La saison de D35 à 1 mois de la 1ère régate

Le très influent Ernesto Bertarelli avait lancé l’idée de régates en Méditerranée à la fin de la saison 2009 (voir ici), cette proposition n’a semble-t-il pas séduit les propriétaires de D35, qui régateront de nouveau exclusivement sur le Léman en 2010.

Peu de changement au programme donc, hormis des changements de dates des différents grands prix, qui auront lieu du 8 mai au 19 septembre :

8 et 9 mai Grand Prix Beau-Rivage Palace
21 au 23 mai Realstone Cup
4 et 6 juin Open de Versoix
5 juin Genève-Rolle-Genève
12 juin Bol d’Or Mirabaud
21 et 22 août Open de Crans
4 et 5 septembre Sogeti Cup La Réserve
17 au 19 septembre Grand Prix Corum

Côté concurrence, Smarthome a stoppé son sponsoring. Fred le Peutrec qui barrait le catamaran ne devrait donc pas prendre part aux régates de la saison 2010 ; le catamaran a été vendu à Erik Maris, qui change donc de support après une saison sur l’iShares Cup (Extreme 40), son équipage sera composé de Thierry Tiggeler, Bruno Jeanjean, et Thierry Fouchier.

Alinghi, qui engageait 2 bateaux en 2009, se sépare de l’un d’eux(SUI-6) qui sera désormais baptisé Ylliam et sera barré par Aranud Psarofaghis.

En toute logique, Alinghi, Foncia, Okalys feront figure de favoris pour la course à la victoire, Zen Too et Julius Baer pourraient jouer les troubles fêtes, tout comme Veltigroup (barré par Steve Ravussin) et Banque Populaire (barré par Pascal Bidégorry) qui entameront leur seconde saison sur D35.

Les Extreme Sailing Series feront étape à Sète

La saison européenne du circuit Extreme 40 (ex iShares Cup) débutera à Sète du 27 au 30 mai 2010.

Les régates se dérouleront à la sortie du port, à  proximité du centre ville.Trois équipes françaises sont attendues sur le circuit, Groupama et Gitana et très probablement Luna, ses équipes étaient concurrentes lors de la saison 2009.

Les deux dernières étapes du circuit se dérouleront à Trapani(Italie) du 23 au 26 septembre et à Almeria (Espagne) du 9 au 12 octobre, les étapes anglaises (probablement Cowes) et allemande seront dévoilées prochainement.

1er rendez vous pour l’Extreme Sailing Series Asia

La 1ère étape de l’Extreme Sailing Asia a eu lieu ce week end et jusqu’à mardi à Hong Kong. Six catamarans Extreme 40 sont en compétition sur ce nouveau circuit.

Gilles Chiorri/OC Events

C’est l’équipage de BT, présent également sur le circuit européen qui pointe en tête au classement provisoire devant Oman Sail Masirah, dont l’équipage est champion en titre de l’iShares Cup 2009, en 3ème place on retrouve un nouveau venu sur le circuit Extreme 40, l’équipage de Red Bull mené par Roman Hagara.

iShares se retire du circuit Extreme 40

OC Events, organisateur de l’iShares Cup de 2007 à 2009  a annoncé le retrait de son partenaire titre :  iShares suite au rachat de la société par le groupe BlackRock Inc.

Ce retrait ne devrait pas avoir d’influence sur l’organisation des Extreme Sailing Series Asia récemment annoncé ni sur la saison européenne des Extreme 40, OC Events recherche donc un nouveau partenaire titre pour son circuit, pour lequel 5 équipes ont déjà confirmé leur engagement.

Un circuit asiatique pour les Extreme 40 et de nouveaux concurrents à venir sur l’iShares Cup

OC Events, organisateur du circuit européen Extreme 40 : iShares Cup, a annoncé la création du circuit  Extreme Sailing Series Asia qui aura lieu entre Novembre 2009 et Mars 2010. Cette première édition comptera 3 étapes : Hong Kong du 20 au 24 Novembre, Singapoure du 11 au 15 Décembre et Muscat, dans les sultanat d’Oman du 1er au 5 Février, une quatrième étape pourrait être ajoutée au calendrier, l’objectif de l’organisateur est d’arriver à un championnat à 6 étapes en 2011-2012.

Cinq des catamarans ayant courus l’iShares Cup ont déjà quitté l’Asie pour ce nouveau circuit, dont les deux bateaux du team Oman Sail.

Concernant l’iShares Cup, Gilles Chiorri , directeur du circuit livre quelques éléments sur la saison à venir dans une interview au Télégramme, à lire ici. On y apprend notamment que la saison prochaine comptera encore plus d’étapes qui se dérouleront probablement dans de nouveaux pays hôtes : Autriche, Suisse, Portugal. Les étapes italiennes (probablement Venise), anglaise (Cowes), allemande (Kiel), espagnole (Almeria), hollandaise (Rotterdam remplaçant Amsterdam à priori) et française (Marseille, Toulon ou sur la côte altantique semble-t-il). De plus de nouveaux équipages devraient intégrer le circuit, dont un team Red Bull avec l’autrichien Roman Hagara à la barre, un équipage allemand et espagnol devraient compléter le plateau, l’objectif étant d’avoir 10 à 12 bateaux sur le circuit.

Masirah remporte l’étape d’Alicante et l’iShares Cup 2009

Une fois de plus tout se sera joué sur les ultimes régates de l’étape pour connaitre le vainqueur. Masirah skippé par Pete Cumming s’impose une fois de plus avec 3 petits points d’avance sur Gitana Extrême- Groupe LCF Rothschild dont l’équipage se sera battu jusqu’au bout pour tenter de ravir la victoire d’étape et le championnat aux hommes de l’Oman Sail.

© Th.Martinez/Sea&Co/OC Events

© Th.Martinez/Sea&Co/OC Events

Malgré une victoire lors de la dernière manche, Yann Guichard et ses hommes n’accèdent qu’à la seconde marche du podium de cette étape et du championnat.

Les deux autres équipages français ont aussi fait forte impression sur cette étape ibérique avec une 3ème place pour Franck Cammas et ses hommes sur Groupama 40 et une 4ème place pour Luna, skippé par Jean Christophe Mourniac, ce qui constitue le meilleur résultat de la saison pour l’équipage d’Erik Maris.

© Th.Martinez/Sea&Co/OC Events

© Th.Martinez/Sea&Co/OC Events

Loick Peyron, barreur du second bateau de l’Oman Sail, Renaissance a manqué de régularité sur cette étape et ne finit que cinquième, néanmoins Loick Peyron et ses hommes terminent 3ème de l’iShares Cup grâce à leur belle régularité sur l’ensemble de la saison (5 podiums sur 6).

Loïck Peyron : « C’est une belle journée pour l’équipe, en ce qui nous concerne on a un peu moins bien travaillé ! Nous avons manqué de régularité, ce qui n’est pas le cas de ceux qui sont devant nous et c’est normal, tout n’est que justice ! Masirah a fait un excellent boulot, et lorsque je les ai rencontrés et que j’ai eu la chance de m’entraîner contre eux j’ai bien vu qu’ils avaient une certaine avance et beaucoup de talent. Je veux féliciter toute l’équipe car les choses ont bien fonctionné, l’esprit est très bon… et on est sur le podium, ça aurait pu être pire ! En tous cas le circuit est très intéressant, on s’emporte parfois un peu sur des décisions tactiques et il faut accepter l’inacceptable quand ça ne marche pas du tout, c’est le jeu ! Ceux qui sont devant nous ont été excellents, je salue leur performance et je suis ravi pour Masirah. »

Au classement général, le Team Oman Sail place donc ses deux bateaux aux 1ère et 3ème place, un succès pour Masirah qui courait l’iShares Cup pour la seconde année consécutive (4ème en 2008) avec un équipage inchangé.

© Lloyd Images/ Oman Sail

© Lloyd Images/ Oman Sail

Yann Guichard, malgré une déception compréhensible est très satisfait de son équipage et une seconde place lors de la première année de participation laisse augurer de beaux résultats l’année prochaine…

Yann Guichard :  « On est contents, bien que forcément un peu déçus du résultat final, mais on s’est fait battre à la régulière par des gars plus forts que nous cette saison. On a rien à regretter, je crois qu’aujourd’hui on a tout donné, on a fait une belle journée complète à part une manche avec un petit départ prématuré qui nous coûte peut-être la victoire finale, mais c’est le jeu. Le fort de notre équipe, c’est de ne jamais baisser les bras et je voudrais donner un grand coup de chapeau à tout l’équipage (…) Il y avait un super niveau, et j’espère que l’année prochaine on sera là pour gravir une petite marche de plus sur le podium ! »

Classement du Grand Prix d’Almeria (après 16 manches)
1/ Oman Sail Masirah (Pete Cumming) – 132 points
2/ Gitana Extrême- Groupe LCF Rothschild (Yann Guichard) – 129 points
3/ Groupama 40 (Franck Cammas) – 112 points
4/ Oman Sail Renaissance – (Loïck Peyron)  96 points
5/ Luna (Erik Maris) – 96 points
6/ iShares (Shirley Robertson) – 83 points
7/ Holmatro (Mitch Booth) – 82 points
8/ BT (Nick Moloney) – 79 points
9/ Rumbo Almeria (Fernando Echavarri) – 73 points
10/ Ecover (Mike Golding) – 49 points

Classement du championnat 2009 après six épreuves
1/ Oman Sail Masirah – 53 points (4e, 1er, 1er, 1er, 5e, 1er)
2/ Gitana Extrême- Groupe LCF Rothschild – 52 points (1er, 4e, 2e, 4e, 1er, 2e)
3/Oman Sail Renaissance – 49 points (3e, 3e, 3e, 2e, 2e, 4e)
4/ Groupama 40 – 41 points (5e, 5e, 6e, 3e, 3e, 3e)
5/ iShares – 27 points (9e, 7e, 5e, 6e, 6e, 6e)
6/ BT – 26 points (6e, 6e, 4e, 8e, 8e, 8e)
7/ Luna – 26 points (7e, 9e, 7e, 5e, 7e, 5e)
8/ Holmatro – 24 points (8e, 8e, 8e, 7e, 4e, 7e)
9/ Ecover – 9 points (10e, 10e, 9e, 10e, 9e, 10e)

Interview de Yann Guichard

Voile-Multicoques.com vous propose une interview de Yann Guichard, qui a commencé sa carrière en équipe de France Olympique en Tornado en 1997, il intègre ensuite rapidement le Gitana Team en tant que tacticien et co-skipper de Gitana 11, son palmarès compte aussi quelques records sur l’Atlantique (Orange II en 2006, Groupama 3 en 2007), en 2009 il se voit confier la barre de l’Extreme 40 du Gitana Team et devient  skipper de Gitana 11 nouvelle version.
L’interview a été réalisée lors de la conférence de presse de lancement du MOD 70.

© Yvan Zedda / Gitana S.A.

© Yvan Zedda / Gitana S.A.

Voiles-Multicoques.com : Vous étiez présent avec d’autres membres du Gitana Team à la conférence de presse de lancement du MOD, un engagement du team est-il envisageable ?

Yann Guichard : Le Gitana Team est intéressé, le team est impliqué dans le multicoque depuis 10 ans, et après la Route du Rhum il n’y a plus vraiment de circuit de multicoque océanique à travers le monde. Je pense que c’est un beau projet, qui a beaucoup d’avenir. En tant que marin c’est très attirant, naviguer autour du monde avec ces bateaux devrait être sympa, maintenant j’espère que le projet va prendre forme.

Aujourd’hui il y a beaucoup de courses en monocoques (Volvo Ocean Race, Vendée Globe etc.), mais rien en multicoques, alors que ce sont des bateaux extraordinaires, il y a une place à prendre, j’espère que ce circuit-là pourra la prendre.

Quelles sont vos impressions sur Gitana 11 après les premières navigations ?

Nous avons fait six navigations depuis la mise à l’eau, les premières impressions sont plutôt très bonnes, même si les conditions rencontrées ont été assez clémentes : vent de terre sans mer, mais nous avons eu du vent.

Je crois que le bateau garde toute la mobilité et l’énergie qu’avait un 60’ ORMA, en ayant même des petits plus dans les conditions légères, parce que le bateau n’a pas pris énormément de poids et a désormais des formes plus hydrodynamiques au niveau des flotteurs et de la coque centrale. C’est un beau chantier d’hiver, et je pense qu’au départ de la Route du Rhum c’est un bateau sur lequel il faudra compter.

Qu’est ce qui vous a conduit à effectuer ses modifications sur le bateau ?

A l’époque de l’ouverture de la Route du Rhum aux G-Class, nous avons travaillé par rapport aux bateaux confirmés : Sodeb’O, Idec et peut être Groupama 3. Nous savions que nous allions plus vite face à ces bateaux en dessous de 12-13 nœuds de vent, mais dès que le vent monte et que la mer augmente on avait un peu plus de mal.

Pour mieux passer dans la mer et dans le vent il fallait une longueur de flottaison un peu plus longue, pour moins enfourner en longitudinal et c’était l’objectif : donc allonger les flotteurs et la coque centrale,  ce qui demandait plus d’efforts à la structure du bateau, on a donc gardé les mêmes bras mais ils ont été renforcés, le plan de voilure est le même, puisque le bateau en rapport poids/puissance est au dessus de ses adversaires, on a juste rajouter une ou deux voiles supplémentaires, puisqu’il n’y a plus de limitation étant donné qu’on sort d’une jauge.

© Yvan Zedda / Gitana S.A.

© Yvan Zedda / Gitana S.A.

Gitana 11 a été entièrement adapté pour le solitaire ?

Oui, avant les postes de barres étaient excentrés, on avait deux colonnes, et déjà à l’époque le bateau était bien adapté au solitaire. Maintenant on a une colonne centrale, les deux postes de barre ont été recentrés, l’objectif était d’avoir toutes les écoutes à portée de main, je n’ai plus à sortir du cockpit pour manoeuvrer Gitana 11.

Quel sera le programme après la Route du Rhum ?

L’objectif essentiel était la Route du Rhum et la Transat Jacques Vabre si elle avait été ouverte aux G-Class, ce qui n’est pas le cas.

Le bateau même si il a été allongé à 70’ est petit pour faire autre chose que traverser l’Atlantique, ce qui est envisageable avec ce bateau là ce sont les 24 heures en solitaire, ce que je vais probablement essayer de faire l’année prochaine et après pourquoi pas une traversée de l’Atlantique. Mais je crois que les records au delà de l’Atlantique ne sont pas envisageable parce que le bateau n’est pas assez haut sur l’eau.

Vous êtes second de l’iShares Cup avant la dernière épreuve, pensiez vous pouvoir viser le podium en début de saison ?

La session d’entraînement avec Oracle et Groupama a été très bénéfique, car tout le monde a bien joué le jeu, nous avons beaucoup  appris en une semaine de navigation. A Venise, nous ne connaissions pas du tout le niveau des autres mais nous nous sommes vite rendu compte qu’on était dans le coup et que podium était accessible.

Aujourd’hui nous pouvons gagner le championnat, il faut finir devant Masirah et en mettant Loick derrière nous, ça sera une belle bagarre.

A Almeria, nous pouvons avoir du vent comme de la pétole, les courses se dérouleront dans le port, tout peut arriver, donc ça va être chaud…

Un mot sur l’équipage qui est très régulier depuis le début de la saison.

Je crois que l’équipe que j’ai autour de moi connaît bien le multicoque et est très compétente, je savais que nous serion dans le coup parce que nous avions bien préparé le bateau, nous avons bien bossé sur comment faire avancer le bateau au mieux.

Une de nos forces vient du fait que l’on essaie de naviguer le plus proprement possible, par exemple à Amsterdam c’est frappant, nous n’avons pas fait une seule faute sur nos adversaires, pas de pénalité, le 2eme derrière nous a du faire au moins 7-8 fautes. C’est un gros avantage, nous essayons de minimiser la prise de risque, l’objectif est vraiment d’être régulier, on a plutôt bien réussi à le faire, et par rapport aux autres équipages nous aimons les conditions légères qui ont été assez fréquentes sur le circuit.

N’est-il pas dommage de limiter les Extremes 40 à de si petits parcours ?

C’est vrai qu’en tant que compétiteurs nous sommes parfois un peu frustré.

C’est important qu’il y ait ces courses là pour le public, mais pourquoi ne pas faire une où il y ait un peu de « large » : parcours en baie ou un vrai cotier.Le concept est comme ça, c’est vrai qu’on est à la limite du show, mais il ne faut pas perdre l’aspect compétition pour que les marins de haut niveau restent sur ce circuit.

Merci à Yann Guichard d’avoir répondu aux questions de Voile-Multicoques.com.