François Gabart abandonne sa tentative de record sur l’Atlantique Nord

Après sa superbe performance sur 24h hier, avec 785 mille parcourus, et donc un nouveau record, repris à Thomas Coville sur Sodebo ; François Gabart a décidé de renoncer à sa tentative de record de la traversée de l’Atlantique Nord en solo du fait de la dégradation de la fenêtre météo sur la seconde partie du parcours.

Le record de  l’Atlantique Nord (New York-Cap Lizard), reste donc au palmarès de Francis Joyon  en 5 jours 2h 56 min et 10 sec.

François Gabart, skipper du trimaran MACIF : « Depuis le départ, on savait que ce serait compliqué, parce que la fenêtre de tir était très courte. Là, force est de constater que la météo n’évolue pas dans le bon sens. Le pilote a décroché deux fois sans prévenir, j’ai pu intervenir rapidement dans les deux cas pour récupérer la barre, mais je n’ai pas envie de continuer à naviguer à fond la caisse avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête, je ne veux pas prendre de risques pour le bateau. Je savais que ça n’allait pas être facile. Il y a deux ans, Banque Populaire et Armel Le Cléac’h n’ont pas eu de fenêtre. Nous n’étions pas loin de vivre la même chose. Quand cette petite fenêtre s’est profilée, cela valait vraiment le coup de la tenter. Cela ne s’est finalement pas joué à grand-chose, à quelques orages près… Ce record n’est pas facile, mais c’est ça qui le rend intéressant, il faut être patient pour le battre. »

© Lloyd Images

© Lloyd Images

François Gabart embarquera deux équipiers aux Açores pour finir la traversée, l’ultime participera ensuite aux fêtes de Brest à partir du 13 juillet, puis le skipper terminera avec une tentative de record de la Méditerranée en septembre.
François Gabart se montre bien sûr satisfait de cette tentative puisqu’il décroche ce record des 24h : « C’est une grande fierté de détenir ce record. Nous avons su être opportunistes pour le battre en sautant sur l’occasion quand la fenêtre s’est ouverte. Ce record n’est pas facile, parce qu’il faut trouver les bonnes conditions sur 24 heures. Là, nous avons bénéficié d’un vent qui n’a pas trop bougé. En revanche, pendant les douze premières heures, il y avait un peu de mer, ce qui me fait penser qu’il y a sans doute moyen d’aller plus vite et de tenir 33-34 nœuds de moyenne avec une mer plate. Mais le fait d’être capable de naviguer pendant 24 heures à fond la caisse, c’est du pur bonheur, ça montre le réel potentiel du bateau. »
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s