Loïck Peyron vainqueur de la Route du Rhum

Loïck Peyron a franchi la ligne d’arrivée de cette Route du Rhum – Destination Guadeloupe 2014 cette nuit à 5 heures, 08 minutes et 32 secondes (heure française), soit 00 heures, 08 minutes (heure locale).

Il remporte donc cette course à bord du Maxi Trimaran Solo Banque Populaire VII avec un temps de 7 jours, 15 heures, 08 minutes, et 32 secondes entre Saint Malo et Pointe à Pître.

© A.COURCOUX

Il bat le record de l’épreuve détenu jusqu’ici par Lionel Lemonchois (60′ ORMA Gitana 11 en 2006) de 2 heures 10 minutes et 34 secondes, il a bouclé le parcours de 3 542 milles (6 375 kms) à la vitesse moyenne de 19,34 nœuds sur la route directe, mais aura en réalité  parcouru 4 199 milles à la vitesse moyenne de 22,93 nœuds.

 

Loïck Peyron, skipper de Banque Populaire VII et vainqueur de la Route du Rhum-Destination Guadeloupe 2014 :

« La dernière journée était difficile, depuis ce matin au large de la Désirade, il y a eu beaucoup de manœuvres. Je pense que je vais bien dormir. Cela fait sept éditions pour moi ! C’était bien ! C’est une situation exceptionnelle de barrer un magnifique bateau à la place d’Armel. Nous avons tout bien fait avec une équipe géniale et la présence d’Armel. C’est peut-être ma plus belle victoire, mais c’est surtout une victoire d’équipe

« Je n’imaginais plus repartir sur un bateau comme celui-ci et gagner la Route du Rhum. Ce n’est jamais simple une course comme celle-là, et c’est ce qui est passionnant. C’est très stressant aussi. Supporter les hautes vitesses dans une mer cassante, c’est compliqué. On a bien mené le bateau. Je me suis fait peur en permanence. C’est le but du jeu sur ces multicoques ! On doit manager en permanence le bateau. Une nuit, je me suis endormi à la barre et ça a failli mal tourner. Elle est jolie cette victoire, c’est peut-être la plus jolie. Le record est anecdotique. C’est la cerise sur le gâteau.

Nous avons parlé avec le bateau. Durant la course, pendant sept jours. C’était bien que ça se termine. Les dernières 24 h sont en général les plus longues et celles-ci ont été éprouvantes. Mais il y a quand même plein de jolis moments. Nous avons eu une inquiétude sur bras de liaison, je m’en suis aperçu le troisième jour. J’ai appelé l’équipe, on a fait le bilan, j’ai visité la poutre en mode spéléologue… mais tant que le bateau n’était plié, c’était bon. J’ai un bateau solide, et cela prouve combien la mer était difficile. Il y a eu d’autres petites mésaventures, mais qu’on ne raconte pas.

Depuis douze ans, je ne fait plus de multicoque en solitaire. Je ne rêvais plus de faire une Route du Rhum sur un bateau comme ça… C’est ça qui est fou. Quand j’ai accepté la mission, alors je voulais être à la hauteur d’Armel. Dès le premier soir en  bagarre avec Thomas, je sentais bien les choses. Un Vendée Globe ? Ah non merci ! C’est gentil, mais je ne repartirais pas sur un Vendée Globe. Dans quatre ans, je repars sur la Route du Rhum sur mon petit jaune. Cette fois-ci était une aparté magnifique, génial à vivre.  C’était la première et la dernière. La suite sera la coupe de l’America avec Artemis… je les rejoins dans quelques jours à San Fransisco, et on ira en Australie pour faire du bateau qui vole, du moth à foils… »


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s