Banque Populaire annonce la construction d’un nouveau trimaran Ultim

La conférence de presse de Banque Populaire a confirmé les rumeurs qui couraient depuis quelques temps, le sponsor historique de la voile dans l’hexagone poursuit son engagement dans ce sport.
Ceci passera par la construction d’un nouvel Ultime, Banque Populaire XI, Armel le Cléac’h est confirmé au poste de skipper.
Ceci a permis de revenir sur les origines de la casse du Maxi Banque Populaire IX, ayant entrainé son chavirage pendant la Route du Rhum. D’après les expertises et les avis de l’équipe technique et navigante, il semblerait que la casse du bras de liaison avant ait entrainé la perte du flotteur et le chavirage. Ceci pourrait être lié à un choc avec un OFNI ayant eu pour conséquence un délaminage progressif et la rupture du bras.


La construction du nouveau trimaran démarrera au printemps, pour une mise à l’eau prévue fin 2020, début 2021.
Cette construction s’appuiera sur de l’existant, les moules de flotteurs et potentiellement de bras de Banque Populaire IX, avec cependant une structure différente pour éviter de nouveaux problèmes techniques. Le bateau sera donc l’oeuvre du cabinet d’architectes VPLP, avec l’appui de GSea Design pour la structure, en collaboration avec les ingénieurs du bureau d’études du Team Banque Populaire. Le design des appendices sera par contre nouveau, tout comme le positionnement de ceux-ci, ainsi que celui du mât.

 

© Yvan ZEDDA

Armel le Cléac’h, skipper du Maxi Banque Populaire IX et du futur Banque Populaire XI :
« Nous avons eu une année 2018 compliquée. Malgré cela, la confiance de Banque Populaire a été renouvelée pour repartir sur plusieurs projets et notamment repartir en Ultim. Je suis vraiment très content, malgré ce que j’ai vécu, malgré le stress de la casse et du sauvetage, je suis à 200 % et j’ai envie de naviguer sur ces bateaux. Nous avons la chance d’avoir la construction d’un nouveau bateau, le Maxi Banque Populaire XI, qui va se dérouler sur 18 mois avec une mise à l’eau au cours de l’hiver 2020 / 2021. On est très content avec toute l’équipe de repartir dans cette aventure. Il y a une vraie volonté d’y retourner tous ensemble 

Ce qui m’est arrivé pendant la Route du Rhum reste pour moi une casse brutale et cela ne remet pas en cause mon envie et mon engagement. Il y a eu de la peur, l’accident a été soudain. On passe d’un moment où l’on maîtrise à peu près tout ce qui se passe et puis d’un coup, on se trouve en danger, avec un bateau en train de chavirer suite à la casse du bras. Ces événements en course au large et encore plus en solitaire peuvent arriver, le risque zéro n’existe pas, on le sait et on en a conscience quand on fait ce métier-là, même si toute l’équipe avait extrêmement bien préparé le bateau. On a longuement débriefé avec mon équipe et on travaille pour comprendre ce qui s’est passé et être plus en sécurité dans le futur. On a partagé avec les autres équipes dans ce sens car il y a une vraie volonté commune d’avancer.  »

A lire également, i’interview d’Armel le Cléac’h sur le Télégramme, et celle de Ronan Lucas, directeur du team Banque Populaire dans Ouest-France.