Banque Populaire IX mis à l’eau

 

Le Maxi Banque Populaire IX a été mis à l’eau aujourd’hui avant d’être mâté et de rejoindre son ponton à la BSM de Lorient.

Ce nouveau trimaran ultime est l’oeuvre du cabinet d’architecte VPLP pour la plate forme et de Martin Fisher pour les appendices. Les architectes ont donc opté pour une évolution de Macif, également connu par le même cabinet, tout en affinant les lignes et en intégrant des appendices plus évolués que ceux du multi de François Gabart. La construction d’une durée de 20 mois a été menée par le chantier CDK Technologies.
Les dimensions de ce nouveau maxi sont au maximum de la jauge définie par par le collectif Ultim, à savoir 32m de long par 23m de large, pour un poids donné à 14 tonnes.

Le Maxi Banque Populaire IX, est doté d’un mât-aile basculant, concernant les appendices, outre les foils en L, les safrans sont dotés de plans porteurs . Le but étant bien sûr des phases de vol pour ce nouveau multicoque, à l’instar du Maxi Groupe Edmond de Rothschild.
Les foils sont réglables sur tous les axes.  A noter également une bôme innovante avec un carénage sur prolongeant jusqu’à la plate forme avant d’améliorer l’aérodynamique du trimaran.

 

Copyright : Easy Ride / BPCE

La reste de la semaine sera consacrée à des tests statiques avant une première sortie en mer prévue entre  vendredi et dimanche en fonction des conditions météos.
Armel le Cléac’h devrait parfaire la connaissance de son nouveau multicoque jusqu’en fin d’année avant une tentative de record sur la Route de la Découverte, entre Cadix et San Salvador en janvier ou février. La première confrontation en course aura lieu dans le cadre de la Nice Ultimed (en équipage), avant la  Route du Rhum en novembre 2018.

Ronan LUCAS, directeur du Team Banque Populaire
« C’est un grand jour avec un peu d’émotion. Maintenant on est très impatients d’aller faire nos premiers milles en volant. C’est le 3e bateau réalisé avec CDK Technologies, ce sont des gros projets de tels multicoques et cette longue aventure requiert beaucoup d’énergie. On remercie aussi nos amis architectes pour le travail des calculateurs et de toute l’équipe. On espère naviguer en fin de semaine on a encore quelques tests statiques à faire et confirmer si tous les points d’ancrage correspondent au cahier des charges. On commencera à mettre en place tout ce qui doit l’être dans les jours qui suivent. On aura pas mal d’essais. Mi-novembre on devrait voler ».

Kevin ESCOFFIER, responsable du Bureau d’Etudes Team Banque Populaire
« Un jour comme aujourd’hui, c’est toujours une étape, on a mis le bateau à l’eau et c’est toujours émouvant car c’est la fin d’un cycle qui a duré pratiquement deux ans depuis le début de la construction. On a pensé, conçu, construit le bateau, on a imaginé comment il allait fonctionner. Maintenant on a hâte de voir si son comportement réel sur l’eau est tel qu’on l’a imaginé. Ce qui est sûr, c’est qu’on va voler ! La question est de savoir quand et à quelle vitesse !

Stéphane DIGARD, responsable du chantier CDK Technologies
« Le chantier s’est très bien passé ! Je remercie Banque Populaire de sa confiance pour ce projet qui représente 135 000 heures de travail sur 20 mois de construction. Nous avions tous hâte de voir le bateau sortir des ateliers, de le voir sur l’eau retrouver son élément premier ».

Vincent LAURIOT-PREVOST, architecte Cabinet VPLP :
« Autour du Maxi Banque Populaire IX, il y a une belle histoire humaine qui dure depuis deux ans. Armel a pu nous donner les grandes lignes car il connaît bien le fonctionnement de ce support grâce à son expérience avec Banque Populaire VII à une nouveauté près, c’est que ce bateau doit voler. Nous avons dû rajouter quelques artifices pour que le trimaran vole. C’est un bateau laboratoire, nous aurons bien sûr des évolutions à faire au fil des mois. »

Jean-Baptiste EPRON, graphiste-navigateur
« Cela fait longtemps que je travaille avec Banque Populaire et c’est vraiment très agréable pour la confiance que cet armateur historique m’accorde. Cette fois-ci, sur la décoration, les échanges avec l’équipe communication ont été très intéressants tout comme le travail avec Pierre-Yves Moreau, mon interlocuteur pour la réalisation technique au sein du Team Banque Populaire. Cette année, ma mission a été élargie avec une collaboration menée avec Kevin Escoffier sur le style du roof. C’est à chaque fois une grande chance de travailler sur des oiseaux d’une telle envergure et aussi un grand moment d’émotion. »

Frédéric CHENOT, Directeur du Développement Banques Populaires
« Nous sommes très heureux de cette nouvelle étape dans le développement de notre politique de sponsoring. La construction par le Team Banque Populaire d’un bateau innovant qui participera à de grandes aventures illustre nos valeurs d’audace, de ténacité, et de recherche de performance. Après la victoire d’Armel sur le dernier Vendée Globe, notre engagement dans la voile de compétition s’inscrit une nouvelle fois dans la confiance et la durée. J’ai hâte de voir cette belle machine prendre son envol au-dessus des flots pour écrire de nouvelles grandes et belles histoires. »

Une réparation sur le trimaran Banque Populaire IX avant la mise à l’eau

Petit contre temps avant la mise à l’eau du Maxi Trimaran Banque Populaire IX.
Du fait des conditions météorologiques défavorables, l’équipe technique a débuté des tests d’efforts sur la structure au sec, ce qui a permis de détecter une anomalie sans gravité.
Celle-ci nécessite des travaux qui seront réalisés la semaine prochaine par le chantier CDK.
Le trimaran qui sera mené par Arme le Cléac’h ne touchera donc pas l’eau avant  le 30  octobre.

Ronan Lucas, directeur du Team Banque Populaire : « Nous allons tout mettre en œuvre avec les équipes du chantier CDK pour pallier ce contretemps de dernière minute et peaufiner les détails qui nous permettront de partir rapidement au large tester le bateau. »

Le multicoque a été dessiné par le cabinet VPLP avec la participation de Martin Fisher, la construction aura nécessité 135 000 heures de travaiL.

Le trimaran est muni de foils réglables dans les trois dimensions, de plans porteurs sur les safrans et la dérive centrale.
Ronan Lucas : « Les safrans munis de plans porteurs, et les foils mobiles dont on pourra régler le cant (l’angulation du foil de l’intérieur vers l’extérieur et vice et versa) et le rake (l’angle d’incidence de l’avant vers l’arrière et vive et versa) en navigation comme sur les bateaux de la dernière Coupe de l’America, nécessitent énormément de mise au point et de temps pour tout fiabiliser. On ne perd pas de vue que Banque Populaire IX va faire le tour du monde. Et s’il y a défaillance dans le système hydraulique, il faut pouvoir bloquer et figer manuellement les appendices afin de naviguer de manière conventionnelle. C’est cela qui rajoute beaucoup de complexité à l’ensemble.»

Le programme prévisionnel après la mise à l’eau :

Janvier-Février 2018
Tentative de record de la Route de la Découverte

Mai 2018
Nice Ultimed

Novembre 2018
Route du Rhum

Décembre 2019
Tour du Monde en solitaire

Décès d’Hubert Desjoyaux

Hubert Desjoyeaux, créateur du chantier CDK Composites est décédé le 13 mai des suites d’une longue maladie. Cet homme  a joué un rôle essentiel dans certaines victoires de son frère Michel, en construisant plusieurs de ses bateaux, il a également assuré la construction de bons nombres des multicoques de 60′ ORMA et de maxis multicoques.

Il était lui-même était régatier, ayant débuté avec Jean Le Cam et  Patrick Morvan, puis en tant qu’équipier de Philippe Jeantot sur le catamaran «Crédit Agricole»

Le chantier devenu CDK Technologies est impliqué dans le programme de construction des trimarans MOD70, en construisant la coque centrale, et assurant l’assemblage des bateaux. Hubert Desjoyeaux n’avait pu être présent à Lorient en février lors de la présentation du numéro un de la série du fait de sa maladie.

Le 1er MOD 70 dévoilé à Lorient

Stève Ravussin a dévoilé aujourd’hui son trimaran MOD70 «Race for Water», conçu par VPLP, qui est en phase de finition (pose de l’acastillage, électronique) au chantier Keroman Tachnologie (CDK) à Lorient.

Ce premier trimaran de la série des MOD70 sera skippé par le navigateur suisse, qui sera l’ambassadeur de la Multi One Attitude Foundation, fondation née parallèlement au circuit des MOD 70 dont l’objectif est la préservation de l’eau.

Le bateau n°2, qui portera les couleurs de Véolia Environnement, est en cours de construction dans le même chantier, son skipper, Roland Jourdain était également présent, tout comme Michel Desjoyaux qui disposera du bateau n°3.

© Yvan Zedda / Sea&Co / Multi One Design S.A

Les réactions des futurs skippers :

Stève Ravussin: «Ca représente l’aboutis-sement d’un long travail. Pour respecter la stricte monotypie de la classe et garantir la performance et la fiabilité, nous avons dû mettre en place toute une série de contrôles de qualité. C’était une entreprise de titan, mais nous y sommes parvenus. Le projet devient réalité. Je pense que nous avons un projet sportivement magnifique. Pour l’anecdote, grâce à la mise en place de toutes les procédures de contrôle, nous avons déjà construit quatre jeux de flotteurs, et il n’y a que 4 kg de différence maximum entre des pièces qui font 22 mètres de long.» Il ajoute: «Du coup, j’ai de la peine à réaliser que c’est aussi «mon» bateau qui va sortir du chantier ! Ce n’est vraiment pas la même sensation que lorsqu’on travaille sur un projet personnel. Je suis vraiment heureux, je n’arrive pas encore à réaliser, mais ça va être génial.»

Roland Jourdain . «Voir aujourd’hui, les lignes de ce bel oiseau assemblé pour sa sortie de chantier, représente la concrétisation de ce nouveau circuit auquel je suis aujourd’hui fier de participer. Multi One Design a fait le pari de la monotypie pour permettre des économies d’échelle tant en termes financier que d’impact environnemental. Il en découle aujourd’hui un concept responsable, très 3ème millénaire, auquel j’adhère complètement, parce qu’on ne peut rêver meilleur spectacle que celui de l’équité sportive sur une ligne de départ. J’ai maintenant hâte d’assister à son premier envol sur l’eau et de voir le numéro 2 de la série aux couleurs de Veolia Environnement avec qui je suis ravi de partager ce nouveau challenge. Les bateaux seront certes les mêmes, mais cette fois, ce sera le nôtre !» (la sortie de chantier pour le MOD n°2 Veolia Environnement est prévue en juin prochain)

A lire également une interview de Roland Jourdain sur Ouest France.

Michel Desjoyeaux : «Je n’avais pas prévu d’être là… Mais finalement je suis heureux de pouvoir me mettre plus rapidement au MOD70. Je piaffe d’impatience à l’idée de pouvoir commencer à naviguer fin août !»

La mise à l’eau du MOD70 no1 aura lieu le lundi 21 mars à 8h30 après un passage au chantier Ocean Developpement pour l’accastillage et la décoration, aux couleurs de la Multi One Attitude Foundation, avant  le baptême du premier MOD70 « Race for Water » le 25 mars. Un spectacle monumental en 4D sur le thème de l’eau, ouvert au public et gratuit, devant la Cité de la Voile Eric Tabarly marquera le début d’une longue et belle aventure pour cette nouvelle série internationale en multicoque océanique.

CDK, Multiplast et Decision retenus pour la construction des MOD 70

Avec un peu de retard, Multi One Design SA a dévoilé son choix des chantiers qui construiront les 12 trimarans MOD 70 prévus, Decision, le chantier suisse aura la charge de construire les bras de liaison, Multiplast se voit confier celle des flotteurs et CDK Technologies officiera en tant que maitre d’oeuvre en fournissant les coques centrales des trimarans et en assuarant l’assemblage des bateaux.

La mise à l’eau du 1er exemplaire est toujours prévue en octobre 2010,  avec ensuite la construction de 4 bateaux chaque année pour un lancement du championnat en juin 2012.

Le reste du prgramme semble prendre forme, avec des villes qui commencent à se positionner pour accueillir une étape de l’Européan Tour : Oslo, Kiel, Lisbonne etc, du côté français, il semblerait que l’Européan Tour fasse étape sur une ville en Méditerranée et une ville bretonne, le départ de l’Ocean World Tour prévu pour 2013 pourrait aussi se faire d’un port français.