1ères inshores de la Route des Princes

Les quatre équipages des MOD 70, engagés sur la Route des Princes, ont pu disputer trois régates inshore aujourd’hui à Valence, les parcours de petite taille ont sollicité les hommes avec de multiples manoeuvres.

Sur la première, Spindrift racing, mené par Xavier Revil (en l’absence de Yann Guichard qui courrait l’Open de Versoix aujourd’hui et qui enchainera avec la Genève-Rolle-Genève demain) s’imposait quelques longueurs devant Groupe Edmond de Rothschild, Virbac Paprec prenait la troisième place, Oman Air fermait la marche.

Le co-skipper de Spindrift ratait son second départ en passant la ligne trop tôt et était contraint de réaliser une pénalité, ce qui laissait le champ libre à Sébastien Josse sur Groupe Edmond de Rothschild et SIdney Gavignet sur Oman Air qui terminaient en 1ère et 2ème place, Jean Pierre Dick terminait quatrième après divers problèmes mineurs.

La dernière manche souriait plus au niçois, qui prenait un superbe départ et menait toute la régate pour s’offrir une première victoire de manche en MOD 70, Spindrift racing prenait la seconde place devant le bateau du Gitana Team et Oman Air.

A l’issue de la journée, Spindrift et Groupe Edmond de Rothschild étaient 1ers à égalité de points devant Virbac Paprec et Oman Air Musandam.

© Marcel MOCHET

 

Les réactions des skippers et équipiers :

Roland Jourdain, sur Virbac Paprec « Aujourd’hui, il y a eu des bons coups sur les départs, un peu de réussite aussi. C’est vrai que Jean-Pierre (Dick) et Fred (Guilmin), le tacticien, forment un bon couple parce qu’il faut apprivoiser la machine. Dans les choses moins bien, on a eu un petit problème sur un hook de gennaker qui ne fonctionne pas. Du coup, tout le monde nous a marché dessus dans la première manche. Dans la deuxième course, on a connu quelques petits soucis divers et variés de jeunesse générale. Au départ de la troisième on s’est dit qu’il n’était pas question d’aller ce coucher ce soir sur des mauvaises choses. Qu’il fallait qu’on se débrouille pour faire quelque chose de bien. On a pris un très joli départ et après tout a bien fonctionné.  On est toujours plus intelligent quand on est devant, toutes les manoeuvres sont bien passées.

Les bateaux recommencent cette saison comme ils ont fini la dernière. C’est spectaculaire, c’est incroyable, ce sont de vraies bagarres ! C’est super ! Sur Paprec-Virbac, on est content car on est les derniers-nés, on est à peine sorti de la maternité et on joue avec les ados dans la cour d’école ! (rires) Aujourd’hui, c’était la bonne force de vent pour se mettre dedans. Avec cinq nœuds de plus, la panique serait vite arrivée. Les courses in-shore sont une discipline très spécifique. La chorégraphie doit être connue à 100%. Individuellement, il y a de très bons éléments, mais on n’a pas fait une tournée de concert ensemble depuis très longtemps. Heureusement, on a des calibres comme Thierry Douillard, Fred Guilmin, Fred Le Maistre qui ont tout les trois ont participé à la Coupe de l’America. »

Sébastien Josse, skipper de Groupe Edmond de Rothschild : «Trois manches et trois vainqueurs différents : c’est serré ! Nous avons pu constater aujourd’hui qu’un bon départ n’était pas forcément synonyme d’une victoire et inversement. Nous remportons la deuxième course du jour devant Oman Air-Musandam dans les tous derniers mètres grâce à une meilleure manœuvre. Les parcours étaient relativement petits – entre 1,5 et 1 mille – ce qui rendait l’exercice physique pour l’équipage qui n’a cessé d’enchaîner les manœuvres. La journée a été très positive à bord d’Edmond de Rothschild même si nous avons rencontré un léger problème technique sur la 3e et dernière manche. Sur le premier bord de portant, notre bout d’enrouleur est passé au dessus de la galette fixée à l’avant du bateau et nous ne pouvions plus enrouler le gennaker. C’était assez chaud et notre participation à la course a été menacée pendant un moment. Mais nous avons pu trouver une solution et rester ainsi devant Oman. L’équipage est resté très calme malgré cette situation. Nous avons pris beaucoup de plaisir et l’ambiance très agréable qui règne à bord est de bon augure pour la suite. Ce soir, nous sommes en tête ex æquo avec Spindrift qui est le bateau référence. Demain, il faut continuer de faire ce que nous savons faire en essayant de prendre des beaux départs et d’être le plus régulier possible en s’appliquant sur la tactique.»

© Marcel MOCHET

Xavier Revil skipper de Spindrift racing pour les in shore deValence :  “On passe en tête à la bouée au vent sur la première manche, et on réussi à garder notre avance jusqu’à la fin, grâce à un super placement de Christophe Espagnon. Sur la seconde manche, on était bien positionnés mais on a lancé un peu trop tôt le départ, on fini troisième après avoir été contraints de réparer. Sur la dernière manche, on fait un beau virement à la bouée mais Virbac Paprec passe à l’intérieur et nous terminons second. C’est une journée satisfaisante, en fait cela se joue beaucoup sur les départs et les manœuvres“.

Les Multi50,  disputaient également des in-shore, sans que celles-ci ne comptent pour le classement général, contrairement aux MOD70.

Deux manches ont été lancées, la première a été remportée par l’équipage de FenêtréA-Cardinal emmené par Erwan Le Roux devant Arkema – Région Aquitaine de Lalou Roucayrol qui rate sa dernière manœuvre et offre la victoire à Erwan Le Roux, Actual se classe 3ème de cette manche.

© Marcel MOCHET

Lalou Roucayrol ne restait pas sur cette erreur et s’imposait sur la manche suivante devant Actual et FenétrêA-Cardinal, respectivement 2e et 3e.

Au final, se sont Erwan Le Roux et sa troupe qui ont réalisé la meilleure journée même s’ils terminent à égalité de points avec Actual.

Erwan Le Roux : « Sur l’eau, ça a pas mal joué. La première course s’est super bien déroulée. Dans la seconde, nous avons fait une faute sur Actual. Nous lui avons refusé une priorité sur le premier bord de près et avons été contraint d’effectuer un 270° pour réparer. Reste que c’était vraiment sympa ».

Route des Princes J-4

Le départ de la première édition de la Route des Princes, sera donnée le 9 juin à Valence. Ce tour de l’Europe permettra aux équipages de s’affronter sur des étapes offshores et des courses inshores qui animeront les différentes étapes (Valence, Lisbonne, Dublin, Plymouth), la course se terminera dans le cadre des fêtes Entre Terre et Mer à Morlaix le 30 juin.

Quatre Multis 50′ sont inscrits, Gilles Lamiré et son équipage ne prendront part à la course qu’à partir de la seconde étape (Lisbonne-Dublin) suite à une avarie d’alternateur voir ici,.

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com

FenétréA-Cardinal, Arkema – Région Aquitaine et Actual sont quant à eux à quai à Valence en attendant le départ de l’épreuve, les équipages d’Erwan le Roux et d’Yves le Blévec semblent les mieux armés pour la victoire dans la classe des 50′, puisque leurs bateaux sont fiabilisés (ex Crèpes Whaou 3 pour le Roux) et restent sur des succès lors des saisons précédentes. La tâche sera plus difficile pour Gilles Lamiré, qui en plus de rater la première étape devra apprendre maitriser son nouveau Rennes Métropole – Saint-Malo Agglomération, qui n’est autre que l’ancien Prince de Bretagne, vainqueur de la dernière Route du Rhum dans sa classe. Lalou Roucayrol s’aligne sur un bateau récemment mis à l’eau, dont le dessin est issu de celui d’Actual, une des références du circuit, mais il faudra probablement un temps d’adaptation à l’équipage pour tirer la quintessence du trimaran.

Côté MOD 70, quatre des sept trimarans construits seront au départ, Jean Pierre Dick s’est entouré d’un équipage expérimenté pour sa première saison en multicoque sur Virbac Paprec 70, mais aura fort à faire face aux trois équipages affutés qui naviguent sur le support depuis près de deux ans.

© Chris Schmid

© Chris Schmid

Spindrift racing, mené par Yann Guichard reste sur une belle saison 2012 avec une victoire sur la transatlantique et une seconde place sur le Tour de l’Europe (qui avait été remporté par Michel Desjoyaux), Sébastien Josse aura à coeur de confirmer sa belle place sur l’Armen Race après un European Tour décevant la saison précédente, Sidney Gavignet poursuit quant à lui l’apprentissage de marins omanais sur Oman Air, et a déjà montré de belles dispositions sur les courses d’avant saison.

Lionel Lemonchois sera le seul représentant dans la classe Ultime, sur son Multi 80′ Prince de Bretagne, le skipper normand a participé à l’Armen Race le mois dernier avec une quatrième place dans des conditions musclées et avec une panne informatique, sur le papier, le Multi devrait avoir une petite supériorité sur les MOD 70, mais l’équipage de Lionel Lemonchois ne navigue sur le trimaran que depuis début 2013.

Les équipages

FenétréA-Cardinal : Un équipage de fidèles
L’équipage : Erwan Le Roux, Didier Le Vourc’h, Laurent Mermod, Gildas Dubois, Martin Kéruzoré, Simon Vasseur, Dominique Lamballe.
L’avis du skipper : « On peut dire que mon équipage pour cette Route des Princes est composé du noyau dur de mon projet puisque l’on retrouvera à bord mes fidèles complices que sont Laurent Mermod, Gildas Dubois et Didier Le Vourc’h. Martin Kéruzoré sera également présent sur FenétréA-Cardinal avec la casquette de Media Man. L’an dernier, il avait réalisé le clip du bateau. Entre lui et moi, il s’agira en quelque sorte d’un échange. Il me formera à la vidéo afin que je puisse, à l’avenir, être autonome sur la prise du vue et le montage de petits films en mer. Simon Vasseur, le préparateur du bateau, participera à l’une des deux dernières étapes tandis que Dominique Lamballe, le PGD de FenétréA-Cardinal, embarquera pour le sprint entre Plymouth et Morlaix. »

Rennes Métropole – Saint-Malo Agglomération : Se donner le mode d’emploi du bateau
L’équipage : Gilles Lamiré, Nils Boyer, Arnaud Aubry et Pierre Brasseur.
L’avis du skipper : « Mon équipage s’est constitué assez tardivement, mais l’objectif pour moi à l’occasion de cette Route des Princes, est de prendre en main ma nouvelle monture, l’ex Multi50 Prince de Bretagne. C’est pourquoi Arnaud Aubry, qui fait partie du team de Lionel Lemonchois et qui connait, en conséquence, le bateau sur le bout des doigts, sera à bord avec nous. Son rôle sera véritablement de nous donner le mode d’emploi du bateau. Il y aura également le jeune Nils Boyer, 19 ans, avec qui je m’alignerai en double au départ de la Transat Jacques Vabre en novembre prochain. Autant dire que tous les milles que nous avalerons entre Valence et la baie de Morlaix seront précieux pour notre duo. Le quatrième homme du bord sera Pierre Brasseur. Je ne le connais pas encore. C’est quelqu’un que l’on m’a recommandé et qui affiche au compteur huit participations à la Mini Transat. Le convoyage jusqu’à l’Espagne va nous permettre de nous découvrir. »

Arkema – Région Aquitaine: Apprendre le bateau et naviguer au contact
L’équipage : Lalou Roucayrol, Quentin Vlamynck, Mayeul Rifflet, Tommaso Stella.
L’avis du skipper : « Le bateau a été mis à l’eau en mars dernier. Nous le découvrons et il nous reste beaucoup à apprendre. L’objectif, pour nous, à l’occasion de cette Route des Princes est donc de continuer à l’optimiser et de régater au contact des autres. Pour cela, je serai entouré du tout jeune Quentin Vlamynck que j’ai choisi d’intégrer au sein de mon équipe pour deux ans afin de lui donner la chance de vivre l’expérience de la construction, de la navigation et de la course. Mayeul Rifflet, qui faisait déjà partie de mon aventure en multicoque 60’ en à la fin des années 90, sera également à mes côtés. Sa présence s’est imposée naturellement pour moi. Nous avons la même façon de voir les choses. Le quatrième homme du bord devait, initialement, être Marc Thiercelin  mais ce dernier a préféré se concentrer sur son projet personnel. C’est donc l’Italien Tommaso Stella qui complétera l’équipage. Il connait bien le bateau pour avoir travaillé avec nous lors de la construction. C’est aussi un bon marin. Il a notamment navigué en Mini 6.50 en et Class40. »

Actual : Un état d’esprit sportif et détendu
L’équipage : Yves Le Blévec, Luc Alphand, Jean-Baptiste Le Vaillant, Ronan Deshayes.
L’avis du skipper : « J’ai sollicité des personnes que je connais bien et qui participent activement à un état d’esprit aussi sportif que détendu à bord d’Actual. Ronan Deshayes, qui est à mes côtés depuis 2010, connaît très bien le bateau et est un très bon navigateur. Jean-Baptiste le Vaillant est un personnage très riche humainement, un très bon barreur et a déjà beaucoup navigué à bord d’Actual. Quant à Luc Alphand, il est un véritable élément de partage issu d’autres univers, ceux du ski et du sport automobile. Cela élargit le champ de vision et les questionnements et ne peut qu’aller dans le sens de la performance. Ils seront tous les trois à bord pour les deux premières étapes. Pour les deux dernières étapes, les postes de Jean-Baptiste et de Luc devraient être occupés par des équipiers issus de la classe Mini. »

MULTI70

Virbac-Paprec 70 : L’expérience du large
L’équipage : Jean-Pierre Dick, Roland Jourdain, Vincent Riou, Thierry Duprey du Vorsent, Fred Guilmin, Thierry Douillard, Guillaume Le Brec.
L’avis du skipper : « J’ai réfléchi à mon équipage bien avant le Vendée Globe car mon souhait était de réunir des gens très polyvalents, tournés vers le large et connaissant le multicoque. En clair, des pointures. Le choix de Thierry Duprey du Vorsent, qui est aussi le boat-captain du bateau, s’est imposé naturellement tout comme celui de Roland Jourdain qui va apporter son expérience d’une saison en MOD70 sur Véolia. Idem pour Thierry Douillard et Fred Guilmin. L’un et l’autre possèdent également un gros palmarès en voile olympique, en match-race, en Class America ou en Orma. Autant dire qu’ils maîtrisent leur sujet. Vincent Riou, que l’on ne présente plus, était très motivé pour changer  de support et ses connaissances techniques ne sont plus à démontrer. A cet équipage incroyable s’ajoute Guillaume Le Brec. Ce dernier est remplaçant au sein de l’écurie Absolute Dreamer. Son rôle : analyser les données récoltées à bord. Tous ensemble, nous avons déjà réalisé de belles choses sur les courses d’avant saison comme le Grand Prix Guyader ou l’ArMen Race. Nous espérons poursuivre sur cette voie.»

Oman Air – Musandam : Transfert de connaissances
L’équipage : Sidney Gavignet, Fahad Al Hasni, Thomas Le Breton, Mohsin Al Busaidi, Ahmed Al Hassani, Neal Mac Donald, Damian Foxall, Gilles Favennec.
L’avis du skipper : « Comme l’an passé, lors de notre première saison sur le circuit MOD70, les Omanais Fahad Al Hasni et Mohsin Al Busaidi, qui avaient montré leurs capacités à apprendre et leur habileté naturelle à la barre, seront à bord. Idem pour Thomas Le Breton. Gilles Favennec, qui a  notamment navigué en Figaro Bénéteau et sur le circuit Match-Race, sera le troisième français du bateau tandis que deux grosses pointures du large, le Britannique Neal McDonald, qui ne compte pas moins de six Volvo Ocean Race à son actif et avec qui j’ai navigué sur Assa Abloy en 2001, puis l’Irlandais Damian Foxall, vainqueur en titre de la Volvo sur Groupama IV avec lequel j’ai régaté en Figaro et sur l’Admiral’s Cup, compléteront le team lors de cette Route des Princes. Sur les courses d’avant saison, nous étions dans le coup. Sur ce tour de l’Europe, on espère le meilleur. »

Spindrift racing : Un team solide et expérimenté
L’équipage : Yann Guichard, Xavier Revil, Jacques Guichard, Erwan Tabarly, Pascal Bidegorry, Christophe Espagnon, Sébastien Marsset, Nicolas Chabonnier, Christophe André, Fred Brousse, Nicolas Texier, Jean-Baptiste Le Vaillant.
L’avis du skipper : « J’ai choisi des gens possédant une grosse expérience du multicoque et/ou de la course au large. Pascal Bidégorry, Erwan Tabarly et mon frère, Jacques, sont typiquement dans ce cas. De plus, ce sont des gens qui sont bien en mer. En ce qui les concerne, Christophe Espagnon et Xavier Revil ont une expérience très similaire à la mienne puisqu’ils sont, eux aussi, issus du Tornado Olympique. Ils savent parfaitement régler et faire avancer un bateau. Pour les régates In-shore, qui sont un exercice très différent, je me suis entouré de marins costauds tels que Seb Marsset, Christophe André, Fred Brousse et Nicolas Texier. Les trois derniers sont des habitués de la Coupe America. A la tactique sur ces petits parcours, c’est Nicolas Charbonnier, spécialiste de 470, qui officiera. Par ailleurs, sur les deux derniers In-Shore, Xavier Revil me remplacera à la barre puisque je serai sur le circuit D35 au même moment. J’attache énormément d’importance au côté humain et cet équipage est à mon image. Il correspond à ma philosophie. C’était déjà le cas l’an dernier et cela a plutôt bien fonctionné, alors… »

Edmond de Rothschild : Mix de compétences du large et de la régate
L’équipage : Sébastien Josse, Charles Caudrelier, Thomas Rouxel, Florent Chastel, Sébastien Col, Olivier Douillard, Antoine Koch, David Boileau, Cyril Dardashti, Jean-Christophe Mourniac.
L’avis du skipper : « Cette année, j’ai conservé une bonne partie de mon équipage de la saison passée. Ainsi, Thomas Rouxel, Florent Chastel seront de nouveau à bord. Même chose pour Olivier Douillard et Antoine Koch qui se relayeront à la mi-course pour les courses off-shore ou encore pour David Boileau et Cyril Dardashti qui, eux, se répartiront les régates in-shore. Pour ces dernières, Sébastien Col, grand spécialiste du match-race, viendra également compéter l’équipe. Lui et moi avons finalement peu navigué ensemble jusqu’ici mais nous nous sommes rencontrés il y a une dizaine d’années sur le Tour de France à la Voile et je sais que son expérience sera un vrai atout sur ces courses courtes entre trois bouées. Il ne sera pas le seul « nouveau » du bord puisque Jean-Christophe Mourniac est également dans ce cas. Là encore, j’ai peu couru avec lui,  mais c’est un spécialiste du multicoque, le Formule 18 en particulier et il a beaucoup à nous apporter. Bien sûr, il y aura aussi Charles Caudrelier avec qui je participerai en double à la Transat Jacques Vabre. J’ai voulu des gens issus à la fois de la course au large, du Figaro, du Match-Race et du multicoque pour avoir un maximum de compétences sur Edmond de Rothschild. »

ULTIMES

Maxi 80 Prince de Bretagne : Des « anciens » et des « nouveaux »
L’équipage : Lionel Lemonchois, François Denis, Matthieu Souben, Jean-Luc Nélias, Alex Pella.
L’avis du skipper : « Grand bateau, petit équipage. En tous les cas, l’idée, c’est vraiment de développer le bateau et de valider les petits changements récemment effectués, sur la grand voile par exemple. J’ai donc fait appel à des gens que je connais bien et qui connaissent bien le projet Prince de Bretagne. Dans ce sens, Matthieu Souben, avec qui j’avais pris le départ de la Transat Jacques Vabre 2011 et avec lequel je travaille depuis, fait logiquement partie de l’équipage. Idem pour Bambino (François Denis). Il est le gréeur du team technique et officiera à un poste qu’il maîtrise parfaitement : numéro un. Mais j’ai aussi choisi de faire appel à deux nouvelles recrues : Alex Pella et Jean-Luc Nélias. Le premier est  grand spécialiste du circuit Mini 6.50 qui peut aussi se targuer d’avoir déjà fait le tour du monde lors de la Barcelona World Race 2010. De plus, comme il est Espagnol, son expérience sera précieuse le long des côtes de la péninsule ibérique. Le second affiche une expérience plus grande encore et il a déjà largement fait ses preuves au poste de navigateur. Il a notamment remporté la Volvo Ocean Race aux côtés de Franck Cammas sur Groupama IV. Son expertise sera, sans conteste, un atout. »

 

Loic Féquet s’impose à Fécamp

Après deux journée de petit temps, les équipages ont rencontré des conditions plus soutenues aujourd’hui avec 15 à 20 noeuds de vent. Loïc Féquet sur Maître Jacques a confirmé sa progression fulgurante en s’adjugeant le Trophée, après une belle seconde place lors du dernier rendez-vous des Multis 50′.

Franck Yves Escoffier sur Crêpes Whaou! se contente de la seconde place, Lionel Lemonchois renoue avec des performances honorables sur Prince de Bretagne en terminant à égalité de points avec Actual d’Yves le Blévec dans le petit temps, au général Yves Le Blévec prend la troisième place grâce à une victoire de manches et malgré deux disqualifications pour manquement au règles de priorité et d’engagement en début de rendez-vous.

Photo Patrick Deroualle

Loic Féquet : « Nous sommes les premiers surpris de nos performances. Nous soignons nos départs et tout s’enchaîne sans heurts. A nous de confirmer demain dans du vent plus soutenu. »

Franck Yves Escoffier : « On a fait trop de bêtises, notamment lors des phases de départ[…] Avec de l’air ça va mieux ! On était sur un patin, on sentait bien le bateau, l’équipage fonctionnait correctement. Bref, tout est rentré dans l’ordre… mais un peu trop tard.  Aujourd’hui, on a été meilleurs que Maitre Jacques. Hier on a eu moins de talent dans nos réglages, dans la coordination de l’équipage. Loïc Féquet mérite largement de gagner ce Trophée. C’est aussi pour lui une juste récompense d’être venu dans la classe Multi50 avec un bateau qui n’est pas neuf mais parfaitement optimisé »
Lionel Lemonchois : « Nous nous sommes bien battus. Nous étions constamment au contact avec les autres. La bagarre a été belle tout au long de l’épreuve. Globalement, nous avons pris de bons départs ce qui nous a permis de rester dans le coup dans le petit temps même avec un bateau plus lourd. Evidement, nous restons plus à l’aise dès que le vent rentre. La différence est flagrante au près. A cette allure, quand c’est fort, ça va tout seul. Ceci étant dit, nous avons pris beaucoup de plaisir sur l’eau. Chaque course était très serrée. Au final, il nous manque une victoire de manche. Nous sommes passés tout près dans la course n°6. Malheureusement, il fallait composer avec des grains et certains ont eu plus de réussite que nous. Quoi qu’il en soit, c’était sympa »

Classement général

1- Maitre Jacques – Loïc Féquet : 8 pts
2- Crêpes Whaou! – Franck-Yves Escoffier : 12 pts
3- Actual – Yves Le Blévec : 19 pts
4- Prince de Bretagne – Lionel Lemonchois : 19 pts
5- La mer révèle nos sens – Philippe Laperche : 29 pts
6- FenetreA-Cardinal – Erwann Le Roux : 33 pts
7- CLM – Hervé Cléris : 40 pts
8- Nootka – Gilles Buekenhout : 48 pts
9- Martenat Bretagne – Pascal Quintin : 57 pts
10-Citoyens du Monde – Jean-François Lilti : 61 pts
11-PIR2 – Etienne Hochedé : 66 pts
12-Delirium : Nolwenn de Carlan : 73 pts

L’équipage de Crêpes Whaou s’impose à Saint Quay

L’équipage de Franck-Yves Escoffier s’est imposé au Trophée des Multis 50′ à Saint Quay suite à un sans faute ce dimanche, ils avaient du, hier, faire face à un adversaire coriace, Maitre Jacques, qui prend ce soir la deuxième place.

Le skipper de Crêpes Whaou avait réuni un équipage de haut vol pour ce rendez-vous : Antoine Koch, Kevin Escoffier, Sébastien Josse, et Pierre Hingant.

© Fanch Galivel

Les équipages se sont confrontés sur huit manches courues depuis vendredi matin, dans des conditions légères,  Crêpes Whaou ! et Maitre Jacques terminent à égalité de points, la victoire a été attribué au bateau vainqueur de la dernière manche à savoir Crêpes Whaou.
Franck-Yves Escoffier : « ça, c’est sur le papier mais sur l’eau, Loïc Féquet a gagné tout autant que nous puisque nous sommes à égalité de points. Hier ils ont très bien navigué. Aujourd’hui, nous avons réussi à prendre de meilleurs départs qu’hier. Nous étions peut-être plus concentrés, plus attentifs et savions que chaque manche se jouerait sur le départ. Nous avons amélioré aussi l’efficacité de nos virements de bord. Hier nous avions des problèmes pour relancer en sortie de virement. Aujourd’hui on redémarrait bien »
Loic Féquet poursuit son ascension dans la classe Multis 50′ avec cette belle deuxième place.
Loïc Féquet : « Nous prenons à nouveau de bons départs aujourd’hui mais cette fois Crêpes Whaou nous double sur une manœuvre à la première manche et sur une autre petite erreur à la deuxième.
L’important est d’avoir pu exploiter le bateau comme jamais on ne l’avait encore fait. Nous avons éclaircis pas mal de points techniques, notamment sur les voiles. Nous savons par exemple désormais quelle sera la combinaison de voiles que nous retiendrons pour la Transat Jacques Vabre. Plusieurs questions techniques ont trouvé leurs réponses au cours de ces trois jours de course. L’équipage a super bien fonctionné, ils étaient tous là pour se faire plaisir ! De mon côté, comme je n’étais pas à la barre
(laissée à Billy Besson, ndlr) j’ai pu gérer le bateau différemment, observer d’autres points techniques… »

Yves Le Blévec place Actual sur la dernière marche du podium, et Lionel Lemonchois prend la quatrième position, les deux skippers n’auront pu faire mieux dans ces vents faibles sur des trimarans plutôt typés transat.

Lionel Lemonchois : « Par rapport à la concurrence, nous sommes plus lourd et avec nos deux dérives à bouger dans les manœuvres nous sommes peut-être un peu moins réactifs. Il n’y a pas vraiment de surprises quant aux résultats, nous n’avons pas toujours pris de bons départs et nos adversaires sont talentueux. Dans ce type de conditions nous sommes comme qui dirait, abonnés à la quatrième place.  Malgré tout, je suis content de cette course, nous avons fait de belles manœuvres, progressé sur certains points et mis en évidence des choses à améliorer. Dans tous les cas nous avons passé un excellent moment ».

Le prochain rendez-vous pour les Multis 50′ aura lieu dans deux semaines pour le Trophée du Port de Fécamp qui devrait compter 14 multicoques au départ.

Classement général à l’issue de huit manches
1- Crêpes Whaou ! (FY Escoffier) – 9 pts
2- Maitre Jacques (L.Féquet) – 9 pts
3- Actual (Y.Le Blévec) – 13 pts
4- Prince de Bretagne (L.Lemonchois) – 20 pts
5- CLM (D.Cloarec) – 30 pts
6- La Mer révèle nos Sens (Ph.Laperche) – 33 pts
7- Fenêtréa-Cardinal (E.Le Roux) – 38 pts
8- Martenat Bretagne (P.Quintin) – 47 pts
9- Nootka (G.Buekenhout) – 50 pts
10-Citoyens du monde (JF. Lilti) – 61 pts
11-Delirium (H.de Carlan) – 62 pts
12-PiR2 (E.Hochédé) – 64 pts

Banque Populaire V explose le record SNSM

Pour son retour à la compétition cette année, l’équipage de Banque Populaire V commence fort en pulvérisant le temps du record SNSM. Loïck Peyron et ses douze hommes d’équipage ont coupé la ligne d’arrivée de ce record de 360 milles ce matin à 6h48’30’’ après seulement 11h48’30’’ à une vitesse moyenne de 30,51 nœuds et des pointes à plus de 40 nœuds.

Les conditions de brise et par vent de travers (sud-ouest de 18-20 nœuds) étaient idéales pour le maxi trimaran qui bat largement le temps de référence détenu par Gitana 11 (19h39’58’’ en 2010) sur le parcours à deux boucles entre Saint-Nazaire et Sainte-Marine.

© Bruno BOUVRY / Record SNSM

Loïck Peyron : « Nous avons vécu un bien joli Record SNSM, de pleine nuit. On n’a rien vu ou presque : c’était gris et trempé … Il y a eu d’abord un départ un peu compliqué au milieu d’une flotte nombreuse. Avec une si grosse machine, sans moteur, on se sent un peu limite. On est donc parti extrêmement prudemment :  c’était la consigne. Il nous fallait accepter de partir de derrière, c’était d’ailleurs le meilleur moyen finir devant. Et ensuite à l’attaque avec un  équipage  exceptionnel ! Ce bateau est une machine à records incroyable, un magnifique navire à bord duquel on a une sensation de protection totale. Je pense d’ailleurs que ce n’est pas seulement une sensation : Banque Populaire, qui est très haut sur l’eau et très bien protégé, est mille fois plus sécurisant que beaucoup de monocoques de course.

On s’est beaucoup relayé au cours de cette nuit sans visibilité : toutes les heures, parfois même un peu moins, à la barre.  Ce sprint côtier, au cours duquel on croisé et rattrapé plusieurs fois la flottille du Record, exigeait une concentration extrême. Mais je suis très heureux de retrouver les sensations offertes par les gros multicoques, et c’est aussi très sympa de partager de tels moments avec un équipage de cette qualité. Pour tous les marins du bord, c’est très important de signer ce temps pour les sauveteurs de SNSM :  nous sommes tous contents que  la première course de ce bateau, qui n’est pas conçu pour courir en flotte mais plutôt pour chasser des records, leur soit dédiée. »

Gitana 11, le bateau qui détenait le temps de référence n’a pas fait pâle figure, puisque l’équipage mené par Sébastien Josse améliore le temps de 2010 de plus de 5 heures, en 14 heures 18 minutes et 45 secondes, à une moyenne de plus de 25 noeuds.

Sébastien Josse : « Les conditions météos de ce record n’étaient pas idéales mais elles étaient clairement favorables pour les chronos. Nous avons eu globalement plus de vent que ne l’annonçaient les prévisions. Nous attendions 18 à 20 nœuds mais le flux soufflait plus entre 22 et 23 nœuds, ce qui n’était pas pour nous déplaire. Avec le passage annoncé d’un front lors de notre première montée vers Sainte-Marine nous savions que la mer allait se lever entre Belle-Ile et Groix et effectivement, c’était agité sur le plateau des Birvideaux. C’est pourquoi, nous avons choisi par la suite de passer plus à terre dans ce secteur afin de nous préserver de cette mer formée. La pluie qui s’est abattue sur nous quelques milles après le départ, nous a malheureusement accompagné tout au long du parcours. Le plus problématique étant le manque de visibilité consécutif à ces conditions météos. La première descente entre Sainte-Marine et l’entrée du Chenal de Saint-Nazaire était assez rock and roll car nous avons croisé toute la flotte avec une visibilité ne dépassant pas les 50 mètres ! Et cela alors que Gitana 11 avançait entre 25 et 30 nœuds. Ce parcours réclamait une grande concentration des barreurs tout autant que des équipiers qui scrutaient en permanence les abords du bateau.

Avoir un lièvre aussi rapide était vraiment stimulant pour nous à bord. Sur mer plate, nous parvenons à bien tenir le rythme de Banque Populaire mais dès que la mer se forme sa longueur lui donne l’avantage. Malgré tout, sa présence nous a poussé à exploiter le bateau à la hauteur de son potentiel et ces 360 milles ont été riches en enseignements. Ce record SNSM est une nouvelle étape dans mon apprentissage du multicoque et dans la préparation de notre future saison en MOD 70. Les entraînements ne remplaceront jamais les courses et étrenner mon équipage et notamment notre organisation à bord dans ces conditions de navigation est très positif pour la suite.»

© Bruno BOUVRY / Record SNSM

Lalou Roucayrol et son équipage terminent troisième de la G-Class sur l’ancien B&Q Castorama : ils affichent une moyenne de 19,55 noeuds sur les 360 milles du parcours.

Du côté des Multis 50′, Lionel Lemonchois, favori, n’a pas failli et a mené pendant tout le record et s’offre le scratch dans sa catégorie en 17h01’35 secondes à 21,14 nœuds de moyenne battant de 14 heures le  temps de référence dans la classe Multis50′ de 31h21’10’’, établi l’an passé par Erik Nigon sur Axa Atout Cœur pour Aides.  Loïc Fequet et son équipage sur Maitre Jacques, terminent à 30 minutes de Prince de Bretagne avec une vitesse moyenne de 20,56 nœuds.

Lionel Lemonchois, Prince de Bretagne (1er Multi 50) : « C’était une ambiance vent, pluie, vagues, eau ! Des grands « tout droit », des vrais runs de vitesse. On a toujours été devant. On n’a pas les plus gros bateaux, mais on fait quand même plus de 21 noeuds de moyenne, je trouve que c’est pas mal »

Loïc Fequet, Maître Jacques (2è Multi 50) : « La météo a été vraiment parfaite pour ce type de record. On a pris un bon départ, mais on a cassé assez rapidement le hook de trinquette, nous n’avons donc pas pu utiliser cette voile, et comme le vent oscillait régulièrement entre 15 et 25 nœuds, ça nous a manqué dans les transitions. On a bien tenu la cadence, ça montre que le bateau est très sain, même à 26 nœuds. C’est vraiment un très bon bateau de large, qui peut tenir de très bonnes moyennes. »