Prince de Bretagne à Rio, Sodeb’O de retour à la Trinité sur Mer

  • Le team Prince de Bretagne a rejoint Rio en fin de semaine dernière, après 5 jours de remorquage. L’équipe technique et le skipper, Lionel Lemonchois, procèdent au démontage de l’accastillage avant de préparer le rapatriement du trimaran 80′ Prince de Bretagne à Lorient, l’objectif du skipper reste la Route du Rhum dont le départ sera donné en novembre.                                                                                                                                  Lionel Lemonchois : Depuis vendredi soir, ça a été un peu long car nous n’avancions pas à plus de 6 noeuds de moyenne. Ca a aussi été très monotone. Seules les dernières 48 heures ont été un peu différentes puisqu’avec Patrice Richardot, l’un des membres de mon équipe technique, nous les avons passées à bord de Prince de Bretagne histoire de maintenir un feu à éclats sur le pont et de prévenir une mauvaise rencontre dans une zone de trafic dense.  Nous allons démonter tout ce qui peut l’être comme les poulies, les palans… puis tout rentrer à l’intérieur pour faire en sorte que plus rien ne traine sur le pont. Ensuite, l’ensemble sera gardé en attendant d’être rapatrié vers Lorient »
  • Thomas Coville qui avait abandonné sa tentative de tour du monde en solitaire du fait de conditions météos déafavorables, a regagné son port d’attache, la Trinité sur Mer. Il avait fait escale à Vigo durant 24 heures auparavant pour laisser passer la tempête Ulla.A son arrivée, le skipper du maxi trimaran Sode’bO est revenu sur cette tentative avortée :
    « Un mois de mer… Que ce soit, au moment du départ, dans une risée ou dans un grain, il faut décider tout le temps. Il faut continuellement mesurer ce qu’il y a de plus intelligent à faire. Il faut trancher, doser, tenter. Je souhaitais revenir seul et directement jusqu’à La Trinité-sur-mer, mais il a fallu une fois de plus être lucide et s’arrêter à Vigo. Au retour de mon dernier Tour du Monde en 2011,  j’ai passé ma fameuse ardoise magique qui efface tout car j’avais l’impression d’avoir subi ce tour du monde. Cette fois-ci c’est différent : j’ai choisi, j’ai tranché, j’ai pris une décision qui me regarde et aujourd’hui, je suis droit dans mes bottes par rapport à cela. L’anticyclone qui se développait sur les îles Kerguelen, nous poussait vers les glaces, ça aurait été de l’orgueil de continuer. C’est une décision sportive de marin et d’homme. Je suis resté lucide et honnête par rapport aux gens que j’aime, par rapport à mon partenaire en étant capable de me mettre des limites face à mon engagement et mes compétences. »

    « J’ai choisi, je ne subis pas, j’ai reçu les bonnes informations tous azimuts. Avec Jean-Luc Nélias, l’équipe et Météo France, nous avons aujourd’hui cette maturité d’être capables de prendre du recul sur ce qu’on fait, sur ce qu’on veut faire et surtout sur ce qu’on veut être. Nous avons été maîtres de nos décisions jusqu’au bout et c’est une position agréable. »

    « A aucun moment, nous ne nous sommes laissés prendre par l’orgueil et par la motivation. Je n’ai pas l’amertume d’avoir pris une mauvaise décision, seulement  l’amertume de ne pas avoir eu la possibilité d’aller jusqu’au bout. Ce bateau m’a fait progresser, le groupe m’a aidé tout le long de cette tentative. C’est un projet ultime car il va chercher très loin. Un projet qui m’a fait plaisir de bout en bout.  Si on reprend l’histoire dès le départ, partir de Brest de nuit, il fallait vraiment oser le faire ! Je crois qu’à ce moment-là, il n’y avait pas beaucoup de volontaires pour me remplacer ! Il fallait le tenter par rapport à tout ce qu’on avait mis en œuvre. Et nous avons bien fait car le temps à l’équateur est honorable (ndlr : 6 jours 20 heures). »

    « Quand je suis parti, je pensais déjà à La Route du Rhum ! J’étais mieux en mer à naviguer que de rester à terre. Une descente et une remontée de l’Atlantique Nord et Sud, cela fait un sacré entraînement !  J’étais en totale confiance avec le bateau, c’est ce qui a motivé également ma décision de faire demi-tour. Je sais parfaitement où sont mes limites avec ce trimaran.  Ce mois de mer, presque un demi-tour du monde me donne confiance par rapport à ce que je vais engager pour le Route du Rhum. Nous avons un nouveau bateau en chantier, c’est un programme énorme car la mise au point d‘un projet comme celui-ci est gigantesque. Tout ce que j’ai appris durant ce mois va nourrir la suite du projet. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s