L’actu des maxis Multis en bref

  • Le catamaran de 36m ex Orange II, dont Bruno Peyron était skipper, va entrer en chantier chez Multplast pour un refit.  François Bich, descendant de la famille Bich, s’est porté acquéreur du multicoque, qui va être transformé en bateau de grande croisière. Il sera doté d’une nacelle profilée de 70 m²  derrière la poutre de liaison avant. Six cabines seront aménagées dans les coques accueillant 3 couples d’invités et un équipage de 5 personnes.

Vitalia II après transformation © Narrative

Bruno Peyron, l’ex skipper : » Je suis fier de cette histoire de conquête, fier de ce bateau qui m’a offert mon 3ème Trophée Jules Verne, fier de mes compagnons avec lesquels nous avons passé tant d’heures et de nuits magiques autour du monde mais je suis heureux que François Bich et le chantier Multiplast aient l’audace d’entamer une transformation aussi radicale et ambitieuse. Elle marquera probablement un tournant dans l’évolution des maxi catamarans de grande croisière et …J’aime l’audace !« 

  • Francis Joyon a bouclé son parcours sur la Route de l’Amitié entre Bordeaux et Rio en 13 jours, 03 heures, 05 minutes et 19 secondes sur 4812 milles du parcours théorique, soit une moyenne sur l’orthodromie de 15,27 nœuds, le skipper d’IDEC a en réalité parcouru 910 milles de plus sur l’eau : 5722 milles nautiques à 18,16 nœuds de moyenne. En dehors du but caritatif de ce record, il s’agissait d’un excellent entrainement en vue de la Route du Rhum dont le départ sera donné en novembre. Les explications du skipper :

« Avant le départ de Bordeaux, j’imaginais mettre autour de 15 jours. Donc 13 jours c’est plutôt bien compte tenu de la route très à l’ouest que j’ai du emprunter pour rebondir sur les bordures des dépressions de l’Atlantique, puis de la grande épaisseur du Pot au noir (300 milles, ndr) où j’ai été certes ralenti, mais sans jamais m’arrêter complètement. Et puis cette trajectoire a été un excellent entraînement pour la Route du Rhum : quand j’ai pu enfin basculer sur une route sud dans l’Atlantique, je n’étais plus qu’à deux jours de mer de La Guadeloupe ! J’ai parcouru beaucoup de milles, beaucoup plus que sur la route théorique… et j’ai encore appris des choses. Chaque mille qui passe, chaque manœuvre me fait progresser encore dans la connaissance du bateau. Mon chrono est bien sur améliorable, à la faveur d’une météo qui permettrait une trajectoire plus directe. Je suis très satisfait parce qu’IDEC prouve qu’il est encore rapide et qu’il est solide. Je n’ai rien cassé de majeur. Les petits pépins techniques rencontrés sont de la routine, vraiment minimes. Je vais tous pouvoir les résoudre moi même, ici au Brésil. Ce ne sont que des détails. Aucun souci de ce côté là donc. »

 

  • Yann Guichard, Dona Bertarelli et leur équipage ont repris leurs entrainements sur le maxi trimaran Spindrift 2. Leurs première sortie s’est déroulée sans problème avec 15 à 25 nœuds de vent.

Yann Guichard, skipper : « La saison commence et c’est génial. Quel plaisir de reprendre les navigations et de redécouvrir ce bateau. J’ai d’excellentes sensations et le bilan technique est très positif. Après les modifications réalisées, Spindrift 2 se comporte comme nous l’avions imaginé. Avec l’équipage, nous sentons que le bateau est toujours aussi sain mais plus léger et encore plus nerveux. Nous avons aussi vraiment beaucoup gagné en rapidité de manœuvres. Globalement, même s’il nous reste du travail de calibration des instruments de navigation pour mettre des chiffres sur ces ressentis, l’équipe peut être fière du chemin parcouru. Nous sommes partis plein Ouest, jusqu’à la limite du plateau continental européen, avant de descendre sous Arcachon pour remonter par l’Ile d’Oléron. Nous avons donc pu tout sonder à bord. Le nouveau gréement a été poussé dans 25 nœuds de vent et a passé les tests. C’est un point crucial cette année puisque nous avons adapté le mât en vue du double programme des records en équipage puis de La Route du Rhum en solo. Le jeu de voiles a aussi été essayé entièrement à toutes les allures et je tire un coup de chapeau à North Sails qui a fait du très bon travail. Nous franchissons donc une nouvelle étape avec succès. Le travail de performance va pouvoir débuter»

Dona Bertarelli : « Après ces longs mois d’hiver et ce chantier qui a demandé un travail considérable, c’est un réel bonheur que de retrouver toute l’équipe pour tirer nos premiers bords. Spindrift 2 n’a rien perdu de sa prestance ni de sa vivacité, bien au contraire ! Paré de ses nouveaux partenaires, le maxi-trimaran file sur l’eau mieux que jamais. Il suffisait de voir les sourires de chacun lorsqu’au premier déroulé (de voile d’avant), nous nous sommes vite retrouvés à 35 nœuds. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s