Louis Vuitton America’s Cup World Series, le point à J-4

Les Louis Vuitton America’s Cup World Series Toulon approchent, les premières régates officielles, qui compteront dans le classement en cas d’annulation samedi ou dimanche, auront lieu vendredi après midi au large des plages du Mourillon à Toulon.

Les conditions météorologiques s’annoncent estivales avec un soleil bien présent, mais les prévisions de vents sont moins favorables avec du petit temps, entre 5 et 10 noeuds, prévus vendredi et samedi, et selon certaines prévisions un mistral bien présent dimanche avec plus de 20 noeuds dans l’après midi.
Bien évidemment, il ne s’agit que de prévisions qui s’affineront dans les jours à venir.

© ACEA 2016 / Photo Ricardo Pinto

© ACEA 2016 / Photo Ricardo Pinto

James Spithill, le skipper habituel du defender Oracle Team USA, ne sera pas de la partie, n’étant pas remis d’une opération du coude. La barre de l’AC45 américain sera donc confiée à Tom Slingsby, le partenaire d’entrainement de Spithill sur les AC45 Turbo et tacticien du team américain.

Pas de surprise concernant les autres équipages, les récents médaillés olympiques Peter Burling, Nathan Outteridge et Giles Scott réintègrent respectivement la barre d’Emirates Team New Zealand, d’Artemis racing et le poste de n°1 pour l’anglais sur Land Rover BAR. Aucun changement côté japonais.

L’équipage de Groupama Team France sera également classique, avec Franck Cammas à la barre, il devrait être accompagné de Thierry Fouchier, Devan Le Bihan, Thomas Le Breton, Matthieu Vandame ou Arnaud Jarlegan. Par ailleurs le team français s’entraine depuis ce week end sur les deux GC32  aux couleurs de Groupama et de Norauto.

Une autre nouvelle concernant l’équipe française, parue dans le JDD, inquiétante, puisque le skipper confiait de sérieuses difficultés à boucler le budget ; ainsi que la frilosité de certaines sociétés hexagonales :
«Je suis déçu par le manque de patriotisme de certaines de nos entreprises. Avoir Airbus, par exemple, serait parfait pour nous financer et nous aider techniquement. Mais ils ont choisi d’être partenaire d’Oracle… On a approché Renault, notamment pour utiliser sa soufflerie de Formule 1. Réponse : on met tous nos moyens en F1».
«La Coupe de l’America est pourtant la vitrine du savoir-faire technique d’un pays. Le bateau est la plateforme idéale pour montrer les compétences de nos ingénieurs ou constructeurs. C’est bénéfique dans les deux sens. (…) (Mais ) on commence par entendre : «On ne veut pas se battre contre des milliardaires», alors que les règlements ont justement changé la donne ! (…) Il nous manque encore 4 millions d’euros. Je pense qu’on sera quand même au départ en 2017. Mais si rien ne bouge financièrement, on sera à la limite. On ne peut déjà pas développer le bateau comme on voudrait. On manque de moyens pour être sereins. Si les règlements n’avaient pas évolué en 2015 pour réduire les coûts, on ne serait sans doute même pas là.»

 

Land Rover BAR net vainqueur de la 1ère journée des LVACWS d’Oman, Groupama Team France en demi teinte

Le petit temps a régné à Oman pour la première journée des Louis Vuitton America’s Cup World Series 2016. Le vent n’a pas dépassé 9 noeuds.
Le foiling n’était donc par au rendez-vous, et les équipages des AC45F revenaient aux fondamentaux du multicoque dans le petit temps, avec des équipiers agglutinés sur l’avant des flotteurs afin de limiter la surface mouillée et un barreur esseulé sur l’arrière.

Trois courses en flotte ont été disputées, conformément au programme prévu.

Sur la première manche du jour, les français se présentaient en avance sur la ligne et écopaient d’une pénalité sur cette phase. Emirates Team New Zealand prenait rapidement la tête de la flotte devant Oracle Team USA. Ben Ainslie revenait durant la manche pour accrocher la 3ème place, Artemis racing parvenait à terminer 4ème malgré deux pénalités. Softbank Team Japan mené par Dean Barker, ancien barreur d’ETNZ terminait 5ème, alors que Groupama Team France fermait la marche.

© ACEA 2016 / Photo Ricardo Pinto

© ACEA 2016 / Photo Ricardo Pinto

Sur la seconde manche, Land Rover BAR et Softbank Team Japan prenaient le meilleur départ, alors que Peter Burling et ETNZ écopaient d’une pénalité lors de la phase de pré-départ. Adam Minoprio parvenait à conserver l’avantage du départ au vent et parvenait à conserver la 3ème place sur cette régate derrière Ben Ainslie (Land Rover BAR) et Dean Barker sur Softbank Team Japan. ETNZ terminait 4ème, Oracle Team USA 5ème et Artemis racing dernier.

© ACEA 2016 / Photo Ricardo Pinto 2/ Oracle Team USA avec 24 points 3/ Emirates Team New-Zealand avec 22 points 4/ Softbank Team Japan avec 21 points 5/ Artémis avec 20 points 6/ Groupama Team France avec 20 points

© ACEA 2016 / Photo Ricardo Pinto

Sur la dernière manche du jour, James Spithill remportait le départ, Softbank Team Japan s’emparait de la tête à la première bouée. L’équipage sous pavillon nippon rétrogradait de trois places sur le bord suivant, pendant que Ben Ainslie prenait la tête devant Oracle Team USA, ETNZ et Artemis racing, Groupama Team France fermait la marche.
Land Rover BAR conservait le leadership sur cette manche devant Oracle Team USA. Artemis Racing coiffait le reste de la flotte et s’offrait une 3ème place, Groupama Team France prenait la 4ème place sur le fil, Softbank ne terminant qu’à une seconde de l’AC45F français, ETNZ prenait la 6ème place.

Au classement général provisoire de cet acte, Land Rover BAR pointe à la 1ère place avec deux victoire et une troisième place devant Oracle et ETNZ, Groupama Team France est dernier à égalité de points avec Artemis, mais à seulement deux points d’ETNZ.

1/ Land Rover BAR avec 28 points
2/ Oracle Team USA avec 24 points
3/ Emirates Team New-Zealand avec 22 points
4/ Softbank Team Japan avec 21 points
5/ Artémis avec 20 points
6/ Groupama Team France avec 20 points

Les réactions des membres du Groupama Team France à l’issue de cette journée en demi teinte

Hervé Cunningham, régleur des voiles d’avant : « On a été moins en réussite qu’hier sur les phases de départ. C’est dommage mais c’est la vie. Sur le premier départ, on se fait pénaliser pour une petite faute sur Ben Ainslie et sur le dernier, on est beaucoup trop loin de la ligne. Mais dans tous les cas, on est resté unis et concentrés et avons trouvé les moyens de revenir dans le match. Et ça, c’est très positif »

 

Franck Cammas, skipper du défi français, en convalescence actuellement suite à sa blessure : « C’est toujours plus facile de critiquer quand on suit les courses de l’extérieur. Mais je trouve qu’Adam Minoprio a été assez bon aujourd’hui. Notamment lors de l’arrivée de la dernière manche où il grille Team New Zealand et les Japonais sur une jolie manoeuvre ».

Adam Minoprio, barreur de l’AC45F du Groupama Team France : «  Même si nous sommes dans le bas du tableau des résultats, nous sommes à égalité de points avec Artémis et à deux points seulement du 3e. Avec les 3 manches prévues demain qui comptent double, nous gardons le podium dans le viseur car nous ne sommes qu’au tiers de la course en terme de points ».

Le replay des régates sur la chaine Dailymotion de Canal Plus

 

 

America’s Cup World Series Bermudes : Artemis vainqueur, Groupama Team France très en retrait

Le Louis Vuitton America’s Cup World Series des Bermudes, dernier événement de la saison 2015, n’aura duré que le temps de trois régates dimanche, la journée de samedi ayant été annulée faute de vent.

Les six teams engagés avaient cependant disputé une manche d’exhibition samedi dans le tout petit temps, avec une victoire de Groupama Team France. Ce qui laissait espérer le meilleur pour l’équipe française, hélas les choses ne sont pas passées comme la veille.

Les conditions étaient médiums avec une dizaine de noeuds de vent (la fourchette de vent pour lancer une course étant de 6 à 25 noeuds).

Sur la première manche, Artemis racing prenait la tête sur le premier bord, les français peinaient à foiler et se retrouvaient déjà distancés à la première bouée. Sur les bords suivants Artemis parvenait à maintenir son avantage suivi par les habituels top teams Ben Ainslie Racing, Oracle Team USA et Emirates Team New Zeland. Japan Softbank faisait un beau retour ensuite et parvenait à passer les kiwis. Oracle Team USA comblait également son retard sur le leader et passait le catamaran suédois dans les derniers mètres, BAR prenait la 3ème place devant Softbank, ETNZ et Groupama Team France.

 

 

Le seconde manche était retardée, suite à un incident durant la procédure de départ. Un bateau umpire venant s’encastrer sous l’AC45 d’Artemis racing. Les dégâts sur le bateau (bris du bout dehors et de la martingale) étaient finalement réparables et permettaient à l’équipe de poursuivre la journée de courses.

Les suédois parvenaient même à prendre la tête de la flotte au départ et infligeait une pénalité à Oracle Team USA, les français étaient de nouveau relégués à l’arrière du peloton. BAR faisait un superbe retour sur le 3ème bord mais perdait son avantage à la bouée en devant laisser la priorité aux suédois. Les anglais peinaient sur cette manche et se faisaient passer par Franck Cammas et ses hommes.
Artemis remportait cette manche, ETNZ terminait 2nd, Japan Softbank 3ème devant Oracle Team USA, Groupama Team France et Land Rover BAR.

 

Sur la dernière manche, Oracle devait laisser la priorité à Artemis et se retrouvait arrêter avant la ligne, fermant la marche. Franck Cammas et Groupama Team France prenait un joli départ mais étaient rapidement passés par Japan Softbank. Oracle revenait rapidement dans le match, alors que les français écopaient d’une pénalité en passant hors des limites du parcours.
Emirates Team New Zealand faisait la course en tête devant Land Rover BAR, Dean Barker sur le bateau japonais prenait la 3ème place devant Artemis, Oracle et les français.

Artemis Racing remportait donc cet événement aux Bermudes devant Emirates Team New Zealand et Oracle Team USA. Groupama Team France aura été très rapidement mis en difficulté dans tous les compartiments (foiling, vitesse, stratégie), comme l’explique les membres du team.

Franck Cammas, barreur de Groupama Team France :  « Nous progressons par rapport aux premiers jours mais l’écart par rapport à nos concurrents est encore trop important. Nous manquons de vitesse en ligne droite, notamment vent de travers, mais nous faisons aussi des erreurs dans certaines manoeuvres et dans des choix stratégiques. Ce n’est pas une surprise dans la mesure où nous manquons clairement de jours de navigation mais nous devons réagir. C’est ce que nous allons faire dès la semaine prochaine en nous entrainant aux Bermudes avec l’équipe de Softbank Team Japan. Nous affrontons des équipes qui n’en sont pas à leur première Coupe de l’America. On doit donc être humble et travailler davantage. C’est comme cela que nous serons en mesure de les battre, pas avant ».

Bruno Dubois, Team Manager du défi français :  « On se met en place et il y a déjà une très nette amélioration depuis les épreuves de l’été dernier. Mais ce n’est pas encore suffisant. Il faut naviguer davantage, bouffer des heures et des heures d’entrainement pour que l’équipage soit au niveau des meilleurs. Mais nous avons une bonne équipe, des supporters du Club Team France enthousiastes et un partenaire titre, Groupama, qui sait mieux que quiconque ce dont est capable Cammas. A nous de faire ce qu’il faut pour ne décevoir personne ».

Classement général des LVACWS des Bermudes

  1. Artémis Racing, 52 points
  2. Emirates Team New Zealand, 50 points
  3. Oracle Team USA, 48 points
  4. Land Rover BAR, 44 points
  5. Sofbank Team Japan, 44 points
  6. Groupama Team France, 32 points

Cet événement clôturait la saison 2015 des Louis Vuitton America’s Cup World Series, Emirates Team New Zealand s’est montré le plus régulier, avec Peter Burling qui s’est rapidement adapté à l’AC45, ils remportent cette saison devant le defender Oracle Team USA, mené par James Spithill. Ben Ainslie se classe 3ème devant Artemis qui retrouve son niveau lors de cet ultime événement 2015. Softbank Team Japan termine 5ème devant Groupama Team France.

Classement général LVACWS 2015

  1. Emirates Team New Zealand, 122 points
  2. Oracle Team USA, 112 points
  3. Land Rover BAR, 109 points
  4. Artemis Racing, 105 points
  5. Softbank Team Japan, 100 points
  6. Groupama Team France, 82 points

 

 

 

Oracle Team USA remporte la 34ème America’s Cup

Emirates Team New Zealand n’aura pas démérité sur cette ultime régate, Dean Barker remportait le départ sous le vent d’Oracle et passait la bouée 1 en tête, le skipper kiwi parvenait à contrôler son adversaire sur le bord de portant.

James Spithill choisissait la bouée de droit à la porte 2, ETNZ s’engageait à gauche, sur la remontée au vent, Oracle revient de nouveau sur le catamaran kiwi et finit par passer son adversaire, grâce à une meilleure vitesse de fond et de meilleures relances, ETNZ perdant une à deux longueurs sur chaque virement, le delta est sans appel à la porte 3 avec 30 secondes d’avance pour Oracle Team USA, le delta se creuse encore un peu sur le portant.

© ACEA / RICARDO PINTO

James Spithill, Ben Ainslie, Tom Slingsby et l’équipage d’ORACLE Team USA remportent cette manche avec 44 secondes d’avance et par conséquent conserve la Coupe de l’America.

© ACEA / RICARDO PINTO

Les américains auront fait des progrès fulgurants tout au long de cette America’s Cup, avec 11 victoires, contre 8 pour les néo-zéds, suite à la pénalité de 2 points consécutives à la tricherie sur les America’s Cup World Series. Le score final avec pénalités est donc de 9-8 en faveur des américains.

Résultats en demi teinte pour Energy Team

Vendredi Yann Guichard et son équipage avaient de nouveau montré leur talent. Ils décrochaient une seconde place sur la première manche du jour et ce malgré une pénalité lors de la phase de pré départ, ils parvenaient ensuite à passer Luna Rossa Swordfish et terminaient derrière Oracle Team USA mené pat Tom Slingsby. Dans la seconde manche du jour, le skipper de l’AC45 français prenait un superbe départ et creusait l’écart, lors des trois premiers bords, sur ses poursuivants Oracle Team USA, Emirates Team New Zealand, et Luna Rossa Piranha. Slingsby et Dean Barker revenaient quelque peu sur le catamaran d’Energy Team, sans pouvoir réellement l’inquiéter cependant, les français s’imposaient sur cette manche et prenaient la seconde place du classement général provisoire des courses en flotte

Yann Guichard:
« Nous avons pris deux très bons départ et bien navigué ensuite, c’est une journée magnifique pour Energy Team !  Sur ces bateaux nous sommes toujours à la limite, particulièrement sur la phase de départ. Nous l’avons bien vu sur la deuxième course aujourd’hui, où quatre bateaux sont pénalisés au départ. On est super content car nous étions un peu frustrés du résultat du match-racing hier contre Ben Ainslie, où nous avions perdu après avoir fait un super départ. Aujourd’hui, après un gros débriefing et des changements de réglages sur le bateau, nous nous sommes très bien repris et ça c’est super bien passé! Je suis vraiment fier du team… »

Samedi la journée de régates était moins souriante aux français, en effet le catamaran Energy Team ne prenait pas le départ de la première manche du jour (la 5ème en tout) suite à une avarie sur la martingale du bateau. Le départ de la seconde est moins percutant qu’à l’accoutumée avec une 7ème position à la première marque. Yann Guichard choisissait cependant le bon côté du plan d’eau et gagnait trois places sur le bord suivant. Luna Rossa Swordfish et Oracle Team USA parviennent à passer le bateau français qui termine finalement 6ème de cette manche.  Les français pointaient à la cinquième place du provisoire à l’issue de cette journée marquée par la démonstration d’Emirates Team New Zealand qui gagnait les deux manches et prenaient la tête des Fleet Races devant Oracle Team USA Slingsby, JP Morgan BAR et Luna Rossa Piranha.

Aujourd’hui, le plan d’eau de Naples était le théâtre du super Sunday, les français débutaient bien tout comme Oracle Team USA qui se partageaient le leadership jusqu’à la cinquième marque, où ils sont passés par les italiens de Swordfish qui continuent sur leur lancée et doublent Tom Slingsby. Yann Guichard écope d’une pénalité au passage de la dernière marque et se voit coiffer par le second bateau italien et termine quatrième de cette manche et sixième de cet America’s Cup World Series de Naples.

Luna Rossa Swordfish décroche l’étape grâce à sa victoire sur cette ultime course, à égalité de points avec Oracle Team USA Slingsby, le podium est complété par Emirates Team New Zealand, Luna Rossa Piranha est 4ème devant JP Morgan BAR. Artemis White mené par de jeunes suédois est 7ème devant les américains de HS Racing et China Team.

En match race, Ben Ainslie qui avait éliminé les français a été éliminé par Slingsby du Team Oracle USA en demi finale, l’autre demi voyait s’opposer les deux bateaux de l’équipe italienne Luna Rossa qui avaient battu ETNZ et Artemis White au tour précédant. En finale Francesco Bruni sur Swordfish s’inclinait face au bateau américain qui s’aduge donc l’étape en match race.

Bruno Peyron :  » A l’évidence, il y a eu du bon et du moins bon pour ce « Super Sunday ». Encore un superbe départ de Yann qui monte ses stats avec plus de 80% de départ canon, puis une bagarre intense contre Oracle Team USA. On prend la tête au 3eme bord puis le mauvais coté durant 30 secondes et ça ne pardonne pas à ce niveau. La pénalité à la dernière marque est en revanche plus difficile a expliquer mais ca fait partie du jeu et il faut l’accepter. Nous aurions aimé finir sur une performance plus conforme à nos ambitions mais il faut accepter notre décalage avec les Top Teams. Le groupe a montré qu’il avait le niveau pour se battre au plus haut niveau dans ces World Series. Encore faut il pouvoir se donner les moyens de ses ambitions. Ce sera la prochaine étape : donner a cette équipe les moyens de se battre, pas seulement en faisant des miracles de temps en temps, mais en construisant la solidité sur la durée ».