240 milles d’avance pour Thomas Coville

Thomas Coville poursuit sa descente de l’Atlantique Nord, il est après un peu plus de trois jours après son départ d’Ouessant entre les Canaries et le Cap Vert.

Après une série d’empannages hier, son avance sur le record du tour du monde en solitaire, détenu par Francis Joyon, s’est stabilisé à 240 milles .

Thomas Coville, skipper de Sodebo Ultim :
« Je n’ose pas vous raconter mon quotidien tellement on croirait à un moine ! Je suis vite rentré dans ma bulle , je me sens concentré et à la fois serein. J’ai moins réduit que d’habitude dans les gros grains à 45 nœuds du début le long du Portugal où j’étais soit à la barre soit à l’écoute à réguler. Ce n’est pas si chaud que ça. A 2 ris, Sodebo Ultim’ est fabuleux. Il faut faire aussi attention de pas se laisser griser par la puissance et gérer le matériel sur la durée .
Le bonhomme aussi, hier soir j’ai commencé à remanger régulièrement. J’ai fait quelques siestes d’abord dehors l’écoute sur les genoux puis dedans plus confortablement installé. Il fait déjà chaud dedans et j’adore cette partie du voyage. Les conditions de vie permettent de ne pas être engoncer dans 4 kg de vêtements. Les lumières jaunes de fin de journée et de lever sont fantastiques.
J’ai percuté un requin cet après-midi et j’ai juste réussi à prendre la barre avant que le pilote ne parte sur une embardée qui aurait été périlleuse.  Évidemment, j’ai pensé à l’avarie majeure. Je suis descendu regarder en bas, me suis penché à l’arrière mais rien ne semblait anormal. J’ai repris la barre et mes sensations m’ont rassuré. Je me suis remis en route.
La nuit dernière, j’ai enchainé les empannages comme sur un bateau normal. La dépense physique à chacun d’entre eux est importante mais après 5 ou 6, chaque geste est familier et le dosage se fait presque instinctivement. Je suis monté sur l’écoute de gennaker 2/3 fois pour tenter de réparer un petit soucis de nerf de chute de mon grand gennaker de devant mais sans succès. Il faudra le faire une fois celui-ci dans le filet .
Je rentre de plus en plus dans les réglages fin du pilote et je le règle presque autant que les voiles. Cela demande énormément de concentration pour analyser les chiffres qui défilent sous mes yeux à la table à carte et laisser ressentir mes sensations. Ensuite, il faut faire la synthèse et reparamétrer un facteur, ou une variable. Attendre, faire des moyennes, revenir aux réglages initiaux , re-comparer, c’est sans fin et ça change tout le temps. C’est à la fois passionnant et obsédant comme une partie d’échec .
Après Madère, que j’ai aperçu au loin dans les nuages, cette nuit ce sera le tour des Canaries. Voilà c’est vraiment parti pour le grand tour ! La lune est montante et bientôt elle éclairera toute une partie de mes nuits . »

Brest choisi comme port de départ du tour du monde du Collectif Ultim en 2019

Après un travail de 18 mois, le Collectif Ultim a choisi la ville de Brest comme port de départ de son futur tour du monde en solitaire sur maxi trimaran qui aura lieu en 2019.
Nice et Lorient étaient également en lice pour cette course.

La décision a été prise à la majorité des cinq votants, à savoir les armateurs (Actual, Banque Populaire, Idec, Macif et Sodebo).

Patricia Brochard, Présidente du Collectif Ultim : « En constituant le Collectif Ultim, l’un de nos objectifs majeurs était de réunir les meilleures chances de succès, pour aboutir à la création du premier Tour du Monde en solitaire sur nos Ultims. Aujourd’hui est une étape très importante car à 5, avec les groupes Actual et Idec qui nous avaient rejoints, nous avons procédé au choix de la ville de Brest avec laquelle nous allons désormais travailler étroitement. A l’issue de ce vote, le Collectif annonce le retrait d’Idec. Je le regrette mais je respecte sa décision. Nous allons désormais continuer à travailler à 4 armateurs, et davantage progressivement j’en suis convaincue, pour faire de ce Tour du Monde, dont la première édition se déroulera en 2019, l’une des épreuves phares de la course au large. Nous serons ensemble, côte à côte, avec les autorités publiques brestoises lors du prochain Nautic pour présenter plus en détail cet événement. Je tiens à remercier Actual, Banque Populaire, Idec et Macif pour la qualité de nos débats et, en leur nom, je tiens à féliciter l’ensemble des collectivités qui ont échangé avec nous depuis 18 mois tant leur implication et la qualité de leurs dossiers étaient remarquables. Il nous a fallu procéder à un choix, forcément très difficile, mais je suis convaincue que nos échanges fructueux serviront, à l’avenir ».

François Cuillandre, Maire de Brest et Président de Brest Métropole : « C’est une très bonne nouvelle particulièrement du fait que ce soit un « collectif » d’entrepreneurs et de navigateurs qui a fait ce choix. Brest Métropole aime accueillir ces bateaux et ces marins d’exception qui ont choisi notre ville comme plate-forme de départ et d’arrivée de leurs épreuves maritimes. Connue comme le Port des Records des multicoques, Brest collaborera de manière étroite avec le Collectif Ultim dans le but de faire de cet évènement LA grande aventure tant attendue. Choisir Brest, le Finistère et la Bretagne est aussi la valorisation de toute une filière nautique d’excellence basée sur notre territoire. La course au large est devenue au fil des années une activité économique mais aussi un élément d’attractivité touristique. En effet, les grands ports bretons de course au large, comme Port La Forêt, permettent de voir les bateaux les plus performants du moment. Tous les investissements matériels et immatériels qui ont été réalisés sur notre territoire ces dernières années lui confèrent un rayonnement et une légitimité reconnus nationalement et internationalement ».

Jean-Pierre Champion, Président de la Fédération Française de Voile : « Le choix de la ville de Brest, comme ville de départ du Tour du Monde des Ultim 2019, est tout à fait légitime, compte tenu de l’attachement historique de la ville aux grands multicoques océaniques. Une nouvelle fois, plusieurs candidatures de grandes qualités étaient présentées, montrant le dynamisme de notre littoral et l’attachement des grandes villes côtières à notre sport. Je les remercie toutes pour leur implication. Brest présente de nombreux atouts. Ses capacités d’accueil des équipes, ses moyens d’animation de la rade, l’engouement du public et les moyens mis en place pour leur permettre de découvrir ces bateaux extraordinaires feront de cet événement un moment unique ».

Le point sur les records, Le Cléac’h et Lemonchois en avance, Coville en retard

Thomas Coville et Lionel Lemonchois naviguent au large de Brésil, Sodeb’O accuse un retard de 234 milles sur le record autour du monde, après un passage de l’équateur en 6 jours 20 heures, alors que Prince de Bretagne a 406 milles d’avance sur le record de la Mauricienne, avec un temps de passage à l’équateur de 6 jours 9 heures 51 minutes.

Les deux marins vont être confrontés à une grosse difficulté dans l’atlantique sud avec un anticyclone de Sainte-Hélène très décalé dans l’ouest au sud, ce qui altère les modèles météos classiques.

Lionel Lemonchois, skipper de Prince de Bretagne : « Quand on regarde les analyses météo pour la semaine à venir, on voit que ça va être très compliqué. Pour l’instant, c’est un véritable mur qui se dresse au milieu de l’Atlantique sud. De ce fait, le contournement de la zone de haute pression par l’ouest ne semble pas terrible. Il va donc falloir passer à travers mais ça ne va pas être évident. Enfin, comme on dit, chaque jour suffit sa peine. J’avance donc vers le sud et espère que ça va s’ouvrir ».

Thierry Briend., membre de la cellule routage de Sodeb’O : «  L’ anticyclone de Sainte-Hélène est très étendu d’Ouest en Est et génère peu de vent. Avec la chaleur, cela favorise la création de nuages et de grains.  Depuis 2h du matin, Thomas est sous l’emprise d’un énorme nuage (photo ci-dessus) et la difficulté aujourd’hui sera de trouver un chemin dans ce gruyère. En temps normal, la situation plus Nord de l’anticyclone, empêche la création de ces masses nuageuses et surtout la vitesse de déplacement de ces dernières est beaucoup plus rapide.  Aujourd’hui, tous ces phénomènes sont très lents, c’est un cercle vicieux ! Le nuage est lent donc Thomas met plus de temps à le traverser. Jusqu’ici, nous avons conservé le choix entre plusieurs scénario même si aucun n’est très réjouissant. Aujourd’hui, les observations annoncent moins de 5 nœuds de vent dans une grande partie de l’anticyclone qui s’étale sur la moitié de l’Atlantique Sud. Et on ne voit toujours pas de dépression se former vers Rio, ce qui nous donnerait alors un peu d’air pour traverser. On sait qu’on ne coupera pas le fromage comme Francis, maintenant, il va falloir limiter la perte de temps pour Thomas. »

Pour Armel le Cléac’h sur Banque Populaire VII, la situation est nettement moins complexe pour le skipper, qui s’est attaqué lui aussi à un temps de Francis Joyon sur la Route de la Découverte. En effet il a bénéficié d’un flux soutenu depuis le départ de Cadix le 23 au soir, et n’a eu que peu de manoeuvres à effectuer (3 empannages contre 9 pour son adversaire virtuel jusqu’ici). Il possède 311 milles d’avance sur le record.

 

Armel Le Cléac’h, skipper de Banque Populaire VII : « Tout va bien. Le jour est en train de se lever. Je suis actuellement sous la casquette où je passe la plupart de mon temps. La mer s’est rangée après le passage des Canaries, cela facilite la vitesse. Et puis cela m’a permis de me reposer tout en restant vigilant, jamais très loin de mes écoutes. Au fil des milles parcourus, je prends confiance, je m’habitue aux grandes vitesses et à certaines pointes du bateau à 35 nœuds ! Je suis content de mon plan de route. Ma trajectoire est assez proche de ce que nous avions convenu avec Marcel van Triest, mon routeur. Un seul empannage sous les Canaries, c’est assez rare. J’ai réussi, dans une mer agitée et difficile, à éviter quelques dévents des îles. Pour la suite, il y aura un point de passage difficile à partir de demain soir avec certainement un empannage à gérer. Les fichiers météorologiques ne sont pas d’accord. Le vent sera moins fort. En tout cas, le bateau se comporte formidablement bien. »

Accelération pour les deux skippers avant le Pot au Noir

Thomas Coville et Lionel Lemonchois, qui s’attaquent respectivement au record du tour du monde et à celui de la Mauricienne, ont très nettement accéléré sur les derniers jours dans les alizés bien établis et qui s’étendent au sud, ce qui annonce un Pot au Noir assez peu actif et étendu, cependant l’anticyclone de Saint Hélène s’étend très à l’ouest, ce qui devrait contraindre les marins à un grand contournement le long des côtes brésiliennes.

La vidéo de Thomas Coville, skipper de Sodeb’O d’hier :

Lionel Lemonchois a enregistré hier la meilleure moyenne sur 24 heures sur son trimaran 80′ Prince de Bretagne avec 622,3 milles (le record de Francis Joyon étant à 666,2 milles).

Aujourd’hui l’avance de Lionel Lemonchois sur le record de la Mauricienne est de 516 milles, alors que le retard de Thomas Coville sur celui du tour du monde s’est réduit à 44 milles.

Thomas Coville et Lionel Lemonchois ont passé le Cap Finistère

Les deux marins qui se sont lancés sur leurs records respectifs hier ont tous les deux passé le Cap Finistère cette après midi.

Les skippers sont actuellement en retard sur le temps de Francis Joyon (7 milles pour Lemonchois et 82 pour Coville), mais cette tendance devrait rapidement s’inverser avec le renforcement du front qui devrait atteindre 25 noeuds dans la nuit, ce qui devrait leur permettre d’engranger des milles.

© Marcel Mochet

Thomas Coville a également connu une première nuit difficile avec quelques grains et le passage du thalweg à gérer, il devrait lui aussi profiter du renforcement du vent pour reprendre des milles sur le record.

http://www.dailymotion.com/video/x19vkaa

Thomas Coville et Lionel Lemonchois sur le départ

Thomas Coville et Lionel Lemonchois profitent tous les deux de ce qui sera probablement la dernière fenêtre météo de l’hiver pour appareiller.

Thomas Coville, le skipper du maxi trimaran Sodeb’O, quittera Brest dans la soirée pour se diriger vers la ligne de départ au large d’Ouessant. Le départ de cette nouvelle tentative de record autour du monde en solitaire devrait se faire vers minuit.

Les conditions seront musclées sur ce début de parcours avec environ 30 noeuds sur zone, associés à une forte houle.

Les explications du skipper :
« Ce n’est pas franchement les conditions rêvées. Partir de nuit au près dans de la mer devient vite compliqué en solitaire sur un bateau de 30 mètres. Mais il faut s’élancer avec le vent pour éviter de se retrouver coincé demain matin à Brest où on annonce moins de 7 nœuds de vent. La situation est différente pour Lionel (Lemonchois, skipper du Maxi80 Prince de Bretagne qui doit s’attaquer demain au record Port-Louis, en France – Port Louis, Ile Maurice). En partant de Lorient (80 milles – 150 km plus au Sud), il devrait échapper à ce coup de mou et aura encore 15 à 20 nœuds de vent demain midi. La fenêtre est tentante. J’aurais 12 et 14 heures de près dans du vent fort avant de traverser le front et de récupérer du vent Ouest-Nord-Ouest portant. Ensuite, ce sera une descente sportive dans du vent et de la mer. Au Portugal, on passe sous l’anticyclone des Açores qui est encore bien installé avec de l’alizé établi qui peut nous permettre de dérouler jusqu’au Cap Vert. »

 

De son côté, Lionel Lemonchois, sur son trimaran de 80′ Prince de Bretagne, partira de Lorient demain sur la Mauricienne entre Port-Louis en rade de Lorient et Port-Louis dans l’archipel des Mascareignes. Comme l’explique Thomas Coville, les conditions seront plus simples pour le skipper normand, qui empruntera la même route que son homologue sur le début de parcours.

Lionel Lemonchois :

« Du vent de secteur nord-ouest très fort (entre 45 et 50 nœuds) est annoncé dans la journée de dimanche au large du cap Finisterre. C’est pourquoi je pense, pour l’instant, partir dès vendredi midi si je veux rester devant la mer et la baston. Et la bonne nouvelle c’est que l’entame s’annonce sympa car maniable. Rapide aussi.  Dans les prochaines 48 heures, nous allons continuer de faire un point toutes les 12 heures afin de surveiller l’évoluer des systèmes puis mon équipe technique va annoncer au WSSRC (World Sailing Speed Record Council) notre intention de départ pour le record. Ensemble, nous allons également effectuer un tour complet du bateau, histoire de vérifier une dernière fois que tout est fin prêt pour éviter les surprises. Nous allons également valider les consignes de sécurité, charger le camion qui pourra ainsi être en mesure d’intervenir jusqu’aux balcons de l’Europe en cas de pépin technique et faire quelques courses pour le frais. Il n’y a aucun stress. Je suis prêt à partir depuis un moment et je suis content que cela se concrétise »

Les deux skippers iront cherché des chronos détenus par Francis Joyon sur Idec, 57 jours, 13 heures et 34 minutes pour le tour du monde et 26 jours 44 minutes et 29 secondes pour la Mauricienne.

Francis Joyon pulvérise le record de l’Atlantique Nord

Francis Joyon, sur le maxi trimaran Idec a réussi son pari, en lien avec son routeur Jean Yves Bernot, de battre le temps de référence sur l’Atlantique en solitaire.

La fenêtre météo ne semblait pourtant pas idéale, obligeant le marin à une route sud, à près de 400 milles de l’orthodromie, alors que Thomas Coville avait bénéficié pendant 4 jours d’une route sur celle-ci, et avait donc effectué moins de milles pour se rapprocher des côtes anglaises. Pourtant Francis Joyon a réussi à maintenir son multicoque en avant de la dépression qui l’a accompagné du début à la fin de son parcours, il a grâce à deux empannages à se recaler pour éviter le centre de celle-ci, se faisant, il a pu aligner les milles, avec un maximum de 665 en 24 heures (à un mille de son record des 24 heures). En maintenant de telles vitesses, le retard dû à cette route sud s’est transformé en avance, et le skipper a pu négocier la fin de son parcours à des vitesses proches des 30 noeuds.

Francis Joyon a passé la ligne d’arrivée de cette traversée de l’Atlantique Nord hier après midi après 5 jours 02 heures 56 minutes et 10 secondes, en améliorant le temps de Thomas Coville sur Sodeb’O de 6 heures 34 minutes et 30 secondes. Il aura parcouru 3222 milles à une vitesse moyenne réelle de 26,20 noeuds (distance orthodromique : 2 865 milles pour une vitesse moyenne de 23,30 noeuds).

Il détient donc les quatre plus grands records à la voile en solitaire, à savoir le tour du monde (depuis 2008, en 57 jours 13 heures 34 minutes 6 secondes), le record des 24 heures (depuis 2012 avec 666,2 milles soit près de 28 noeuds de moyenne), le record de la Route de la Découverte (depuis février 2013 en  8 jours, 16 heures, 07 minutes, 05 secondes) et enfin cette traversée de l’Atlantique Nord.

L’ensemble du monde de la voile salue cette incroyable performance, le skipper d’Idec accroit un peu plus la pression sur les épaules de ces adversaires, notamment Thomas Coville, qui dispose d’un bateau très proche (mêmes architectes :  Irens Cabaret mais avec 5′ de plus à la flottaison) mais plus performant sur le papier, et qui s’est vu détrousser de trois de ces records, il tentera cet hiver de ravir le tour du monde à son adversaire.