Groupama sponsorise le Team France

Annonces en série pour les challengers de la 35ème Coupe de l’America. Land Rover a annoncé mardi son soutien à l’équipe anglaise de Ben Ainslie, qui devient Land Rover BAR.

Hier Franck Cammas, Michel Desjoyaux et Olivier de Kersauson ont pu dévoilé le nom de leur sponsor. A la surprise générale, Groupama, fidèle soutien de Franck Cammas poursuit l’aventure avec la Coupe de l’America. L’assureur fournira 80% du budget, soit 5 millions d’€ par an.

L’équipage devrait être majoritairement français. Bien que le futur AC48 soit grandement monotype, le Groupama Team France devrait faire appel pour le développement des foils et de leur système de contrôle à d’anciens membres de Luna Rossa. Une partie des données de l’équipe italienne qui s’est retirée de cette America’s Cup  devrait permettre à Groupama Team France de combler une partie de son retard sur les autres challengers.

L’équipe française espère aussi l’organisation d’une étape des America’s Cup World Series en France en 2016.

America’s Cup : le point sur la saison 2015

  • Oracle Team USA, le defender et les challengers italien (Luna Rossa) et suédois (Artemis Racing) naviguent sur leurs AC45 revisités. Les catamarans monotypes ont été modifiés et équipés d’un système de foils en L et d’ailettes de safrans leur permettant de « voler ». Par ailleurs des cockpits ont été créé dans les coques, la plate forme est donc proche des AC72 en réduction.
  • Ben Ainslie est toujours en recherche de financements, son équipe navigue sur leur AC45 en Angleterre, et a passé quelques jours aux Bermudes pour des navigations sur un Nacra 20.
  • L’équipe néo zélandaise reste discrète malgré des rumeurs de départ de Dean Barker (vers le défi italien Luna Rossa), démenties par l’équipe. Auckland était pressentie pour accueillir la phase qualificative de la prochaine Coupe de l’America, mais Sydney semble désormais sur les rangs. L’annonce prévue initialement le 15 février est reportée à début mars.
  • Le Team France reste en ordre de marche malgré l’attente de validation du partenaire principal. D’après Michel Desjoyaux, un AC45 serait en route et devrait être réceptionné dans le prochaines semaines en Bretagne, le team disposant d’un financement pour la saison 2015 des America’s Cup World Series.

A lire :

La prochaine Coupe de l’America aura lieu aux Bermudes en juin 2017

L’annonce concernant la prochaine Coupe de l’America a été faite il y a quelques heures à New York.

Sans surprise le plan d’eau des Bermudes a été préféré à San Diego qui n’obtient même pas une étape des America’s Cup World Series.

L’ensemble des challengers s’est montré soulagé de connaitre le plan d’eau afin de pouvoir faire plancher son design team sur le nouvel AC62. L’équipe néo zélandaise qui semblait la plus réticente devrait obtenir une épreuve importante (les phases qualificatives peut être).

La Youth America’s Cup est reconduite avec Red Bull comme sponsor elle se déroulera sur AC45, mais cette fois-ci dotés de foils.

Les Bermudes devraient offrir des conditions stables d’une quinzaine de noeuds, alors que la brise de San Diego était nettement plus aléatoire.

Deux autres équipes espèrent pouvoir intégrer les challengers.

Une partie du calendrier des America’s Cup World Series a été dévoilée :
Du 8 au 7 juin 2015, lieu annoncé sous peu
Portsmouth, Angleterre du 23 au 26 juillet 2015
Goteborg, Suède –du 28 au 30 août 2015
Hamilton, Bermudes du 16 au 18 octobre 2015

Harvey Schiller : « Aux Bermudes, nous avons le plan d’eau parfait pour montrer au monde entier tous qu’il y a de passionnant avec ces bateaux de la Coupe de l’America et tout ce que les équipes y apportent. Les conditions sont quasi parfaites. Le parcours dans la Rade est devant un amphithéâtre naturel avec de la place pour les courses et les spectateurs, et c’est dans un écrin magique avec les îles et les plages au fond. Et le Village de la Coupe de l’America dans le port naval sera au coeur de l’événement pour les équipes et les passionnés ».

Max Sirena (Luna Rossa) “On attendait cette annonce car jusqu’ici on travaille avec deux plans d’eau en tête mais désomais on est certain du choix”.

Jimmy Spithill sur la Youth America’s Cup (Oracle Team USA): “Il est primordial d’avoir cette épreuve en place pour offrir une porte d’entrée aux jeunes. Cela fonctionne, car le gars (Pete Burling) qui a gagné la dernière édition pourrait mener l’équipe néo-zélandaise”

Kevin Shoebridge (Team New Zeland) : “On est contents d’inviter des jeunes comme Pete Burling à retrouver des vétérans expérimentés comme Dean Barker. Maintenant que l’on a la confirmation du choix des Bermudes, on va s’approcher de nos partenaires et du gouvernement.”

Franck Cammas (Team France) : “Je ne suis jamais allé aux Bermudes! On va commencer à étudier les conditions, mais l’équipe travaille encore sur la partie financière pour le moment. On attend une confirmation. On espère pouvoir faire une annonce la semaine prochaine…”

Nathan Outerridge (Artemis): “Maintenant que l’on connaît le plan d’eau on va pouvoir dessiner un bateau pour ces conditions. Le vent est bien plus faible qu’à san Francisco où nous avons pu voler au près.”

Ben Ainslie (BAR) : « En tant que Britannique je suis heureux de ce choix. Je connaîs le plan d’eau ayant participé à la Gold Cup (dans le circuit de match racing). La Duchesse de Cambridge, notre marraine, va être de contente de pouvoir venir ici !»

Team France challenger officiel pour la 35ème America’s Cup

America’s Cup Management a dévoilé il y a quelques jours les challengers qui ont été retenus pour défier le Defender américain : Oracle Team USA pour la 35ème Coupe de l’America.

Les autres équipes sélectionnées sont : les Néo-Zélandais d’Emirates Team New Zealand, les Italiens de Luna Rossa, les suédois d’Artémis et l’équipe de Ben Ainslie.

« Cela fait 18 mois que nous travaillons sérieusement sur ce projet avec Michel, Olivier et une équipe resserrée. C’est difficile mais aussi captivant. Au-delà des aspects technologiques et sportifs qui sont notre quotidien depuis des dizaines d’années, il faut susciter l’adhésion du public, des chefs d’entreprises et convaincre des partenaires. C’est passionnant car ca nous permet de rencontrer de fortes personnalités et des entreprises qui partagent notre ambition. Sans elles et sans le Club Team France qui nous réunit, nous ne serions pas challenger officiel. Merci à eux et merci à tous ceux qui nous rejoindront dans les prochains mois afin de créer les conditions pérennes pour être compétitif dans la voile en équipage et participer régulièrement à l’America’s Cup pour la gagner » déclare Franck Cammas, skipper Team France.

Ces équipes seront officiellement présentées à Londres, le 9 septembre prochain, le lieu de la prochaine America’s Cup pourrait également être dévoilé (Les Bermudes ou San Diego).

Parmi les dernières rumeurs développées :

– La participation de l’équipe de Ben Ainslie serait encore sujette à caution, l’anglais peinant à trouver des fonds après le retrait annoncé de son sponsor prinicipal depuis plusieurs années, le fond d’investissement américain JP Morgan.

– Team France mené par le trio Cammas/Desjoyaux/Kersauson aurait fait appel à Juan Kouyoumdjian pour la partie architecturale, le franco argentin avait collaboré avec Franck Cammas et remporté la Volvo Ocean Race en 2011-2012. Il avait par ailleurs dessiné les catamarans suédois d’Artemis lors de la 34ème America’s Cup, les deux plans s’étaient révélés très en deçà de la concurrence. Artemis a depuis recruté dans l’équipe VPLP, tandis que Guillaume Verdier fait parti du design team des néo-zélandais.

– L’organisation de l’America’s Cup chercherait à obtenir des avantages de la part de la ville hôte de l’événement et demanderait entre autre la fourniture de 10000 nuitées d’hébergement gratuites pour les invités des sponsors, cette information aurait été dévoilée par la ville de San DIego encore en lice pour accueillir la 35ème édition.

Team France Bande Annonce par TeamFranceVoile

Des sponsors pour Team France ?

D’après Loick le Bras, de Voiles et Voiliers, Team France, serait sur le point de signer un accord de sponsoring avec le groupe Airbus et le groupe hôtelier Accor.

Le défi français, mené par le trio Franck Cammas,  Michel Desjoyaux et Olivier de Kersauson, sécuriserait donc sa participation à la 35ème Coupe de l’America avec ces deux sponsors et pourrait lancer sa campagne, notamment les études pour le futur catamaran à aile AC62.

 

 

Mise à jour du 25/7/2014 : Un communiqué officiel d’America’s Cup Management daté de ce jour fait part de la participation de 4 équipes, Luna Rossa Challenge, Artemis Racing, Ben Ainslie Racing et Team France, ce qui semble confirmer les rumeurs de cette semaine. Ces teams seraient en discussion avec le Defender Oracle Team USA concernant le format et les règles de la prochaine Coupe, après le retrait de challenger of record Team Australia.

 

A lire également une interview du tacticien de Luna Rossa, Francesco Bruni sur la régate.

Coupe de l’America : Le challenger of record jette l’éponge

L’équipe australienne, soutenue par la famille Oatley, a annoncé aujourd’hui son forfait pour la 35 ème Coupe de l’America.

Les raisons économiques sont mises en avant par le Team Australia, mais il semblerait que le rôle du challenger of record se soit sensiblement réduit, le team n’aurait pas réussi à infléchir les décisions du team Oracle USA concernant le format et les réductions de budget.

Un nouveau Challenger of Record devrait être désigné, il s’agira du premier inscrit à cette 35ème America’s Cup. Le Ben Ainslie Challenge (UK), les suédois d’Artemis, Luna Rossa (ITA) et Emirates Team New Zealand sont sur les rangs pour cette prochaine édition, on attend également une annonce du team France.

Coupe de l’America : les réactions

  • Deux annonces cette semaine :
    • sans surprise, Luna Rossa est de nouveau challenger, Max Sirena est de nouveau skipper du team transalpin, accompagné de Francesco Bruni et Chris Draper, à noter l’arrivée de Martin Fisher dans l’équipe architecturale.
    • Ben Ainslie a aussi dévoilé son team, son budget prévisionnel est de 80 millions de £, 40% serait déjà sécurisé, quelques équipiers sont déjà annoncés : David Carr, Nick Hutton, Matt Cornwell, Andrew McClean ; côté architectual le britannique a recruté le français Benjamin Muyl (ex ETNZ, co-architecte de Groupama C), ainsi que Jason Ker, Dirk Kramers, Luc du Bois.
  • La polémique s’estompe entre Team New Zealand et le defender Oracle, en effet, Grant Dalton, CEO d’ETNZ a repris en détail le protocole lors d’une conférence de presse, il estime que les chances de remporter cette 35 ème America’s Cup restent fortes malgré les avantages du defender. Ceux-ci sont désormais largement minorés par rapport aux premières réactions, notamment sur le fait de naviguer à deux bateaux.
  • Côté français, les réactions du potentiel Team France sont également assez consensuelles :
  • La date du 8 août pour le règlement des premiers droits d’inscription (1.075.000 US$) vous convient-elle et aurez-vous les moyens de payer ?

Louis Noël Viviès : « Le protocole précise que les coûts de l’organisation sportive de la prochaine America’ Cup devront être supportés à part égale par l’ensemble des concurrents. Ces droits d’inscription, qui peuvent paraître élevés, sont aussi destinés à avoir un arbitrage et une organisation sportive indépendants du Defender. Cela a un coût, mais qu’il faut le mettre en perspective puisqu’il ne représente que 3% du budget global d’une campagne. Si Team France se lance à l’attaque de la 35ème AC, c’est avec des moyens cohérents avec ses ambitions et ce premier versement est donc incontournable ! »

    •   Sportivement, que pensez-vous des quatre échelons de sélection :
      1. America’s Cup World Series en AC 45
      2. America’s Cup Qualifier (2 round robin)
      3. America’s Cup Challenger Playoffs
      4. America’s Cup avec 1 point d’avance pour le challenger si il est aussi le vainqueur des America’s Cup Qualifier
      Franck Cammas : « Les sélections vont commencer très tôt (dès l’année prochaine, en AC45) et déjà on sera dans le vif de la compétition avec des points à gagner ! C’est plutôt positif d’être dans l‘obligation de se mesurer régulièrement avec les autres team de l’America’s Cup et donc acquérir de l’expérience et progresser lors des ces régates de très haut niveau. Cela permettra aussi de sélectionner et de former un équipage performant pour Team France qui œuvrera ensuite sur l’AC62. On a besoin pour cela de mettre les équipiers sous pression très tôt et donc cela va nous permettre d’arriver préparé pour les régates finales sur le grand catamaran, régates qui demeurent l’objectif ultime et important de cette aventure»
    •   Technologiquement, le droit qu’à le Defender de construire deux bateaux contre 1 aux Challengers constitue t’il un avantage considérable ? Michel Desjoyeaux : « Dans l’histoire de la Coupe, le Defender, qui fixe bon nombre de règles, a pour principal objectif de conserver son titre. Beaucoup de choses dans l’America’s Cup sont basées sur ce principe. Contrairement aux challengers, il navigue seul et n’a donc pas l’opportunité de tester son bateau face à des concurrents. Il est donc assez logique qu’il s’octroie le droit de construire deux bateaux contre un par challenger. »
    • Est-il gênant de ne pas connaître qu’en février 2015 le lieu des différentes villes accueillant les sélections et l’America’s Cup ? Est-ce là encore une manœuvre du Defender pour tirer un avantage ?
      Michel Desjoyeaux : « Le projet de jauge dont nous disposons est très contraignant et la marge de manœuvre des designers est millimétrée. Le choix du plan d’eau ne devrait pas beaucoup influer sur la performance des bateaux. D’autant plus que selon les bruits qui circulent, on devrait naviguer sur une mer plutôt plate. Il faut aussi se mettre à la place du Defender qui organise ces régates. C’est un énorme travail qui demande du temps. »

Le protocole de la 35ème America’s Cup (enfin) dévoilé

Après plusieurs mois de retard, le defender Oracle Team USA a dévoilé le protocole de la prochaine Coupe de l’America hier.

Toutes les informations n’y figurent pas, notamment le plan d’eau sur lequel sur déroulera la compétition.

Les principaux points du protocole :

  • La 35ème America’s Cup se déroulera en 2017
  • Un circuit de 3 ans de régates sera mis en place, de 2015 à 2017 :
    • entre 6 et 8 America’s Cup World Series, en AC45, en 2015 et 2016, les résultats de ces régates compteront pour la phase qualificative de l’America’s Cup. Les AC45 pourraient être équipés de foils
    • Deux phases de qualification en 2017, sur les AC62 : l’America’s Cup Qualifiers series avec tous les teams inscrits, les quatre meilleurs teams accéderont alors à l’America’s Cup Challenger Playoffs, qui se jouera en 5 manches gagnantes sur un format : demi-finales, finale. Cette dernière étape permettra de déterminer le challenger qui affrontera Oracle en finale de la Coupe, toujours en 7 manches gagnantes.
    • si le challenger vainqueur des playoffs a remporté les series qualificatives, il débutera la finale de l’America’s Cup avec un point.
    • Renouvellement des Youth America’s Cup, avec au moins deux événements, en dehors du cadre de régates de l’America’s Cup, l’intégralité de l’équipage devra avoir la nationalité de son équipe
  • Confirmation du catamaran AC62, à aile rigide et mené par 8 équipiers, utilisé à partir de 2017, le defender Oracle pourra construire 2 bateaux, les challengers un seul. Des modifications sur les catamarans sont possibles : 20% pour les coques, 50% pour les bras.
  • Les coques des AC62 devront être construites dans le pays représenté par le défi, possibilité de construire deux ailes par équipe, et 6 paires de « dérives-foils ».
  • Le range de vent pour lancer une régate se situera entre 5 et 25 noeuds
  • Introduction d’une règle de nationalité : au moins un équipier ayant la nationalité de l’équipe pour les America’s Cup World Series sur AC45, au moins 2 équipiers sur les 8 pour les régates en AC62 à partir de 2017.
  • Les inscriptions à la compétition doivent se faire entre le 9 juin et le 8 août 2014, les équipes ayant des financements devraient donc rapidement se dévoiler (Luna Rossa, Artemis racing, Team New Zealand, Team Australia, Ben Ainslie Challenge semblent quasi certaines, reste des inconnues dont le Team France)
  • Les AC62 ne devront pas être mis à l’eau plus de 150 jours avant le début des phases qualificatives, à l’exception deuxième bateau du défenseur, qui ne pourra être lancé au plus tôt  que 30 jours avant les Qualifications. Le Defender ne pourra pas naviguer avec ses deux catamarans jusqu’au terme des America’s Cup Qualifiers series.

Les critiques commencent à poindre concernant le protocole, notamment sur le fait que les challengers peuvent avoir des difficultés à vendre un projet à leurs sponsors sans connaitre le plan d’eau des régates.

Le defender se donne jusqu’au 31 décembre pour annoncer celui de la Finale de la Cup et jusqu’au 15 février 2015 pour déterminer celui qui accueillera à la dernière phase de qualification précédant l’America’s Cup.

Par ailleurs le coût d’une campagne est critiqué, les équipes devront investir dans des études de conception et la construction  des AC62, sans être assurées de participer au dernier.

L’avantage du defender est également criant, les challengers ne pourront construire qu’un bateau, Oracle en lancera deux, s’assurant un net avantage en cas de casse ou de chavirage.

Le point sur la 35ème Coupe de l’America

La prochaine Coupe de l’America devrait avoir lieu en 2017, Larry Ellisson, patron d’Oracle et defender, devrait dévoiler le protocole à la fin du mois. Une interview de celui-ci et une autre du CEO du team américain, Russell Coutts, laissent craindre un changement radical du mode de sélection des challengers.

Jusqu’ici les équipes inscrites intégraient la Louis Vuitton Cup, et le vainqueur de cette compétition accédait à la finale de la Coupe de l’America face au defender. Il semblerait que ce mode de sélection change totalement, les équipes souhaitant participer aux régates de sélection devraient disputer un championnat en AC45 en 2015 et 2016, il y aurait deux divisions, une atlantique et une pacifique, avec une régate par pays participant. Seuls les deux premiers de chaque « divison » auraient accès à l’équivalent de la Louis Vuitton Cup (il est quasiment acquis que le géant du luxe français ne sponsorisera plus l’épreuve). Les équipes s’engageant sur le circuit AC45 ne seraient donc pas sûres de disputer les régates en AC60… Dans ce contexte, comment envisager qu’un sponsor puisse engager de grosses sommes, débuter des études sur le gros catamaran à aile (AC60), sans avoir l’assurance de construire ce bateau et de disputer les régates de sélection en 2017…

Trois défis de la zone « Europe/Atlantique » semble disposer d’un budget : Luna Rossa qui bénéficie du soutien de Prada à hauteur de 50 millions d’euros jusqu’en 2017, Artemis qui conserve ses marins (Outtridge, Peyron) et étoffe son équipe architecturale (Michel Kermarec, Thiha Win, Adam May, Nico Rousselon) et le Ben Ainslie Challenge qui semble disposer d’un budget de 90 millions d’euros. Avec le protocole « actuel », au moins une de ces équipes serait éliminée à l’issue des deux prochaines saisons, sans pourvoir disputer les phases finales de sélection. Côté Pacifique, les organisateurs espèrent des défis coréen, chinois ou japonais, en plus des actuels défis néozélandais, australiens et du defender américain.

Le lieu de cette 35 ème Coupe de l’America pourrait être Hawai, alors que San Francisco avait été un vrai succès côté météo et oragnisation.

Team New Zealand s’impose facilement en finale de la Louis Vuitton Cup

Le Challenger néo-zélandais a facilement remporté cette finale de la Louis Vuitton Cup face aux italiens de Luna Rossa sur le score de 7 à 1.

Les italiens disposaient de la même plate forme que l’AC72 n°1 d’ETNZ, mais le développement des appendices et de l’aile étaient propres à l’équipe, leur budget était semble-t-il nettement inférieur (de l’ordre de 40 millions d’€ contre 150 pour les néo-zélandais.

Le dernier match a comme les autres rapidement tourné à l’avantage de kiwis, celui-ci se déroulait dans des vents faibles d’une dizaine de noeuds, les néo-zéds ont démontré toute leur maitrise du catamaran avec des manoeuvres parfaites et une vitesse bien meilleure que des italiens.

Reste désormais à ETNZ à peaufiner leur AC72, afin de se mesurer au defender Oracle Team USA, qu’ils rencontreront pour l’America’s Cup à partir du 7 septembre.

Les entrainements entre les finalistes de la Louis Vuitton Cup vont se poursuivre, par ailleurs Luna Rossa a annoncé que l’équipe sera présente pour la prochaine édition de la Coupe de l’America.

Dean Barker , skipper d’ETNZ : « Je tiens à saluer Luna Rossa . Nous avons établi une collaboration exceptionnelle depuis un an et demi. Sans eux, nous ne serions pas là où nous sommes aujourd’hui. Ils ont énormément progressé et ils nous ont aidé à nous améliorer. Pour remporter l’America’s Cup vous devez d’abord gagner la Louis Vuitton Cup » a rappelé Dean Barker, le skipper d’Emirates Team New Zealand. « Nous sommes venus à San Francisco pour ramener l’America’s Cup en Nouvell-Zélande, donc gagner la Louis Vuitton Cup est dans le cadre de notre préparation. Notre équipe est extrêmement déterminée. Nous avions échoué de peu en 2007 à Valence, c’est pourquoi nous mettrons tout en œuvre durant les prochaines semaines pour réussir cette fois-ci ».

Max Sirena, skipper de Luna Rossa : « Nous sommes évidemment déçus d’avoir perdu en finale de la Louis Vuitton Cup, mais nous nous sommes inclinés – et je ne veux pas leur porter malchance – face à l’une des meilleures équipes . Nous nous connaissons depuis longtemps et ce fut un plaisir de les rencontrer en finale. C’est la première fois que deux challengers collaborent pour tenter de gagner la Coupe. Je leur souhaite bonne chance pour le Match. C’est un honneur d’être à la tête de cette équipe . En moins d’un an et demi, nous avons formé un équipe talentueuse. Nous nous sommes hissés en finale de la Louis Vuitton Cup alors que personne n’aurait parié sur nous ».
Chris Draper, barreur du cata italien :  « Le score final 7-1 fait mal. L’arrivée fut chargée d’émotions. Je suis à la fois triste et fier de ce que nous avons accompli ces deux derniers mois. Nous avons tellement progressé ensemble. C’est douloureux aujourd’hui. Cela aurait été fabuleux de boucler cette campagne en beauté, mais nous gardons la tête haute et nous sommes fiers de notre parcours ».