Artemis Racing participera (en partie) à la Louis Vuitton Cup

L’organisation de cette Coupe de l’America, et de la Louis Vuitton, aura été à peine plus facile que le duel de la 33ème qui avait opposé Oracle racing à Alinghi. Si quasi aucune action juridique n’a entaché cette édition, le defender doit quand même faire face à de nombreuses critiques ; le projet « vendu » à la ville de San Francisco est loin de la réalité avec trois challengers et un programme de courses réduit.

L’équipe suédoise Artemis Racing sera cependant présente dans le cadre de la Louis Vuitton Cup, comme l’a annoncé Paul Cayard, le PDG du team, hier. Mais l’entrée de l’AC72 d’Artemis ne devrait intervenir au mieux que fin juillet :  « Nous travaillons sans relâche pour remettre notre bateau à l’eau dès que possible et pour que notre équipage soit fin prêt. La tâche est immense, mais nous prévoyons une mise à l’eau début juillet et d’être de retour dans la compétition d’ici la fin du mois de juillet ».

En effet le catamaran suédois doit subir de nombreux tests sur la structure, suite au chavirage du 1er bateau, qui avait coûté la vie à Andrew Simpson, l’équipe ne s’engagera que quand tous ces tests seront effectués.

Ian Murray, le directeur de course de l’événement, a dévoilé le nouveau calendrier des régates. Le début de la Coupe Louis Vuitton est maintenu au 7 juillet, après deux jours de festivités dont une course en flotte avec le defender et les challengers le 5 juillet. Le premier match aura donc lieu le 7 entre Emirates Team new Zealand et Luna Rossa, les deux équipes se rencontreront de nouveau le 13, le 21 et le 23.

Le premier match d’Artemis reste programmé le 9  juillet face à ETNZ, puis le second le 11 face à Luna Rossa, l’Ac72 ne devant rejoindre ses concurrents en compétition que fin juillet, les matchs où le challenger of record ne sera pas présent vont se multiplier (14,16,18,20 juillet). Lors de ces matchs, l’adversaire d’Artemis Racing sera néanmoins contraint de boucler le parcours pour obtenir le point de la course…

La phase finale de la Louis Vuitton Cup, l’America’s Cup et la Youth America’s Cup devraient donc être les seuls vrais moments de compétition de cette édition, ceci étant le résultat d’une suite d’enchainements catastrophiques pour le defender et les challengers, ainsi que pour Louis Vuitton, qui est relégué à un simple rôle de sponsor sur cette édition, la marque française devrait probablement se désengager à l’issue de celle-ci après 30 ans de sponsoring.

Alinghi s’adjuge le grand prix les Ambassadeurs

Les équipages des neuf D35 inscrits sur le Vulcain Trophy se sont retrouvés pour le premier grand prix de la saison, au large de Genève, le week end dernier.

Le grand prix a commencé dans des conditions classiques, 7 à 8 noeuds de vent vendredi matin, avant de forcir nettement pour monter entre 16 et 18 nœuds. Cette nouvelle saison des catamarans monotypes inaugure un nouveau format court de régates (30 minutes), calqué sur les autres circuits multicoques (Extreme Sailing Series, America’s Cup World Series).

C’est l’équipage de Realstone Sailing mené par Jérôme Clerc, qui s’imposait lors de cette première journée de régates devant Alinghi et Ladycat. A noter une collision entre Artemis Racing  et Zen Too, barré par Fred le Peutrec.

Côté suédois, c’est Paul Cayard qui prend la barre du catamaran, sa réaction suite à la collision « J’ai un immense plaisir à être de retour sur le circuit des D35 ! Nous avons été les victimes d’une collision (dans la dernière régate, juste avant le passage de la première porte, Artemis, tribord amure prioritaire, a été heurté par Zen Too, qui arrivait bâbord et s’est trouvé dans l’impossibilité d’abattre), heureusement personne n’a été blessé, seul un équipier est passé par-dessus bord ! L’échelle du bateau qui a été endommagée va pouvoir être remplacée pendant la nuit et nous serons sur la ligne de départ demain matin » .

Du côté de Zen Too, la coque bâbord était endommagée, mais les deux bateaux retrouvaient le plan d’eau le lendemain pour la suite des régates.

Samedi, les conditions étaient toujours piégeuses avec un vent d’ouest variable de 9 à 18 noeuds, six manches ont pu être courues, avec un chavirage et des passages par dessus bord.

C’est Zen Too qui faisait les frais de ces conditions difficiles dans la 4ème manche du jour, une violente rafale a fait enfourner le catamaran à la bouée au vent entrainant un chavirage, heureusement sans conséquence ni pour l’équipage ni pour le matériel, puisque le bateau sera aligné sur les deux dernières manches du jour. Veltigroup a également participé au spectacle avec deux passages à l’eau pour le propriétaire et barreur Marco Simeoni.

Alinghi et Realstone s’illustraient de nouveau en restant aux deux premières places, Artemis effectuait une belle remontée en prenant la 3ème place à Ladycat.

Tout restait donc à faire pour la dernière journée, dimanche, au final l’expérience a payé puisqu’Alinghi s’impose devant Realstone Sailing, l’équipage d’Ernesto Bertarelli termine à égalité de points avec celui du CER, mais remporte le grand prix grâce à ses cinq victoires de manches contre quatre pour leurs adversaires. Paul Cayard et Artemis conservaient leur 3ème place.

Ladycat, avec un équipage pro cette année, a bénéficié de l’expérience de Yann Guichard et termine à une encourageante 4ème place (à lire, linterview croisé de Dona Bertarelli, barreuse et de Yann Guichard, tacticien, sur Skippers.ch) avec un point d’avance sur De Rahm – Sotheby’s et quatre sur Zen Too. Okalys – Corum, privé de Loick Peyron cette saison, a effectué de beaux débuts de manches, sans parvenir à maintenir leur vitesse sur la fin de celles-ci. Nickel et Veltigroup fermaient la marche.

Classement général :

1. Alinghi (29 points)
2. Realstone Sailing (29 points)
3. Artemis Racing (54 points)
4. Ladycat (62 points)
5. De Rahm – Sotheby’s (63 points)
6. Zen Too (66 points)
7. Okalys – Corum (70 points)
8. Nickel (85 points)
9. Veltigroup (102 points)

Les réactions des équipages :

Ernesto Bertarelli, Alinghi : « C’est fantastique de courir 14 régates en un weekend et c’est vraiment très satisfaisant de régater à ce niveau ! Je tiens à féliciter l’équipe de Realstone qui a très bien navigué pendant les 3 jours. Ça s’est joué à très peu de choses, à une seule course en fait. Ça aurait pu être eux, ça aurait pu être nous ! Je suis heureux de débuter la saison dans ces conditions magnifiques! Je rends également hommage à notre tacticien Tanguy Cariou qui a fait un travail remarquable » .

Dona Bertarelli, Ladycat. : « Le résultat de ces 3 jours de courses dans des conditions musclées est encourageant. Nous cherchons encore nos automatismes sur les manœuvres n’ayant pas eu l’opportunité de nous entrainer dans du vent soutenu. A la barre, cela a été un Grand Prix éprouvant mais j’ai pris beaucoup de plaisir. Je me réjouis d’ores et déjà de la suite».

Jérôme Clerc, skipper de Realstone Sailing : « Je suis forcément déçu. Sur l’ensemble du weekend, nous avons été réguliers et avons montré une grande solidité. J’étais nerveux aujourd’hui car nous avions grillé notre joker hier, suite à une disqualification à l’occasion d’une légère collision avec Ladycat. Cela explique en bonne partie une erreur que j’ai faite lors du départ de la deuxième course. J’ai manqué de lucidité au moment de démarrer et cela nous a porté préjudice aujourd’hui. Il faut maintenant digérer et passer à la suite ! »

La seconde manche de ce Vulcain trophy 2012 aura lieu dans 15 jours lors de l’Open de Crans.

1èrs bords du trimaran Artemis grée avec l’aile rigide

L’équipe suédoise Artemis Racing, challenger pour la 34ème Coupe de l’America, a navigué pour la première fois avant hier avec son trimaran de 72′ grée avec une aile rigide.

Ce multicoque est l’ancien 60′ ORMA Gitana 12, allongé à 72′, soit la taille des futurs catamarans AC72, qui seront utilisés l’an prochain pour l’America’s Cup, ce trimaran permet donc aux suédois de tester l’aile de leur futur bateau avant la fin de la construction et de contourner en partie les règles limitant le nombre de jours de navigation avec les AC 72.

En effet, chaque équipe dispose de 30 jours de navigation sur des catamarans de plus de 10 mètres autres que des AC45 en 2012 ; les teams utiliseront donc ces journées pour naviguer sur les AC72 qui pourront être mis à l’eau à partir de juillet. Artemis aura la possibilité d’utiliser son aile sur le trimaran durant cette période sans entamer ce capital.

© Sander van der Borch/Artemis Racing

La conception et la construction de ce gréement de 40 mètres auront demandé plus de 35 000 heures de travail, la surface de cette aile est de 260m² pour un poids d’un peu plus d’une tonne,

Paul Cayard : “Nous avons opté pour la stratégie à échelle réelle. Notre décision demandait certes plus de temps mais elle nous permet d’apprendre à manœuvrer cette aile si puissante. Et au-delà de l’objectif performance, la sécurité de notre équipe est primordiale. Régater dans la Baie de San Francisco sera inoubliable en juillet et en août”.

Toujours dans le domaine de la Coupe de l’America, le démenti de Philippe Ligot, directeur du team Aleph, concernant l’abandon de son équipe dans la recherche de sponsors, l’équipe française se donne jusqu’à fin mai pour trouver un budget, et espère également pouvoir s’aligner sur les America’s Cup World Series cette saison.

Les locaux du CER mènent la flotte des D35

C’est une surprise à Genève, après deux journées de course, le jeune équipage du CER Carrefour Prévention mène au classement provisoire, grâce à une belle régularité aujourd’hui.

Hier la flotte des Decision 35 a effectué un parcours côtier entre Rolle et Versoix, les nouveaux venus d’Artemis se sont imposés devant Rham Sotheby’s et Alinghi d’Ernesto Bertarelli, Veltigroup terminait au pied du podium devant CER.

Aujourd’hui, les équipages se sont affrontés sur quatre parcours bananes, CER s’adjugent trois secondes places et une victoire de manche, Artemis Racing se classe second avec Paul Cayard à la barre, devant Alinghi et Veltigroup qui s’offre une victoire de manche.

Rham Sotheby’s pointe à la cinquième place devant Zen Too, désormais barré par Fred Le Peutrec, Foncia de Michel Desjoyaux  connait des débuts difficiles sur ces parcours après un beau côtier hier (terminé en seconde position mais l’équipaga a été disqualifié suite à une erreur de passage de la ligne de départ).

Les quatre dernières manches de ce premier Grand Prix Les Ambassadeurs par le Beau-Rivage Palace auront lieu demain à partir de 11h