Idec adopte les foils

Après son record entre la Bretagne et l’ile Maurice, Francis Joyon a prévu le premier gros chantier pour son maxi trimaran Idec qui adoptera des foils, et subira une cure d’amaigrissement, le chantier se déroulera chez Marsaudon Composites à Lorient, là où le bateau a été construit.

©François Van Malleghem / DPPI / IDEC

Les prochaines échéances pour Francis Joyon et Idec seront le record de l’Atlantique Nord et la Route du Rhum l’année prochaine.

Interview à lire sur VoilesetVoilers.com

Joyon dans les temps

Francis Joyon a passé l’archipel du Cap Vert cette nuit, le prochain objectif étant le passage du Pot au Noir dès demain, pour se faire, le skipper du maxi trimaran Idec a empanné, en s’écartant de la route directe, pour viser une zone de transition moins active qu’à l’est.

©François Van Malleghem / DPPI / IDEC

©François Van Malleghem / DPPI / IDEC

Le passage de l’équateur est toujours prévu en un peu plus 7 jours, ce qui est conforme aux prévisions de Francis Joyon et de son routeur Jean Yves Bernot.

Francis Joyon s’attaque à un nouveau record

Idec, le trimaran skippé par Francis Joyon sera le premier à s’aligner sur la Mauricienne, ce record, homologué par le WSSRC reprend le parcours de la Route des Epices, sur lequel devait s’aligner Jean Luc Van Den Heede en 2005.

Francis Joyon tentera d’établir un temps de référence sur ce parcours de 9000 milles entre Port Louis (Bretagne) et Port Louis (Ile Maurice), les explications du skipper sur ce record :  » on va expérimenter une route qui présente une importante variété de difficultés. On va retrouver tous les ingrédients d’un début de tour du monde : les alizés, la traversée du Pot au noir, le contournement de l’anticyclone de Sainte-Hélène…  Ensuite, il faudra doubler la pointe de l’Afrique et trouver le bon compromis entre descendre vers des latitudes sud et raccourcir sa route, sachant qu’aux abords du cap des Aiguilles, il existe un fort courant contraire, des hauts-fonds… C’est une route vraiment intéressante, parcequ’il y aura du jeu et des options… De plus, la fin du parcours va me permettre de découvrir de nouveaux paysages maritimes, d’explorer de nouvelles sensations. Un dernier aspect intéressant de ce parcours réside dans l’étroitesse de la fenêtre météo : il est difficile de partir trop tôt dans la saison du fait des tempêtes tropicales dans l’hémisphère nord… Mais partir au delà du 15 octobre signifie qu’à l’arrivée on est dans le début des cycles de formation des cyclones dans l’océan Indien. Ça veut dire qu’il sera difficile de trouver la fenêtre de tir idéale, qu’il va falloir accepter de faire des compromis. »

©JM Liot/DPPI/Idec

©JM Liot/DPPI/Idec

Le stand-by de Francis Joyon débutera le 1 octobre.