Avantage Groupe Edmond de Rotshchild

La 1ère journée des Extreme Sailing Series a démarré par deux parcours ‘longs’ hors de l’enceinte du port d’Almeria hier. Cette dernière étape est déterminante pour désigner le vainqueur de la saison The Wave Muscat pointant 1 point devant Groupe Edmond de Rothschild (27 points), la troisième place fait également l’objet des convoitises du second bateau d’Oman Sail, Masirah (25 points) et des anglais d’Ecover (24points) avant cet événement.

Groupama 40 s’adjugeait la première manche longue tandis qu’Ecover remportait la seconde, Masirah mené par Loick Peyron assurait en terminant 2nde de ces deux manches, les deux leaders du championnat finissaient 3ème et 5ème de ces manches,pointant par conséquent à égalité de points.  Les catamarans Extreme 40 regagnaient ensuite l’enceinte du port d’Almeiria  dans un vent faible d’environ 6 nœuds.

Les hommes de Yann Guichard sur Groupe Edmond de Rothschild démontraient leur supériorité dans le petit temps en remportant deux manches et en finissant les autres sur le podium (deux 3èmes places, une 2nde place). The Wave Muscat parvenait à contenir les assauts de Groupe Edmond de Rothschild jusqu’à l’avant dernière manche (avec deux victoires, et une 2nde place), Paul Campbell-James  se retrouvait enfermé à la marque au vent sur cette sixième manche du jour, de plus il heurtait la bouée, et finissait bon dernier après avoir effectué sa pénalité, la dernière manche du jour sera également en demi-teinte pour The Wave avec une cinquième place, alors que l’autre bateau d’Oman Sail, Masirah terminait par une victoire. Ecover faisait preuve d’une belle régularité sur cette première journée avec une victoire, trois 2ndes places, une 3ème et deux 6ème place ce qui permettait aux homme de Mike Golding de pointer à la seconde place du provisoire à 4 points du leader Groupe Edmond de Rothschild, The Wave Muscat était troisième à 7 points et à égalité avec Masirah.

 

© Paul Wyeth/OC Events

 

Malgré un beau début de journée, Franck Cammas et son équipage ne parvenait toujours pas à maintenir leur niveau et enchainait le bon et le mauvais, pointant à la 5ème place du provisoire devant Rumbo Almeria skippé par Mitch Booth et Guillermo Altadill, Red Bull Extreme Sailing et les nouveaux venus Emirates Team New Zealand.

Les réactions des skippers :

Dean Barker, le skipper du catamaran aux couleurs d’Emirates  expliquait son approche  : « Cela ne sert à rien d’arriver comme des cowboys, il faut trouver le bon équilibre, savoir ce que l’on peut se permettre en termes de placement sur l’eau. Revenir au port avec un bateau cassé et rester sur le quai ne nous apporterait pas grand-chose en termes d’apprentissage. »

Yann Guichard  : « J’avoue souvent avoir quelques difficultés à entrer dans le match en début de Grand Prix, mais cette première journée est une bonne journée pour mon équipage. Plus que le classement du jour, qui est évidemment bon puisque nous sommes en tête ce soir, je suis vraiment satisfait de la cohésion dont a fait preuve l’équipage. Nous expérimentons, une nouvelle fois, une configuration différente et malgré cela tout est limpide à bord. Je prends beaucoup de plaisir à naviguer avec Pierre, Thierry et Yves et c’est aussi cela la recette du succès. Il ne faut pas s’emballer, rien n’est fait ! Le niveau est vraiment homogène et nos plus sérieux adversaires ont démontré qu’il fallait compter sur eux.  Puis, il ne faut pas avoir la mémoire courte, à Trapani, nous avions débuté le Grand Prix de la même manière pour finir à la 4ème place … Alors je crois qu’il reste trois jours à courir, qu’il va falloir prendre les régates les unes après les autres sans se tromper d’objectif.»

Paul Campbell-James, The Wave, Muscat
« Les choses allaient plutôt bien jusqu’à l’avant-dernière course, où nous sommes restés coincés sur la marque, puis avons été pénalisés sur la dernière manche – je pense au’en tout on perd une quinzaine de points, si nous avions évité ces erreurs nous serions en haut de tableau. Mais nous restons dans le match, et demain il devrait y avoir du vent, des conditions dans lesquelles nous sommes à l’aise. »

Leigh McMillan, Ecover
« Nous sommes revenus dans le match après un début moyen dans les petits airs. Le vent est rentré avec quelques rafales, et c’est délicat sur ces petits parcours, il y a des murs partout ! C’est très excitant et si c’est musclé demain il va y avoir du sport. »


La seconde journée de cette « finale » des Extreme Sailing Series était nettement plus ventée, environ 25 noeuds, le comité de course décidait donc d’interdire l’usage des gennakers et imposait un ris dans la GV, de plus la flotte était scindée avec seulement quatre bateaux s’affrontant simultanément.

Dans la première course, Groupe Edmond de Rothschild s’imposait assez aisément devant Ecover après un départ parfait, tandis que Red Bull prenait la troisième place devan Emirates Team New Zealand prudent compte tenu des conditions et du manque d’expérience de l’équipage.

Dans la seconde course, Groupama 40 s’imposait facilement alors que la seconde place était très disputée  entre Masirah et The Wave Muscat, Campbell-James attaquait trop et sortait grand perdant en terminant dernier de cette manche.

 

© Paul Wyeth/OC Events

 

Dans la course suivante, le duel entre les deux grands prétendants au titre final tournait à l’avantage de l’équipage de Yann Guichard, qui contrôlait parfaitement The Wave Muscat. Franck Cammas remportait sa seconde victoire du jour tandis devant Leigh MacMillan sur Ecover.

La belle série de Groupama 40 allait néanmoins marquer un temps d’arrêt, l’équipage restant coincé sur la bouée au vent tandis que Masirah volait vers une victoire confortable, Emirates Team New Zealand prenant une belle seconde place devant Groupe Edmond de Rothschild. L’après-midi continuait sur sa lancée spectaculaire, The Wave Muscat effectuant une impressionnante abattée au ras du quai après un départ volé, tandis que quelques minutes plus tard Red Bull accrochait la bouée au vent.

Les deux derniers départs du jour étaient donnés sur un parcours de reaching.  Yann Guichard s’adjugeait une victoire de plus (trois sur quatre régates courues) et confortait son leadership au général. L’ultime victoire de la journée était signée The Wave, Muscat (confronté à Masirah, Groupama 40 et Rumbo Almeria), ayant le champ libre suite au rappel de Masirah et Groupama suite au départ volé de Cammas et Peyron.

Au classement, Groupe Edmond de Rothschild accentuait son avance au général avec 6 points d’avance sur Ecover et 11 sur The Wave Muscat et Masirah, respectivement 3 et 4ème, à égalité de points, devant Groupama 40, Rumbo Almeria, Red Bull Extreme Sailing et Emirates Team New Zealand.

 

© Paul Wyeth/OC Events

 

Les réactions des skippers :

Yann Guichard, Groupe Edmond de Rothschild
« C’était important d’être là aujourd’hui ! Nous faisons quatre belles manches en prenant de bons départs. Puis après, nous sommes dans les bons coups et nous avons une bonne vitesse, ce qui nous permet de tirer notre épingle du jeu. Nous n’avons pas pris de risques à bord tout en étant un peu plus agressifs qu’à Trapani. Nos adversaires se plaisent à dire que nous sommes plus à l’aise dans le petit temps alors nous avons voulu leur montrer que nous étions aussi présents dans la brise …» « A l’issue de ces deux journées, The Wave est passé de la position de chassé à chasseur. Nous ne faisons absolument pas de triomphalisme avant l’heure car il reste encore autant de jours de régates et que nous savons bien qu’en Extreme 40 les choses peuvent basculer très vite d’un côté comme de l’autre. Néanmoins cette position est intéressante car aujourd’hui ils sont obligés de faire leur course et d’engranger les points plutôt que de chercher à contrôler notre régate.»

Paul Campbell-James, The Wave, Muscat
« Nous n’avons pas tiré le meilleur de la journée aujourd’hui, c’était venté et d’habitude nous sommes plutôt bons dans ces conditions, nous n’avons pas bien navigué, c’est aussi simple que ça. On a volé un départ et nous sommes fait doubler au portant, ce qui n’arrive généralement jamais. Mais nous sommes toujours dans la course et c’est ce qui compte. »

Loïck Peyron, Masirah
« Une bien belle journée, avec du sport sur le parcours ! Scinder la flotte en deux était la bonne chose à faire, cela n’aurait pas été raisonnable d’avoir huit bateaux sur la ligne avec ce vent et compte tenu de l’étroitesse du plan d’eau. Bien sûr, lorsque l’on ne courait pas on pouvait profiter du spectacle, et observer un peu nos camarades – c’est intéressant, notamment de regarder les départs ! Niveau résultats, je pense que nous sommes passés partout, du plus haut au plus bas, mais encore une fois le travail de l’équipage a été impeccable. »

Franck Cammas, Groupama 40
« C’était chaud, on a bien fait de naviguer à quatre, sinon je pense que les départs auraient catastrophiques pour tout le monde. Il fallait bien partir et gérer les crises, notamment les manœuvres d’abattée qui sont toujours aléatoires sur ce genre de bateau. On va plutôt vite dans ces conditions, mais on a fait deux erreurs, un toucher de bouée et un départ prématuré, ce qui n’aide pas du tout sur des parcours comme ceux-là ! »

Dean Barker, Emirates Team New Zealand
« C’était incroyable, vraiment beaucoup de plaisir et à chaque course nous avons eu l’impression de progresser, de mieux appréhender ce dont ces bateaux sont capables ainsi que leurs limites. D’évidence nous jouons plus la prudence que l’agressivité, car l’équilibre n’est pas si évident à trouver. Parfois nous avons été un peu limite, et les courses sont si courtes que tout est dans le départ. Le public est vraiment motivant. »


The Wave Muscat prend l’avantage

The Wave, Muscat,barré par Paul Campbell-James a dominé l’avant dernière journée des Extreme Sailing Series de Trapani, Paul Campbell James a de nouveau démontré son aisance dans la brise (une vingtaine de noeuds) et une facilité à renverser les situations délicates avec une prise de risque payante (The Wave Muscat sera le seul à effectuer son bord de portant sous gennaker suite à un départ raté, remontant ainsi une partie de la flotte.

Ce samedi n’aura pas été à l’avantage de l’équipe Gitana qui perd sa deuxième place au profit du second bateau de l’Oman Sail, Masirah, barré par Loick Peyron qui enchainait les podiums de manches.

Yann Guichard et ses hommes étaient donc relégué à  22 points du leader et à 7 points du second suite à cette mauvaise journée. La réaction du skipper de Groupe Edmond de Rothschild : « Je n’ai pas été très percutant sur les départs, notamment lors des deux premières manches. Et les régates étant une nouvelle fois très courtes, entre 6 et 8 minutes, une mauvaise approche ne pardonne pas. Mais à bord personne n’a baissé les bras et nous nous sommes très bien ressaisis. Nous finissons sur le podium des trois dernières courses, en en gagnant une. Nous clôturons ce samedi sur cette note positive et nous tenterons de débuter ainsi demain. Le niveau est très homogène et aujourd’hui encore, les résultats des régates se sont joués à très peu de choses. Sur la première course, nous volons le départ pour moins d’un mètre. Du coup, nous devons réparer en revenant sur la ligne et nous fermons la marche. Cela fait partie du jeu, il faut accepter de prendre quelques risques.»

Ecover revenait dans le jeu en début de journée ( deux victoires, une 2nde, une 3ème et une 5ème place) mais perdait cette avantage suite à une rupture de safran qui contraignait l’équipage de Mike Golding à rester au port lors des deux dernières manches du jour.

Franck Cammas profitait de cette avarie pour placer son Groupama 40 en 4ème position devant Ecover, Red Bull et Trapani.

La dernière journée de ses Extreme Sailing Series Trapani a de nouveau tourné à l’avantage des équipages de l’Oman Sail, puisque Paul Campbell Jones remporte ce grand prix devant son compagnon d’écurie Masirah barré par Loick Peyron.

Cette victoire permet à The Wave Muscat de pointer en tête avant le dernier rendez vous de la saison prévu à Almeria du 9 au 12 octobre.

Paul Campbell James assurait sa première place dès le début de la journée en enchainant deux victoires de manches et une troisième place, la seconde place de cet événement était plus disputé avec un bon début de journée pour Yann Guichard et ses hommes qui terminaient 3ème, 2nd et 3ème lors de trois premières manches avant d’enchainer deux résultats en demi-teinte, sous la pression de The Wave Muscat comme l’explique le skipper : « Nous avons bien navigué lors des trois premières manches en montant systématiquement sur les podiums des courses mais après Muscat est venu nous empêcher de naviguer comme nous le souhaitions pour jouer le classement général du championnat. Cela a alors permis à l’autre bateau Omanais et à Ecover de faire leurs affaires sans nous et de prendre la 2ème et la 3ème place de l’épreuve. C’est un calcul que nous aurions pu faire à Kiel, nous en avions tout à fait la possibilité, mais nous n’avions pas voulu. C’est un état d’esprit qui n’est pas celui de mon équipage ! »

Ceci permettait à Masirah et Ecover d’avoir le champ libre et de se classer respectivement 2nd et 3ème de ce rendez vous sicilien, Groupe Edmond de Rothschild échouant à la 4ème place à deux points d’Ecover, Franc Cammas se classe 5ème avec une dernière journée catastrophique (deux pénalités, deux ème places et une sixième)

Les réactions des skippers :

Paul Campbell-James, The Wave, Muscat
« De ces trois derniers jours, c’est aujourd’hui que nous avons le plus poussé. Il fallait tout donner, être agressifs de manière à être en position d’arriver en fin d’événement en tête du général de la saison. Nous arriverons très déterminés à Almeria, il faudra mettre la pression sur Yann , qui est maintenant à un point derrière nous. C’était aussi super d’avoir Masirah à nos côtés sur le podium, on espère que ce sera aussi le cas à Almeria. »

Loïck Peyron, Masirah
« Nous avons eu des hauts et des bas, avec de l’efficacité sur l’eau mais aussi quelques erreurs. La vraie bataille était entre The Wave, Muscat et Groupe Edmond de Rothschild, qui sont en lutte pour le général, et il sera passionnant de voir comment cela va se passer à Almeria. D’une façon générale, cet événement a été parfait pour nous comme pour l’équipe Oman Sail dans son ensemble. Je suis vraiment impressionné par l’équipage de Paul Campbell-James, bravo à eux. »

Franck Cammas, Groupama 40
« Sur les quatre jours de régates, il y a eu des hauts et des bas. Il faut essayer de n’avoir que des hauts ! Pas évident au vu du niveau. On sait qu’il y a quatre bateaux qui naviguent très bien devant, ça tourne un peu sur les classements. Parfois, on parvient à les taquiner mais au final, on finit derrière ! Nous avons gagné trois manches quand même ce qui signifie que c’est possible ! Il faut juste parvenir à être constants. »

Classement du Grand Prix de Trapani
1. The Wave, Muscat (Paul Campbell-James) – 138 points
2. Oman Sail Masirah (Loïck Peyron) –   120 points
3. Ecover Sailing Team (Mike Golding) – 114 points
4. Groupe Edmond de Rothschild (Yann Guichard) –  112 points
5. Groupama 40 (Franck Cammas) –  96 points
6. Red Bull Extrême Sailing (Roman Hagara) –   82 points
7. Trapani The Sailing Seacily (Grabiele Bruni) – 35 points

Au classement général, Paul Campbell James reprend l’avantage avec un point d’avance avant le  dernier rendez-vous, Groupe Edmond de Rothschild est second sous la menace d’Ecover à 2 points et de Masirah à 3 points, la 5ème place devrait se jouer entre Groupama 40 et Red Bull Extreme Sailing.

Rien n’est donc joué concernant le podium final de ces Extreme Sailing Series 2010…

Classement provisoire de l’Extrême Sailing Series 2010 (après quatre Grands Prix)
1. The Wave, Muscat (Paul Campbell-James) – 28 points
2. Groupe Edmond de Rothschild (Yann Guichard) –  27 points
3. Ecover Sailing Team (Mike Golding) –  25 points
4. Oman Sail Masirah (Loïck Peyron) –   24 points
5. Groupama 40 (Franck Cammas) –  13 points
6. Red Bull Extrême Sailing (Roman Hagara) –  12 points
7. The Ocean Racing Club (Mitch Booth) –  8 points
8. Team GAC Pindar (Nick Moloney) –   3 points

Figures de style à Trapani

La première journée des Extreme Sailing Series de trapani a été marquée par la nette domination de  Groupe Edmond de Rothschild qui gagne les trois premières manches du jour avant de signer deux 3ème places et une 6ème, ceci dans un vent d’une dizaine de noeuds et sur des parcours au large des plages étant donné un trafic important dans le port avant un retour dans une zone de régate plus classique pour les Extreme 40.

Cependant, les hommes du Gitana Team étaient sous la menace de l’équipage de  The Wave, Muscat en effet  les hommes de Paul Campbell-James enchainaient eux aussi les régates dans le groupe de tête (1 victoire, trois 2nde places, une 3ème et une 6ème place), The Wave Muscat pointait à un point seulement de l’équipage français.

Derrière, Ecover, troisième était lui-même talonné par Groupama 40, Franck Cammas et ses hommes semblaient plus à l’aise qu’à l’accoutumé et se plaçaient à un point d’Ecover, Loick Peyron et ses équipiers sur Masirah manquaient de régularité et payaient une dernière place en pointant à la 5ème position à l’issue du premier jour de régates, cinq points devant Red Bull Extreme Sailing.

© Roberto Foresti/ Canon/ OC Events

L’équipage italien, mené par Gabriel Bruni, fermait  logiquement la marche, du fait de leur manque d’expérience sur ce support.

Yann Guichard à l’issue de la première journée :
« C’est un bon début, on a gagné les trois premières manches, c’est génial. C’est dû aux départs, ça s’est encore confirmé. On a pris beaucoup de plaisir à naviguer aujourd’hui à l’extérieur du port sur de beaux parcours… c’est très proche entre les adversaires, donc cela fait une belle bagarre. »

Franck Cammas : « Beaucoup de choses se jouent au départ. On est parvenu à être constants après cette phase délicate. Quand on est bien parti, on a gagné la manche. Quand on est mal parti, on a fini 5ème ou 6ème ! On a fait de très mauvais départ, deux notamment. Finalement, on tenait le rythme de la flotte. On est même parvenu à rattraper certains concurrents. Ce sont vraiment des courses excitantes et les équipages présents sont de très bons niveaux. Quatre bateaux vont vraiment bien depuis le début de l’année et ils n’ont pas cessé de progresser. Il faut que l’on arrive à se mêler à ce quatuor. On en n’est pas très loin. Mais il y a toujours des détails qui font la différence. Cependant Groupama 40 et mon team vont bien ! Il nous reste trois jours pour vous le prouver ! »
La seconde journée aura été spectaculaire, le vent soufflant entre 20 et 25 noeuds, avec des rafales à plus de 30 noeuds et ceci dans l’espace confiné du port sicilien de Trapani. Les figures de style se sont donc enchainées,  avec des abatées viriles et plusieurs enfournements qui se terminaient heureusement bien.

Paul Campbell Jones se montrait , tout comme à Cowes, redoutable dans ces conditions musclées en gagnant les deux premières manches du jour et en finissant toutes les autres  manches entre la 1ère et la 4ème place: « J’ai eu la trouille par moments (…) A certains endroits du parcours on avait l’impression que le bateau allait où il voulait, mais franchement la régate comme ça, on ne fait pas mieux (…) On a évité le carnage, même si les gars de Masirah nous ont presque atterri dessus et que Groupe Edmond de Rothschild a failli nous emporter les safrans ! »


Yann Guichard se montrait moins à l’aise que son adversaire direct dans ce mistral et préférait jouer la sécurité : « Le vent soufflait aux alentours des 25 nœuds sur les cinq premières manches mais il a forci sur la dernière course pour atteindre les 30 nœuds. C’était un peu trop extrême à mon goût car le terrain de jeu est petit avec de telles conditions nous sommes vraiment sur le fil et à limite de l’acceptable. Les plantés de Masirah et de Groupama illustrent très bien cela. Heureusement les choses se terminent bien mais il aurait pu en être autrement » et Yann Guichard de renchérir : « Avec mes équipiers nous avions à cœur de ramener un bateau intact et c’est ce que nous avons fait. Le résultat n’est pas forcément là, bien que nous gagnions la troisième manche de l’après-midi, mais je ne voulais vraiment pas nous mettre dans des situations risquées. Cela n’est pas ma philosophie ! » les hommes du Gitana Team pointaient en 2nde position à l’issue de cette deuxième journée à égalité de points avec Groupama 40.

Masirah effectuait une belle remontée en terme de points avec cinq des six manches courues sur le podium et passait Ecover qui retrogradait à la 5ème place, devant Red Bull et Trapani The Sailing Seacily.

©Roberto Foresti/ Canon/ OC Events

Loick Peyron : « Une très belle journée, ventée, avec des parcours intéressants. Sur les dernières manches avec le vent fort, il fallait bien gérer les trajectoires, ce que l’on a pas toujours bien fait… et on a vraiment failli chavirer, réellement ! Cela ne m’est jamais arrivé, et j’aimerais bien que ça ne commence pas. Je crois qu’on a eu la plus belle note artistique de la journée. »

Nouvel victoire pour le Gitana Team

Yann Guichard et son équipage s’adjugent une nouvelle victoire lors des Extreme Sailing Series de Kiel, troisième épreuve du championnat.

© Paul Wyeth/OC Events

© Paul Wyeth/OC Events

Les régates ont de nouveau été très disputées entre Groupe Edmond de Rothschild et Ecover, qui a mené pendant les deux premiers jours s’incline devant l’équipage de Yann Guichard, en terminant second.

Trois équipages terminent ensuite en trois points, Paul Campbell Jones confirme sa bonne performance sur l’étape anglaise en terminant troisième sur The Wave Muscat, devant son Loick Peyron sur Masirah et Mitch booth sur Ocean Racing Club.

Red Bull Racing termine 6ème devant Groupama 40 et les deux équipes allemandes Wirsol et Audi Sailing.

Yann Guichard : « Je pense que c’est la plus belle régate qu’on ait jamais faite, on est rentré dans le match dès le premier jour, on a progressé dans les manoeuvres et là les deux derniers étaient presque parfaits. On s’est fait super plaisir à bord et le résultat est là. Il y a des jours comme ça, on aurait pu courir 10 manches aujourd’hui, je suis sûr que ça serait super bien passé. »

La prochaine étape pour les Extreme Sailing Series™ est Trapani en Sicile, du 24 au 26 septembre. Comme l’explique Yann Guichard : « Je ne suis jamais allé à Trapani, je crois qu’on va naviguer dans le port, ça va peut-être ressembler à Almeria. A cette période, il devrait y avoir du thermique, donc ça devrait être des conditions très sympa et une belle bagarre. Je crois qu’on a bien démontré qu’il fallait compter sur nous pour la victoire finale. On vient de passer la mi-championnat, et avec cette seconde victoire on prend un super ascendant psychologique, aussi au niveau points, donc on est super contents. »

Classement général Extreme Sailing Series™ 2010
1 Groupe Edmond de Rothschild 22 points
2 The Wave, Muscat 20 points
3 Ecover Sailing Team 19 points
4 Oman Sail Masirah 17 points
5 Red Bull Extreme Sailing 10 points
6 Groupama 40 9 points
7 The Ocean Racing Club 8 points
8 Team GAC Pindar* 3 points

1er succès pour The Wave Muscat

Paul Campbell Jones décroche son premier succès sur le circuit Extreme Sailing Series.  L’équipage de The Wave Muscat a su résister au retour d’Ecover et de Groupe Edmond de Rothschild qui gagne la dernière manche mais ne parvient pas à refaire son retard sur les hommes de Mike Golding.

La bonne opération de cette 6ème journée des Extreme Sailing Series Cowes revient à l’équipage de Loick Peyron sur Masirah qui gagne deux places pour finir au pied du podium devant Red Bull et Groupama 40.

Une hiérarchie semble se mettre en place cette saison, avec Groupe Edmond de Rothschild, Ecover, et les deux bateaux du team Oman Sail : Masirah et The Wave Muscat aux quatre premières marches lors des deux événements (Sète et Cowes). Un deuxième groupe constitué de Groupama, Red Bull, The Ocean Racing et Team GAC Pindar lutte en 2nde partie de tableau.

Les réactions des skippers :

Yann Guichard :« Ce Grand Prix de Cowes est l’épreuve que j’appréhendais le plus dans le championnat 2010. On sait le plan d’eau difficile et cela s’est révélé exact une nouvelle fois. Je pense que les régates disputées durant cette semaine de Cowes seront parmi les plus ventées cette année ! Terminer troisième ici est très positif. Le niveau est clairement monté d’un cran et c’est une très bonne chose car plus la compétition est intense et mieux cela est. Trois à quatre bateaux sont aujourd’hui capables de jouer la victoire du championnat, ce qui rendra les trois prochaines épreuves passionnantes.»
Franck Cammas : « Nous avons eu beaucoup de péripéties cette semaine ! C’était plutôt sympa. Il y avait du vent. Depuis deux ans, c’est la première fois, qu’il y en avait autant. Des choses bien et d’autres moins bien ont été réalisées à bord de Groupama 40. Ce matin, la 4ème place était décrochable mais nous la perdons sur la dernière manche. Comme à Sète, nous sommes passés à côté de la manche qui compte double. Conclusion, nous ne sommes pas bons sur les moments importants. Nos départs sont rarement bien pris ; or, ils sont primordiaux sur des parcours aussi courts. Nous perdons donc pas mal de places sur des histoires de positionnement. Ajoutons à cela, notre accrochage avec Groupe Edmond de Rothschild qui nous a peu déconcentrés.
Clairement, nous sommes en arrière du podium. Il nous manque des réflexes dans les transitions qui s’acquièrent durant les régates. Or, entre les épreuves, on ne s’entraîne pas, ce qui fait qu’à chaque fois, on met du temps à se remettre dans le bain. »
Franck Cammas laissera la barre de son catamaran à Tanguy Cariou pour la prochaine étape, pour se concentrer sur la préparation de la Volvo Ocean Race avec une course à bord de Grouapama 70.

Mike Golding « si j’ai laissé ma place à la barre, ce n’était pas pour gagner une ou deux places, mais pour viser bien plus haut. Leigh est excellent, il assure la barre et la tactique, nous garantissons des réglages et des manœuvres propres – la formule marche parfaitement. »

Paul Campbell-James :
« Les conditions étaient difficiles et risquées aujourd’hui. On a joué la prudence pour ne pas mettre notre première place en danger, mais le chavirage n’était jamais loin. Je crois que cette victoire est due à la très bonne entente qui règne au sein de l’équipage, c’est une de nos forces et cela fait une grande différence, notamment dans les situations tendues. »


Classement provisoire de l’Extrême Sailing Series (après deux Grands Prix)
  1. Groupe Edmond de Rothschild (Yann Guichard) –  14 points
  2. The Wave, Muscat (Paul Campbell-James) – 14 points
  3. Oman Sail Masirah (Loïck Peyron) –  12 points
  4. Ecover Sailing Team (Mike Golding) –  12 points
  5. Groupama 40 (Franck Cammas) –  7 points
  6. Red Bull Extrême Sailing (Roman Hagara) –  6 points
  7. The Ocean Racing Club (Mitch Booth) –  4 points
  8. Team GAC Pindar (Nick Moloney) –  3 points

Tha Wave creuse l’écart

La troisième journée de l’étape anglaise des Extreme Sailing Series a été marquée par une domination très nette de l’équipage d’Ecover qui remporte trois des quatre manches courues dans des conditions qui commencent à être musclées pour des catamarans de 40′ : 18 à 22 nœuds de vent, le comité de course imposait donc un ris dans la grand-voile et consignait les cinquièmes hommes à terre.

L’autre victoire de manche était pour Masirah, mené par Loick Peyron qui termine par une sixième place. The Wave Musat sauvait sa 1ère place au provisoire malgré des manches moyennes (6-4-5-2).

Groupe Edmond de Rothschild revenait au contact d’Ecover et de Masirah avec des places de 4ème, 3ème, 2nd et 4ème.

Neuf points séparaient les trois premiers au général, et si The Wave, Muscat pointait en tête devant Ecover et Masirah.
The Ocean Racing Club n’a pas pu prendre part à ce troisième jour de régates à Cowes du fait d’’une rupture de poutre juste avant le premier départ.

Pour la quatrième journée de course, le vent initialement modéré (8 noeuds) s’est renforcé pour atteindre 18 noeuds dans les rafales.

Cette fois-ci c’est The Wave Muscat qui a dominé la journée avec trois victoires de manches, deux seconde places sur 8 manches courues, ce qui permet à Paul Campbell James de creuser un avantage conséquent sur son poursuivant Ecover avec 18 points d’avance au classement général provisoire avant la dernière journée de régates.

Ecover  conserve sa seconde place après une journée en demi-teinte, permettant à Yann Guichard sur Groupe Edmond de Rothschild de recoller à 5 points de l’équipage anglais.  La journée de Loick Peyron est à oublier, enchainant les mauvais résultats suite à des problèmes techniques et rétrogradant à la sixième place.

Les équipages de Red Bull et de Groupama 40 profitaient des problèmes de Masirah pour prendre les 4 et 5ème places au provisoire, ces trois équipages sont séparés seulement de 3 points, ce qui annonce une dernière journée passionnante à suivre. Roland Jourdain connait un premier succès avec une victoire de manche.

Mitch Booth, le barreur d’Ocean Racing a annoncé son abandon pour cette épreuve, la poutre avant de son Extreme 40 n’étant pas réparable, l’équipage fera son retour lors de l’étape allemande.

Les locaux en tête du général provisoire à Cowes

Les deux barreurs anglais de la flotte des Extreme 40 pointent en tête du classement général après deux jours de compétition à Cowes.

Paul Campbell-James, barreur de The Wave Muscat, un des deux catamarans du team Oman Sail, s’est montré le plus régulier aujourd’hui en terminant toutes les manches sur le podium, l’autre barreur anglais Leigh McMillan sur Ecover s’est aussi montré particulièrement à l’aise sur les eaux britanniques en maintenant l’Extreme 40 Ecover en seconde place du général provisoire depuis hier en gagnant notamment les deux parcours côtiers.

Côté français, Loick Peyron sur le second bateau de l’Oman Sail Masirah était premier hier, mais a rétrogradé de deux places au classement provisoire aujourd’hui avec trois places de 7ème.

Le spectacle était assurément assuré en ce dimanche du fait d’un vent d’un vingtaine de noeuds et d’un clapot, et de concurrents survoltés, notamment entre Groupe Edmond de Rothschild et Groupama 40 qui pointaient hier en 3ème et 5ème position ; lors de l’avant-dernière manche du jour,  Groupama a été percuté par Groupe Edmond de Rothschild le privant du système de barre, le catamaran se dirigeant vers la côte a donc été rapidement déserté avant de terminer sur la digue.

La réaction des deux skippers :

Franck Cammas :A une bouée au vent, lors d’une abattée, Groupe Edmond de Rothshilch qui part derrière et qui a du mal à abattre nous touche les safrans, pas si violement que ça. Les deux safrans et leurs casques sont partis.  Du coup Groupama 40 était incontrôlable et indirigeable.  Il se dirigeait droit vers la digue. Impossible de le faire changer de direction sans les safrans. L’équipage a été contraint de sauter à l’eau et Groupama 40 est rentré dans le mur, un peu freiné par les dérives qui ont frotté sur les cailloux. Les dégâts auraient pu être pire ! Le système de safran et les casques qui les tiennent sont à remplacer. Une dérive a été coupée en deux au moment de l’impact. Le tangon est à réparer. Les étraves qui ont touché le mur de plein fouet sont abîmées elles aussi. »

© Yvan Zedda

Yann Guichard :  Nous sommes sur la layline tribord et nous virons sous Groupama, ce qui sous-entend que nous sommes engagés. A la bouée au vent, Groupama abat devant nous ce qui ne nous laisse aucune solution : nous ne pouvons pas éviter le choc ! Notre étrave tribord vient alors taper et casser la tête de leur safran bâbord, ce qui arrache l’ensemble de leur système et entraîne la suite. C’est un petit contact mais avec de lourdes conséquences et nous en sommes en profondément désolés Nous avons abandonné la manche car les arbitres nous ont attribué un black flag. Le jury doit se réunir demain pour prendre une décision.

Cette collision ne devrait pas remettre en cause la participation de Groupama 40 à la suite de la compétition, le litige entre les deux concurrents devrait être jugé d’ici demain.

En sixième place, Red Bull effectue une journée similaire à celle d’hier, avec une victoire de manche mais aussi des résultats nettement plus mitigés. Roman Hagara pointe donc derrière The Ocean Racing Club (5ème) tandis que Veolia Environnement, qui n’a pas pris deux départs, ferme la marche derrière Team GAC Pindar.

© Paul Wyeth/OC Events

Roland Jourdain, qui faisait ses débuts sur l’Extreme Sailing Series, a connu des débuts difficiles, hier déjà, ils avaient joué de malchance en touchant une bouée lors du premier départ de l’après-midi, ce qui entrainait la casse de leur safran tribord. L’équipage de Véolia Environnement avait du faire l’impasse sur les cinq régates disputées.  Aujourd’hui, des problèmes techniques les ont empêchés de prendre le départ de deux des six manches courues.