Route du Rhum, casses pour le Maxi Edmond de Rothschild et Sodebo Ultim

Les marins engagés sur cette Route du Rhum destination Guadeloupe ont offert un superbe départ hier au large de Saint Malo.
Les conditions étaient parfaites pour les multis qui ont très vite atteint le Cap Fréhel avant de s’envoler vers la Pointe Bretonne.

En Ultim, Armel Le Cléac’h annonçait un pit stop dans la soirée, le skipper de Banque Populaire IX faisait un arrêt express à Roscoff (35 minutes seulement ) pour changer une pièce qui empêchait la production électrique du bord, comme l’expliquait le directeur du team.

© Yvan ZEDDA

Ronan Lucas : « On s’est aperçu qu’on n’arrivait plus à recharger nos batteries très rapidement après le début de la course, c’était vraiment problématique. C’est une toute petite pièce qui a cassé sur la génératrice qui fabrique l’énergie, ça nous a vraiment mis dans l’embarras et nous avons décidé de nous arrêter très rapidement. Roscoff était le bon choix, Armel connaissait bien le coin et on a fait une escale de moins d’une heure, la pièce a été changée. C’est toujours dommageable, parce qu’on perd le contact avec nos petits camarades, mais une transatlantique, c’est long, il va se passer plein de choses, on commence par notre lot de galères, on espère que ça va s’arrêter pour le reste de la course ».

Sébastien Josse et François Gabart prenaient donc les commandes suite à cet arrêt. Edmond de Rothschild pointait en tête au petit matin, après s’être extirpé de la molle avant Macif. Mais vers 5h30, le skipper du Gitana Team contactait son équipe pour leur faire part d’une grosse avarie.
En effet, une dizaine de mètres de l’étrave du flotteur au vent s’étaient arrachées. Aucun choc ne semble responsable de la casse, le bateau naviguait dans 30 noeuds de vent et 4 à 5m de houle, le skipper et son bateau font route vers la Corogne où ils devraient arriver ce soir.

Cyril Dardashti, Directeur du Gitana Team : « Concrètement, j’ai reçu coup de fil a 5h38 du bord, Sébastien me disant qu’il avait eu un grand coup d’arrêt et que son flotteur au vent (tribord) qui s’était endommagé. Il a perdu en gros 10 mètres d’étrave. Il a pris toutes les dispositions pour ralentir le bateau, réduit la toile au deuxième ris pour faire en sorte qu’il puisse rejoindre La Corogne en toute sécurité car il y a encore beaucoup de mer, entre 4 et 5 mètres, et 30 nœuds de vent. Il faut donc être relativement prudent – et c’est ce qu’il fait pour pouvoir rejoindre l’Espagne au mieux – le but étant d’éviter la dépression qui va se muscler mardi matin.

 » Honnêtement je ne pense pas qu’il y ait eu de choc avec un objet flottant. C’est le flotteur au vent qui est parti. Pour l’instant, on n’a pas d’explication. Sébastien était parti plutôt prudemment. Ce sont des bateaux qui vont vite, les vitesses sont toujours impressionnantes, mais le rythme de course était maîtrisé. Il n’y avait pas de souci technique à bord, Sébastien venait de faire une sieste… Il n’y a pas eu de choc.

Aujourd’hui, il est en sécurité dans le bateau. Il n’y a pas de danger immédiat même si la mer est forte. Il a réduit la voilure, il fait route à sept nœuds de vitesse vers La Corogne : il devrait y être ce lundi soir. Une équipe est déjà partie pour le récupérer et sécuriser le bateau. Nous ferons un point ce soir à La Corogne. Mais on peut imaginer déception de Sébastien et de toute  l’équipe. « 

Thomas Coville était le second à subir une avarie dans la matinée,  le carénage du bras avant bâbord du bateau s’est cassé, contraignant également le skipper à se dérouter vers la Corogne.

Photo Jean-Marie Liot / DPPI / SODEBO

Il ne reste donc plus que quatre ultimes en course. Après une petite inquiétude concernant la route de Romain Pilliard sur Remade Use it Again ce matin qui pouvait faire craindre une avarie, il ne s’agissait en fait que d’un changement de voile, pour lequel le skipper a préféré jouer la sécurité.
François Gabart sur Macif pointe en tête avec une vingtaine de milles d’avance sur Francis Joyon, qui tient le rythme de son adversaire dans ces conditions musclées. Armel le Cléac’h a refait une bonne partie de son retard mais s’est décalé dans l’ouest de ses adversaires.

En Multi50′, Erwan Le Roux et le trimaran Multi50 FenêtréA-Mix Buffet ont également dû faire une escale à Roscoff pour assurer une réparation suite à un problème de safran de coque centrale ayant entrainé un début de voie d’eau. Le skipper a repris la course après 4h d’arrêt (durée minimale de l’escale en Multi50′).


© Alexis COURCOUX

Armel Tripon ( Réauté Chocolat ) avait réussi une superbe entame de course  mais Lalou Roucayrol (Arkema) a réussi à s’échapper de la molle plus vite que son adversaire et file désormais en tête avec 45 milles d’avance sur Reauté Chocolat. Gilles Lamiré, Thierry Bouchard et Thibaut Vauchel Camus sont quant à eux groupés et se tiennent en une dizaine de milles. A noter le retour tonitruant d’Erwan Le Roux qui devrait recoller au peloton.

Lalou Roucayrol, Arkema :
« C’est humide, c’est la douche. Je suis à la barre. Il y a beaucoup d’air et là je vais être obligé de réduire encore, je suis sous 2 ris  et foc ORC, ballasté. Je vais prendre un 3e ris car je n’arrive pas à tenir le cap : il y a vachement de mer et nos bateaux sont un peu handicapés dans ces conditions. On était un peu mieux placé qu’Armel (Tripon) cette nuit mais c’est très aléatoire dans ces conditions, très venté, avec des gros grains donc il faut être au bon endroit par rapport aux grains, mais il n’y a pas vraiment de gloire à tirer. J’ai entre 25 et 30 nœuds, la mer est bien défoncée, il y a bien quatre mètres de vagues, de travers, pas encore dans le sens du vent. Ça déferle un peu sur les crêtes donc la mer c’est assez merdique en fait… »

Thibault Vauchel Camus, Solidaires en Peloton – Arsep :
« Après Ouessant, ça allait vite, mais dans la nuit noire, on ne voyait pas du tout où on allait, ce n’était pas très confortable. Pour l’instant on est encore cul à cul avec Armel (Tripon) et on essaye de s’extirper de l’autre côté de la dépression. Là, il y a de la mer mais pas de vent, les voiles claquent, ce n’est pas super agréable. Et depuis cette nuit, moi j’ai des petits soucis, un mal de mer qui m’a pourri la nuit. Dès que j’étais à l’ordinateur, j’avais le ventre qui gargouillait, une fois dehors ça a été mieux. Il faut manger et se réhydrater. Je pense que la porte de sortie pour retrouver du vent n’est plus très loin. On voit que Lalou est à fond. Il faut espérer qu’il ne va pas partir très loin, très vite, tout seul ».

Route du Rhum, le début de course s’annonce musclé

Le départ de la Route du Rhum sera donné demain à 14h02,  les conditions météo pour le départ  sont très favorables à une sortie de Manche très rapide pour les deux classes de grands multis (Multi50 et Ultimes). Les skippers évolueront  au reaching  et devraient « démancher » sur un seul bord.
Les choses se corseront ensuite avec une petite dépression à contourner au large de la Bretagne et dont la position est encore susceptible d’évoluer. Les trimarans devraient essayer de s’échapper au plus vite vers le Sud-Ouest afin d’éviter le plus gros d’une très dépression qui arrivera sur le plan dans la nuit de lundi à mardi. Celle-ci va détériorer les conditions de mer.  Les rafales pourront dépasser les 45 nœuds et les creux culminer à plus de six mètres. À l’arrière, la traîne sera très active.

© Easy Ride / BPCE

Les conditions s’annoncent donc idylliques pour les trois ultimes avec plans porteurs : Banque Populaire IX d’Armel le Cléac’h, Macif de François Gabart et Edmond de Rothschild mené par Sébastien Josse. Ils pourraient ensuite être plus à la peine dans la mer formée, les creux de 5 à 6m, les ramèneront à des trimarans archimédiens, Francis Joyon sur Idec Sport et Thomas Coville sur Sodebo Ultim devraient profiter de la connaissance de leurs bateaux respectifs et de leur fiabilité dans ces conditions musclées. Romain Pilliard, sur Remade-Use It AgainRomain Pilliard, sur Remade-Use It Again (ex Castorama) devrait quant à lui jouer la sécurité, l’essentiel pour le marin étant de rallier l’arrivée.

En Multi50, six marins s’affronteront également, Thibaut Vauchel-Camus part sur le dernier né de la flotte,  un plan VPLP, Solidaires en Peloton ARSEP, mais il aura fort à faire face à Lalou Roucayrol, sur Arkema, Erwan Le Roux sur FenétréA-Mix Buffet et également Armel Tripon sur Reauté Chocolat. Thierry Bouchard sur un plan VPLP également très abouti fait figure d’outsider, tout comme Gilles Lamiré sur son trimaran La FrenchTech Rennes Saint Malo. Le malouin étant le seul à ne pas disposer de foils.

Photo Jean-Marie Liot / ALeA / TJV17

Le départ sera diffusé en direct sur les chaines d’info en continu, ainsi que sur la chaine L’Equipe, France 3 assurera un long direct.
Pour les chanceux qui pourront être sur place, la pointe du Grouin et le Cap Fréhel restent les sites à privilégier.

 

@SailGP, le circuit F50 lancé par Larry Ellison et Russell Coutts

La nouvelle ligue de voile sportive, SailGP a été officiellement dévoilée hier.
Cette compétition, crée par Larry Ellison et Russel Coutts, reprendra le support de la 35ème                                                  America’s Cup, les catamarans AC50, ceux-ci ont été monotypisés et sont désormais nommés F50.
L’équipage a été réduit à cinq marins, contre six lors de l’America’s Cup.
La compétition réunira six équipages nationaux, représentant l’Australie, la Chine, la France, le Royaume Uni, Le Japon et les Etats Unis.
Les équipages américain, australien, anglais et français seront 100% nationaux, tandis que les équipages chinois et japonais devront compter 40% d’équipes nationaux en 2019 puis 60% en 2020.

© ACEA 2017 / Photo Ricardo Pinto

La compétition se déroulera sur cinq étapes, et sur  deux jours de compétition avec cinq régates en flotte, chaque manche se clôturera par une finale en match racing entre les deux leaders de la saison.
Les étapes de 2019 seront  :
– Sydney, Australie –  15/16 février
– San Francisco, USA – 4/5 mai
– New York, USA – 21/22 juin
– Cowes, Angleterre – 10/11 août
– Marseille, France – 20/22 septembre

© ACEA 2017 / Photo Austin Wong

Les équipes engagées s’affronteront pour le trophée du championnat et un prize money d’1 million de dollars à l’issue de la finale à Marseille.

 

Larry Ellison, Fondateur de SailGP : « SailGP, c’est l’avenir de la voile. Une technologie incroyable pour notre flotte monotype – pour être à armes égales – c’est ce que recherchent les équipes nationales : des courses très serrées, de vrais “combats” sur l’eau. C’est un format moderne, consistant, qui répond à une réelle attente de la nouvelle génération talentueuse de la voile mondiale qui veut se battre pour défendre les couleurs de son pays.”

Russell Coutts, CEO de SailGP : « SailGP rassemble le meilleur de la voile professionnelle avec tous les paramètres de très haute performance, et ajoute une notion internationale au circuit avec des équipages qui représentent leurs nations Nous voulons être les pionniers en matière de nouvelles technologies : depuis la conception des bateaux, la mise en place des partenariats commerciaux et jusqu’à l’engagement du public à travers le monde. Avec des équipages tous embarqués sur le même catamaran F50, on oublie la course à l’armement technologique, mais on fait appel à l’homme pour optimiser la performance de ces catamarans à foils du futur. »

La célèbre maison de luxe Louis Vuitton, ex partenaire de l’America’s Cup, s’associe au circiuit, tout comme Oracle, leader mondial du cloud computing d’entreprise ; et Land Rover, premier constructeur mondial de véhicules 4×4 haut de gamme.

L’équipe Britannique SailGP Team a  été présentée lors du lancement à Londres. Skippé par l’athlète Olympique sur les Jeux Rio en 2016 et Champion du Monde, Dylan Fletcher, l’équipage  comptera également à son bord Chris Draper (médaillé de bronze Olympique – CEO et régleur d’aile), Stuart Bithell, (médaillé d’argent Olympique – flight controller), Matt Gotrel (Champion Olympique d’aviron) et Richard Mason (vainqueur des Extreme Sailing Series) aux postes de wincheurs.

 

 

Annonce imminente du lancement du circuit SailGP basée sur les AC50 de la 35ème America’s Cup

Les rumeurs de plus en plus insistantes depuis quelques mois vont bientôt déboucher sur du concret. En effet, une conférence de presse serait prévue mercredi afin d’annoncer le lancement d’une nouvelle ligue de voile de compétition, la SailGP.
Celle-ci aura pour support des AC50 monotypisés par Core Builder, sous la houlette de Russell Coutts et Larry Ellison.
L’ancien détenteur et patron d’Oracle ne semble pas avoir renoncé au support de la 35ème America’s Cup, que son équipe a perdu face à Emirates Team New Zealand. Il semble également qu’il cherche à faire de l’ombre à la Coupe de l’America en lançant le circuit dès 2019, alors que la prochaine Coupe n’aura lieu qu’en 2021.

© ACEA 2017 / Photo Ricardo Pinto

Le programme qui devrait être révélé mercredi comprendrait cinq régates en 2019, à compter de la mi-février à Sydney, en Australie. Les autres régates devraient avoir lieu à San Francisco, à New York, en Grande-Bretagne et en France.
Des équipes des américaines, anglaises, australiennes devraient être annoncées, des inscriptions françaises et asiatiques seraient quant à elles espérées.

© ACEA 2017 / Photo Ricardo Pinto

Les catamarans reprenant les AC50 qui ont été optimisés et monotypisés devaient se nommer F50s, ils seront menés par un équipage de cinq marins, contre six lors de la 35ème America’s Cup.

La pérennité du circuit serait dans un premier temps assurée par un financement venant de Larry Ellison, qui souhaiterait à terme un sponsoring de la compétition.

L’équipe australienne devrait être dirigée par Tom Slingsby ancien tacticien d’Oracle Team USA. L’équipe anglaise serait chapeauté par Sir Keith Mills.

L’équipe américaine pourrait inclure Rome Kirby, un ancien membre d’équipage avec Oracle Team USA.

D’après les information du NZ Herald

Clap de fin sur la saison 2018 du D35 Trophy

Les neuf équipages engagés sur le D35 Trophy avait fait le déplacement à Nyon pour le dernier Grand Prix de la saison le week-end dernier.
Rien n’était fait pour ce dernier événement, Alinghi avait largement dominé le début de saison avec quatre victoires d’affilées, mais la blessure de Nils Frei, le régleur du bord a remis cette domination en question, et les poursuivants directs en profitaient pour revenir petit à petit sur le leader du général.
Tout restait donc possible sur ce Grand Prix Realstone présenté par le Musée du Léman.
Après une journée annulés faute de vent vendredi, les équipages ont pu en découdre samedi avec deux manches courues et dimanche avec six manches.

Ylliam – Comptoir Immobilier, réalisait un quasi sans faute et s’imposait sur ce Grand Prix avec cinq secondes places, et deux victoires de manches, et ce malgré un DNS sur un problème de safran, changé en un temps canon par l’équipe technique.

Swisscom prenait la seconde place de ce Grand Prix devant Alinghi, et Realteam.

Au général, Alinghi parvenait a conservé sa place au général et s’adjuge donc le championnat pour la 7ème fois depuis 2004. Ylliam – Comptoir Immobilier prenait la 2ème place du général pour la deuxième année consécutive et Zen Too la 3ème place également pour la deuxième année consécutive.

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.org

Le championnat 2019 reprendra en mai, comme habituellement, mais marquera également la fin de l’ère des D35. Les catamarans, qui naviguent depuis 2004 seront remplacés en 2020 par le TF35, un catamaran à foils.

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.org

Ils ont dit:

Bertrand Demole skipper d’Ylliam – Comptoir Immobilier – Ça a encore été une très belle saison. Nous avons fait un beau résultat au Bol d’Or, et plusieurs bons Grand Prix. C’est la première fois que nous gagnons une épreuve en cinq ans de présence sur le circuit. C’est un beau cadeau pour notre tacticien Mathieu  Richard, qui nous quitte pour devenir entraîneur à la Fédération Française. Ce qui est remarquable dans cette série, c’est que nous avons le couteau entre les dents sur l’eau, et que nous avons une relation amicale et décontractée dès que nous sommes à terre.

Nicolas Groux, régleur sur Swisscom: Julien Monnier le skipper a fait un pari engagé en remodelant une partie de l’équipe. Mais ça a fonctionné, et nous sommes très contents de nos résultats sur les Grand Prix, puisque nous faisons plusieurs podiums sur la saison. Nous avons par contre quelques regrets sur les grandes courses, Genève-Rolle et le Bol d’Or, où nous lâchons pas mal de points, et ça aurait pu faire la différence aujourd’hui. Mais c’était une très belle saison, très satisfaisante.

Ernesto Bertarelli, skipper d’Alinghi: Cette saison était difficile, le niveau est très élevé comme toujours. Nous avons très bien commencé, en remportant tous les Grand Prix, et le Bol d’Or était magnifique et très disputé. Nous ne pensions pas avoir autant de difficultés à la rentrée. Quand on est derrière, c’est vraiment différent. Nous avons dû faire un changement d’équipier suite à une blessure de Nils, et c’est compliqué de retrouver ses marques. Nous sommes contents de l’emporter, même si c’est un peu à l’arrache. Tous les bateaux peuvent s’illustrer, même ceux qui sont arrivés après nous dans la série.

Esteban Garcia, skipper de Realteam: Cette saison a été fantastique, et même si on pensait que tout était joué au départ. Nous avons vu que ce n’était pas le cas, et que tout pouvait encore se jouer sur la dernière course. Ça fait quatorze ans que ce championnat existe, et de voir que le combat est toujours aussi intense sur l’eau, et remarquable. De notre côté, nous sommes contents, nous avons bien progressé. C’est magique de terminer dans d’aussi belles conditions. Nous serons bien sûr présents l’an prochain.

Jan Eckert, skipper de Racing Django: Nous avons fait de beau progrès, et avons vraiment bien navigué. Mais les autres ont aussi progressé, c’est ça le problème. La flotte est très homogène, même dans le vent soutenu, nous en avons fait l’expérience aujourd’hui. Le résultat final n’est peut-être pas satisfaisant, mais nous avons le sentiment d’avoir très bien navigué. Tout le monde est très professionnel, et le niveau monte toujours d’année en année. J’ai énormément de plaisir à participer à ce championnat.

Christian Wahl skipper de Mobimo : La grosse frustration, c’est cette dernière manche où nous n’arrivons pas à dérouler le génois. Mais pour le reste, il y a toujours un excellent niveau, les bateaux sont très proches les uns des autres, c’est une série très dynamique. Nous avons fait quelques beaux Grand Prix et un très beau Bol d’Or. C’est une année de transition, il y a des équipiers qui vont partir sur d’autres projets, mais nous poursuivons dans le même esprit. Notre potentiel de progression est énorme et c’est très intéressant.

Fred Le Peutrec, barreur de Zen Too: C’est le même podium que l’an dernier, ce qui démontre une belle constance. La flotte est toujours aussi serrée, et il n’y a pas besoin de faire de grosses fautes pour être derrière. Le paquet est homogène, et chaque détail compte. Il y a plus d’agressivité, les placements sont de plus en plus précis. Nous sommes évidemment déçus de ce dernier Grand Prix, mais dans l’ensemble nous faisons une bonne saison. Alinghi avait gagné la saison avant la dernière rencontre l’an dernier, mais cette année, tout pouvait encore se jouer jusqu’à la dernière course. On se réjouit de l’an prochain.

Lloyd Thornburg, barreur de Phaedo squared: Ça a été beaucoup plus difficile que ce que nous attendions, mais nous progressons beaucoup, et apprécions de naviguer sur le lac. Nous aurions peut-être souhaité avoir un peu plus de vent, comme aujourd’hui. Nous avons une très belle équipe, des gens qui naviguent avec moi sur d’autres projets et ça se passe bien. Cette fin est assez cocasse, puisque nous terminons avec une deuxième place sur la dernière manche. Et nous avions fait aussi deuxième lors de la première course de la saison.

Nicolas Grange, skipper d’Okalys Youth Project: Globalement, le team a bien pris. Nous sommes partis de zéro, nous avons fait des belles manches, et un excellent Bol d’Or avec une deuxième place. L’équipe a gagné le respect de tous les concurrents, ils savent gérer les situations compliquées. Nous devons rattraper très rapidement les acquis d’autres équipes qui sont présentes sur le circuit depuis quinze ans. C’est un beau défi, et je suis ravi de le poursuivre.

Mobimo vainqueur du 80ème Bol d’Or devant Okalys Youth Project et Alinghi

Cette 80ème édition du fameux Bol d’Or a été marquée par la pétole. Les équipages des 500 bateaux engagés ont dû faire preuve de patience et les tacticiens ont eu fort à faire pour exploiter le peu de vent présent sur le lac Léman.

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.org

Les multicoques de la catégorie M1 faisaient bien évidemment figures de favoris, ils se sont logiquement rapidement échappés en tête de flotte.

Sur la première partie de parcours, Swisscom, Realteam et Zen Too s’échangeaient la place de leader à la faveur d’une risée favorable. A l’entrée du grand lac,  une partie des D35 revenaient dans le jeu dont Phaedo2 et Alinghi.

C’est finalement l’équipage de Lloyd Thornburg sur Phaedo2 qui se présentait en tête à la barge du Bouveret, qui marquait la mi-course. Le catamaran américain était talonné par Alinghi et Zen Too. 

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.org

Le retour vers Genève fût laborieux avec très peu de vent, qui permettait de redistribuer une partie des cartes. A l’entrée du petit-lac, le trio de tête était  composé d’Ylliam – Comptoir Immobilier, Alinghi et Okalys Youth Project.
Cependant une dernière transition à un kilomètre de la ligne d’arrivée changeait la donne, les D35 en tête se retrouvaient arrêtés. Alors que Mobimo, côté suisse, revenait du diable vauvert avec quelques noeuds de vitesse. Petit à petit l’équipage de Christian Wahl revenait sur le trio de tête et le dépassait.
Sur la ligne Mobimo s’imposait devant Okalys Youth Project et Ylliam – Comptoir Immobilier, qui prenait la 3ème place sur le fil devant Alinghi. Il aura fallu plus de 14 heures à ces équipages pour boucler les 66,5 milles du parcours.
A noter la belle performance du M1 Safram qui aura joué en tête de course tout au long de ce Bol d’Or Mirabaud et qui prend la 5ème place devant Ladycat Powered by Spindrift Racing et Orange Utan, un SL33. Lui même suivi par cinq D35 (Zen Too, Realteam, Phaedo2, Swisscom, et Racing Django). Swiss Médical Network prenait la première place du classement M2 et la 13ème au général.

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.org

 

 

Au classement du D35 Trophy, cette victoire sur le Bol d’Or Mirabaud permet à l’équipage de Mobimo de prendre la 3ème place du provisoire derrière Ylliam-Comptoir Immobilier et Alinghi, toujours large leader. Place désormais à la pause estivale pour les D35, la reprise ayant lieu le  31 août pour l’Open du Yacht-Club de Genève.

Christian Wahl, skipper de Mobimo : « Le secret de cette remontée fantastique c’est d’avoir de la réussite, d’être patient. On a géré les moments clés sereinement. On a su trouver les bonnes veines et puis bien se positionner par rapport aux autres bateaux. On a toujours dit que pour gagner le Bol d’Or Mirabaud, il fallait avoir un peu de réussite. Mais ce n’est pas que de la chance non plus, il y a aussi un peu de technique. »

Pierre-Yves Jorand, directeur de l’équipe Alinghi et embraqueur pour l’occasion : « C’était une course où il y a eu pas mal de dépassements, de changements de leaders, il a fallu se recentrer souvent. Comme quand on navigue sur un Grand Prix en fait. Il fallait chercher les bonnes trajectoires, les positions favorables, savoir changer les modes.
Le retour vers Genève n’était pas simple. Ça construisait un peu par l’arrière, et à l’entrée du petit lac, il n’y avait plus beaucoup de signaux. Mobimo signe un retour incroyable et coiffe tout le monde sur le fil à la bouée d’entrée, juste avant l’arrivée. On y a cru jusqu’à la der. Il nous a manqué la petite dernière risée pour croiser devant. »

Alinghi survole le D35 Trophy et remporte la Genève-Rolle-Genève

L’équipage d’Alinghi a de nouveau survolé les débats le week-end dernier. En effet, il remportait le Grand Prix de Versoix, ainsi que la Genève-Rolle-Genève courue samedi.

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.org

Aucune manche n’avait pu être lancée vendredi pour la première journée du Grand Prix, faute de vent.
Les neuf équipages du D35 Trophy se retrouvaient donc samedi, sur la ligne de départ de la première classique lémanique avec la Genève-Rolle-Genève. Les D35 faisaient figures de favoris, Ladycat powered by Spindrift racing qui faisait également son retour, et Safram, autre M1 du plateau pouvaient également jouer les troubles fêtes pour le général de cette épreuve.

Un Séchard bien établi permettait aux équipages de sortir du petit lac, ensuite la pétole s’installait jusqu’à Rolle avant qu’ils ne touchent un nouveau flux du Jura sur le retour.

Ernesto Bertarelli et son équipage bouclaient la course en 6 heures et 6 minutes, après avoir nettement dominé cette classique.  Zen Too, terminait en 2nde position 31 minutes plus tard devant Realteam, et Phaedo2.
La mauvaise affaire du jour était à mettre au crédit de Swisscom qui avait viré en tête la bouée à Rolle avant de se retrouver encalminé sur le retour, terminant dernier des D35.

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.org

Julien Monnier, skipper de Swisscom : « Nous avions bien joué après la bouée de Rolle, et étions bien placés.  Nous nous sommes retrouvés côte française à l’entrée du petit lac, à la même hauteur que deux concurrents, un peu plus centrés que nous latéralement. Alinghi s’est alors échappé, et tous ceux qui étaient à notre droite, même derrière, ont ensuite décollé, alors que nous sommes restés scotchés. »

Ernesto Bertarelli, barreur d’Alinghi  : « Nous avons pris un très bon départ. Ensuite, nous avons contrôlé la flotte jusqu’à la sortie du petit lac. Puis Swisscom a pris une option payante et passe quelques secondes devant nous à Rolle. Nous sommes restés calmes, nous avons fait marcher le bateau sur ses modes et avons créé un petit décalage pour finalement accrocher la transition avant les autres au retour vers Genève. »

Dimanche, quatre manches pouvaient être lancées dans le cadre du Grand Prix de Versoix, dans des petits airs, 4 à 6 noeuds.
Zen Too, Swisscom, Racing Django et Ylliam – Comptoir Immobilier  remportaient tour à tour les régates. Mais  Alinghi se montrait plus régulier que ses concurrents avec trois 2ndes places et une quatrième. Ernesto Bertarelli et son équipe réalisaient donc le doublé Grand Prix/Genève-Rolle-Genève.  Racing Django se classait deuxième du Grand Prix devant Swisscom.

Au classement général, Alinghi creuse nettement son avance après ses quatre victoires sur les quatre premières manches, l’équipage possède 12 points d’avance sur Zen Too et 14 sur Ylliam – Comptoir Immobilier, 3ème du classement à l’issue de ces trois grands-prix et de la Genève-Rolle-Genève.

Samedi 9, les D35  participeront au Bol d’Or Mirabaud, qui sera le dernier événement avant la pose estivale.