Artemis en tête à Istambul

La première journée de l’Acte 3 des Extreme Sailing Series™ à Istanbul en Turquie a été disputée par les 11 équipages avec sept courses et six vainqueurs différents.

Artemis Racing l’emporte avec un total de 52 points, avec un  point d’avance sur Luna Rossa (barré par le vainqueur de l’an dernier Paul Campbell James) et Alinghi troisième avec 47 points (et barré par Yann Guichard), second du championnat 2010 sur Gitana).

Alinghi, Emirates Team New Zealand, The Wave Muscat, Groupe Edmond de Rothschild, Team GAC Pindar ont tous remporté une manche, Luna Rossa en empochant deux,  Terry Hutchinson à la barre d’Artemis Racing s’est montré le plus régulier, ce qui semble la clef de réussite sur ce championnat où de nombreuses manches sont courues : « L’une des meilleure choses que nous avons faite a été de ne pas trop nous énerver quand nous n’étions pas gâté par les conditions. La dernière course était l’exemple parfait : nous nous sommes accrochés pendant la course et avons attendu qu’une opportunité se présente à nous pour la saisir.  Quand une jolie petite bascule est arrivée sur le parcours, nous y sommes allés en empannant tôt, je pense que nous avons passé trois bateaux en une seule manœuvre, c’était très très bien ! »

Team GAC Pindar remporte sa toute première manche cette année. Ian Williams, skipper, était réjoui de remporter sa première course dans des conditions si difficiles : « C’était un vrai challenge aujourd’hui, avec des conditions très instables, des vents parfois forts, parfois légers ce qui a rendu les choses vraiment compliquées. Remporter notre première victoire aujourd’hui, c’est super. C’était très serré avec Team Extreme mais au final, on s’est faufilé sur la ligne laissant Team Extreme terminer deuxième. »

Oman Air est bien placé en 4ème position devant Emirates Team New Zealand, The Wave et Groupe Edmond de Rothschild en 7ème position.

Pas d’inquiétude outre mesure du côté de l’équipage français, avec seulement 8 points de retard sur les hommes de tête, comme l’explique Hervé Cunningham, n°1 : « Il est vraiment difficile d’analyser ce plan d’eau et de tirer son épingle du jeu. Les eaux où nous naviguons sont encaissées entre deux collines, ce qui dans les faits nous donnent deux vents très différents en direction à gérer. D’où la difficulté d’appréhender le régime qui va rentrer dans les prochaines longueurs. Le plan d’eau marque peu et les risées sont vraiment dures à anticiper. Tout ce que je viens d’expliquer réclame d’être opportuniste et malheureusement d’avoir un peu de chance. Je n’ai pas la sensation que la chance ait été notre point fort aujourd’hui. Néanmoins, le bilan de la journée reste positif. Ca distribue beaucoup ici : nous avons pu voir un bateau gagner une manche et terminer dernier de la suivante… Les premiers bateaux, dont nous faisons ce soir partie, sont extrêmement serrés en termes de points. Nous allons nous bagarrer jusqu’au bout et ne rien lâcher car, comme nous le répétons souvent, en Extreme un seul point peut faire la différence.»

A partir de demain, les parcours seront plus courts, puisqu’ils les courses auront lieu devant la partie VIP pour la journée presse avant l’ouverture du village de course des Extreme Sailing Series au public, ce vendredi 28.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s