Trophée Jules Verne : le Hron en 26 jours, 15 heures et 45 minutes pour l’équipage d’IDEC SPORT

Francis Joyon, Clément Surtel, Sébastien Audigane, Bernard Stamm, Gwénolé Gahinet et Alex Pella sont franchi la nuit dernière, à 1 heure 4 minutes, le Cap Horn après seulement 26 jours, 15 heures, 45 minutes, leur avance était au passage du cap de 4 jours 06 heures et 35 minutes d’avance sur le temps de référence de Banque Populaire V en 2012 (30 jours, 22 heures et 19 minutes).

lls empochaient dans le même temps le   record intermédiaire de la traversée de l’océan Pacifique entre la pointe sud-est de la Tasmanie et le Cap Horn en 07 jours 21 heures et 14 minutes (le record était jusqu’ici détenu par Bruno Peyron en 2005 en 8 jours, 18 heures et 8 minutes).

IDEC-SPORT a parcouru jusqu’au Horn 18332 milles de distance sur le fond à très haute vitesse, 28,7 nœuds de moyenne.
La vitesse est moindre depuis quelques heures, du fait de la négociation d’une zone de transition au large des Malouines.

Francis Joyon, skipper du trimaran IDEC SPORT : « Il y a eu un moment d’euphorie particulièrement sympa !   Nous comptons sur la légèreté du bateau pour ne pas trop ralentir lors de la traversée des zones de transition peu ventées qui nous attendent.

En ce moment, on est dans l’Ouest des Falkland, avec du vent de travers assez fort de 30 nœuds. Le bateau va à 35 nœuds sur la route.  Arrivé au nord des Malouines, on va avoir une zone de transition et après on attrapera un vent de Sud-ouest qui permettra de remonter vers le Nord, pendant une journée et demi. Après, cela se compliquera à nouveau avec une nouvelle zone de transition beaucoup plus complexe. Les records ne sont jamais gagnés, surtout quand on voit un atlantique un peu complexe comme on a là.

On est hyper content du travail qui a été fait et de ce temps au cap Horn mais on reste ultra vigilent, ultra tendu. Cette nuit on a du s’arrêter pratiquement deux heures parce qu’on a eu un problème de cadène de gennaker. On ne pouvait plus rouler le gennaker. Cela a été une bagarre pour réparer. Rien n’est simple, rien n’est gagné avec un grand bateau comme ça, ultra exigent, ultra rapide. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s