Luna Rossa vainqueur des Extreme Sailing Series 2011

Les Italiens de Luna Rossa ont remporté hier la dernière épreuve des Extreme Sailing Series et le titre de champion 2011 de la série. Max Sirena, Paul Campbell-James, Alister Richardson et Manuel Modena, ont été impérieux sur ce dernier Act reléguant le second, The Wave Muscat, à 45 points d’avance  à l’issue  des 35 manches courues à Singapour.

© Lloyd Images

Les réactions du skipper, Max Sirena : « Je suis vraiment très heureux ! Nous y sommes enfin. Nous finissons l’année en beauté et je dois dire que c’était assez inattendu car nous n’avons pas très bien navigué dans la précédente épreuve. Tactiquement et côté manœuvres, nous étions à 100% et je suis très fier des gars à bord. C’est formidable pour l’avenir de l’équipe à long-terme. Nous sommes très, très heureux ».

Le barreur Paul Campbell James remporte donc son second titre en deux ans après sa victoire avec The Wave Muscat l’année dernière.

Les grands perdants de ce dernier Act sont les français de Groupe Edmond de Rothschild, ils étaient dans la course au titre face à Luna Rossa, mais ce dernier rendez-vous s’est révélé catastrophique pour l’équipage du Gitana Team avec une septième place sur cette épreuve, mais malgré tout une belle deuxième place au général.

Les réactions de l’équipage :

Pierre Pennec, barreur de Gitana Extrême : « Il y a forcément un peu de déception sur la façon dont s’est déroulé ce Grand Prix d’autant plus que nous l’avions bien commencé en remportant deux manches dès la première journée. Mais nous n’avons pas su conserver ce niveau de jeu durant les cinq jours de compétition. Notre adversaire, Luna Rossa, a lui très bien navigué et a survolé les débats, ce qui lui permet de remporter le championnat. C’est amplement mérité, ils ont été très forts, plus forts que nous. En mettant de côté ce dernier Grand Prix et en parlant plus généralement de la saison, je suis satisfait de cette deuxième place. Nos adversaires étaient vraiment redoutables et nous sommes parvenus à faire de très belles choses et à les laisser derrière nous plusieurs fois au cours de la saison. Lors des neuf évènements nous avons disputé 300 régates. L’Extreme Sailing Series est un circuit très spécifique avec des petits parcours donnés sur des plans d’eau atypiques au cœur des villes : je crois que le mot qui le résume le mieux est Intense ! Pour moi, cette intensité est comparable à une journée de « final race » sur les JO, mais c’est le cas chaque jour et les Grand Prix comptaient cinq jours de régates …

Personnellement, cette saison m’a appris beaucoup de choses, j’ai retrouvé beaucoup de sensations à la barre et j’ai encore de nombreuses choses à montrer ; cela faisait dix ans que j’attendais une telle opportunité. J’ai eu la chance d’être à la tête d’un équipage très fort tant physiquement que techniquement et humainement : notre groupe a toujours très bien fonctionné. Cette cohésion nous a permis de nous surpasser même si, ici, cela n’a pas suffi. Je tiens vraiment à les remercier de leur confiance et de leur travail. Mes remerciements s’adressent naturellement avant tout à Ariane et Benjamin de Rothschild qui m’ont offert une chance incroyable en me confiant la barre de leur bateau. Ils nous permettent de vivre notre passion à 100 %.»

Hervé Cunningham, n°1 : « Il y a un petit goût de déjà vu dans cette deuxième place mais le circuit 2011 n’est pas vraiment comparable à nos précédentes participations tant au niveau du plateau que de la durée de la compétition. Durant cette semaine de compétition à Singapour, nous n’avions pas les armes pour lutter contre Luna Rossa. Notre deuxième place au classement 2011 scelle néanmoins une belle saison de navigation. »

Christophe Espagnon, régleur de Grand Voile : « Nous sommes des compétiteurs et la victoire était à notre portée donc la première sensation est bien sûr la déception. Mais si l’on regarde la saison dans son ensemble, c’est un sentiment de satisfaction qui s’en dégage. Ce fut une très longue saison qui a réclamé beaucoup de concentration. Nous avons certainement manqué de régularité mais chaque évènement est à part et propose un scénario unique. Notre équipage a montré de belles choses, alors même si nous devons encore travailler, je crois que nous avons encore une belle marge de progression.»

Thierry Fouchier, régleur des voiles d’avant : « Malgré ce que l’on peut penser, nous sommes arrivés à Singapour conscients de l’enjeu mais relativement détendus. Notre deuxième place ne doit rien à une pression mal gérée. Par contre, nous avons manqué de réussite et nous sommes passés à côté de beaucoup de choses. Luna Rossa n’a pas failli et il mérite la victoire finale. Nous allons devoir débriefer entre nous pour comprendre ce qui nous a manqué et aller très vite de l’avant. »

© Lloyd Images

Emirates Team New Zealand, termine second de cette dernière étape et troisième au général , après avoir survolé le début de saison, Dean Barker et les autres kiwis ont été moins performants en seconde partie de circuit, l’équipage étant probablement plus concentré sur le circuit des America’s Cup World Series, même cas de figure pour Artemis Racing, qui n’a pas participé aux deux derniers grand prix, pour se concentrer sur sa préparation à la prochaine Coupe de l’America.

Dean Barker, barreur dETNZ : « L’épreuve de Singapour a été particulièrement difficile, Luna Rossa a vraiment été très bon dans ces conditions et la bagarre était rude pour grimper sur le podium. Nous avions bien commencé la saison, en tête du circuit après quatre épreuves, puis nous avons eu quelques coups durs en milieu de saison. Nous savions en arrivant ici que nous ne pourrions pas faire mieux qu’une troisième place au général ».

The Wave Muscat termine quatrième au général devant Alinghi, qui aura alterné le bon et le moins bon.

A noter sur cette épreuve de Singapour, la présence d’un équipe française the first club, qui termine à la dernière place du classement, mais qui a montré de belles dispositions pour l’exercice avec plusieurs victoires de manches. L’équipage mené par Sébastien Col espère pouvoir s’aligner l’an prochain sur le circuit avec l’équipe All4One/K Challenge, cette participation pourrait être favorisée par l’annulation de l’Audi Med Cup, épreuve sur laquelle l’équipe engageait un bateau

Franck Citeau, régleur de voile d’avant : « La démarche est bonne et ce que nous avons fait est de bon augure pour la suite, même si nous n’avons pas bien marché en terme de résultat final. Il y a eu des moments durs où l’on a su relever la tête, des moments où l’on a pris du plaisir, donc cela a été assez complet »

Cette cinquième saison des Extreme Sailing Series  s’achève donc après 301 manches courues sur neuf plans d’eau à travers le monde, les épreuves ont accueilli au total 287 000 spectateurs qui ont pu vivre la course au plus près de l’action grâce à son format « stade nautique » avec des manches courtes, rapides et variées, allant de la régate en flotte au match-racing en passant par les duels de vitesse pure.

Le programme 2012 du Championnat Extreme 40 sera dévoilé demain au cours du World Yacht Racing Forum.

Classement de l’Extreme Sailing Series 2011 après neuf épreuves

  1. Luna Rossa (ITA) – 80 points
  2. Groupe Edmond de Rothschild (FRA) – 73 points
  3. Emirates Team New Zealand (NZ) – 69 points
  4. The Wave, Muscat (OMA) – 67 points
  5. Alinghi (SUI) – 66 points
  6. Red Bull Extreme Sailing (AUT) – 61 points
  7. Oman Air (OMA) – 53 points
  8. Artemis Racing (SWE) – 48 points
  9. Team GAC Pindar (GBR) – 303points
  10. Team Extreme (EUR) – 21 points
  11. Niceforyou (ITA) – 18 points

Luna Rossa (presque) vainqueur des Extreme Sailing Series 2011

L’équipage de Groupe Edmond de Rothschild mené par Pierre Pennec a perdu quasiment toute chance de remporter les Extreme Sailing Series aujourd’hui à Singapour.

En effet les hommes du Gitana Team ont peiné à trouver leurs marques dans des conditions qu’ils affectionnent pourtant habituellement, vent établi aux alentours des 10 nœuds sans orages cette fois-ci. Onze manches ont été lancées aujourd’hui, les français ont enchainé les manches en milieu et fin de peloton, alors que Luna Rossa trustait les podiums et prenait la tête du classement de cette étape, Groupe Edmond de Rothschild pointe donc à la 7ème place du classement provisoire et concèdent cinquante-huit points de retard sur leur adversaire pour le titre annuel.

Pierre Pennec, le skipper de Gitana Extreme : « Rien n’a été dans le bon sens ! Encore une fois, nous avons pris des mauvais départs. Notre adversaire, Luna Rossa, est très à l’aise dans les phases de pré-départ et vient toujours nous chercher pour perturber notre stratégie. C’est le jeu mais nous n’avons malheureusement pas su faire la même chose aujourd’hui. Cela vient certainement de notre communication à bord et je dois progresser pour que l’équipage puisse mieux anticiper mes choix. Mais les erreurs ont également été trop nombreuses durant les régates. Un certain manque de réussite et de mauvaises appréciations stratégiques nous coûtent très cher. »

Red Bull rétrograde à la seconde place devant Oman Air et Emirates Team New Zealand, Alinghi fait un beau retour en cinquième place devant The Wave Muscat et l’équipage français. L’équipage mené par Sébastien Col sur Team Extreme, The First Club a de nouveau montré de belles capacités en remportant deux manches aujourd’hui.

Luna Rossa est donc en tête du Grand Prix de Singapour et bénéficie d’une confortable avance à la veille des dernières régates, la tâche s’annonce quasiment impossible pour Groupe Edmond de Rothschild doit impérativement finir devant les italienspour pouvoir gagner le championnat 2011.

Pierre Pennec  : « La première place va être vraiment très très difficile à aller chercher. Nous savons que beaucoup de choses peuvent se passer car demain nous allons également disputer beaucoup de régates mais le résultat ne dépend plus uniquement de nous… A bord, en tous les cas, nous allons tout faire pour que cette dernière journée de l’année soit placée sous le signe du plaisir. Nous allons essayer de naviguer comme nous savons le faire pour terminer sur une bonne note. Et puis, il ne faut pas oublier que nos poursuivants au général sont proches (Emirates Team New Zealand, Alinghi …) et selon comment se dessine la journée nous devrons quoiqu’il arrive protéger la deuxième place, ce qui en soit est déjà un très beau résultat.»

Classement du Grand Prix de Singapour à l’issue de la quatrième journée

  1. Luna Rossa (ITA) – 186 points
  2. Red Bull Extreme Sailing (AUT) – 151 points
  3. Oman Air (OMA) – 149 points
  4. Emirates Team New Zealand (NZ) – 146 points
  5. Alinghi (SUI) – 141 points
  6. The Wave, Muscat (OMA) – 140 points
  7. Groupe Edmond de Rothschild (FRA) – 128 points
  8. Team GAC Pindar (GBR) – 119 points
  9. Team Extreme – the first club™(EUR) – 108 points
  10. Team Tilt (SUI) – 103 points

Avantage pour Luna Rossa face à Groupe Edmond de Rothschild

La bataille se poursuit à Singapour entre Groupe Edmond de Rothschild et les Italiens de Luna Rossa dans chaque course dans cette ultime étape des Extreme Sailing Series, car le titre de Champion 2011 est en jeu. Aujourd’hui c’étaient les Italiens qui prenaient l’avantage dans des conditions assez difficiles avec des bascules importantes. Mais il ne faut pas sous-estimer les Français, qui sous pression sont souvent revenus en force dans d’autres étapes de cette saison. C’est Red Bull qui domine encore à Singapour et qui garde la première place dans cette étape.

A l’issue des neuf manches courues en deux jours, c’est Red Bull Extreme Racing qui pointe en tête du 9ème et dernier Act des Extreme Sailing Series 2011,Roman Hagara et ses hommes ont très bien débuté ce rendez-vous avec deux victoires, deux secondes places et une 4ème lors de la première journée, la seconde a été moins convaincante. L’équipe autrichienne est talonnée à 1 point par Team New Zealand qui retrouve son rang après quelques contre performances sur ce circuit, Luna Rossa pointe à la troisième place à deux points du leader et à un point d’ETNZ.

© Lloyd Images

Pierre Pennec et l’équipage de Groupe Edmond de Rothschild, avaient bien débuté cet Act avec une troisième place provisoire hier à un point de Luna Rossa, leur seconde journée a été plus difficile dans des vents faibles avec des phases de départ moins inspirées que la veille, les hommes du Gitana Team sont en lutte pour le titre avec Luna Rossa, comme l’explique le skipper du catamaran français, les phases de départ sont primordiales pour contrer leur adversaire :  « Je n’ai pas été performant sur les départs aujourd’hui et cela est pour beaucoup dans nos mauvaises manches. Sur cette finale, il ne nous suffit pas uniquement de bien nous placer sur la ligne car notre adversaire pour le titre cherche constamment à venir nous gêner sur les phases de départ. C’est le jeu mais c’est un paramètre supplémentaire à intégrer et sur lequel je dois m’améliorer. La morale du jour est aussi que nous ne sommes pas uniquement deux sur l’eau et qu’il faut également que je soigne notre placement par rapport au reste de la flotte. Le bilan de la journée n’est pas positif en termes de places mais il est loin d’être rédhibitoire question points. Il nous faut rester calmes et concentrés car il reste trois jours. Les bateaux du haut de tableau sont très proches les uns des autres et de nombreuses cartes restent encore à distribuer »

Paul Campbell James, barreur de Luna Rossa a donc réussi à mettre en difficulté son adversaire qui pointe ce soir à la 5ème place du provisoire avec 9 points de retard sur le catamaran italien. Le nouveau skipper d’Oman Air, Chris Draper réussit ses débuts et s’intercale en quatrième position. Alinghi mené par Yann Guichard est sixième.

Les deux équipages du Team Tilt et de Team Extreme sont aux deux dernières places, les français menés par Sébastien Col sur Team Extreme ont cependant terminé en beauté cette journée avec une victoire de manche.

Il reste donc trois journées de régates aux français du Gitana Team pour tenter de remporter le titre cette année.

Classement du Grand Prix de Singapour à l’issue de la deuxième journée

  1. Red Bull Extreme Sailing (AUT) – 64 points
  2. Emirates Team New Zealand (NZ) – 62 points
  3. Luna Rossa (ITA) – 61 points
  4. Oman Air (OMA) – 55 points
  5. Groupe Edmond de Rothschild (FRA) – 52 points
  6. Alinghi (SUI) – 51 points
  7. The Wave, Muscat (OMA) – 46 points
  8. Team GAC Pindar (GBR) – 43 points
  9. Team Extreme – the first club™(EUR) – 34 points
  10. Team Tilt (SUI) – 27 points

Masirah remporte l’étape d’Alicante et l’iShares Cup 2009

Une fois de plus tout se sera joué sur les ultimes régates de l’étape pour connaitre le vainqueur. Masirah skippé par Pete Cumming s’impose une fois de plus avec 3 petits points d’avance sur Gitana Extrême- Groupe LCF Rothschild dont l’équipage se sera battu jusqu’au bout pour tenter de ravir la victoire d’étape et le championnat aux hommes de l’Oman Sail.

© Th.Martinez/Sea&Co/OC Events

© Th.Martinez/Sea&Co/OC Events

Malgré une victoire lors de la dernière manche, Yann Guichard et ses hommes n’accèdent qu’à la seconde marche du podium de cette étape et du championnat.

Les deux autres équipages français ont aussi fait forte impression sur cette étape ibérique avec une 3ème place pour Franck Cammas et ses hommes sur Groupama 40 et une 4ème place pour Luna, skippé par Jean Christophe Mourniac, ce qui constitue le meilleur résultat de la saison pour l’équipage d’Erik Maris.

© Th.Martinez/Sea&Co/OC Events

© Th.Martinez/Sea&Co/OC Events

Loick Peyron, barreur du second bateau de l’Oman Sail, Renaissance a manqué de régularité sur cette étape et ne finit que cinquième, néanmoins Loick Peyron et ses hommes terminent 3ème de l’iShares Cup grâce à leur belle régularité sur l’ensemble de la saison (5 podiums sur 6).

Loïck Peyron : « C’est une belle journée pour l’équipe, en ce qui nous concerne on a un peu moins bien travaillé ! Nous avons manqué de régularité, ce qui n’est pas le cas de ceux qui sont devant nous et c’est normal, tout n’est que justice ! Masirah a fait un excellent boulot, et lorsque je les ai rencontrés et que j’ai eu la chance de m’entraîner contre eux j’ai bien vu qu’ils avaient une certaine avance et beaucoup de talent. Je veux féliciter toute l’équipe car les choses ont bien fonctionné, l’esprit est très bon… et on est sur le podium, ça aurait pu être pire ! En tous cas le circuit est très intéressant, on s’emporte parfois un peu sur des décisions tactiques et il faut accepter l’inacceptable quand ça ne marche pas du tout, c’est le jeu ! Ceux qui sont devant nous ont été excellents, je salue leur performance et je suis ravi pour Masirah. »

Au classement général, le Team Oman Sail place donc ses deux bateaux aux 1ère et 3ème place, un succès pour Masirah qui courait l’iShares Cup pour la seconde année consécutive (4ème en 2008) avec un équipage inchangé.

© Lloyd Images/ Oman Sail

© Lloyd Images/ Oman Sail

Yann Guichard, malgré une déception compréhensible est très satisfait de son équipage et une seconde place lors de la première année de participation laisse augurer de beaux résultats l’année prochaine…

Yann Guichard :  « On est contents, bien que forcément un peu déçus du résultat final, mais on s’est fait battre à la régulière par des gars plus forts que nous cette saison. On a rien à regretter, je crois qu’aujourd’hui on a tout donné, on a fait une belle journée complète à part une manche avec un petit départ prématuré qui nous coûte peut-être la victoire finale, mais c’est le jeu. Le fort de notre équipe, c’est de ne jamais baisser les bras et je voudrais donner un grand coup de chapeau à tout l’équipage (…) Il y avait un super niveau, et j’espère que l’année prochaine on sera là pour gravir une petite marche de plus sur le podium ! »

Classement du Grand Prix d’Almeria (après 16 manches)
1/ Oman Sail Masirah (Pete Cumming) – 132 points
2/ Gitana Extrême- Groupe LCF Rothschild (Yann Guichard) – 129 points
3/ Groupama 40 (Franck Cammas) – 112 points
4/ Oman Sail Renaissance – (Loïck Peyron)  96 points
5/ Luna (Erik Maris) – 96 points
6/ iShares (Shirley Robertson) – 83 points
7/ Holmatro (Mitch Booth) – 82 points
8/ BT (Nick Moloney) – 79 points
9/ Rumbo Almeria (Fernando Echavarri) – 73 points
10/ Ecover (Mike Golding) – 49 points

Classement du championnat 2009 après six épreuves
1/ Oman Sail Masirah – 53 points (4e, 1er, 1er, 1er, 5e, 1er)
2/ Gitana Extrême- Groupe LCF Rothschild – 52 points (1er, 4e, 2e, 4e, 1er, 2e)
3/Oman Sail Renaissance – 49 points (3e, 3e, 3e, 2e, 2e, 4e)
4/ Groupama 40 – 41 points (5e, 5e, 6e, 3e, 3e, 3e)
5/ iShares – 27 points (9e, 7e, 5e, 6e, 6e, 6e)
6/ BT – 26 points (6e, 6e, 4e, 8e, 8e, 8e)
7/ Luna – 26 points (7e, 9e, 7e, 5e, 7e, 5e)
8/ Holmatro – 24 points (8e, 8e, 8e, 7e, 4e, 7e)
9/ Ecover – 9 points (10e, 10e, 9e, 10e, 9e, 10e)

Interview de Yann Guichard

Voile-Multicoques.com vous propose une interview de Yann Guichard, qui a commencé sa carrière en équipe de France Olympique en Tornado en 1997, il intègre ensuite rapidement le Gitana Team en tant que tacticien et co-skipper de Gitana 11, son palmarès compte aussi quelques records sur l’Atlantique (Orange II en 2006, Groupama 3 en 2007), en 2009 il se voit confier la barre de l’Extreme 40 du Gitana Team et devient  skipper de Gitana 11 nouvelle version.
L’interview a été réalisée lors de la conférence de presse de lancement du MOD 70.

© Yvan Zedda / Gitana S.A.

© Yvan Zedda / Gitana S.A.

Voiles-Multicoques.com : Vous étiez présent avec d’autres membres du Gitana Team à la conférence de presse de lancement du MOD, un engagement du team est-il envisageable ?

Yann Guichard : Le Gitana Team est intéressé, le team est impliqué dans le multicoque depuis 10 ans, et après la Route du Rhum il n’y a plus vraiment de circuit de multicoque océanique à travers le monde. Je pense que c’est un beau projet, qui a beaucoup d’avenir. En tant que marin c’est très attirant, naviguer autour du monde avec ces bateaux devrait être sympa, maintenant j’espère que le projet va prendre forme.

Aujourd’hui il y a beaucoup de courses en monocoques (Volvo Ocean Race, Vendée Globe etc.), mais rien en multicoques, alors que ce sont des bateaux extraordinaires, il y a une place à prendre, j’espère que ce circuit-là pourra la prendre.

Quelles sont vos impressions sur Gitana 11 après les premières navigations ?

Nous avons fait six navigations depuis la mise à l’eau, les premières impressions sont plutôt très bonnes, même si les conditions rencontrées ont été assez clémentes : vent de terre sans mer, mais nous avons eu du vent.

Je crois que le bateau garde toute la mobilité et l’énergie qu’avait un 60’ ORMA, en ayant même des petits plus dans les conditions légères, parce que le bateau n’a pas pris énormément de poids et a désormais des formes plus hydrodynamiques au niveau des flotteurs et de la coque centrale. C’est un beau chantier d’hiver, et je pense qu’au départ de la Route du Rhum c’est un bateau sur lequel il faudra compter.

Qu’est ce qui vous a conduit à effectuer ses modifications sur le bateau ?

A l’époque de l’ouverture de la Route du Rhum aux G-Class, nous avons travaillé par rapport aux bateaux confirmés : Sodeb’O, Idec et peut être Groupama 3. Nous savions que nous allions plus vite face à ces bateaux en dessous de 12-13 nœuds de vent, mais dès que le vent monte et que la mer augmente on avait un peu plus de mal.

Pour mieux passer dans la mer et dans le vent il fallait une longueur de flottaison un peu plus longue, pour moins enfourner en longitudinal et c’était l’objectif : donc allonger les flotteurs et la coque centrale,  ce qui demandait plus d’efforts à la structure du bateau, on a donc gardé les mêmes bras mais ils ont été renforcés, le plan de voilure est le même, puisque le bateau en rapport poids/puissance est au dessus de ses adversaires, on a juste rajouter une ou deux voiles supplémentaires, puisqu’il n’y a plus de limitation étant donné qu’on sort d’une jauge.

© Yvan Zedda / Gitana S.A.

© Yvan Zedda / Gitana S.A.

Gitana 11 a été entièrement adapté pour le solitaire ?

Oui, avant les postes de barres étaient excentrés, on avait deux colonnes, et déjà à l’époque le bateau était bien adapté au solitaire. Maintenant on a une colonne centrale, les deux postes de barre ont été recentrés, l’objectif était d’avoir toutes les écoutes à portée de main, je n’ai plus à sortir du cockpit pour manoeuvrer Gitana 11.

Quel sera le programme après la Route du Rhum ?

L’objectif essentiel était la Route du Rhum et la Transat Jacques Vabre si elle avait été ouverte aux G-Class, ce qui n’est pas le cas.

Le bateau même si il a été allongé à 70’ est petit pour faire autre chose que traverser l’Atlantique, ce qui est envisageable avec ce bateau là ce sont les 24 heures en solitaire, ce que je vais probablement essayer de faire l’année prochaine et après pourquoi pas une traversée de l’Atlantique. Mais je crois que les records au delà de l’Atlantique ne sont pas envisageable parce que le bateau n’est pas assez haut sur l’eau.

Vous êtes second de l’iShares Cup avant la dernière épreuve, pensiez vous pouvoir viser le podium en début de saison ?

La session d’entraînement avec Oracle et Groupama a été très bénéfique, car tout le monde a bien joué le jeu, nous avons beaucoup  appris en une semaine de navigation. A Venise, nous ne connaissions pas du tout le niveau des autres mais nous nous sommes vite rendu compte qu’on était dans le coup et que podium était accessible.

Aujourd’hui nous pouvons gagner le championnat, il faut finir devant Masirah et en mettant Loick derrière nous, ça sera une belle bagarre.

A Almeria, nous pouvons avoir du vent comme de la pétole, les courses se dérouleront dans le port, tout peut arriver, donc ça va être chaud…

Un mot sur l’équipage qui est très régulier depuis le début de la saison.

Je crois que l’équipe que j’ai autour de moi connaît bien le multicoque et est très compétente, je savais que nous serion dans le coup parce que nous avions bien préparé le bateau, nous avons bien bossé sur comment faire avancer le bateau au mieux.

Une de nos forces vient du fait que l’on essaie de naviguer le plus proprement possible, par exemple à Amsterdam c’est frappant, nous n’avons pas fait une seule faute sur nos adversaires, pas de pénalité, le 2eme derrière nous a du faire au moins 7-8 fautes. C’est un gros avantage, nous essayons de minimiser la prise de risque, l’objectif est vraiment d’être régulier, on a plutôt bien réussi à le faire, et par rapport aux autres équipages nous aimons les conditions légères qui ont été assez fréquentes sur le circuit.

N’est-il pas dommage de limiter les Extremes 40 à de si petits parcours ?

C’est vrai qu’en tant que compétiteurs nous sommes parfois un peu frustré.

C’est important qu’il y ait ces courses là pour le public, mais pourquoi ne pas faire une où il y ait un peu de « large » : parcours en baie ou un vrai cotier.Le concept est comme ça, c’est vrai qu’on est à la limite du show, mais il ne faut pas perdre l’aspect compétition pour que les marins de haut niveau restent sur ce circuit.

Merci à Yann Guichard d’avoir répondu aux questions de Voile-Multicoques.com.

J-1 avant la dernière étape de l’iShares Cup 2009

La « finale » de l’iShares Cup 2009 commencera demain à Almeria (Espagne). L’enjeu est important pour le Team Oman Sail (Masirah et Renaissance) respectivement 1er et 3ème au classement provisoire et pour le Gitana Team, second avant cette dernière étape, ces trois bateaux se tiennent en seulement 2 points, Masirah et Gitana sont à égalité : 43 points, Loick Peyron et ses hommes en 3ème position ont 44 point au compteur.

L’analyse des skippers :

Pete Cumming, Oman Sail Masirah (1er, 43 points):  « Amsterdam était vraiment difficile et nous avons manqué de chance également. Mais Almería devrait être complètement différent, avec un plan d’eau plus ouvert, plus de vent… Ce sont les conditions que nous préférons et dans lesquelles nous sommes meilleurs. Cette dernière épreuve devrait être passionnante. « Almería devrait être la version espagnole de Cowes, avec des courses le long des quais. Les facteurs clés seront vitesse des bateaux et gestion des manoeuvres. Le vainqueur sera sans aucun doute celui qui réussira à garder son sang-froid, à naviguer vite et surtout à se sortir des situations délicates. »

Yann Guichard, skipper de Gitana Extreme – Groupe LCF Rothschild (2ème, 43 points): “ C’est extrêmement motivant de nous retrouver à égalité de points avec Oman Masirah. Cette position relance la course au titre et je dois dire que compte tenu du retard que nous avions avant l’épreuve d’Amsterdam la situation qui se présente à nous est assez exceptionnelle. Cela donne d’autant plus envie à l’équipage de Gitana Extrême – Groupe LCF Rothschild de se surpasser ! La compétition a été acharnée tout au long de la saison et l’épreuve d’Amsterdam a su une nouvelle fois nous démontrer que sur un plan d’eau atypique et fermé, tout le monde a sa carte à jouer donc il faudra rester vigilant jusqu’au bout. En ce qui concerne le classement du championnat, Groupama 40 n’a rien à perdre ni à gagner et Franck et ses hommes viseront donc logiquement une victoire d’étape à Almeria. Ils pourraient ainsi venir jouer les troubles fête. Il faudra déjà naviguer proprement sans faire de fautes pour pouvoir figurer dans le haut du tableau et espérer remporter le championnat. Mais sur les terrains de jeu de l’iShares Cup il faut aussi appréhender et maîtriser les éléments environnants du plan d’eau pour s’en sortir ! « 
Loïck Peyron, Oman Sail Renaissance (3ème, 42 points): « Notre objectif? Faire de notre mieux, et essayer de faire mieux que second si possible. Cela devrait être dur pour nous, même si nous ne sommes pas loin d’Oman Sail Masirah en termes de points. Nous allons essayer de remporter la victoire de l’événement. En début d’année, il était impossible d’imaginer un podium si serrée. Gitana et Masirah sont très réguliers. À la fin de chaque événement, nous savons exactement où nous avons perdu et où nous avons gagné. Notre unique chance est d’accumuler les victoires de manches et d’éviter les soucis. C’est  ce que nous essayerons de faire ce week-end. »

A suivre à partir du demain sur le site officiel de l’iShares Cup.

Nouvelle victoire française sur l’iShares Cup

C’est l’équipage de Gitana Extreme, emmené par Yann Guichard, qui remporte l’avant dernière étape de l’iShares Cup.

Les français trustent les premières places au terme de ces trois jours de régates sur le canal IJ Haven, un plan d’eau très particulier : 865m de long, 265m de large, entouré d’immeubles qui engendraient des effets de site assez marqués.

© Th.Martinez/Sea&Co/OC Events
© Th.Martinez/Sea&Co/OC Events

C’est tout d’abord Loick Peyron sur Renaissance qui s’est montré le meilleur lors des 8 manches de la première journée, suivi de près par Gitana Extreme et Groupama 40, les « locaux » d’Holmatro prenait une belle 4ème place provisoire. Cette première journée fut aussi marquée par la voie d’eau de Masirah suite à un refus de tribord de BT, le catamaran omani fut gruté immédiatement, l’équipe technique d’Oman Sail, après avoir aidé la veille l’équipe d’Ecover à remettre le bateau en état suite à un refus de tribord de Renaissance, était de nouveau mise à contribution pour une nuit de réparation.

Ian « Mucky » McCabe boatbuilder d’Oman Sail après sa seconde nuit blanche : « Il est 9h30, on n’a pas vraiment molli cette nuit. J’ai été aidé par Andy Dore de l’équipe BT, et nous avons bien travaillé. Nous sommes arrivés au point où on peut mettre la dernière « peau » sur le bateau, on pense devoir être de retour sur l’eau – là je me mets la pression ! – vers une heure pour revenir en course. C’était un très gros trou. Nous avons tenu notre planning la majeure partie de la nuit, nous avions des objectifs et on les a plus ou moins tous atteints, on doit avoir une heure de retard, pas grand-chose. C’est une grosse réparation, même si on la fait dans un atelier, alors s’en occuper de nuit sur un quai au milieu d’Amsterdam à 50 mètres des habitations… J’avais un couvre-feu hier soir, je ne pouvais pas utiliser la meuleuse ou les outils électriques entre 10 heures et 7 heures ce matin. C’est intéressant de faire ce genre d’opérations en pleine ville, à l’arrière du camion ! Les autres équipes m’ont offert leur aide, l’équipe de l’iShares Cup m’a apporté des cafés (…) Je suis sur le point de tomber, pour être franc, dès que le bateau sera remis à l’eau. Ça a été une cinquantaine d’heures intenses, je suis pressé d’aller dormir. »

© Yvan Zedda
© Yvan Zedda

Samedi, après une première régate ratée (arrivée hors temps), l’équipage de Gitana Extreme s’est remis sur les rails avec une victoire et deux 3ème places, Loick Peyron sur Renaissance rétrograde à la seconde place provisoire. Franck Cammas et son équipage sur Groupama 40 rétrogradait à la cinquième place après un départ volé sur la première régate de la journée, une pénalité et deux arrivées hors temps.

© Yvan Zedda
© Yvan Zedda

Dimanche, les hommes de Yann Guichard ont réussi à conserver la tête du classement, comme l’explique le skipper de Gitana Extreme :  » Dès la première manche du jour nous avons été dans le coup et nous avons vraiment très bien navigué malgré l’enjeu de ces dernières régates. Une fois encore la cohésion de notre équipage est l’une des clés de notre réussite. Nous sommes soudés dans les bons comme dans les mauvais moments, l’ambiance est top à bord et cela nous a notamment permis de nous accrocher et de revenir dans le match lors de la dernière course où tout se jouait… Cette régate finale était vraiment sous haute tension : on savait que Loïck ne devait pas mettre plus de deux bateaux entre nous et nous finissons juste derrière lui ! C’est le scénario idéal, nous sommes vraiment heureux de cette nouvelle victoire « 

L’ultime régate permis à Franck Cammas de monter sur le podium pour la deuxième fois de la saison grâce à une victoire qui comptait double, comme toutes les dernières manches des étapes de l’iShares Cup. Groupama 40 finissait à égalité de points avec Holmatro,4ème, mais comptait deux victoires de manches contrre une pour Holmatro. Les explications de Franck Cammas sur ce week end de régates :  » Avec Groupama 40, on a tout gagné lors de la dernière manche. Nos adversaires ont été moins bons ce qui nous a permis d’en passer deux et d’accéder au podium ce qui n’était pas gagné à l’issue de la régate précédente !  Le constat certain après ces trois jours à Amsterdam, c’est qu’avec Groupama 40, nous n’avons pas encore bien compris comment fonctionner dans le petit temps. Dans le vent faible, on est moins à l’aise. On ne parvient pas à suivre les autres. C’était ma première participation dans du petit temps sur un plan d’eau aussi étroit. Il faut que l’on progresse, c’est indéniable ! Dès que le vent revenait, ça allait mieux. D’ailleurs, vendredi, à la faveur de la brise, ce fut pour nous une bonne journée ! « 

Loick Peyron et ses hommes sur Renaissance conservaient leur seconde place, l’autre bateau du team Oman Sail, Masirah enregistre son plus mauvais résultat de la saison avec une cinquième place. iShares avec deux victoires de manches paye son maque de régularité et termine 6ème devant Luna, BT et Ecover.

Le classement del’étape d’Amsterdam (après 17 manches)
1/ Gitana Extrême- Groupe LCF Rothschild (Yann GUICHARD) – 136 points
2/ Oman Sail Renaissance (Loïck Peyron) –  132 points
3/ Groupama 40 (Franck Cammas) – 115 points
4/ Holmatro (Mitch Booth) – 115 points
5/ Oman Sail Masirah (Pete Cumming) – 111 points
6/ iShares (Shirley Robertson) – 91 points
7/ Luna (Erik Maris) – 81 points
8/ BT (Nick Moloney) – 81 points
9/ Ecover (Mike Golding) – 59 points

© Th.Martinez/Sea&Co/OC Events
© Th.Martinez/Sea&Co/OC Events

Au classement général, la contre performance de Masirah et la victoire permettent à Yann Guichard et son équipage de revenir à égalité de points avec Masirah, Renaissance conforte sa troisième place.

Classement provisoire du championnat (après cinq épreuves)
1/ Oman Sail Masirah – 43 points (4e, 1er, 1er, 1er, 5e)
2/ Gitana Extrême- Groupe LCF Rothschild – 43 points (1er, 4e, 2e, 4e, 1er)
3/Oman Sail Renaissance – 42 points (3e, 3e, 3e, 2e, 2e)
4/ Groupama 40 – 33 points (5e, 5e, 6e, 3e, 3e)
5/ BT – 23 points (6e, 6e, 4e, 8e, 8e)
6/ iShares – 22 points (9e, 7e, 5e, 6e, 6e)
7/ Holmatro – 20 points (8e, 8e, 8e, 7e, 4e)
8/ Luna – 20 points (7e, 9e, 7e, 5e, 7e)
9/ BMW Oracle – 18 points (2e, 2e, DNC, DNC, DNC, DNC, DNC)
10/ Ecover – 8 points (10e, 10e, 9e, 10e, 3e)

© Th.Martinez/Sea&Co/OC Events
© Th.Martinez/Sea&Co/OC Events

La dernière étape de l’iShares Cup 2009 aura lieu à Almeria du 10 au 12 octobre, le titre devrait se jouer entre les deux bateaux du team Oman Sail : Masirah et Renaissance et Gitana Extreme. La quatrième place semble acquise pour Groupama 40, la bataille pour les 5,6,7 et 8ème places sera aussi intéressante à suivre étant donné les faibles écarts entre BT, iShares, Holmatro et Luna.

Final exceptionnel à Kiel

La dernière journée de l’étape allemande de l’iShares Cup a été époustoufflante, on imaginait Masirah à l’abri avec 18 points d’avance sur Gitana Extreme samedi, c’était sans compter sur le retour de l’autre bateau du team Oman Sail : Renaissance et une dernière manche à couper le souffle.

© Lloyd Images/ Oman Sail

© Lloyd Images/ Oman Sail

Cette dernière manche compte double et Masirah mené par Pete Cumming se présentait au départ de celle-ci avec 14 points d’avance sur Renaissance barré par Loick Peyron, il fallait donc que Masirah termine dans les 8 premiers pour s’assurer la victoire sur cette étape, mais l’équipage de Pete Cumming rate son départ et se retrouve arrêté sur la ligne alors que Renaissance prend les commandes de cette ultime régate et arrache la victoire, les deux bateaux du team Oman finissent donc à égalité, mais la victoire revient à Masirah qui a remporté 6 victoires de manches contre 5 pour Renaissance.

Pete Cumming et ses hommes décrochent donc une troisième victoire consécutive sur les quatre événements courus jusqu’ici.

La lutte pour la troisième place sur le podium était aussi acharnée entre les deux équipages français des teams Groupama et Gitana, Yann Guichard et son équipage sur Gitana Extreme avaient mal commencé cette dernière journée de régates avec des places de 8, 9 et 9ème (départ volé puis refus de tribord sur les deux manches suivantes entrainant une pénalité), ils parvenaient à inverser la tendance sur les 3 dernières manches avec des places de 2nd, 3ème, et 2nd sur l’ultime régate mais ces résultats n’étaient pas suffisants pour revenir sur l’équipage de Groupama 40 mené par Franck Cammas, qui s’est montré plus régulier tout au long de cette étape.

© Lloyd Images/ Oman Sail

© Lloyd Images/ Oman Sail

Ces deux équipages ont pointé un problème qui semble récurrent sur l’événement, à savoir des erreurs d’arbitrage du fait du nombre trop faible d’arbitres sur l’eau, comme l’explique Yann Guichard : «  Les juges ne sont pas à la hauteur des évènements et je suis très déçu. Ici, nous avons trois grosses fautes commises qui ne sont pas sanctionnées et qui nous coûtent de précieux points au classement final. Mais nous ne sommes pas le seul équipage dans ce cas. Depuis le grand prix de Hyères, nous pointions du doigt le peu de juges sur l’eau … »

A noter également la belle performance de l’autre équipage français sur Luna avec une 5ème place, leur meilleur résultat depuis le début de la saison.

© Th.Martinez/Sea&Co/OC Events

© Th.Martinez/Sea&Co/OC Events

Toujours plus en retrait par rapport à la concurrence iShares et Holmatro terminent 6ème et 7ème, BT réalise une contre performance sur cette étape avec une 8ème place, les locaux du team Wirsol se classent 9ème, devant Mike Golding qui n’a pas pu régater samedi suite à un chavirage.

Classement de l’étape de Kiel (après 19 manches)
1/ Oman Sail Masirah (Pete Cumming) – 149 points
2/ Oman Sail Renaissance (Loïck Peyron) – 149 points
3/Groupama 40 (Franck Cammas) – 134 points
4/ Gitana Extrême – Groupe LCF Rotschild (Yann Guichard) -129points
5/ Luna (Erik Maris) – 114 points
6/ iShares (Shirley Robertson) – 104 points
7/ Holmatro (Mitch Booth) – 95 points
8/ BT (Nick Moloney) – 95 points
9/ Wirsol Team German (Roland Gäbler) – 88 points
10/ Ecover (Mike Golding) – 16 points
Au classement général, peu de changements, Masirah conserve la tête avec 4 points d’avance sur Gitana Extrême qui est désormais à égalité avec Renaissance (33 points), on retrouve Groupama 40 en 4ème position avec 25 points puis BT à la 6ème place, suivent BMW Oracle qui ne sera pas présent sur les deux événements restants, iShares, Luna, Holmatro et Ecover qui ferme la marche.

Prochain rendez-vous à Amsterdam du 25 au 27 septembre.

Orage et chavirage pour Ecover

La journée d’hier a été animée sur le plan d’eau de Kiel pour la première journée de la quatrième étape de l’iShares Cup.

© Th.Martinez/Sea&Co/OCEvents

© Th.Martinez/Sea&Co/OCEvents

Le vent d’une dizaine de noeuds est progressivement monté au cours de l’après midi après le passage de fronts orageux, c’est au moment du passage de l’un de ces fronts que Mike Golding et son équipage se sont fait surprendre et ont chaviré comme l’explique le skipper Mike Golding : « Ça s’est passé juste entre deux manches, nous venions de mettre un de nos invités à bord et nous nous dirigions vers la ligne de départ, lorsqu’une soudaine rafale a traversé la flotte. Les deux étraves de l’Extrême 40 ont plongé dans l’eau et nous avons chaviré très très rapidement.
Nous étions tous à l’eau… et les membres de l’équipage pourtant expérimentés ont été stupéfait par la vitesse à laquelle le bateau s’est retourné.
Une fois revenu à la surface, nous nous sommes aperçus que Bruno avait une sérieuse blessure à la tête et était un peu sonné. »

© Th.Martinez/Sea&Co/OCEvents

© Th.Martinez/Sea&Co/OCEvents

Le mât d’Ecover n’a pas résisté au choc de ce chavirage, et les réparations à effectuer sur la catamaran obligeront l’équipage à rester à terre aujourd’hui.

© Th.Martinez/Sea&Co/OCEvents

© Th.Martinez/Sea&Co/OCEvents

Côté courses, Mitch Booth qui assure désormais le rôle de barreur sur Holmatro s’est adjugé une victoire sur la première manche, avant de rapidement céder la place de leader provisoire au fil des régates, les équipages français se sont montrés particulièrement incisifs avec une victoire de manche et deux secondes places pour Franck Cammas et son équipage sur Groupama40, l’équipage de Gitana Extreme alterne le bon (3 places sur le podium) et le moins bon (une place de 9ème), quant à Luna, l’équipage est capable de réaliser de belles manches (2nd et 3ème) mais manque de régularité pour bien figurer au général.

Les autres équipages du haut de classement ont été comme d’habitude ceux de l’Oman Sail : Masirah mené par pete Cumming finit 6 des 7 manches du jour sur le podium, alors que Renaissance paye sa collision avec les locaux du Team Wirsol par une disqualification sur la dernière manche du jour.

© Th.Martinez/Sea&Co/OCEvents

© Th.Martinez/Sea&Co/OCEvents

Le classement provisoire après cette première journée de régates est :

1.Masirah 2. Groupama 3.Renaissance 4.Gitana 5.BT 6. iShares 7.Luna 8.Homatr 9.Wirsol 10. Ecover

Masirah domine les débats

Pete Cumming sur Masirah a réaffirmé sa domination lors de la première journée de l’iShares Cup de Cowes en gagnant 5 des 6 régates courues dans un vent d’une douzaine de noeuds et sous la pluie, Shirley Robertson qui avait remporté une victoire sur la première étape l’an dernier, profitait de sa connaissance du plan d’eau pour placer iShares à la deuxième place provisoire devant Gitana Extreme et Renaissance.

© Th.Martinez/Sea&Co/OCEvents

© Th.Martinez/Sea&Co/OCEvents

La seconde journée a été très animée sur le plan d’eau, avec un vent plus fort que la veille : 18 à 22 noeuds, tout d’abord du fait de l’abordage d’iShares par un semi rigide spectateur, qui contraint l’équipage a abandonné pour le journée. Holmatro qui avait dématé lors des entrainements a aussi connu son lot de mauvaises surprises avec la casse de la drisse de grand voile les obligeant à renoncer à deux manches puis un problème de solent qui les contraint de nouveau à l’abandon pour la dernière manche de la journée.

L’équipage de Masirah dominait de nouveau cette deuxième après midi de régates avec 4 manches gagnées sur 6 courues, celui de Gitana Extreme profitait de l’abandon d’iShares pour conforter sa deuxième place avec 2 points d’avance sur Renaissance, le second bateau du Team Oman, barré par Loick Peyron.

© Th.Martinez/Sea&Co/OCEvents

© Th.Martinez/Sea&Co/OCEvents

Les impressions de Yann Guichard, barreur de Gitana Extreme : « Malgré des départs encore un peu hésitants, nous réalisons une belle journée de régates grâce au très bon travail d’équipe du bord. Avec le courant et le clapot que nous rencontrons, les virements et par conséquent les relances consécutives peuvent s’avérer très pénalisants. Mais je crois que nous sommes l’un des équipages qui nous sortons le mieux de ces situations et cela nous aide beaucoup. Demain, il nous faudra être plus incisif sur les départs. Car c’est évident cela nous manque depuis le début … »

L’équipage de Luna barré par Jean Christophe Mourniac pour cette étape anglaise semble plus à l’aise dans ces conditions musclées avec quelques places sur le podium des manches, l’équipage d’Ecover continue son apprentissage sur ce support et ne semble pas en mesure d’inquiéter les autres concurrents.

© Th.Martinez/Sea&Co/OCEvents

© Th.Martinez/Sea&Co/OCEvents