Interview de Yann Guichard

Voile-Multicoques.com vous propose une interview de Yann Guichard, qui a commencé sa carrière en équipe de France Olympique en Tornado en 1997, il intègre ensuite rapidement le Gitana Team en tant que tacticien et co-skipper de Gitana 11, son palmarès compte aussi quelques records sur l’Atlantique (Orange II en 2006, Groupama 3 en 2007), en 2009 il se voit confier la barre de l’Extreme 40 du Gitana Team et devient  skipper de Gitana 11 nouvelle version.
L’interview a été réalisée lors de la conférence de presse de lancement du MOD 70.

© Yvan Zedda / Gitana S.A.

© Yvan Zedda / Gitana S.A.

Voiles-Multicoques.com : Vous étiez présent avec d’autres membres du Gitana Team à la conférence de presse de lancement du MOD, un engagement du team est-il envisageable ?

Yann Guichard : Le Gitana Team est intéressé, le team est impliqué dans le multicoque depuis 10 ans, et après la Route du Rhum il n’y a plus vraiment de circuit de multicoque océanique à travers le monde. Je pense que c’est un beau projet, qui a beaucoup d’avenir. En tant que marin c’est très attirant, naviguer autour du monde avec ces bateaux devrait être sympa, maintenant j’espère que le projet va prendre forme.

Aujourd’hui il y a beaucoup de courses en monocoques (Volvo Ocean Race, Vendée Globe etc.), mais rien en multicoques, alors que ce sont des bateaux extraordinaires, il y a une place à prendre, j’espère que ce circuit-là pourra la prendre.

Quelles sont vos impressions sur Gitana 11 après les premières navigations ?

Nous avons fait six navigations depuis la mise à l’eau, les premières impressions sont plutôt très bonnes, même si les conditions rencontrées ont été assez clémentes : vent de terre sans mer, mais nous avons eu du vent.

Je crois que le bateau garde toute la mobilité et l’énergie qu’avait un 60’ ORMA, en ayant même des petits plus dans les conditions légères, parce que le bateau n’a pas pris énormément de poids et a désormais des formes plus hydrodynamiques au niveau des flotteurs et de la coque centrale. C’est un beau chantier d’hiver, et je pense qu’au départ de la Route du Rhum c’est un bateau sur lequel il faudra compter.

Qu’est ce qui vous a conduit à effectuer ses modifications sur le bateau ?

A l’époque de l’ouverture de la Route du Rhum aux G-Class, nous avons travaillé par rapport aux bateaux confirmés : Sodeb’O, Idec et peut être Groupama 3. Nous savions que nous allions plus vite face à ces bateaux en dessous de 12-13 nœuds de vent, mais dès que le vent monte et que la mer augmente on avait un peu plus de mal.

Pour mieux passer dans la mer et dans le vent il fallait une longueur de flottaison un peu plus longue, pour moins enfourner en longitudinal et c’était l’objectif : donc allonger les flotteurs et la coque centrale,  ce qui demandait plus d’efforts à la structure du bateau, on a donc gardé les mêmes bras mais ils ont été renforcés, le plan de voilure est le même, puisque le bateau en rapport poids/puissance est au dessus de ses adversaires, on a juste rajouter une ou deux voiles supplémentaires, puisqu’il n’y a plus de limitation étant donné qu’on sort d’une jauge.

© Yvan Zedda / Gitana S.A.

© Yvan Zedda / Gitana S.A.

Gitana 11 a été entièrement adapté pour le solitaire ?

Oui, avant les postes de barres étaient excentrés, on avait deux colonnes, et déjà à l’époque le bateau était bien adapté au solitaire. Maintenant on a une colonne centrale, les deux postes de barre ont été recentrés, l’objectif était d’avoir toutes les écoutes à portée de main, je n’ai plus à sortir du cockpit pour manoeuvrer Gitana 11.

Quel sera le programme après la Route du Rhum ?

L’objectif essentiel était la Route du Rhum et la Transat Jacques Vabre si elle avait été ouverte aux G-Class, ce qui n’est pas le cas.

Le bateau même si il a été allongé à 70’ est petit pour faire autre chose que traverser l’Atlantique, ce qui est envisageable avec ce bateau là ce sont les 24 heures en solitaire, ce que je vais probablement essayer de faire l’année prochaine et après pourquoi pas une traversée de l’Atlantique. Mais je crois que les records au delà de l’Atlantique ne sont pas envisageable parce que le bateau n’est pas assez haut sur l’eau.

Vous êtes second de l’iShares Cup avant la dernière épreuve, pensiez vous pouvoir viser le podium en début de saison ?

La session d’entraînement avec Oracle et Groupama a été très bénéfique, car tout le monde a bien joué le jeu, nous avons beaucoup  appris en une semaine de navigation. A Venise, nous ne connaissions pas du tout le niveau des autres mais nous nous sommes vite rendu compte qu’on était dans le coup et que podium était accessible.

Aujourd’hui nous pouvons gagner le championnat, il faut finir devant Masirah et en mettant Loick derrière nous, ça sera une belle bagarre.

A Almeria, nous pouvons avoir du vent comme de la pétole, les courses se dérouleront dans le port, tout peut arriver, donc ça va être chaud…

Un mot sur l’équipage qui est très régulier depuis le début de la saison.

Je crois que l’équipe que j’ai autour de moi connaît bien le multicoque et est très compétente, je savais que nous serion dans le coup parce que nous avions bien préparé le bateau, nous avons bien bossé sur comment faire avancer le bateau au mieux.

Une de nos forces vient du fait que l’on essaie de naviguer le plus proprement possible, par exemple à Amsterdam c’est frappant, nous n’avons pas fait une seule faute sur nos adversaires, pas de pénalité, le 2eme derrière nous a du faire au moins 7-8 fautes. C’est un gros avantage, nous essayons de minimiser la prise de risque, l’objectif est vraiment d’être régulier, on a plutôt bien réussi à le faire, et par rapport aux autres équipages nous aimons les conditions légères qui ont été assez fréquentes sur le circuit.

N’est-il pas dommage de limiter les Extremes 40 à de si petits parcours ?

C’est vrai qu’en tant que compétiteurs nous sommes parfois un peu frustré.

C’est important qu’il y ait ces courses là pour le public, mais pourquoi ne pas faire une où il y ait un peu de « large » : parcours en baie ou un vrai cotier.Le concept est comme ça, c’est vrai qu’on est à la limite du show, mais il ne faut pas perdre l’aspect compétition pour que les marins de haut niveau restent sur ce circuit.

Merci à Yann Guichard d’avoir répondu aux questions de Voile-Multicoques.com.

J-1 avant la dernière étape de l’iShares Cup 2009

La « finale » de l’iShares Cup 2009 commencera demain à Almeria (Espagne). L’enjeu est important pour le Team Oman Sail (Masirah et Renaissance) respectivement 1er et 3ème au classement provisoire et pour le Gitana Team, second avant cette dernière étape, ces trois bateaux se tiennent en seulement 2 points, Masirah et Gitana sont à égalité : 43 points, Loick Peyron et ses hommes en 3ème position ont 44 point au compteur.

L’analyse des skippers :

Pete Cumming, Oman Sail Masirah (1er, 43 points):  « Amsterdam était vraiment difficile et nous avons manqué de chance également. Mais Almería devrait être complètement différent, avec un plan d’eau plus ouvert, plus de vent… Ce sont les conditions que nous préférons et dans lesquelles nous sommes meilleurs. Cette dernière épreuve devrait être passionnante. « Almería devrait être la version espagnole de Cowes, avec des courses le long des quais. Les facteurs clés seront vitesse des bateaux et gestion des manoeuvres. Le vainqueur sera sans aucun doute celui qui réussira à garder son sang-froid, à naviguer vite et surtout à se sortir des situations délicates. »

Yann Guichard, skipper de Gitana Extreme – Groupe LCF Rothschild (2ème, 43 points): “ C’est extrêmement motivant de nous retrouver à égalité de points avec Oman Masirah. Cette position relance la course au titre et je dois dire que compte tenu du retard que nous avions avant l’épreuve d’Amsterdam la situation qui se présente à nous est assez exceptionnelle. Cela donne d’autant plus envie à l’équipage de Gitana Extrême – Groupe LCF Rothschild de se surpasser ! La compétition a été acharnée tout au long de la saison et l’épreuve d’Amsterdam a su une nouvelle fois nous démontrer que sur un plan d’eau atypique et fermé, tout le monde a sa carte à jouer donc il faudra rester vigilant jusqu’au bout. En ce qui concerne le classement du championnat, Groupama 40 n’a rien à perdre ni à gagner et Franck et ses hommes viseront donc logiquement une victoire d’étape à Almeria. Ils pourraient ainsi venir jouer les troubles fête. Il faudra déjà naviguer proprement sans faire de fautes pour pouvoir figurer dans le haut du tableau et espérer remporter le championnat. Mais sur les terrains de jeu de l’iShares Cup il faut aussi appréhender et maîtriser les éléments environnants du plan d’eau pour s’en sortir ! « 
Loïck Peyron, Oman Sail Renaissance (3ème, 42 points): « Notre objectif? Faire de notre mieux, et essayer de faire mieux que second si possible. Cela devrait être dur pour nous, même si nous ne sommes pas loin d’Oman Sail Masirah en termes de points. Nous allons essayer de remporter la victoire de l’événement. En début d’année, il était impossible d’imaginer un podium si serrée. Gitana et Masirah sont très réguliers. À la fin de chaque événement, nous savons exactement où nous avons perdu et où nous avons gagné. Notre unique chance est d’accumuler les victoires de manches et d’éviter les soucis. C’est  ce que nous essayerons de faire ce week-end. »

A suivre à partir du demain sur le site officiel de l’iShares Cup.

Mise à l’eau de Gitana 11 retardée

Gitana 11, le bateau vainqueur de la dernière Route du Rhum et qui a depuis subi un gors chantier pour l’allonger à 77′ (changement des flotteurs, allongement de la coque centrale, renfort des bras…) devait retrouver l’eau aujourd’hui à la Trinité sur Mer, les conditions météos n’étant pas favorables (25 noeuds de vent se renforçant progressivement), le Gitana Team a préféré repousser cette mise à l’eau au début de semaine prochaine, à priori lundi.

Gitana 11 allongé à 77′

L’exclusivité revient à Loick Le Bras, journaliste de Voiles et Voiliers, le trimaran vainqueur de la dernière Route du Rhum prend donc plus de 5mètres de longueur dans cette opération.

La coque centrale a été allongée par l’arrière d’un métre, et l’étrave tronçonnée à l’avant du bras de liaison pour être remplacée par une nouvelle étrave de 9 mètres.

Les flotteurs construits en Nouvelle Zélande ont été assemblés fin juillet.                      Tout comme l’étrave de coque centrale, celles des flotteurs adoptent une étrave inversée, avec un dessin à priori proche de celui des étraves de Banque Populaire V.

La dernière grosse modification est la construction de deux postes de barre qui seront désormais situés juste à  l’extérieur du cockpit, alors qu’ils se trouvaient auparavent au niveau du bras arrière entre la coque centrale et le flotteur. Cette disposition permettra au skipper, Yann Guichard d’avoir à portée de main tous les winchs disposés sur les côtés du cockpit.

La mise à l’eau du trimaran largement modifié est prévue début septembre.

Les premières photos à découvrir sur le blog Voiles et Voiliers de Loick Le Bras.

iShares Cup : BMW Oracle absent de l’étape de Cowes

La 3ème étape de l’iShares Cup qui se disputera à Cowes à partir de vendredi se fera sans l’équipe américaine qui renonce à ce rendez vous pour préparer l’America’s Cup face à Alinghi .

Le skipper de BMW Oracle Racing, James Spithill, explique : « Tester notre trimaran de 90 pieds récemment modifié est une phase importante et requiert toute notre attention à ce stade. Avec une America’s Cup qui se profile d’ici 6 mois, nous avons un gros travail de préparation à effectuer. Nous sommes d’autant plus déçus de ne pouvoir être à Cowes que notre position de leader est à défendre, mais nous espérons pouvoir rejoindre le circuit à Kiel. »

BMW Oracle qui occupe la tête du classement provisoire avec 18 points devrait  donc laisser sa place de leader à Masirah,  Gitana Extreme, tous deux à un point des américains avant cette étape, ou à Renaissance à 2 points.

Franck Cammas sur Groupama 40 aura aussi à coeur de briller sur cette étape pour effacer les résultats en demi-teinte des deux premières étapes.

Masirah remporte l’étape française de l’iShares Cup

Pete Cumming, Chris Draper, Mark Bulkeley et David  Carr remportent cette étape avec brio, ils avaient pris la tête du classement dès la première journée de régates et ont réussi à la conserver jusqu’à la fin.

Photo : Baptiste Morel

Photo : Baptiste Morel

Le podium est complété par BMW Oracle mené par James Spithill et par Renaissance, l’autre Extreme 40 omani mené skippé par Loick Peyron.

Photo : Baptiste Morel

Photo : Baptiste Morel

Suivent les deux bateaux français : Gitana Extrême et Groupama 40 en 4 et 5ème place puis BT, iSharesn Holmatro, Luna et Ecover.

Au classement général, après deux étapes, c’est BMW Oracle qui prend la tête de classement avec ses deux places de second, puis Masirah et Gitana Extreme à égalité de points.

Photo : Baptiste Morel

Photo : Baptiste Morel

Oman Sail toujours en tête

Masirah occupe toujours la place de leader provisoire de cette étape française de l’iShares Cup avec 110 points au compteur et deu victoires de manches hier, à la seconde place, on retrouve le second bateau du team : Renaissance barré par Loick Peyron, qui n’aura courru qu’une manche hier.

Photo : Baptiste Morel

Photo : Baptiste Morel

En effet un accrochage a eu lieu entre le catamaran de Peyron et Ecover de Mike Golding qui a refusé un tribord et est venu percuter le safran babord de Renaissance, entrainant la casse de la barre de liaison et de la cassette de safran, cependant l’équipage de Loick Peyron parvient à terminer cette manche en 2nde position, place qui lui sera attribué pour le reste des manches courrues cet après midi ce qui place les deux bateaux omanis aux deux premières places.

Photo : Baptiste Morel

Photo : Baptiste Morel

L’équipage d’Oracle BMW s’est montré très régulier ce samedi avec une place de 5ème, deux de 3ème, deux de 2nd et deux victoires de manches, ils sont 3ème avec 97 points.

Photo : Baptiste Morel

Photo : Baptiste Morel

On retrouve ensuite deux bateaux français : Gitana Extrême barré par Yann Guichard et Groupama 4 mené par Franck Cammas avec respectivement 87 et 85 points.

Photo : Baptiste Morel

Photo : Baptiste Morel

Le grand perdant du jour a été BT qui rétrograde en 6ème place provisoire.

Photo : Baptiste Morel

Photo : Baptiste Morel

Peu de changement en bas de classement avec Holmatro en 7ème place, iShares en 8ème position àun point d’Holmatro, et Luna et Ecover 9 et 10ème avec 39 et 33 points, ces deux bateaux semblent condamner à conserver leurs places aujourd’hui sauf retrournement de situation.

Le festival Oman Sail

L’après midi d’hier a été tout à l’avantage de l’équipe Oman Sail puisque Masirah, le catamaran skippé par Pete Cumming a remporté 4 des 6 régates courues, l’autre équipage du team, mené par Loick Peyron n’est pas en reste avec une belle troisièmeplace provisoire, à un point seulement du second, BT, skippé pour cette étape, par le cofondateur de la classe Mitch Booth.

Photo: Baptiste Morel

Photo: Baptiste Morel

La régularité paye sur ces régates où le départ est primordial étant donné la petite taille des parcours, Masirah possède ainsi 9 points d’avance sur BT avec ses quatre places de 1er, une 3eme et une 4eme place. BT et Renaissance se tiennent en 1 point, ensuite Franck Cammas sur Groupama avec des classements en3eme et 6eme occupe la 4eme place devant BMW Oracle et Gitana qui payent quelques erreurs notement des passages de bouées ratées avec pénalité à la clé.

Photo : Baptiste Morel

Photo : Baptiste Morel

IShares et Holmatro occupent les 7 et 8 èmes places, Luna qui c’était montré rdoutable lors des entrainements se classe 9ème du provisoire, avec semble-t-il un gros déficit au portant.

Ecover ferme la marche, Mike Golding, très prudent sur ses départs, semble condamner au dernières places…

Photo : Baptiste Morel

Photo : Baptiste Morel

Le spectacle a été, comme d’habitude exceptionnel avec des bateaux au contact, naviguant le plus souvent sur un flotteur dans environ 12 ou 13 noeuds de vent. Et des parcours mouillés au plus près des spectateurs avec des arrivées le long des digues extremement spectaculaires.

Photo : Baptiste Morel

Photo : Baptiste Morel

Les locaux font figure de favoris

Erik Maris et son équipage sur Luna, les locaux de l’étape, font désormais figure de favoris de cette étape hyèroise de l’iShares Cup après leurs deux victoires sur les parcours cotiers d’hier, cependant la dernière manche adoptait un parcours « traditionnel »  a été remporté assez facilement par Yann Guichard et ses hommes sur Gitana Extreme.

Les autres bateaux les plus en vue ont été Oracle BMW et Groupama qui étaient placés dans le peloton de tête.

Premières régates aujourd’hui à 14h.

L’iShares Cup fait étape à Hyères dans une semaine

Hyères accueillera la seconde étape de l’iShares Cup pour la seconde année consécutive du 3 au 5 juillet.

Les équipages devraient recontrer des conditions assez différentes de celles de l’étape de Venise où le vent n’avait jamais dépassé une dizaine de noeuds.

L’avis des skippers :

Yann Guichard (Gitana Team) : « À Hyères, on peut attendre toutes les conditions possibles ! A cette époque de l’année, nous pouvons espérer des vents soutenus sur la zone et peut être avec un thermique qui se lève en milieu de journée. Je connais bien la zone de course, de même que Pierre Pennec, parce que nous avons participé de nombreuses fois à la Semaine Olympique Française. Cette fois sera tout de même différente car nous allons naviguer au plus près de la digue et cela peut changer beaucoup de chose.
Notre victoire à Venise nous a vraiment rassuré, cependant, nous gardons la tête froide et nous recommencerons de zéro à Hyères car ce sera une manche très difficile ! Selon moi, il y a au moins 5 équipes qui sortent du lot et elles peuvent toutes remporter l’événement d’Hyères. Si je devais nommer une équipe en particulier, je citerais le second de Venise, BMW ORACLE Racing. James Spithill et ses hommes sont très fort et si les trois jours se courent dans des conditions ventées, ils seront sans aucun doute aux avant-postes. »

James Spithill (BMW RACLE Racing) : « Nous n’avons entendu que de bonnes choses du plan d’eau d’Hyères, donc nous sommes impatients de retrouver des conditions plus musclées, bien qu’avec les Extreme 40 nous avons découvert que nous n’avons pas besoin de beaucoup de vent pour lever une coque. Ce sera notre première navigation à Hyères, donc un vrai challenge. »

A noter quelques changements dans les équipages, Franck Cammas devrait reprendre la barre de Groupama 40 et Darren Bundock, barreur de BT se voit contraint de laisser sa place suite à une déchirure des ligaments croisés du genou, il sera remplacé par Mitch Booth, qui est le co-fondateur de la classe Extreme 40.