Nous savons maintenant que nous pouvons battre Alinghi et Oman Air, alors nous sommes vraiment impatients d’arriver à Lisbonne. »

Morgan Larson, barreur d’Oman Air :

« L’équipage a vraiment bien navigué, mais nos résultats ne reflètent pas notre performance. J’ai laissé passer quelques points dans les départs et c’est quelque chose que je dois surveiller. Dorénavant, nous allons rencontrer des conditions plus légères et nous devons tirer les leçons de ce que nous avons appris ici et les mettre en pratique. »

La prochaine étape aura lieu à Lisbonne,  du 6 au 9 octobre. Deux wildcards seront invités sur cette étape, dont Norauto powered by Groupama Team France, l’équipage mené par Adam Minoprio, leader du circuit GC32 Racing Tour, aura à coeur de briller face aux équipages engagés sur les Extreme Sailing Series.

Extreme Sailing Series™ Act 6, classement à Madère après 4 jours, 14 manches (25.09.16)
Classement / Équipe / Points
1erAlinghi (SUI) Arnaud Psarofaghis, Nicolas Charbonnier, Timothé Lapauw, Nils Frei, Yves Detrey 166 points.
2èmeRed Bull Sailing Team (AUT) Roman Hagara, Hans Peter Steinacher, Stewart Dodson, Adam Piggott, Brad Farrand 153 points.
3èmeOman Air (OMA) Morgan Larson, Pete Greenhalgh, James Wierzbowski, Ed Smyth, Nasser Al Mashari 150 points.
4èmeSAP Extreme Sailing Team (DEN) Jes Gram-Hansen, Rasmus Køstner, Mads Emil Stephensen, Pierluigi De Felice, Renato Conde 141 points.
5èmeSail Portugal – Visit Madeira (POR) Diogo Cayolla, Frederico Melo, Nuno Barreto, Luís Brito, João Matos Rosa 127 points.
6èmeLand Rover BAR Academy (GBR) Neil Hunter, Chris Taylor, Will Alloway, Sam Batten, Rob Bunce 122 points.
7èmeVega Racing (USA) Brad Funk, Tom Buggy, Nick Thompson, Zé Costa, Mac Agnese 111 points.

Classement général des Extreme Sailing Series™ 2016
Classement / Équipe / Points
1erOman Air (OMA) 68 points.
2èmeAlinghi (SUI) 65 points.
3èmeRed Bull Sailing Team (AUT) 63 points.
4ème SAP Extreme Sailing Team (DEN) 52 points.
5èmeLand Rover BAR Academy (GBR) 46 points.
6èmeSail Portugal – Visit Madeira (POR) 42 points.
7èmeCHINA One (CHN) 29 points.
8èmeTeam Turx (TUR) 11 points.

GC32 Racing Tour : Norauto s’impose devant Team Tilt et Engie à Sotogrande

Adam Minoprio, Thierry Douillard, Nicolas Heintz, Arnaud Jarlegan et Matthieu Vandame, ont nettement dominé cette quatrième étape du GC32 Racing Tour. L’équipage de NORAUTO powered by Groupama Team France s’est adjugé des victoires sur 10 des 15 manches courues à Sotogrande.
Norauto a donc dominé dès la première journée de course, et n’aura jamais été mis en difficulté par ses concurrents.

Les autres concurrents devaient donc se contenter de sa battre pour les deux places restantes sur le podium, Team Tilt et Team Engie se sont disputés la seconde et la troisième position sur cet événement.
Sébastien Schneiter prenait pour la première fois la barre du GC32 du Team Tilt sur cet événement, il était accompagné d’équipiers sélectionnés pour le projet Red Bull Youth America’s Cup, ces jeunes marins helvètes ont pris l’ascendant sur Sébastien Rogues et ses équipiers du Team Engie qui termine sur la troisième place derrière Team Tilt.

Armin Strom Sailing et Realteam, les deux autres équipages suisses se sont également montrés dangereux puisqu’ils ne terminent qu’à 3 points d’Engie.

Adam Minoprio, barreur de Norauto powered by Groupama Team France :

« Si vous gagnez le départ, vous vous placez dans une bonne position pour remporter la course. Aujourd’hui, nous voulions protéger l’extrémité de la ligne, ce qui est plutôt risqué. Cela ne fonctionne que si on prend le dessus, car sinon cela peut très mal finir si vous êtes en retard parce que les autres bateaux vont prendre l’avantage. Mais nous avons défendu cette position fermement, surtout dans la dernière course contre ARMIN STROM. 
Quand nous sortons régater, c’est pour gagner. Le niveau augmente chaque jour sur le circuit. Les armateurs-barreurs progressent et les professionnels étaient encore plus rapides ici qu’à Palma. Nous avions l’équipage au complet, celui avec lequel nous nous sommes entraînés en avant-saison, et c’était bien de pouvoir dérouler pleinement notre jeu. Le premier jour, on a eu 15 à 25 nœuds. Cet hiver, nous avons passé plus de temps à naviguer dans la brise que les autres équipes. Cela nous aide à garder le bateau plus stable et plus rapide, ce qui fait une énorme différence dans ces forces de vent. Cette semaine, nous avons vraiment bien travaillé les départs et le ‘foiling’. Dans notre préparation avec Groupama Team France, c’est une chance de pouvoir nous aiguiser à ce point dans un contexte de compétition.»

Sébastien Schneiter, barreur de Team Tilt :

« Je suis content des manœuvres que nous exécutons, notre vitesse s’est améliorée, mais les départs sont mon point faible en ce moment. Je n’ai passé que deux jours à la barre avant cet événement, et la même chose pour Lucien à la grand-voile, donc nous ne nous sentions pas aussi pointus que nous pourrions l’être normalement. Mais nous sommes heureux de ce résultat. Il y avait beaucoup d’adrénaline au début de la semaine, avec des conditions parfaites pour le foiling. Au terme de la première journée, nous avons vu que nous étions dans le coup, et visions la deuxième place. Nous avons bien progressé au long de la régate, et nous rapprochons de Norauto sur la fin, en faisant le break sur nos poursuivants. Avec moins de vent les trois derniers jours, le jeu est plus ouvert ; c’était intéressant pour nous. Une semaine très enrichissante et positive pour l’équipe !»

Sébastien Rogues, barreur de Team Engie  :

« C’est formidable de monter sur le podium pour la première fois. Bertrand Dumortier a été notre entraîneur ici, et il nous a aide dans bon nombre de domaines, y compris le travail sur nos départs. Je viens de la course au large où vous faites la course pendant des jours, donc cela n’a pas d’importance si vous commencez avec 20 minutes de retard. Ici, vous ne pouvez pas vous permettre d’être une seconde en retard, et nous étions meilleurs en terme de temps et de distance à Sotogrande. »Pierre Casiraghi, propriétaire barreur de Malizia-Yacht Club de Monca, 6ème :

« Si nous naviguons comme nous l’avons fait aujourd’hui, nous ne méritons pas autant de succès. Je dois améliorer mes départs, et en terminer avec les erreurs stupides comme le black flag qui nous a disqualifiés sur une manche. Ce sera une bataille pour prendre la quatrième place de la saison, mais c’est ce que nous visons. Je dois plus écouter Seb Col et les autres marins, me concentrer davantage, et peut-être que cela sera possible. »

Nico-Martinez-Martinez-Studio

Nico-Martinez-Martinez-Studio

A noter la présence d’Iker Martinez à Sotogrande, le marin espagnol espère intégrer le circuit l’année prochaine.

La dernière étape du GC32 Racing Tour aura lieu dans le cadre du Marseille One Design, qui se déroulera du 13 au 16 octobre, neuf GC32 sont attendus à Marseille pour la finale de la saison.

Au classement général du tour, Norauto conforte son leadership devant Team Tilt, solide second et Armin Strom Sailing.

Classement général de la Sotogrande Cup (après 15 manches)

  • 1 – Norauto, 29 points
  • 2 – Team Tilt, 49 points
  • 3 – Team ENGIE, 62 points
  • 4 – Armin Strom Sailing Team, 65 points
  • 5 – Realteam, 65 points
  • 6 – Malizia Yacht Club de Monaco, 70 points
  • 7 – Mamma Aiuto, 91 points

Classement général du GC32 Racing Tour (après 4 épreuves)

  • 1 – Norauto, 5 points
  • 2 – Team Tilt, 8 points
  • 3 – Armin Strom Sailing Team, 15 points
  • 4 – Malizia Yacht Club de Monaco, 23 points
  • 5 – Gunvor Sailing, 24 points
  • 6 – Team ENGIE, 24 points
  • 7 – Argo, 24 points
  • 8 – Mamma Aiuto, 30 points
  • 9 – Realteam, 31 points
  • 10 – Spindrift racing, 36 points
  • 11 – Orange Racing, 37 points

GC32 : Norauto en tête à Sotogrande, Red Bull et Alinghi à égalité à Madère

  • Nouvelle journée de domination du team Norauto powered by Groupama Team France sur l’étape de Sotogrande du GC32 Racing Tour. Adam Minoprio et ses équipiers ont de nouveau gagné deux manches aujourd’hui puis ont terminé 6 et 4ème des dernières manches du jour. L’équipage français possède désormais 18 points sur Team Engie et Team Tilt, toujours à égalité de points à l’issue de cette seconde journée.
    Malizia-Yacht Club de Monaco, Realteam et Armin Strom Sailing Team restent en lice pour le podium avec seulement 2, 3 et 4 points de retard sur Engie et Tilt. Seul Mamma Aiuto ! se trouve distancé suite à sa journée quasi blanche hier, l’équipage japonais décroche deux belles secondes places sur les régates du jour.
    Demain, 10 à 12 noeuds sont attendus sur le plan d’eau andalou.http://www.youtube.com/watch?v=IPJX71LrMIk

     

  • A Madère les conditions ont de nouveau été très légères, avec une brise ne dépassant pas cinq noeuds. Quatre manches ont été courues, , Oman Air, SAP Extreme Sailing Team se sont imposés chacun sur une manche, alors que Roma Hagara et ses équipiers de Red Bull Sailing Team décrochaient deux victoires aujourd’hui.
    Malgré ses deux victoires, l’équipage autrichien est désormais sous la menace d’Alinghi qui revient à égalité de points grâce à une belle régularité avec une seconde et trois troisièmes place sur la journée, Arnaud Psarofaghis maintient donc la pression sur le leader.
    Oman Air, le leader du classement général et mené par Morgan Larson est 3ème, à égalité de points avec SAP Extreme Sailing Team, les deux équipages sont à 4 points seulement des leaders. Sail Portugal, Land Rover BAR Academy et l’équipage invité sur cette étape Vega Racing ne semblent pas en mesure d’inquiéter les quatre premiers.

GC32, 1ère journée à Sotogrande et à Madère pour le GC32 Racing Tour et les Extreme Sailing Series

Les équipages des deux circuits GC32 ont repris la compétition aujourd’hui, à Madère pour les Extreme Sailing Series et à Sotogrande pour le GC32 Racing Tour.

  • Les conditions étaient très légères à Madère aujourd’hui, le comité de course n’a pu lancer qu’une seule manche dans quelques noeuds de vent. Roman Hagara et son équipage de Red Bull Sailing Team prenait le meilleur départ et parvenait à maintenir son avantage ; Alinghi mené par Arnaud Psarofaghis prenait la 2ème place devant l’équipage danois de SAP Extreme Sailing Team et Oman Air, le leader du classement général.

 

  • En Andalousie, à Sotogrande, les conditions étaient nettement plus favorables au spectacle aujourd’hui, avec des catamarans en vol sur leurs foils dans 14 à 20 noeuds de vent.  L’équipage de Norauto powered by Groupama Team France mené par Adam Minoprio survolait les débats en remportant les cinq manches courues.

    160922_gc32soto_jr_137369_medium
    Le team Engie et les jeunes régatiers suisses du Team Tilt se partagent la 2nde place à égalité de points, ils ont déjà 13 points d’écart avec le leader à l’issue de cette première journée.
    Le GC32 aux couleurs du Yacht Club de Monaco, barré par Pierre Casiraghi est 4ème, également à égalité avec Realteam. Armin Strom Sailing, le 3ème équipage suisse est 6ème devant les japonais de Mamma Aiuto, qui ont chaviré hier lors de la journée d’entrainement, et qui n’ont pu participer qu’à la première manche du jour avant de devoir renoncer pour les suivantes.
    A noter plusieurs changements au sein des équipages pour cette épreuve, Sébastien Schneiter prend désormais la barre de Team Tilt (Arnaud Psarofaghis prêté par Alinghi, engagé sur les ESS barrait Team Tilt sur les premiers événements de la saison), il est associé à Lucien Cujean, son équiper en 49er, les deux marins revenant des JO à Rio. Quelques changements également au sein du Team Engie avec l’arrivée d’un nouveau coach Bertrand Dumortier et d’un nouvel équipier, Benjamin Amiot, qui naviguait précédemment sur Spindrift racing.
    La seconde journée, demain, devrait se courir dans des vents nettement plus faibles.

Les trois trimarans prétendants à des records autour du monde cet hiver sont à l’eau

  • Après sa victoire sur la Transat Québec Saint Malo cet été, l’équipage et l’équipe technique de Spindrift racing peaufinent leur préparation avec des sorties d’entrainement et de mise au point. L’équipage de Spindrift 2 mené par Yann Guichard et Dona Bertarelli tentera de s’emparer du Trophée Jules Verne cet hiver.

    © Eloi Stichelbaut

    © Eloi Stichelbaut

  • Idec Sport, le trimaran mené par Francis Joyon, vient d’être remis à l’eau après un chantier chez Multiplast. Le concept de l’équipage réduit est reconduit, le skipper annoncera les heureux élus qui l’accompagneront dans cette tentative de Trophée Jules Verne la semaine prochaine.

    Francis Joyon, skipper d’Idec Sport :
    « Le bateau a été mis au sec pendant un mois et demi. Ce chantier a été intense, dans la mesure où nous avions laissé le bateau flot depuis le dernier tour du monde. Il y avait quand même une usure assez importante du matériel et des améliorations à apporter. On a notamment beaucoup travaillé sur la protection du barreur et des régleurs dans un objectif de performance. Nous allons aussi avoir une grand voile et un gennaker neufs. Pour le reste, nous avons peaufiné les choses : les cordages, l’accastillage ainsi que le safran central dont nous avons revu le profil avec le chantier AMCO, très pointu en matière d’appendices. Ce bateau a plus de dix ans, il a été amélioré par de nombreuses équipes, nous avons continué dans ce sens par petites touches. Il a fallu vraiment aller en profondeur pour gagner un peu de poids, un peu de vitesse, et je pense que nous avons fait du bon travail !
    Dès cet après-midi, nous rallions la Trinité-sur-Mer, notre port d’attache. La mise en place des voiles et des cordages pour rendre le pont opérationnel va nous demander une semaine de travail. La phase d’entraînement débutera début octobre avec des sorties avec le plus de membres d’équipage possibles et, je l’espère, Marcel Van Triest, notre routeur. On peut espérer être en stand-by pour le 20 octobre. C’est une vision optimiste des choses qui peut se réaliser si nous ne rencontrons pas de problème technique majeur. »

    La probabilité d’une fenêtre avant la mi-novembre est extrêmement faible, mais il faut être prêt pour en saisir une si elle se présente. Partir assez tôt dans la saison peut également nous permettre de bénéficier d’une meilleure remontée de l’Atlantique, même s’il restera forcément une grande part d’inconnu. La saison est relativement courte, elle se termine en février. Plus on peut partir tôt, mieux on se porte. On partira quand le vent le permettra, quand la situation sera correcte, même si elle ne sera  idéale. »

    Photo Jean Marie Liot / DPPI / IDEC

    Photo Jean Marie Liot / DPPI / IDEC

     

  • Thomas Coville, le dernier candidat à un record autour du monde cet hiver, partira en solitaire sur son trimaran Sodebo Ultim. Le skipper a optimisé sa monture au cours d’un chantier d’été.

    Thomas Coville : « Nous avons fermé la circulation d’air qui rentrait dans le cockpit et influençait sur ma récupération. Grâce à une paroi en textile qui fait office de véranda, je serai davantage protégé du vent, des embruns et du froid. La structure que nous avons mise au point a l’avantage d’être très légère. Pendant le record, je vais passer beaucoup de temps dans cet espace tant pour les manœuvres, la veille et aussi le repos.
    Sodebo Ultim’ est plus léger que sur The Transat. En effet, le moteur de propulsion sera retiré à Brest et c’est un gain non négligeable de plus de 300 kilos.
    Il y a eu un gros boulot sur le système de réglage des foils qui est désormais hydraulique. Le réglage avec des bouts reste en place et sert de back up. 

    Pour tous les systèmes de réglages, que ce soit électronique ou hydraulique, nous avons tout doublé de façon à ne jamais être pris au dépourvu pendant le record. C’est comme quand tu prépares une fusée pour aller dans l’espace, en cas de défaillance il faut un plan B voire un plan C. »

    © Yvan Zedda / Sodebo

    © Yvan Zedda / Sodebo

Les jeunes régatiers du Team Tilt remportent le Grand Prix du Yacht Club de Genève

L’avant dernier Grand Prix de la saison de D35 avait lieu ce week end à Genève.
Les équipages des dix catamarans monotypes Decision 35 ont pu disputer trois manches samedi en fin de matinée dans six à huit noeuds de vent.  Ladycat powered by Spindrift racing, Ylliam Comptoir Immobilier et Team Tilt remportaient chacun une manche, au provisoire, les jeunes marins de Tilt menaient devant la famille Bertarelli, Alinghi et Ladycat.
Dimanche, les équipages ont pu patienter jusqu’en début d’après midi avant que le vent ne s’établisse, le comité de course était également contraint de déplacer la zone de régate au large de Versoix, trois manches supplémentaires étaient lancées.

Les trois teams sur le podium provisoire la veille se sont de nouveau montrés les plus à l’aise dans ces conditions instables, avec des places de 2,4 et 1 pour Team Tilt, de 3,2 et 2 pour Ladycat et de 1,6 et 4 pour Alinghi.
Logiquement ces trois bateaux terminent sur le podium avec la victoire sur cet Open du YCG pour le Team Tilt, la seconde place pour Ladycat powered by Spindrift racing et la troisième place pour Alinghi.
Zen Too prenait la 4ème place de ce grand prix devant Mobimo et Yliam Comptoir Immobilier.

A noter que le Team Tilt intégrait de nouveau équipiers sur ce Grand Prix, l’équipage était constitué de Sébastien Schneiter (barre), Guillaume Rigot (tactique), Jocelyn Keller, Jérémy Bachelin, Nils Theuninck et Arthur Cevey. Ces marins espèrent être sélectionnés pour la prochaine Red Bull Youth America’s Cup qui aura lieu en 2017 aux Bermudes.

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.org

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.org

Au classement général et avant un dernier Grand Prix dans deux semaines, Ladycat powered by Spindrift racing mené par Xavier Revil mène largement avec 9 points d’avance sur Alinghi, Team Tilt est 3ème à 2 points d’Alinghi.
Mathématiquement, Alinghi peut encore espérer remporter le D35 Trophy 2016 mais il faudrait qu’Ernesto Bertarelli remporte le Grand Prix et que Ladycat termine 10ème, ce qui est hautement improbable sauf casse mécanique.
Le scénario le plus probable est qu’Alinghi tentera de contrôler Team Tilt afin de conserver sa seconde place sur le podium final.
Swisscom, 4ème actuellement et Mobimo, 5ème ne peuvent prétendre au podium.
La bonne opération du week end revenait à Zen Too, le catamaran de Guy De Piccioto et barré par Fred le Peutrec gagnait trois places au général suite à sa belle performance.

Sébastien Schneiter, skipper du Team Tilt : “Nous avons été agréablement surpris par notre jeune équipe. Nous avions deux nouveaux qui n’avaient jamais fait de Grand prix, et  c’est la première fois que nous avions cette configuration. Ça s’est très bien passé, et je suis à l’aise dans mon rôle de skipper. Nous n’avons aucuns complexes par rapport aux autres. Et surtout, nous avons encore une marge de progression. Nous avons déjà identifié ce que nous pouvons améliorer.”

Xavier Revil, skipper de Ladycat powered by Spindrift : “Nous réalisons une belle opération pour le classement général” a-t-il relevé. “C’est toujours très difficile de régater dans le vent d’ouest. Nous sommes un peu plus détendu pour le dernier Grand prix à la SNG, mais nous n’allons pas pour autant nous relâcher. Nous avons envie de terminer en beauté.”

Ernesto Bertarelli, skipper d’Alinghi :  “Les courses étaient très intéressantes, avec beaucoup de jeu. Ça a été un week-end difficile pour les tacticiens. Mais c’était plaisant. Nous avons bien navigué le samedi, un peu moins le dimanche. Pour la finale, nous aurions aimé nous battre pour la victoire, mais il semble que nous allons plutôt nous bagarrer pour la deuxième place.”

 

L’heure de la reprise avait sonné, sur les bords du Léman le week end dernier, pour les équipages du D35 Trophy.
Les dix catamarans monotypes faisaient étape à Crans Près Celigny pour le Grand Prix Alinghi.
Les conditions ont été idéales durant le week end avec dix manches courues.
Ernesto Bertarelli et son équipage débutaient parfaitement leur grand prix puisqu’ils pointaient en tête à l’issue de la première journée devant Ylliam Comptoir Immobilier, Swisscom, Ladycat powered by Spindrift, tous trois à égalité de points etTeam Tilt. Les équipages d’Okalys, Realteam et Zen Too rataient quant à eux cette journée et fermaient la marche au classement provisoire.
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.org

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.org

Dimanche, pour la dernière journée de ce Grand Prix Alinghi de Crans, le comité de course parvenait à lancer quatre manches supplémentaires dans des petits airs.

Alinghi se montrait très régulier et conservait la tête à l’issue de l’ultime manche, Ladycat powered by Spindrift racing se classait second et Team Tilt effectuait une belle remontée en prenant la 3ème place de ce Grand Prix.

 

Ernesto Bertarelli, barreur d’Alinghi :
“C’est toujours plaisant de gagner à la maison, devant chez nous, là où nous nous entraînons tous les jours. Durant la pause estivale, nous avons pu prendre de la distance par rapport à notre début de saison assez moyen, et ça nous a fait du bien. Notre réussite sur le circuit des Extreme Sailing Series nous a aussi permis de revenir plus serein, et on voit que ça marche mieux quand l’équipage est plus calme et posé. Pour la suite du championnat, tout est encore possible. On voit combien les régates peuvent être disputées, tout est donc faisable.” Xavier Revil, barreur de Ladycat powered by Spindrift :
“Ça a été un Grand prix difficile, les airs n’étaient pas simples à analyser. Il fallait s’accrocher pour ne pas être à la traîne. Hier soir nous étions quatrièmes, avec le même nombre de points que le deuxième. C’est donc très serré.”

Sébastien Schneiter, barreur du Team Tilt :

“Nous ne nous étions pas tellement entraînés, et avons eu un peu de peine hier. Mais aujourd’hui, nous avons essayé d’être un peu plus agressifs et ça a fonctionné. Au final, nous sommes contents de notre week-end. Pour les deux Grand prix qui restent, nous aurons un équipage de jeunes qui va devoir se former, ça sera probablement un peu plus difficile, mais nous nous réjouissons, et espérons apprendre beaucoup.”Au classement général du D35 Trophy, Ladycat conserve la tête avec 8 points d’avance sur Alinghi. Team Tilt reste  3ème avec 12 points de retard sur le leader.  Swisscom est 4ème et Mobimo 5ème. Ylliam Comptoir Immobilier effectue une belle remontée en passant de la 9ème à la 6ème place tandis que Realteam effectue le mouvement inverse.

Les équipages vont de nouveau s’affronter ce week end au large du  Yacht-Club de Genève.