Banque Populaire V à mi-parcours

L’équipage du maxi trimaran Banque Populaire 5 ont passé huit heures dans des conditions proches de la survie sur un multicoque de 40m. En effet par 56° Sud, les marins ont essuyé une violente dépression venant de Nouvelle-Zélande, qui a entrainé des vents de 40 nœuds et une mer désorganisée.
© BPCE
Dans ces conditions, la priorité était la préservation du matériel et de l’équipage, les hommes d’équipage ont donc réduit au maximum la vitesse du trimaran, avec la grand voile réduite à son strict minimum et aplatie au maximum pour diminuer la puissance.
Florent Chastel, numéro un/ régleur est revenu sur cette tempête à la vacation : » C’est en train de se calmer, la mer se range doucement. Nous allons pouvoir renvoyer un peu de toile. Mais pendant huit heures, il n’y a plus eu de place pour la course. On a surtout essayé de passer sans faire de mal au bateau. Nous sommes partis au près là dedans, puis nous avons attrapé la bascule et continué au reaching, à 90° du vent, une allure où le bateau accélère. Nous avons fini avec des paquets de mer impressionnants. Nous avons oublié un peu la performance et les réglages servaient surtout à ralentir le bateau. Petit à petit ça a adonné et le vent s’est calmé. On va pouvoir reprendre la course « .
Le bateau a franchi l’antiméridien, marquant la mi-parcours, pendant cette navigation musclée :  » Nous sommes passés de TU + 12 heures à TU – 12 heures dans nos références à bord. On file vers l’Est et c’est un peu comme si on accélérait le temps. On va le moins possible à l’avant, on évite. Quand c’est nécessaire, le barreur ralenti beaucoup le bateau, on s’attache et c’est un peu du crapahutage jusqu’à l’avant du bateau. A l’intérieur, il est difficile de dormir dans ces conditions. Quand les vagues tapent sur le carbone, ça fait caisse de résonance. Quand on est dans notre bannette, on est à deux centimètres d’un océan en furie « .

Le trimaran navigue désormais dans des vents plus faibles et une mer plus « rangée », ce qui a permis à l’équipage d’accélérer la cadence, l’avance est ce soir de 1900 milles  sur le temps du record de Groupama 3.

Cependant la suite de ce Trophée Jules Verne ne s’annonce pas simple puisque les marins vont devoir éviter une zone de glace et se verront donc contraints de remonter au nord, comme l’expliquait Florent Chastel :  » On ne va pas descendre beaucoup plus car il y a pas mal de glaces, dont un très gros iceberg qu’on devrait approcher demain. La route Sud nous est un peu barrée. Descendre plus, ça devient la roulette russe « .

L’allongement de la route ne devrait pas permettre de poursuivre dans le même système météo, le routeur à terre prévoit donc une réduction de l’avance sur le tableau de marche de près de moitié est à prévoir d’ici au passage du Cap Horn, dans une semaine environ.

© BPCE

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s