Baptême et présentation de l’équipage d’Idec Sport

Le trimaran Idec Sport (ex Groupama 3, ex Banque Populaire V) a été baptisé aujourd’hui au môle Loic Caradec à la Trinité sur Mer par le professeur Gérard Saillant, co-fondateur de l’Institut du Cerveau et de la Moelle Epinière (ICM).

Francis Joyon a également dévoilé le nom des cinq équipiers qui vont l’accompagner sur sa tentative de Trophée Jules Verne, dont le stand by débutera dans deux semaines.

Le skipper habitué des maxis trimarans en solitaire étrennera donc sa nouvelle monture avec un équipage réduit composé de : Bernard Stamm, Gwénolé Gahinet, Alex Pella, Boris Herrmann, et Clément Surtel.

Bernard Stamm sera le seul ex détenteur du Trophée Jules Verne (sur Orange 2 en 2005) a embarqué sur Idec Sport :  « Les choses ont changé depuis ma participation au Trophée Jules Verne en 2005. Les bateaux sont différents, le record est plus dur à prendre aussi. Mais le principe est toujours le même : tourner le plus vite possible autour de la planète. Je pense que le record est prenable, sinon je ne serais pas là ! »

Gwénolé Gahinet,  architecte naval de formation a depuis beaucoup navigué en mini et en Figaro avec de beaux résultats :   «  J’ai pas mal navigué en trimaran Orma et en Multi 50 mais il me reste beaucoup à apprendre sur ces grands multicoques. J’ai les yeux grands ouverts, j’enregistre tout. Je suis très motivé à l’idée de découvrir les mers du Sud, c’est tout un univers qui donne envie d’être découvert. »

Alex Pella a de son côté beaucoup navigué en IMOCA ces dernières années : « Je n’ai pas hésité une seconde quand Francis m’a contacté pour le Trophée Jules Verne. C’est une belle aventure, surtout dans cette configuration avec un équipage réduit et un bateau rôdé. Ce sera mon deuxième tour du monde et il sera deux fois plus rapide qu’en 60 pieds IMOCA. »

Clément Surtel connait bien le trimaran sur lequel il embarque puisqu’il a été le préparateur de celui-ci sous les couleurs de Groupama : « J’ai passé des années à naviguer sur ces grands multicoques et ça y est, je vais avoir la chance de faire mon premier tour du monde et d’entrer dans le grand bain des mers du Sud ! IDEC SPORT est une belle plateforme fiabilisée qui a été préparée pour boucler le parcours en moins de 45 jours. A bord, nous serons à fond, nous partons pour une grande transatlantique ! »

Boris Herrmann est un habitué des mers du sud (Class 40, IMOCA), il connait également le support puisqu’il a participé à la campagne de records du trimaran sous les couleurs de Lending Club il y a quelques mois :  « Pour mon troisième tour du monde, je suis ravi d’embarquer sur ce bateau avec lequel j’ai déjà navigué cette année. Notre motivation est très claire : nous partons pour battre le record ! Le côté aventure est un plus, la compétition prime. »

Marcel Van Triest officiera à terre en tant que routeur.

Francis Joyon a sélectionné un équipage à même d’occuper tous les postes à bord du trimaran : « Nous partirons dans un esprit de commando. Les équipiers devront beaucoup s’investir et passeront énormément de temps sur le pont. Ils le savent tous et c’est justement ce qui les attire dans ce défi. »

Les 4 Fantastisques à La Trinité sur Mer from Air Vide et Eau on Vimeo.

Idec Sport mis à l’eau

Après un rapide chantier de trois semaines d’un chantier chez Multiplast à Vannes, le maxi-trimaran IDEC SPORT (ex Groupama 3), a été mis à l’eau aujourd’hui. Francis Joyon et quelques membres de l’équipe technique ont ensuite convoyé le bateau à Lorient où il sera mâté.

Il rejoindra ensuite son port d’attache de la Trinité sur Mer, les premiers entrainements sous voiles auront lieu la semaine prochaine.

Le skipper n’est pas inquiet quant à la prise en main du bateau, qui est largement fiabilisé (sous les couleurs de Groupama, puis de Banque Populaire et enfin de Lending Club avec 25000 milles au compteur en quelques mois).

Le stand by pour le Trophée Jules Verne débutera fin octobre. L’équipage composé de cinq marins seront dévoilés par Francis Joyon lors du baptême d’IDEC SPORT, le 14 octobre prochain à la Trinité-sur-Mer.

© Jean Marie Liot/ DPP pour IDEC

Francis Joyon, skipper d’IDEC SPORT : « Les délais étaient serrés mais nous avons réussi à les respecter. La période la plus compliquée est passée.  Il y a aussi eu un gros travail de remise en état du trimaran qui a tout de même parcouru 25 000 milles sous le nom de Lending Club. Nous avons également apporté quelques améliorations comme un arbre d’hélice démontable ou l’installation d’un vrai poste de navigation à l’intérieur. Toute cette phase de mise à l’eau est un peu laborieuse et stressante. Le côté ludique du projet n’est pas encore apparu. Mais cela va vite arriver avec les premières navigations, j’ai hâte de voir le bateau sous voiles !  C’est une double découverte pour moi. Je vais d’abord devoir m’approprier le bateau mais cela ne m’inquiète pas. Un multi reste un multi et je vais rapidement prendre mes marques à bord. La deuxième découverte sera de manager une équipe. Pour tout dire, je suis moi-même surpris de me lancer dans ce défi en équipage. Mais je suis impatient de travailler sur une autre facette du métier de navigateur qui demande beaucoup de rigueur. En équipage, il faut être beaucoup plus organisé qu’en solitaire dans la préparation, et ce à tous les niveaux : avitaillement, pharmacie, matériel de sécurité, etc. »

Premier record pour Lending Club II, l’ex Idec bientôt en partance pour la Chine

  • Renaud Laplanche, CEO de Lending Club et son équipage mené par l’américain Ryan Breymaier ont établi un nouveau temps de référence entre Cowes et Dinard hier en traversant la Manche en 5 heures, 15 minutes à bord de leur trimaran Lending Club (ex-Banque Populaire VII/Groupama 3 et futur Idec) à une moyenne de 26,36 noeuds.  Faisaient également parti de l’équipage Jan Majer, Stanislas Delbarre, Olivier Laplanche, Boris Herrmann (navigateur), Jean-Baptiste Le Vaillant et Roland Jourdain. Wouter Verbraak était le routeur sur ce run express. Le record précédent était sur ce segment était détenu depuis 2002 par Brian Thompson, Adrienne Cahalan et l’équipage du catamaran Maiden II en 5h 23m 38s.

Photo credit Lending Club Sailing

  • En attendant son nouveau bateau qu’il récupérera en fin d’année, Francis Joyon se sépare de son actuel trimaran. Idec a été débaptisé et se nomme désormais Qingdao China. Le nouveau skipper Guo Chuan poursuit ses navigations d’entrainement avant de rejoindre la Chine dans les semaines à venir

Un petit programme de records pour l’ex Banque Populaire VII, avant le passage sous les couleurs d’Idec

Avant de rejoindre la Trinité sur Mer et de prendre les couleurs rouges d’Idec, l’ex Banque Populaire VII (ex Groupama 3), va rejoindre les Etats Unis pour une campagne de records.

En effet, le trimaran a été loué par Renaud Laplanche, CEO de Lending Club, le français devrait naviguer sur le bateau autour d’un équipage mené par Ryan Breymaier sur les parcours Miami-New York, Newport-Bermudes et Los Angeles-Hawai. La bateau ne devrait donc faire son retour en France qu’à la fin de l’été 2015.

 

Armel le Cléac’h forfait pour la Route du Rhum

Le skipper du maxi trimaran solo Banque Populaire VII doit déclarer forfait pour la route du Rhum 2014 dont le départ sera donné le 2 novembre. Armel le Cléac’h est contraint de renoncer à cette transatlantique en course, suite à une blessure a la main ayant entrainé une section tendineuse et d’un nerf, ce qui le contraindra à rester plusieurs mois sans compétition.
Ce forfait tombe au plus mal pour le team Banque Populaire puisque le skipper était parfaitement préparé et disposait du bateau vainqueur de la dernière édition (ex Groupama 3, Franck Cammas). Reste à trouver un skipper de remplacement, le nom de celui-ci devrait être connu la semaine prochaine, plusieurs équipiers du team sont susceptibles de se substituer au skipper titulaire, tout comme plusieurs marins habitués des grands multicoques.

Du côté des concurrents, Sodeb’O Ultim’ de Thomas Coville et Idec de Francis Joyon sont actuellement chez Multiplast pour un chantier avant la course, Thomas Coville dispose déjà de sa qualification qu’il a effectué à son retour de Guadeloupe.

Yann Guichard sur Spindrift 2 est quand à lui en train d’effectuer ce parcours de qualification, après un court arrêt à Horta suite à la casse d’un safran de flotteur consécutif à un choc avec un OFNI. Le bateau devrait également subir un check up en septembre.

En Multi 70, Sébastien Josse, le skipper de Groupe Edmond de Rotshchild est également qualifié, Sidney Gavignet sur Oman Sail et Yann Eliès sur Paprec devront aussi satisfaire à ce préambule dans les semaines à venir.

Sodeb’O ultim a été mis à l’eau

Le nouveau trimaran de Thomas Coville a touché l’eau en fin de matinée.
14 mois ont été nécessaires au chantier Multiplast pour transformer l’ancien Géronimo en Sodeb’O Ultim, le chantier a réalisé la nouvelle coque centrale, les tronçons avant des flotteurs qui ont été greffés sur ceux d’origine, l’intégration des appendices issus de Dogzilla-USA 17 (le trimaran à aile rigide d’Oracle Team USA, vainqueur de la 33ème Coupe de l’America), ce chantier a permis d’alléger le bateau de 7 tonnes par rapport au trimaran initial. Le cabinet VPLP, concepteur de Géronimo, était de nouveau de la partie avec la modification des plans pour arriver à ce trimaran solo, avec lequel le skipper débutera la compétition lors de la prochaine Route du Rhum.

Le bateau devrait rapidement être mâté (le mât a été construit  par Lorima dans les moules de Groupama 3 version solo, l’actuel Banque Populaire VII), les voiles ont été conçues par North Sails.

 

© Jimmy Bonnal/ www.jbonnal.fr/

© Jimmy Bonnal/ http://www.jbonnal.fr

Les réactions des acteurs de cette transformation
Thomas Coville, skipper de Sodebo Ultim’ : « C’est une journée symbolique. Cela fait 14 mois que l’on a ramené Geronimo de Brest. Il fallait avoir de l’imagination pour arriver à un bateau de cette forme et de cette modernité. Nous avons la fierté d’avoir osé quelque chose d’assez incroyable. ll y a 20 ans, je faisais mon premier tour du monde avec Olivier de Kersauson et il y a quelques jours, nous nous sommes fait plaisir tous les deux à rencontrer ce bateau. Olivier était comme un gamin, enthousiaste comme nous ! »

Patricia Brochard, co-présidente de Sodebo : « Notre engagement dans les plus grandes courses au large et dans des campagnes de records audacieux participe largement depuis 16 ans au développement de la marque et à la côte de sympathie des consommateurs qui voient en nous une marque audacieuse et exigeante qui sait s’engager, une marque fidèle et passionnée. »

Olivier de Kersauson, skipper de Geronimo : « Je reconnais les bras qui typent le bateau, les flotteurs aussi et j’aime la coque centrale, c’est vachement intelligent d’avoir changé ça. L’autre était faite pour naviguer à onze alors que là, c’est un programme solo. Ce que devient Geronimo, c’est une réflexion complètement logique et tu vois tout de suite que c’est bien. Les bateaux de ‘Sieur Coville’ ont toujours été cohérents et ça c’est dû au fait de naviguer, à l’intelligence maritime. On est là, 20 ans après, ce n’est pas un hasard. On a maintenant un bateau moins gras et plus rapide. J’ai hâte de le voir naviguer, de voir les progrès qui ont été faits. »

Vincent Lauriot-Prévost, architecte de Geronimo puis de Sodebo Ultim’ : « En 2001, en vue des records en équipage, Olivier souhaitait un bateau qui joue sur la longueur de la coque centrale de 34 mètres pour un meilleur passage dans la mer dans la longue houle du Sud et sur le fait de naviguer sur deux coques tout en glisse avec un seul safran sur la coque centrale. La démarche de Thomas est différente et découle de ses précédentes navigations en solitaire : plus focalisée sur la navigation sous foils que sur la coque centrale, réduire la taille du mat et la surface de voiles, et adapter trois safrans pour pouvoir naviguer sur un flotteur tout en conservant la garde à la mer des bras de liaisons de la version précédente. »

LA TRANSFORMATION EN QUELQUES CHIFFRES
14 mois de chantier
200 fournisseurs dans 12 pays
40 000 heures de travail
7 tonnes gagnées sur la plateforme depuis Geronimo
70m2 de voilure de plus que le précédent maxi-trimaran Sodebo

SODEBO ULTIM’
Numéro : 73 (En référence à la création de Sodebo par Simone et Joseph Bougro en 1973)
Architectes : cabinet Van Peteghem-Lauriot-Prévost
Structures : Hervé Devaux Structures
Réalisation plateforme : chantier Multiplast et Team Sodebo
Longueur : 31m
Largeur : 21,20m
Constructeur mât : Lorima
Hauteur mât : 35m
Corde mât : 1,20m
Tirant d’air : 37m
Conception et fabrication voiles : North Sails
Surface Grand Voile : 283m2
Surface voiles max au près : 444m2
Surface voiles max au portant : 663m2
3m2 d’espace de vie de plain-pied
Cockpit avec 1 colonne et 6 winchs
400m2 de filets de dyneema
Pilotes automatiques : électrique et hydraulique
Décoration : Désigne.fr