Un maxi trimaran solo pour François Gabart en 2015

La Macif a annoncé aujourd’hui la poursuite de sa collaboration avec le skipper François Gabart, le dernier vainqueur du Vendée Globe passera au multicoque dans les années à venir, puisqu’un trimaran d’environ 100′ sera construit l’année prochaine pour une mise à l’eau mi-2015.

Le trimaran sera dessiné par le cabinet d’architectes VPLP, le chantier n’a pas été dévoilé pour l’instant, le programme prévisionnel prévoit des tentatives de records (Atlantique, Méditerranée, record autour du monde) et la Route du Rhum 2018.

François Gabart : « Ce nouveau challenge sportif à bord du trimaran Macif va me permettre de relever de véritables défis humains et techniques en portant haut les couleurs de la Macif et ses valeurs de solidarité que nous partageons depuis maintenant 4 ans. J’espère que cette nouvelle histoire d’aventurier des mers me permettra une fois de plus de me dépasser et de faire rêver le plus grand nombre ».

Le calendrier prévisionnel

* D’ici fin 2013 : Phase d’étude et de sélection des prestataires

* 2014 : Chantier de construction

* 2015 : mise à l’eau d’ici l’été et essais

 

 

Lionel Lemonchois met à l’eau son maxi 80 Prince de Bretagne

Le skipper Lionel Lemonchois, a mis à l’eau hier son trimaran, maxi 80′, aux couleurs de son sponsor, Prince de Bretagne. Ce bateau est l’ancien 60′ ORMA Sodeb’O, profondément remanié, puisque seul le gréement et les bras de liaison ont été conservé. Le trimaran a été construit par le chantier Multiplast, et le design est l’ouvre du cabinet VPLP.

Le bateau sera convoyé dès  lundi à Lorient où il sera mâté en vue d’effectuer ses premières navigations.

© Marcel MOCHET

L’objectif du skipper est la victoire dans la catégorie Ultime lors de la prochaine Route du Rhum, mais il espère également titiller les autres maxis (Sodeb’O et Idec) sur les records en Atlantique et briller sur la Route de l’Europe prévue l’année prochaine.

Lionel Lemonchois : « Je suis évidemment très heureux. Le bateau était là, et frémissait sur ses berres depuis quelques jours. Il me tardait que le rideau se lève et de le voir toucher l’eau. Je remercie bien évidemment Prince de Bretagne sans qui nous ne serions pas là. C’est aussi un plaisir que je suis heureux de partager avec tous ceux qui se sont penchés sur son berceau : les jeunes architectes du cabinet Van Peteghem-Lauriot Prévost, ainsi que toutes les petites mains du chantier Multiplast et de mon équipe. C’est très valorisant pour nous tous de le découvrir dans sa globalité et de mesurer tout le boulot réalisé. Je pense que nous sommes bien partis pour écrire de nouvelles histoires avec Prince de Bretagne. C’est un grand jour et je suis très ému. »

Joseph Rousseau, président de Prince de Bretagne, producteur à Trélevern (22) : « C’est un grand jour pour les 2 350 producteurs de la marque. C’est beaucoup d’émotion et de fierté aussi de découvrir ce superbe bateau, ses couleurs et ses lignes uniques. Cette mise à l’eau concrétise une étape importante de notre engagement dans la voile. Il symbolise la complémentarité entre la terre et la mer qui fait notre force. Il illustre enfin la dimension humaine de ce projet initié par un skipper qui depuis le début s’est mis à la portée des producteurs de légumes. Lionel Lemonchois est notre ambassadeur, on l’appelle « Le Prince de Bretagne », et il a toute notre confiance pour relever de nouveaux défis, notamment la prochaine Route du Rhum qui résonne déjà comme une évidence. »

Jean-François Jacob, président de la SICA : « Ce bateau s’inscrit dans la continuité d’un projet initié il y a quelques années et qui monte en puissance. Ce maxi multicoque est magnifique ! Il est typé, assez racé, il dégage à la fois de la légèreté et de la puissance. Il est à la mesure de ses objectifs et de ses prochains défis, sur lesquels il pourra véhiculer toutes les valeurs qui réunissent les producteurs et leurs familles. Il porte le goût du risque et le plaisir du travail bien fait des paysans, qui tous les jours se battent pour produire des légumes de qualité en dépit des contraintes du marché et des conditions climatiques. »

Caractéristiques techniques
Longueur hors tout                    24 mètres
Largeur                                      18,2 mètres
Poids                                          7,2 tonnes
Surface Grand Voile                  180 m2
Surface Solent                           137 m2
Surface de Gennaker                 261 m2
Surface de voilure au près         317 m2
Surface de voilure au portant     441 m2

Banque Populaire en approche de la ligne d’arrivée du Trophée Jules Verne

Loïck Peyron et ses treize hommes d’équipage : Juan Vila, Yvan Ravussin, Brian Thompson, Pierre Yves Moreau, Thierry Chabagny, Frédéric Le Peutrec, Emmanuel Le Borgne, Thierry Duprey Du Vorsent, Ronan Lucas, Jean-Baptiste Le Vaillant, Kevin Escoffier, Xavier Revil, Florent Chastel, vont franchir la ligne d’arrivée du Trophée Jules Verne au large de l’île d’Ouessant ce soir dans environ 3 heures, au terme de 45 jours et probablement 14 heures de mer.

© BPCE

Ils devraient donc devenir les nouveaux détenteurs du Trophée Jules Verne ce soir, le trimaran Banque Populaire V et son équipage vont ensuite passer une dernière nuit en mer avant de rejoindre le port du Chateau à Brest demain au environ de 10h30, où le public pourra accueillir comme il se doit les marins victorieux.

Les marins profitent de vents portants pour ces cent derniers milles avec une moyenne de 30 noeuds, ce qui clôturera en beauté un superbe tour du monde et une belle saison pour le team Banque Populaire, Marcel Van Triest, qui a routé le bateau depuis la terre sera bien évidemment de la fête, seule inconnue, la présence ou non de Pascal Bidégorry qui a imaginé ce bateau conçu par le cabinet VPLP, avant d’être remercié par Banque Populaire suite à l’échec de la tentative l’année dernière (A lire, l’interview de l’ancien skipper sur le Télégramme, et de Vincent Lauriot Prévost, architecte, toujours sur le site du Télégramme).

America’s Cup J-2

La première manche de l’America’s Cup aura lieu lundi à 10h06 à Valence en Espagne, elle opposera deux maxis multicoques extraordinaires :  le catamaran Alinghi 5 et USA17, le trimaran de l’équipe BMW Oracle.

A deux jours de l’échéance, Marco, fidèle lecteur de Voile-Multicoques.com et passionné de multicoques nous fait partager son point de vue sur ces deux bateaux :
Un rapide rappel des faits.
Les Américains, très fâchés contre Alinghi (pour des raisons que je ne développerai pas), décident de lancer le 13 juillet 2007 un défi conforme au Deed of Gift original de l’America’s Cup. Leur challenger : un multicoque de 90’ par 90’ (27,43m).
Les Suisses sont obligés d’accepter.
Le 22 Août 2008, les Américains mettent à l’eau leur trimaran. N’ayant pas le choix du lieu des régates, ils ont décidé de faire un bateau polyvalent et évolutif, un trimaran issu du cabinet d’architectes français VPLP.
Le 8 juillet, les Suisses mettent leur bateau à l’eau. Ils ont choisi un catamaran ultra-léger avec dans l’idée de régater à Ras El Khaïmah, dans le golfe Persique, où les vents sont légers. Malheureusement pour eux le tribunal désignera finalement Valence comme lieu des régates.

La compétition se déroulera en deux régates gagnantes : la première sera un aller-retour de deux fois 20 milles et la seconde un triangle de trois fois 13 milles. Si une troisième régate est nécessaire, elle sera identique à la première.

Détaillons un peu les forces en présence.
Si les deux bateaux font bien 90’ de flottaison à l’arrêt, ils font un peu plus en navigation.
On n’a évidemment aucune donnée officielle sur les bateaux et tous ces chiffres ne sont que des estimations.

Honneur au defender :
Alinghi 5 est un catamaran de 31 ou 32 m de longueur et de 24 m de largeur. Après avoir été lancé avec un mât d’une cinquantaine de mètres, il est désormais doté d’un gigantesque mât-aile de 60 m de haut doté d’une grand voile de 600 m2 et pouvant porter, sur son gigantesque bout-dehors un gennaker de 1000 m2, le plus grand ayant jamais été construit.
Les coques possèdent des étraves inversées de type wave-piercer. Ces étraves, en passant à travers les vagues au lieu d’au-dessus, diminuent le tangage et améliorent l’efficacité du gréement. Elles sont tenues par deux bras seulement et tous les efforts de torsion du gréement sur les coques sont repris par trois poutres de carbone. Ce système, très innovant, avait été imaginé en 2000 pour le petit catamaran de 12,50 m Alinghi qui gagna par la suite plusieurs fois le bol d’or. Il permet une très grande rigidité pour un poids minimal. Ce système a donc tout naturellement été repris pour A5.
Les coques sont dotées de dérives en S (même si des dérives rectilignes ont aussi été utilisées), orientables dans les 3 axes,  qui font aussi office de foils.
Autre innovation majeure : la suppression des wincheurs remplacés par un moteur. Pas très sympa pour les oreilles mais très efficace.

© Ed Baird/Alinghi

Ce moteur sert aussi à remplir et transférer les ballasts dont sont dotées les coques.
Un immense trampoline court entre les bras et les coques tandis que l’arrière du bras avant est caréné d’une toile. Ils viennent même de tester un carénage de l’arrière du second bras, suivant en cela l’exemple des Américains.
Ne comparez pas ce bateau à un multicoque de course au large. Il faut le voir comme un catamaran de plage de 32 m. En fait c’est un agrandissement et une amélioration du Alinghi de 12 m. Bref, un engin extrême, fait pour naviguer sur eau plate dans très peu de vent. Dans ces conditions il est capable d’atteindre des vitesses extraordinaires comprises entre 3 à 4 fois la vitesse du vent.

Le challenger :

Le trimaran Américain n’est pas moins extrême. Il a fortement évolué depuis son lancement. Si la largeur de 27 m n’a pas changé, les flotteurs, originellement à 30 m, doivent en faire désormais près de 32 et sont aussi dotés d’étraves inversées du type wave piercer.
Ces flotteurs sont équipés de foils qui servent aussi de dérive car la dérive centrale de la coque a été supprimée. La forme de ces foils a d’ailleurs évolué. Après avoir commencé avec des foils courbes similaires aux foils des trimarans Orma, ils ont essayé des foils plus rectilignes pour revenir à des foils courbes
Exit aussi le safran central. Gain de poids, gain de trainée. En fait, en navigation, USA se retrouve dans la même configuration qu’un catamaran.
Il est aussi doté de ballasts.
Les Américains ont été obligés de suivre les Suisses dans l’installation d’un moteur. Plus de wincheurs. Et c’est sans doute ce moteur qui a permis l’installation de ballasts jusque dans les flotteurs.

© Gilles Martin-Raget / BMW ORACLE Racing

Les Américains ont beaucoup travaillé l’aérodynamique, en carénant l’arrière du bras avant puis en supprimant les filets et, finalement en carénant aussi le bras arrière. Il n’est pourtant pas certain que nous voyions ces carénages en compétition, les bateaux ayant navigué avec ou sans.
La surface de voilure n’a fait qu’augmenter.
Après avoir été lancé avec un mât de 50 m, on est monté à 55, puis 60 m. Ce dernier mât a d’ailleurs cassé au bout de deux jour. Ce qui n’a pas désarmé les Américains qui étaient sur le point lancer leur innovation majeure : une aile rigide.
Rien de révolutionnaire en soi, car des ailes ont été largement utilisées en Little America’s Cup et continuent a être utilisées en classe A. Et Stars et Stripes en possédait déjà une en 88.

D’un strict point de vue aérodynamique une aile rigide ne possède que des avantages. En ne se déformant pas, contrairement à une voile, elle garde toujours son profil idéal.
Mais ce qui est extraordinaire c’est les dimensions de cette aile : plus de 60 m de haut pour une surface de plus de 650 m2. Un monstre dont le poids n’excède pas le poids d’un gréement classique. Mais surtout un monstre d’efficacité. L’aile est composée de deux parties, la partie avant pouvant être considérée comme un mât prolongé par des volets orientables. Ces huits volets, en prenant une angulation différente permettent aussi de faire « twister la voile », d’adapter le profil au vent à quelque hauteur que l’on soit. Par un système gardé secret cette aile est très facile à régler. L’aile permet donc de développer plus de puissance qu’une voile classique. Son second avantage se situe dans les manœuvres, car elle garde de la portance en permanence, permettant au trimaran de virer avec une facilité déconcertante. Son talon d’Achille reste le petit temps, où elle manque un peu de surface, et peut-être aussi le portant. Ils peuvent lui adjoindre une voile d’avant qui augmente la surface mais diminue l’efficacité du profil de l’aile.

Les déplacements :  le gros point d’interrogation.
10 T contre 12T ? 12T contre 16T ? 13T contre 18T ?  Impossible à savoir.
Mais tout le monde est d’accord pour dire que le catamaran est plus léger et le trimaran plus puissant. Encore que les ballasts modifient la donne.
Alors, qui va gagner ? Bien malin qui pourrait le dire.
Les experts disent que A5 est meilleur dans le petit temps. Ce serait donc la météo du jour qui déciderait du sort du match.
Si A5 est sans aucun doute plus léger je ne suis pas persuadé que la différence de déplacement soit énorme. Deux tonnes d’écart ne changeraient pas grand-chose. Par ailleurs, et contrairement à ce à quoi on pourrait s’attendre, on a déjà vu des multicoques lourds dépasser des légers dans le petit temps.
La thèse la plus communément admise est que USA devrait être intouchable au près, et cela d’autant plus que le vent sera fort. Au portant par contre le cata devrait être mieux et cela d’autant plus que le vent sera faible.
Mais attention, le plan d’eau est grand et le vent pourra y être très variable. C’est peut-être là que se fera la différence, dans la capacité à aller exploiter le vent là où il se trouve. Et les deux équipes ont mis beaucoup de moyens dans ce sens : Alighi utilisera des ULM qui surveilleront le plan d’eau et USA utilisera des « jumelles » capables de donner le force et la direction du vent à un kilomètre de distance.
Si la coupe a été un véritable imbroglio juridique et a donné l’impression d’être une bataille de chiffonniers où tous les (mauvais) coups sont permis, elle a aussi renoué avec les origines : deux milliardaires qui se battent pour construire le bateau le plus rapide du monde. Et c’est ça qui a toujours fait rêver les gens.
Au bout du coup elle aura donné naissance aux deux bateaux les plus excitants depuis Reliance, les bateaux les plus rapides (dans moins de 15 nœuds de vent) qui aient jamais été construits, deux formidables machines à vents. Vivement lundi.

A lire également :

Des interviews des naviguants d’Alinghi : Alain Gautier sur Sports.fr, Loick Peyron qui partagera la barre avec Ernesto Bertaralli sur le Télégramme.

Des architectes au travers d’une interview croisée toujours sur Sports.fr : Vincent Lauriot Prevost pour BMW Oracle, Benoit Cabaret pour Alinghi. A lire ICI.

Les régates seront retransmises en direct sur le site officiel de la 33ème Coupe de l’America.