L’union sacrée pour une équipe française pour la 35ème America’s Cup ?

La France était la grande absente de la 34ème Coupe de l’America et de la dernière Louis Vuitton Cup, plusieurs marins ont décidé de se regrouper pour maximiser les chances d’un futur défi hexagonal pour la prochaine édition.

Franck Cammas, Michel Desjoyeaux et Olivier de Kersauson ont donc lancé aujourd’hui le Team France. Stéphane Kandler, l’ancien patron du Défi Areva prend le poste de directeur de projet, plusieurs dirigeants de grandes entreprises soutiennent également le projet dont Bruno Bich, Bertrand Méheut, patron de canal plus, Bruno Luisetti ex pdg de Kraft, ou encore le banquier d’affaire Erik Maris.

L’objectif est de réunir 20 millions d’euros par an jusqu’à la prochaine édition, probablement en 2017, de s’aligner sur des circuits internationaux, comme les America’s Cup World Series et les Extreme Sailing Series.

Franck Cammas devrait s’occuper de la partie sportive et de la navigation, Michel Desjoyaux de la partie technique, et Olivier de Kersauson aura un rôle fédérateur d’ambassadeur.

Reste maintenant à réunir le budget et espérer également un ralliement de l’Energy Team mené par Bruno Peyron afin de maximiser les chances de ce projet.

Fin du partenariat de Foncia, Michel Desjoyeaux à la recherche d’un nouveau partenaire

Après Véolia en début d’année, c’est Foncia qui quitte son skipper vedette, Michel Desjoyeaux perd donc son partenaire en MOD 70.

Foncia devait initialement accompagner le skipper  jusqu’en 2014, mais leur collaboration cessera après le tour de l’Europe qui débute le 30 août, cette décision fait suite à un recentrage de la communication de l’entreprise en partie cédée à des fonds d’investissement l’année dernière.

Mer Agitée, l’écurie de Michel Desjoyeaux est propriétaire du trimaran et attend donc un nouveau sponsor pour s’engager la saison prochaine sur le circuit Multi one Championship.

Le record SNSM annulé

Suite à un mouvement de grève des officiers du port de Saint Nazaire, les organisateurs sont contraints d’annuler la course, ils avaient dans un premier temps espérer reporter le départ à demain matin, mais les négociations ont échoué comme l’explique Damien Grimont, l’inventeur et organisateur du record SNSM :

« Nous souhaitons revenir vers vous pour vous préciser l’enchaînement des décisions qui ont été prises cet après midi dans l’urgence, suite au blocage de l’écluse par les officiers de port, et à l’échec des négociations menées par la SNSM, Mich Desj, parrain du Record depuis l’origine et notre équipe.

Les partenaires du record SNSM et la SNSM ont en conséquence estimé que le blocage du port par des marins professionnels était une entrave inadmissible à la solidarité légendaire des gens de Mer.
Profondément affectés par cette décision, les bénévoles de la SNSM, qui sauvent plus de 600 vies par an au péril de la leur, ont estimé que l’esprit général de la manifestation n’était donc plus respecté.
D’un commun accord, les partenaires publics et la SNSM ont donc décidé l’annulation de la manifestation sportive liée à l’événement Record SNSM.

Par voie de conséquence, notre souhait initial d’organiser des parcours de remplacement est devenu juridiquement et administrativement impossible car il aurait fallu pour cela créer une nouvelle manifestation sportive.

Vous comprendrez que cette décision a été très dure à prendre et que notre déception est à la hauteur de la vôtre.
Les raisons de cette annulation ont pour but de tenter d’obtenir définitivement des garanties permettant d’assurer le bon déroulement des futures manifestations nautiques de Saint-Nazaire, et en particulier celles défendant des valeurs immuables de solidarité comme celles du Record SNSM. »

La réaction de Jacques Auxiette, Président du Conseil Général des Pays de la Loire, qui est partenaire du record :

« La course du Record SNS a été annulée suite à la décision d’Officiers du Port de St Nazaire de ne pas donner suite à un accord, pourtant intervenu avec les organisateurs, alors qu’un conflit social agite le Port depuis plusieurs jours.
Le droit de grève et le droit syndical ne sont pas en cause, mais prendre pour cible le record SNSM est incompréhensible et inacceptable. La SNSM est sans aucun doute l’organisation la plus populaire du monde de la mer. Cette course contribue à son financement et à sa notoriété. Quelles que soient les revendications, s’attaquer ainsi à un symbole de la solidarité des gens de mer est consternant. »

Trois skippers des trimarans MOD 70, Michel Desjoyeaux (Foncia), Sidney Gavignet (Musandam-Oman Sail) et Sébastien Josse (Groupe Edmond de Rothschild) ont décidé, malgré cette annulation d’effectuer une partie du parcours en prenant un départ commun, demain à 8h30, pour soutenir la SNSM. Les trois équipages mettront le cap vers Sainte-Marine avant de rallier leur port d’attache respectif. Sébastien Josse sur Spindrift Racing n’a pas confirmé sa participation à cette boucle, Thomas Coville qui espérait reprendre la barre de son maxi trimaran Sodeb’O entre deux étapes de la Volvo Ocean Race devra attendre pour prendre la mesure des modifications apportées à son bateau.

Michel Desjoyeaux, parrain du record SNSM, skipper du MOD 70 Foncia : « Nous sommes dans un pays démocratique où le droit de vote existe, il faut bien sûr le respecter. La décision d’annuler cette édition du Record qui porte le nom de la SNSM est cohérente, on ne brade pas l’image de la SNSM. Pour perpétuer la dynamique en faveur des sauveteurs bénévoles et du message de prévention, on vient de se mettre d’accord avec les skippers des trois MOD 70 présents ici pour symboliquement partir de Saint-Nazaire demain, et aller virer la bouée de Sainte-Marine. »

Sidney Gavignet, skipper du MOD Musandam – Oman Sail : « On n’a pas à rouspéter, c’est comme ça. On est bien sûr déçu pour les organisateurs, le public et la SNSM. Pour la beauté du geste, on fera donc notre petite course à trois au départ de Saint-Nazaire pour aller saluer Sainte-Marine. C’est notre façon de marquer, dans ce contexte, notre total soutien à la SNSM. »

Thomas Coville, skipper du maxi multicoque Sodebo : « Même si le droit de grève existe, la prise d’otages quelque soit, c’est quelque chose qui m’échappe. On est tous solidaires et d’accord de façon unanime pour s’associer à une cause comme celle du Record SNSM. C’est décevant de la pénaliser même si les grévistes ont sans doute de bonnes raisons. On est nombreux entre les organisateurs et les marins à s’investir pour faire de cette date un moment symbolique dans le monde de la voile en France et d’y répondre présent en fonction de notre planning. »

Realstone remporte l’Open de Crans

L’Open de Crans n’a finalement débuté que le dimanche 27, suite à un calme plat sur le Léman le samedi, les marins auront donc patienté une journée à terre avant de reprendre les hostilités sur le lac pour cette deuxième manche du Vulcain Trophy.

La journée a commencé à 12h30 avec le départ de la première manche avec un petit séchard qui commençait à s’établir au large du port de Crans Près Céligny.

Artemis Racing avait remanié son équipage pour cette épreuve en faisant appel à Michel Desjoyaux pour prendre la barre du D35 de l’équipe suédoise, il était accompagné d’Yvan Ravussin à la tactique, Jean-Christophe Mourniac était également de la partie à la tactique sur Okalys Corum, enfin Nicolas Charbonnier prenait la barre d’Alinghi en l’absence d’Ernesto Bertarelli.

La première manche était remportée par Realstone Sailing, du CER devant Okalys et Artemis Racing, Nickel fermait la marche après la disqualification de Veltigroup sur le second portant, l’équipage de Marco Simeoni contestant la pénalité prise à la porte au vent suite à un tribord d’Alinghi, en effet l’équipage de Veltigroup estimait qu’Alinghi avait abattu pour provoquer la pénalité, cet argument n’a semble-t-il pas convaincu le jury qui sortait le drapeau noir.

Petit à petit les nuages arrivaient sur le plan d’eau renforçant le séchard, la seconde manche revenait facilement  à Artemis Racing devant de Rham Sotheby’s et Alinghi, Realstone prenait la 4ème place. Zen Too qui avait pris la 5ème place de la première manche fleurtait de trop près avec la côte et talonnait, ce qui entrainait une voie d’eau, l’équipage mené par Fred Le Peutrec quittait dans l’Open pour prendre la direction de Versoix afin de mettre le catamaran au sec pour réparer les dégâts.

La troisième manche était lancée avec un départ babord amure pour Alinghi et Artemis, mais c’est de nouveau Jérôme Clerc et l’équipage du CER qui emporte cette régate devant de Rham, Okalys et Alinghi, Ladycat prend de nouveau la sixième place après une belle bataille avec Veltigroup.

La quatrième manche est remportée par Alinghi devant Realstone qui enchaine les places sur le podium et  de Rham qui effectue également une belle journée, Artemis se classe 4ème, en queue de flotte, Veltigroup passe Nickel sur le dernier empannage et prend la 6ème place, Ladycat ferme la marche.

La cinquième et dernière manche est très disputée avec un mauvais départ d’Artemis qui prend la gauche du plan d’eau, ce qui s’avère finalement favorable puisque l’équipage de Michel Desjoyaux revient à la seconde place devant Okalys-Corum, Realstone remporte de nouveau la manche.

L’équipage de Realstone Sailing s’impose donc  avec 3 victoires sur 5 devant Artemis Racing barré par Michel Desjoyeaux et Rham Sotheby’s de Philippe Cardis. Alinghi prend la quatrième place , suivent Okalys-Corum, Veltigroup, LAdycat, Nickel et Zen Too qui n’aura pu boucler que la première manche avant de connaitre une avarie.

Jérôme Clerc (barreur de Realstone Sailing) : « On voulait prendre notre revanche sur le Grand Prix Les Ambassadeurs (pour rappel Realstone avait terminé 2e juste derrière Alinghi mais à égalité de points). La pression est montée aujourd’hui. Nous savions que nous avions peu de manches pour nous démarquer et le petit temps n’a pas arrangé les choses. De plus avec des adversaires comme Michel Desjoyeaux ou Nicolas Charbonnier, nous ne pouvons qu’être encore plus heureux de cette victoire ! »

Michel Desjoyeaux, Artemis Racing : « Cette journée a été fabuleuse ! Ce n’était pas gagné ce matin, surtout après la journée d’hier. Le petit temps (ndlr. le peu de vent) permet de garder le jeu très ouvert sur toutes les régates. Cependant Realstone Sailing est vraiment au-dessus du lot ! ».

Philippe Cardis, skipper de De Rham Sotheby’s : « Nous avons la chance d’avoir un très bon tacticien : Christian Wahl est vraiment un magicien du lac, même lorsque nous avons fait des bêtises, il a réussi à les rattraper par une tactique remarquable » .

Le prochain rendez-vous est un double événement le week-end du 8, 9 et 10 juin, avec l’Open de Versoix, vendredi et dimanche, et la Genève-Rolle-Genève (connue comme la répétition générale du Bol d’Or Mirabaud) intercalée le samedi 9 juin 2012. Les D35 seront donc entre eux le vendredi et le dimanche à Versoix, alors qu’ils rejoindront une flotte nombreuse de plusieurs centaines de bateaux pour l’une des « grandes classiques » du lac Léman le samedi !

Classement de l’Open de Crans:
1. Realstone Sailing (Jérôme Clerc) – 5 pts
2. Artemis Racing (Michel Desjoyeaux) – 10 pts
3. De Rham Sotheby’s (Philippe Cardis) – 11 pts
4. Alinghi (Nicolas Charbonnier) – 12 pts
5. Okalys-Corum (Nicolas Grange) – 13 pts
6. Veltigroup (Boris Lerch) – 25 pts
7. Ladycat (Dona Bertarelli) – 26 pts
8. Nickel (Fred Moura) – 28 pts
9. Zen Too (Fred Le Peutrec) – 35 pt

Au classement général provisoire, Realstone s’installe en tête devant Alinghi et Artemis à égalité de points, de Rham pointe à 3 points des 2 et 3èmes.

Foncia remporte l’Ingérop Armen Race

Michel Desjoyaux et son équipage ont remporté  l’Ingérop ArMen Race2012 sur Foncia ce matin en 14h15m35s à la vitesse moyenne de 23,14 noeuds. Michel Desjoyeaux et ses 6 équipiers ont bouclé les 330 milles du parcours  entre la Trinité sur Mer, l’Ile de Sein et l’Ile d’Yeu devant trois autres MOD 70, Spindrift Racing, Oman Sail et Groupe Edmond de Rothschild, le professeur ne bat pas le record de l’épreuve qui reste la propriété de Sébastien Josse sur Gitana 11 qui avait mis 10 minutes de moins pour boucler le parcours l’année dernière.

La victoire a été acquise lors des derniers milles après un match serré entre les 4 MOD 70 qui se sont partagés la tête de course à tour de rôle. Les multicoques ont bénéficié d’un vent soutenu sur cette épreuve avec 15 à 30 noeuds permettant des pointes de vitesse à près de 40 noeuds. Le maxi trimaran Sodeb’O, skippé par Karine Fauconnier pour l’occasion (‘en l’absence de Thomas Coville) termine 5 ème. En Multi 50, Actual s’impose à 19,09 nœuds de moyenne devant FenêtréA Cardinal et Maître Jacques.

Michel Desjoyeaux, skipper de Foncia: « Nous nous sommes bien bagarrés mais nous avons perdu nos copains dans la nuit pour les retrouver finalement à la bouée USHIP de Belle Ile. Cette Armen Race, je la qualifierai de boucailleuse et sinueuse, le vent n’était pas régulier du tout et surtout la rotation du vent est arrivée avec 2h de retard ou alors c’était peut-être nous qui étions 2h en avance ! En tout cas, cela a été rapide, même si nous ratons le temps pour 10 minutes ! L’équipage va me maudire car j’ai demandé de calmer le jeu à l’Ile d’Yeu, je pense qu’elles sont là ces 10 minutes ! Belle bagarre, on est monté à 36,8 nœuds, c’est le record du bateau ! C’était une belle épreuve, on reviendra ! »

Yves Le Blevec, skipper d’Actual : « Super content de la course ! Le parcours est génial ! Un beau départ dans de belles conditions, le vent est monté fort à l’occidentale de Sein et du côté de l’ile d’Yeu ce matin, la mer était assez formée. Avec FenêtréA Cardinal, nous étions au coude à coude tout au long du parcours. On a rien lâché ! A un moment j’ai vu dans notre tableau-arrière un feu vert, je me suis demandé si ce n’était pas une vedette et bien non c’était le mât de FenêtréA Cardinal à quelques mètres de nous. »

Yann Guichard, skipper de Spindrift racing: « Cela a été humide ! Super mais très humide et rapide ! De belles conditions, nous sommes partis avec du vent et cela a bien forci pendant la nuit. Cela a été une belle lutte entre les MOD70, à Sein, nous étions 3 premiers en 2 minutes ! Nous avons eu jusqu’à 27 – 28 nœuds, il fallait trouver la bonne configuration de voile. Foncia nous a doublé au passage du Palais où nous avons eu un petit souci de ris dans la GV et nous n’avons pas été très bons entre Hoëdic et l’ile d’Yeu où nous avons attrapé un casier donc le safran central s’est relevé ! Ensuite, nous nous sommes battus pour la deuxième place avec Oman Sail. On a fait tout le retour depuis l’ile d’Yeu avec eux à nos côtés. Un qualificatif : « fast and furious »  mais à refaire ! On a pris beaucoup de plaisir même si cela a été difficile mais nous étions aussi venus chercher ça. Nous n’avons pas dormi, pas mangé ! On a été servi ! »

Erwan Leroux, skipper de FenêtréA Cardinal : «  C’est incroyable ce parcours ! Une belle bagarre bien humide, les gars ce sont donnés à fond à bord ! Gennaker pour faire le tour de Belle-Ile, gennaker pour faire le tour  de l’ile d’Yeu, on a rien lâché mais on rate la victoire pour moins de 3 minutes ! Le format est génial, c’est ce qui se fait de mieux en Bretagne Sud en ce moment, ce matin au vent de l’ile d’Yeu, c’était magique ! Il ne faut rien changer. »

Karine Faconnier, skipper de Sodeb’O : «A part dans un bord de portant assez mou, on s’est régalé dans les conditions de reaching malgré une mer relativement formée et des rafales jusqu’à 30 nœuds ! Sur un bateau de cette taille, tu n’as pas le droit à la moindre erreur de concentration. Le skipper est obligé d’être hyper rigoureux et attentif pour que chacun tienne son rôle. Comme l’équipe technique embarquée n’est pas un équipage de régatiers professionnels, on a systématiquement anticipé chaque manœuvre et ainsi, on n’a jamais été pris au dépourvu».

Temps de course :

1 – Foncia à 6h05’35 » en 14h15’35 » à 23,14 noeuds de moyenne
2 – Spindrift racing à 6h10′ en 14h20’56
3- Oman Sail à 6h13′ en 14h23’53 en 14h23’53’
4- Groupe Edmond de Rothschild à 6h49 en 14h59’59’
5 – Sodebo à 8h37’06’ en 16h47’06’ à 19,66 noeuds de moyenne
6 – Actual  à 8h52′ en 17h 17’47 » à 19,09 noeuds de moyenne
7- FenêtréA Cardinal à 8h55 en 17h20’36
8- Maitre Jacques à 10h07 en 18h32’06
9- Vers un monde sans Sida à 12h35’50 »

Gitana XV vainqueur du Tour de Belle Ile

Sébastien Josse et son équipage du Gitana Team ont de nouveau remporté le Tour de Belle Ile pour cette édition 2012 ; ils avaient déjà été vainqueurs l’année dernière sur le 77′ de l’équipe, Gitana 11.

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com

Cette cinquième du Tour de Belle-Ile a de nouveau offert un magnifique spectacle avec  plus de 500 bateaux sur la ligne de départ. Les conditions étaient très légères pour le début de course avec une mer plate et une très faible brise de moins de 5 nœuds de nord-est. Il aura fallu moins d’une heure aux plus véloces pour attaquer le chenal de la Teignouse, avec en tête Michel Desjoyeaux (Foncia), suivi de Sébastien Josse (Groupe Edmond de Rothschild), Loïc Féquet (Maître Jacques), Alain Gautier (Sensation Océan) et Spindrift racing (Yann Guichard), Idec était en retrait dans ces conditions légères.

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com

Foncia poursuivait la course en tête aux Galères, avec quelques minutes d’avance sur Groupe Edmond de Rothschild, qui effectuait un superbe retour lors du retour vers la Trinité comme l’explique Sébastien Josse, skipper du trimaran aux couleurs du baron de Rothschild : « Michel Desjoyeaux a pris l’avantage très rapidement grâce à une petite option en Baie de Quiberon, on est peu à peu revenus sur lui, mais on n’arrivait pas à le dépasser, parce qu’il nous a « marqués à la culotte » jusqu’au chenal de la Teignouse. Et là, grâce à une petite option, on a réussi à faire un petit décalage, on a fait un virement de bord pour choisir le côté droit du plan d’eau, Michel ne nous a pas accompagnés, l’écart s’est créé à ce moment-là. »

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com

Groupe Edmond de Rothschild prenait donc la première place en 4h48’10’’ avec 1’40’’ d’avance sur Foncia, Spindrift Racing, mené par Yann Guichard profitait du duel en tête pour revenir sur les deux autres MOD et terminer dans leur sillage  à 2’50’’ du vainqueur.

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com

Alain Gautier sur Sensation Océan, le 60′ ORMA (ex Foncia), prenait une belle 4ème place. Francis Joyon sur Idec profitait de conditions un peu plus soutenues sur la fin de parcours pour recoller à la tête de flotte et prendre la 5ème place.

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com

Les Multi50 auront tenu ma dragée haute face aux plus grands multicoques (MOD 70, 60′ ORMA et maxi multicoque ), jusqu’au Poulains avant de céder du terrain et d’engager une belle bataille navale au sein de la classe, c’est finalement Maître Jacques barré par Loïc Féquet qui passera la ligne quelques minutes devant ses deux camarades, Erwan Le Roux sur FenêtréA-Cardinal et Yves Le Blévec sur Actual.

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com

Les réactions des skippers :

Francis Joyon : « Ça s’est bien passé, on a bien tourné, on a fait de belles manœuvres. J’avais à bord un équipage de copains qui s’est super défoncé pour bien faire avancer le bateau, on a marché à bloc. C’est complètement normal qu’on termine derrière les MOD70 qui sont des bateaux beaucoup plus typés pour le petit temps que ne l’est Idec. On est même contents de préserver notre cinquième place par rapport aux Multi50 qui ont un rapport poids-puissance bien plus adapté pour ce type de temps. On n’a pas été ridicules, on a retrouvé de bonnes sensations de voile. La ligne de départ avec les 500 bateaux, ça faisait une sacrée flotte sous spi ! »

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com

Sébastien Josse : « Le Tour de Belle-Ile, c’est le début de l’aventure avec le Groupe Edmond de Rothschild, puisque l’année dernière, c’était mon premier départ en multicoque sur une course, c’était un peu la découverte du multicoque. Aujourd’hui, on revient avec un autre bateau, avec un équipage très entraîné, cette victoire a une saveur un peu particulière parce que derrière, il y a Michel Desjoyeaux et Yann Guichard, deux virtuoses du multicoque, ça veut dire qu’on a bien bossé pendant un an, qu’on a atteint un bon niveau. »

Loïc Féquet : « C’est impressionnant de voir autant de bateaux sur une même ligne de départ, même si je pense que certains vont rentrer bien tard ce soir ! Et c’est vraiment un beau parcours, surtout quand on est le long de la côte sauvage.  Le début a été un peu lent, on a choisi d’aller vers Quiberon, on a été bien inspirés, parce que ça nous a permis d’accélérer plus vite que les autres dans du vent plus table. En plus, souvent dans la Baie, il y a plus de vent près de Quiberon. Après, on a géré notre avance qui a peu à peu diminué, d’autant que derrière, Actual et FenêtréA-Cardinal se tiraient la bourre. On garde finalement deux minutes d’avance à l’arrivée, le dernier bord a été un peu chaud parce que ça rentrait par l’arrière. Pour nous, c’est une belle victoire qui valide le travail de l’équipage. On a tous un métier à côté, on a plaisir à se retrouver, il y a une belle ambiance à bord, chacun se respecte. »

Yves Le Blévec : « On a vécu un Tour de Belle-Ile super sympa, avec un beau départ et une super bagarre à trois avec Maître Jacques et FenêtréA-Cardinal. Comme le MOD70 Foncia, Maître Jacques est parti à la côte vers Quiberon au départ, on ne pensait pas qu’on pouvait aller jusque-là, mais c’était le bon côté où aller. Du coup, ils étaient vachement en avance à la Teignouse, mais on les a rattrapés et on a fini avec une belle bagarre. On termine les trois Multi50 dans un mouchoir, en un peu plus de deux minutes, c’est top pour la classe, ça promet. Et ce Tour de Belle-Ile était une nouvelle fois top, c’est vraiment une course magnifique, on a pris le temps de se retourner quelques fois au départ pour regarder la flotte, c’était génial ! »

Le classement provisoire:
1. Gitana 15-Groupe Edmond de Rothschild (Sébastien Josse), 4H48’10″
2. Foncia (Michel Desjoyeaux), 4h49’50″
3. Spindrift Racing (Yann Guichard), 4h51’00″
4. Sensation Océan (Alain Gautier) 4h52’25″
5. Idec (Francis Joyon), 5h07’40″
6. Maître Jacques (Loïc Féquet), 5h37’35″
7. FenêtréA-Cardinal (Erwan Le Roux), 5h39’15″
8. Actual (Yves Le Blévec), 5h40’00″

MOD70 : Spindrift Racing en cours de finition,Kiel ville de départ de l’Européan Tour 2012

  • La ville de Kiel, en Allemagne, accueillera du 29 août au 2 septembre la flotte des MOD70 pour la première escale de l’European Tour 2012. Le reste  du parcours sera révélée le 23 janvier prochain à l’occasion d’une conférence de presse lors du salon nautique de Düsseldorf.

Betfair, société de paris en ligne sera partenaire de cet événément.

Marco Simeoni, président de Multi One Design S.A. : « Les engagements de Kiel et de Betfair témoignent de l’intérêt du circuit MOD70 à l’international. L’Allemagne reste un marché porteur en Europe et une cible prioritaire pour la plupart des armateurs engagés sur notre circuit. De plus, les allemands ont toujours été des passionnés de voile et de grands événements sportifs. Cette escale promet donc d’être bien suivie par le public qui pourra assister à un superbe spectacle au cœur de la ville de Kiel ! »

  • Le MOD n°5, Spindrift Racing a rejoint le hangar de Océan Développement il y a quelques jours, le trimaran sera accastillé et recevra son circuit électrique et hydraulique. La mise à l’eau est prévue courant janvier, Yann Guichard prendra ensuite possession de son bateau avant d’intégrer sa nouvelle base à la Trinité sur Mer.
  • Le MOD n°4 Groupe Edmond de Rothschild, qui avait été mis à l’eau en octobre, a rejoint son hangar à Lorient pour un chantier d’hiver, au cours duquel le trimaran recevra sa décoration. L’équipe technique travaillera également sur l’aménagement intérieur. Sébastien Josse, le skipper a pu effectuer neuf sorties avant ce chantier, dont certaines en commun avec Michel Desjoyaux sur Foncia, qui a également entrepris un chantier d’hiver.