Sodeb’O passe Bonne Espérance

Thomas Coville navigue dans les 40 ème depuis trois jours, le skipper de Sodeb’O maintient un retard au alentours de 1100 milles depuis son contournement de l’anticyclone de Saint Hélène.

Les conditions ont radicalement changées depuis l’entrée dans le grand sud, comme l’explique le skipper : « Ce n’est que le début. J’entre dans le vif du sujet. Le temps est désormais grisâtre, il pleut et il commence à faire froid. J’ai d’ailleurs vu mon premier albatros. »
« Jusqu’à 25 nœuds de vitesse, tu gères bien. Tu es dans le bon « range », dans la bonne cadence. Au delà, quand il y a 45 nœuds de vent, c’est épuisant pour le bateau comme pour l’homme. Quand ça cogne, on se demande ce qui va lâcher. C’est stressant d’avoir toujours ça en tête. Tu n’es jamais totalement serein. »


Des conditions éprouvantes pour Thomas Coville mais également pour le bateau, notamment lorsque le skipper doit laisser son trimaran sous pilote pour s’offrir un peu de repos : « Cette nuit, je me suis couché épuisé et je me suis offert plusieurs tronçons de sommeil. C’est un exercice difficile de s’endormir. Tu vas te coucher. Tu te mets dans ta bannette avec un sac de couchage humide sur toi. Tu sens alors le bateau qui va tout seul, tu écoutes la chaîne des efforts, des petites pièces qui travaillent. Le bateau avance tout seul à 30/32 nœuds parfois. Bob, le pilote, travaille et plutôt bien d’ailleurs. Ce n’est pas facile pour lui. Il assure. Hier dans la journée, j’avais pas mal barré pour le soulager dans la mer difficile et croisée et remettre le bateau sur la bonne trajectoire quand on se faisait blackbouler par les vagues et qu’il faisait des embardées.[…] Les manœuvres se sont bien passées. Il ne faut pas oublier que c’est toujours un risque de manœuvrer quand on navigue sur des bateaux de cette taille en solitaire dans de forts vents portants. En allant larguer une pièce au bout d’un flotteur, je me suis fait repousser par deux fois violemment par les vagues, jusqu’en butée de mon harnais. »

Le retard sur le temps de référence devrait rester stable jusqu’au Cap Leeuwin, puisque Francis Joyon et Idec avaient pu naviguer assez sud et à une cadence soutenue, qui plus est le skipper préfère calmer le jeu, après une nouvelle figure de style : «  A côté, le planté du départ est une plaisanterie, j’ai eu le bon réflexe de larguer l’écoute et non pas de m’en servir pour me retenir. Quand tu entres dans la vague, c’est comme dans un rêve ! »

© Sea & Co

Le bateau semble plus sensible aux départs au surf plus ou moins contrôlés avec l’ajout des foils :  « Les surfs pendant lesquels le foil génère tellement de flux que le safran sous le vent se retrouve dans la mousse et alors je ne contrôle plus. Je pars dans des surfs que je n’ai jamais connus. »

Thomas Coville préfère donc jouer la sécurité en privilégiant une route assez nord alors que les routeurs du team Sodeb’O souhaitaient faire plonger le couple skipper/bateau au sud : « Si la dépression tropicale qui vient de Madagascar et qui fout le b… sur la route descend rapidement, je ne peux plus m’échapper. Il y a des situations au-delà desquelles un gros bateau impose ses limites en solo. On a décidé d’aller chercher la dorsale anticyclonique avec le risque de se faire manger par elle. Elle devrait donner des conditions moins fortes et qu’on maîtrise. »

La longitude du Cap de Bonne Espérance a été doublée cet après midi avec un retard d’un peu moins de 48 heures.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s