@SailGP Marseille : le Japon face à l’Australie en finale

Trois nouvelles courses étaient au programme de la finale du SailGP hierà Marseille. Les prévisions qui annonçaient de la pluie étaient exactes, pour le vent les orages les ont déjoués. En prévision du vent fort les F50 étaient pourvus ce samedi des petits foils et du petit foc, mais le flux perturbé par les nuages orageux n’aura pas été aussi fort que prévu. Le parcours était réduit sur la seconde manche, et sur la 3ème les bateaux naviguaient en mode archimédien avec une arrivée à la porte au vent.

Sans grosse surprise les équipages japonais et australiens ont trusté les premières places sur les deux premières journées et ce quelque soit les conditions. Ils s’affronteront donc en finale (qui se déroulera en match race) cet après-midi pour décrocher le million de dollars alloué au vainqueur de cette première saison du SailGP.

Seuls Phil Robertson et son équipage chinois ont réussi à obtenir une victoire de manche face aux vétérans de la précédente America’s Cup. Les autres manches revenant aux deux protagonistes

La troisième place est mathématiquement toujours possible pour les français mais ils devront pour cela laisser les américains, les anglais et les chinois derrière eux.

Billy Besson, barreur de SailGP France : « La communication à bord a été super. On est resté très concentrés sur la marche du bateau. C’est ce qui nous a permis d’avoir de bonnes phases de course. On a aussi essayé de jouer notre carte sur les manœuvres et là, on a été meilleurs qu’hier. On ne s’attendait pas trop à ce changement de vent. Nous nous étions entraînés toute la semaine avec les grands foils. Là, avec les petits, ça n’a pas été facile de trouver nos repères et on a eu beaucoup de mal à faire voler le bateau. Mais je suis ravi du comportement qu’on a eu aujourd’hui.

Pour demain, on espère qu’il y aura du vent ! Je me sens confiant dans le vent soutenu, je connais mon équipage, je sais qu’ils n’ont pas peur. S’il y a ces conditions et qu’on a la même attitude qu’aujourd’hui, je ne vois pas pourquoi on ne seraient pas devant. »

 

Stevie Morrison, cellule coaching : «  Ce qu’on souhaitait aujourd’hui, c’était rester stable en vol et voler plus haut… C’est ce qu’on a réussi à faire sur la première course. Pour la première fois, après cette manche, on a parlé tactique plus que technique ! Et puis le vent est tombé. On avait le petit foc, les petits foils et c’est la première fois qu’on se retrouvait dans cette configuration, donc on a eu du mal. Pour la dernière régate, on a dit à l’équipage : amusez vous et profitez. En tant qu’experts du catamaran, Billy et Marie savent faire marcher un bateau quand il est sur ses deux coques… On progresse, on progresse. En fait, le sentiment qu’on a maintenant, c’est qu’on peut gagner des courses !

C’est ce qu’on veut faire demain. Pour ça, il nous faut de bonnes conditions pour voler, sans trop de transitions. Il faut qu’on profite à fond de cette dernière journée. »

 

Baptiste Morel pour Voile-multicoques.com

 

Classement jour 2 Marseille après 6 manches

1- Australie, 56 points (2, 1, 2, 1,2, 2)

2- Japon, 56 points (1, 4, 1, 2,3, 1)

5- Chine, 45 points (5,3,5, 3, 1, 4)

3- Grande Bretagne, 42 points (3, 2, 3, 6, 4, 6)

4- France, 40 points (4, 5,4, 4,6, 3)

6- Etats Unis, 32 points (DNF, DNS, 6, 5,5, 5)

 

 

Général provisoire à la veille du dénouement

1- Australie, Tom Slingsby, finaliste

2- Japon, Nathan Outteridge, finaliste

3- Chine, Phil Robertson, 162 pts

4- Grande Bretagne, Dylan Fletcher, 162 pts

5- France, Billy Besson, 155 pts

6- Etats Unis, Rome Kirby, 155 pts

L’équipage australien remporte l’Act 2 du @sailgp, @SailGPFRA 5ème

La dernière journée de l’Act 2 du Sail GP San Francisco aura de nouveau été animée.

Photo: Lloyd Images for SailGP

Les deux courses en flotte permettaient aux anglais et aux australiens de s’imposer. L’équipage aux couleurs nippones figurait de nouveau en bonnes places avec une 2nde et une 4ème places. Les français terminaient quant à eux 5èmes des deux manches du jour, il manque encore quelques heures de vol à l’équipage tricolore pour capitaliser leurs beaux débuts de manches. Afin de parfaire les automatismes nécessaires à la parfaite maîtrise de ces F50, les franchies passeront par la case simulateur. Ceci semble avoir été particulièrement bénéfiques aux anglais, qui ont passé un cap grâce à cet outil.

Le duel en match race opposait  donc l’Australie et le Japon. Une manoeuvre ratée sur le bateau japonais au passage de l’avant dernière bouée offrait la victoire finale aux australiens après un beau combat.

Les réactions du team français :

Franck Citeau, l’entraîneur du France Sait GP Team :
« Aujourd’hui, c’était notre quinzième navigation sur le bateau. Nathan Outteridge, le barreur du F50 japonais en était à sa 250e. Quand on comprend ce delta, on comprend tout. On prend de beaux départs et puis on perd du terrain dans les transitions. Quand on passera tous les foiling tacks (virements de bord en vol), on sera davantage au contact. Ces bateaux sont de vraies usines à gaz et puis il y a la question de l’appréhension de la vitesse. Jusqu’à 12 nœuds de vent, ça va. Mais au delà, le bateau n’est plus le même, il faut passer cette appréhension, adapter les réglages, la puissance et le comportement à bord ».

Billy Besson, skipper du F50 tricolore :
« La solution pour nous, confie, est d’aller faire du simulateur à Londres – développé par les ingénieurs de l’équipe suédoise de la dernière America’s Cup, ce simulateur de F50 a déjà permis aux équipes de s’entraîner à manœuvrer au sec – .
Nous avons programmé deux journées là-bas avant New York et nous y repasserons 48 heures supplémentaires avant Cowes. Les Anglais y sont allés avant San Francisco et il semble qu’ils aient passé un énorme cran grâce à ça. En tout cas, on sait que chaque heure passée sur le simulateur ou sur le bateau est bonne à prendre. »

Prochain rendez-vous, à New York les 21 et 22 juin.

Classement SailGP San Francisco :
1 Australie 47 pts
2 Japon 46 pts
3 Grande Bretagne 43 pts
4 Etats Unis 37 pts
5 France 28 pts
6 Chine 27 pts

Classement général après Sydney et San Francisco :
1 Australie, Tom Slingsby, 93 pts
2 Japon, Nathan Outteridge, 91 pts
3 Grande Bretagne, Dylan Fletcher, 79 pts
4 USA, Rome Kirby, 68 pts
5 France, Billy Besson, 61 pts
6 Chine, Phil Robertson, 60 pts

 

@SailGP : du grand spectacle en baie de San Francisco

La journée d’hier a été spectaculaire en baie de San Francisco avec les six F50 sur la ligne de départ pour cette première journée du second événement des SailGP.

Pour rappel, cette série, initiée et financée par Larry Ellison, double vainqueur de l’America’s Cup en 2010 et 2013, se courre sur les F50, des catamarans à foils et à aile rigide. Ces catamarans sont monotypes, ils ont pour base les AC50 de la 35ème Coupe de l’America, ils ont été reconditionnés pour les rendre strictement identiques et améliorés pour favoriser le vol stabilisé.

Photo: Lloyd Images for SailGP

Trois manches ont donc été courues, dans 15 à 2à noeuds de vent, avec des vitesses de plus de 30 noeuds au près et plus de 40 noeuds sur les portants.

L’équipage sous couleurs japonaises, mais mené par l’australien Nathan Outteridge a survolé la flotte avec trois victoires. Les Australiens ont également brillé avec deux 2ndes places et une 3ème, les anglais se sont également fait remarquer avec des places de 3,4 et 2.

Côté français, la journée aura été marquée par une accumulation de soucis, sur la première manche,  Timothé Lapauw, un des grinders se blessaient au membre inférieur lors d’un empannageet finissait difficilement la manche avant d’être remplacé par Nicolas Heintz.  Verdict pour le jeune français, déchirure partielle de l’ischio-jambier.

Sur les deux manches suivantes et malgré de bons départs, se sont des soucis techniques qui handicapaient les français ; avec des problèmes sur le système hydraulique de descente et de montée des foils.

Eloi Stichelbaut for SailGP

Les français pointent en dernière position, malgré de belles phases.

 

Classement provisoire après trois manches :
1 Japon 30 pts (1,1,1)
2 Australie 26 pts (2,2,3)
3 Grande Bretagne 24 pts (3,4,2)
4 Etats Unis 22 pts (4,3,4)
5 Chine 17 pts (6,5,5)
6 France 16 pts (5,6,6)

Trois régates sont prévues ce soir, deux en flotte dès 21h30 heure française, puis la finale entre les deux premiers en match race.
A suivre sur canal + sport ou sur l’application du SAIL GP

Franck Cammas et Louis Viat remportent la Little Cup sur Groupama C

Le duo Cammas/Viat sur Groupama C ont dominé la phase de sélection en flotte de cette Little Cup 2015 en remportant cinq des six manches courues.

Ils s’imposent logiquement en finale de la compétition face au duo Benoît Marie/Benoît Morelle sur Axon Racing.

Les deux marins de Groupama avaient tous les atouts pour remporter cette compétition, leur Class C a été assez largement optimisé depuis leur victoire à Falmouth en 2013 et ils ont pu enchainer les heures de navigation sur leur bateau.

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.org

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.org

Groupama C parvenait à foiler au près des 5,5 noeuds, et maintenait un vol stable. Ce qui n’était pas le cas de ses adversaires pourvus de foils (Norgador, Gstaad Yacht Club, Cogito 2015 et Rafale ETS).

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.org

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.org

Le team Axon Racing a brillé cette semaine, alors qu’ils n’était pas favori. Les deux Benoît ont su profiter d’une parfait connaissance de leur bateau, acquise grâce à nombreuses cessions d’entrainement sur « Cogito 104 ». Celui-ci a été prêté gracieusement par Steve Clark, double vainqueur de l’épreuve. Le catamaran performant dans les petits airs puisqu’archimédien n’aura pas démérité dans des vents plus soutenus face à la concurrence à foils.

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.org

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.org

La finale s’est donc jouée vendredi en deux manches, dans un vent qui se renforçait.
Franck Cammas et Louis Viat parvenaient à gagner les départs, malgré de belles attaques de leur adversaire Axon Racing.
Le duo Marie/Morelle choisissait une mauvaise option dans la première manche et se retrouvait dans une veine sans vent, permettant à Groupama C de s’échapper. Axon Racing ne pourra pas lutter dans la seconde manche, avec un vent d’environ 7 noeuds, ses adversaires parvenaient à voler rapidement et le delta de vitesse était impossible à combler pour le catamaran archimédien.

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.org

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.org

Samedi, aucune n’a pas être lancée faute de vent, la victoire était donc acquise pour Franck Cammas et Louis Viat et leur team Groupama. Ils remportent donc la Little Cup pour la deuxième fois, après leur victoire lors de la précédente édition à Falmouth en 2013.

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.org

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.org

Axon Racing se classe 2nd devant Norgador, Sentient Blue, Gstaad Yacht Club, Rafale ETS et Cogito 2015.

La prochaine édition de la Little Cup aura lieu en 2017, elle sera de nouveau organisée par Hydros Fondation. Les villes en lice seraient Adu Dhabi, Berlin et Saint Tropez.

Axon Racing et Groupama C en finale de la Little Cup

Une seule régate a pu être courue aujourd’hui pour la dernière journée de Fleet Race de la Little Cup 2015.

L’attente a de nouveau été longue, mais les concurrents ont pu s’élancer vers 16h30. Rafale ETS parvenait à prendre le départ malgré un chavirage en rejoignant la zone de course.

Groupama C et Axon Racing passaient la première bouée en tête, le portant redistribuait les cartes dans un vent faiblissant. Sentient Blue prenait l’avantage sur ce bord et passait la porte 2 en leader devant Axon Racing et Norgador. Gstaad Yacht Club,  Groupama C et Rafale ETS fermaient la marche.

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com

Le comité décidait de réduire le parcours à ce seul tour, Sentient Blue remportait donc cette manche, et la seconde place d’Axon Racing permettait Benoît Marie et Benoît Morelle de conforter leur place au général et d’accéder à la finale de cette Little Cup 2015.

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com

Cette finale opposera donc dès demain, Franck Cammas et Louis Viat sur Groupama à Benoît Marie et Benoît Morelle sur Axon Racing. Elle se jouera au meilleur de trois manches.

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com

Le duo de Groupama C part favori de cette finale, avec un Class C beaucoup plus récent. Malgré tout dans des vents très faibles, Axon Racing peut tirer son épingle du jeu.

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com

Franck Cammas, barreur de Groupama C : « Il était difficile pour nous d’avoir une préférence sur le bateau à affronter en finale. Car cela dépend de la météo : dans du vent très faible, on aurait préféré affronter Norgador qui doit, comme nous, trainer ses foils. Au contraire, dès qu’il y a un peu de vent, on préfère régater contre Axon qui n’est pas en mesure d’accélérer comme nous, notamment au portant »

 

Classement général de la LittlCup 2015 à l’issue des courses en flotte :
1. Groupama Sailing Team, 5 points
2. Axon Racing, 11 points
3. Norgador, 13 points
4. Sentient Blue, 20 points
5. Team Gstaad Yacht Club, 27 points
6. Rafale – ETS, 33 points
7. Cogito 2015, 36 points

 

Franck Cammas et Louis Viat sur Groupama C en route pour la finale de la Little Cup

Après une première journée musclée sur le plan d’eau genevois, les concurrents de la Little Cup ont connu des conditions plus lémaniques hier et avant hier avec des vents faibles.

Mardi, après cinq heures d’attente, une manche pouvait être lancée vers 16h3O dans 4 à 6 noeuds de vent. Franck Cammas et Louis Viat dominaient de nouveau les débats en prenant la tête de la course dès les premiers mètres et creusant régulièrement une belle avance. Benoit Marie et Morelle sur Axon Racing prenaient de nouveau une belle seconde place , devant Norgador et Sentient Blue, qui se battaient jusqu’à la ligne pour le gain de la 3ème place. Rafale ETS était de nouveau à la peine et terminait hors temps.

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com

Steve Clark et Mike Costello du team américain Cogito 2015 officialisaient leur abandon sur cette édition suite à leur chavirage de la veille. L’aile d’Atheon étant trop gravement endommagée pour envisager une réparation.

Hier, le coup de vent prévu initialement n’est finalement arrivé que tard dans la soirée, et le comité envoyait les Class C sur l’eau vers 14h.

La première manche était lancée dans environ 5 noeuds de vent, de nouveau Groupama C prenait la tête de la flotte dès le départ et partait côté suisse, suivi de l’ensemble de la flotte, à l’exception de Norgador qui choisissait le côté « français » du lac.
Jean-Pierre Ziegert de Siebenthal et Arnaud Psarofaghis passait la porte au vent en 2nde position suivi de près par Axon Racing et Sentient Blue.

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com

Norgador peinait sur le bord de portant, en choisissant le mauvais côté du plan d’eau, ce qui permettait à ses deux adversaires directs de prendre l’avantage, Axon Racing creusait une petite avance sur le team allemand sur ce bord.
Les positions resteront figées jusqu’à l’arrivée malgré un beau retour de Norgador sur le deuxième portant, mais qui échoue à quelques longueurs des allemands du team Sentient Blue. Team Gstaad prenait la cinquième place devant Rafale ETS.

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com

Le vent gagnait quelques noeuds lors du lancement de la seconde et dernière manche du jour.
Franck Cammas et Louis Viat parvenaient à foiler dès les premières longueurs du premier bord de près, ce qui leur permettait de nouveau de s’assurer la victoire sur cette manche.
Les deux « sisterships » suisses, Norgador et Team Gstaad partaient du côté droit de plan d’eau, le reste de la flotte partant à gauche.

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com

Les trois catamarans suisses arrivaient dans un mouchoir de poche à la porte avec un petit avantage pour Axon Racing devant Gstaad Yacht Club et Norgador.
L’avance de Groupama C ne cessait de se creuser sur le portant, Norgador parvenait à stabiliser son vol sur ce bord, ce qui leur permettait de se placer en seconde position, suivi par Axon Racing et Sentient Blue et Gstaad Yacht Club, sur lequel Billy Besson et Matthieu Vandame peinent  toujours à trouver les bons réglages pour exploiter pleinement leur catamaran.

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com

Au classement général, Groupama C caracole en tête avec cinq victoires sur cinq manches courues devant Axon Racing (9 points) et Norgador (10 points).

Le comité est actuellement sur l’eau sans que les conditions ne soient favorables pour le lancement d’une manche. Une ou plusieurs manches peuvent être lancées jusqu’à 19 heures, si les conditions s’amélioraient pour cette dernière journée de Fleet Race.

Classement général à l’issue des 5 premières manches moins la plus mauvaise
1. Groupama Sailing Team, 4 points
2. Axon Racing, 9 points
3. Norgador, 10 points
4. Sentient Blue, 19 points
5. Team Gstaad Yacht Club, 23 points
6. Rafale – ETS, 27 points
7. Cogito 2015, 28 points

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com

Franck Cammas remporte la Little America’s Cup

Franck Cammas et son équipier Louis Viat ont survolé la Little America’s Cup courue cette semaine. Ils ont très largement dominé les régates en flotte du début de semaine, avec 7 victoires sur 9 manches courues, et ce quelque soit les conditions de vent ils se sont donc facilement qualifiés pour la finale de ce championnat du monde de Class C.

Seul l’équipage n°1 d’Hydros, qui alignait deux bateaux, a pu  donner un peu de fil à retordre à l’équipage français.

La finale avait débutée jeudi avec deux manches courues, les français surclassaient leur adversaire dans tous les domaines (départ, vitesse, manoeuvres), les suisses avaient pourtant adapté certaines modifications vues sur Groupama, comme l’aile basculante afin de combler leur déficit de vitesses, ce qui n’a pas été suffisant, puisqu’ils perdaient les deux manches. Vendredi le comité annulait les régates suite à des vents supérieurs à 20 noeuds.

Samedi malgré des rafales à 30 noeuds, le comité lançait tout de même une manche, Billy Besson et Jérémie Lagarrigue, l’équipage d’Hydros se lançaient sur le plan d’eau, après avoir coupé la partie haute de leur aile dans la nuit, pour réduire la puissance de celle-ci. LE team Groupama préférait ne prendre aucun risque et suivait la progression de leur adversaire depuis la terre, le duo suisse attaquait malgré l’absence d’adversaire et chavirait, endommageant gravement leur aile et laissant le titre à Franck Cammas par forfait.

Jérémie Lagarrigue : « Je crois que nous avons été un peu trop incisifs, Groupama n’était pas sur le parcours, et nous aurions dû faire la course doucement, sans aucune prise de risque. Mais nous sommes dans un état d’esprit qui consiste à tout donner, pour ne rien regretter et défendre nos couleurs avec fierté. C’est une erreur qui coûte cher, et nous sommes déçus. Nous avons démontré beaucoup de choses, et nous en avons appris bien plus. Nous allons désormais faire le bilan de notre parcours, et en tirer des enseignements qui seront très précieux pour l’avenir. Car l’aventure va continuer, c’est sur! »  

Franck Cammas : « Cette victoire dans la petite Coupe, c’est celle de toute une équipe qui travaille ensemble depuis quinze ans pour les plus anciens. C’est aussi celle de Groupama qui nous supporte activement. A nous d’aller plus loin, plus haut, ensemble, d’être prêts à aller défier les américains sur la grande Coupe. En gagnant ici, nous avons prouvé que notre design team et notre bureau d’études étaient à la hauteur de l’enjeu. Merci à eux. ».

Louis Viat (équipier) : « En arrivant à Falmouth, nous étions plein d’incertitudes car nous ne nous étions jamais comparé. Rapidement, nous avons constaté notre supériorité en cap et en vitesse. Dans ces conditions, c’est plus facile de gagner les régates. Et en plus, Franck a été impérial. Comme d’habitude ».

Martin Fisher (membre du Design Team) : « Groupama C était nettement supérieur à ses concurrents. Statistiquement, il y avait la même différence qu’entre un Hobby Cat 16 et un Formule 18 soit près de 20% en plus. Comme dans tous ses projets, Franck à cette capacité à aller plus loin, à tirer le meilleur de son équipe. Il est incroyable ! »

Le skipper de Groupama espère que cette expérience lui permettra de convaincre des partenaires pour le suivre sur la prochaine édition de la Coupe de l’America.