Prince de Bretagne à l’endroit, en remorque vers le Brésil

Lionel Lemonchois avait été rejoint par son équipe technique jeudi soir, après 10 jours seul dans la coque centrale de son trimaran de 80′ chaviré. Ils ont réussi hier soir l’opération de retournement du multicoque en fin de journée.

Le skipper avait déjà très largement préparé la plate forme pour cette opération, son équipe et lui même ont terminé cette préparation hier. L’opération a consisté à  percer le flotteur tribord ainsi que toutes les cloisons étanches afin de le remplir d’eau et de le couler puis installer des sangles et un poids de plusieurs tonnes sur le côté opposé afin de faire contrepoids pour retourner le bateau.

Le schéma de l’opération de retournement des architectes du trimaran le cabinet VPLP

Lionel Lemonchois : « Nous avons commencé dès le lever du jour. Nous avons réalisé une première tentative dans la matinée qui a avorté après que le bout sur lequel nous avions fixé les cinq tonnes de chaînes cède, mais dans l’après-midi, l’opération s’est déroulée exactement comme nous l’avions prévue. Le flotteur vide a tourné très lentement autour de la coque centrale avant de basculer et de se retrouver à l’endroit. Le tout en douceur et sans brutalité ».

L’équipe a ensuite du vider l’ensemble de l’eau nécessaire à ce retournement, Fred Le Peutrec, membre du team « Nous avons fini au sceau. C’a été très physique d’autant qu’avec la chaleur, être en action à l’intérieur du bateau avait un tout d’un véritable sauna ! Mais tout le monde s’est bien donné »

Le bateau a ensuite été pris en remorque et progresse actuellement à 6 noeuds et devrait atteindre le Brésil dans 5 jours.
A noter, une rencontre peu plaisante pour les hommes du team Prince de Bretagne, comme l’explique le skipper : « Deux heures avant le lever du soleil, un cargo battant pavillon russe s’est approché de mon bateau. Il s’est arrêté à environ ¼ de milles. A bord du remorqueur, nous avons tenté de prendre contact avec lui par VHF afin de connaitre ses intentions mais il n’a pas répondu. A mon sens, il n’y avait aucune ambiguïté possible, il s’agissait d’un bateau pirate. Il est resté un long moment à observer, tentant visiblement de se positionner entre nous et le Maxi80. Il a fini par partir mais je ne veux pas penser au déroulement de la situation si j’avais été encore tout seul sur zone ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s