The Transat bakerly : François Gabart en route vers la victoire

Le skipper de Macif devrait franchir la ligne d’arrivée dans les heures à venir, il ne reste qu’une vingtaine de milles à parcourir avant une nouvelle victoire pour François Gabart et son trimaran MACIF. Son dauphin, Thomas Coville, attendu demain n’aura pas démérité et aura maintenu une forte pression sur le leader, qui ne cachait pas la difficulté de naviguer sur ces trimarans ultimes en solitaire.
Actual est ce soir à 500 milles du but. En Multi 50, Gilles Lamiré poursuit sur la route sud avec désormais une confortable avance sur Lalou Roucayrol.
Photo Vincent Curutchet / DPPI / MACIF

Photo Vincent Curutchet / DPPI / MACIF

François Gabart, skipper de l’ultime MACIF :

« Cela a été dur, je sais que j’ai fait une super course, je suis super content. Je suis fatigué et content d’arriver. Il y avait un dernier gros obstacle qui était la dorsale et à priori, je pense que je suis passé du bon côté, et là et cela devrait bien se passer. Je crois que c’est le truc le plus dur que je n’ai jamais fait dans l’engagement. C’est hyper exigeant. Il faut aller jusqu’au bout. Je ne me suis jamais autant impliqué physiquement. Je suis cramé.
J’hésite un peu à aller dormir. Je vais faire quelques siestes…. Je ne sais pas combien de temps je vais mettre à m’en remettre, mais il faudra du temps. Je ne suis pas capable d’en faire deux dans l’année des courses comme ça. Ça demande un tel investissement. Il faut faire attention, on approche des côtes. Je suis passé tout à l’heure juste à côté d’une bouée. J’étais à 38 nœuds juste à côté. En arrivant à New York, il va y avoir plein de cochonneries malheureusement. Je vais essayer de ne pas rencontrer des pêcheurs, des cargos. »

Jean-Luc Nélias, routeur à terre de Soedebo : « La route directe est face au vent, nous avons donc pris une option pour nous placer le mieux possible par rapport au vent et à la zone d’arrivée.

Thomas a été sur le pont toute la nuit, entre manoeuvres, changements de voiles, prise et lâché de ris… le vent était instable, mais malgré tout il a pas mal resserré l’écart au leader. D’ici New-York, ils vont rencontrer les mêmes conditions, mais en décalé car Thomas est un peu plus au sud. Ils seront confrontés à un anticyclone et risquent d’être successivement un peu ralentis.
Les derniers routages indiquent un passage de la ligne au petit matin (8h TU, 4h à New York, 10h heure française). François Gabart, lui, y sera plutôt dans la nuit. 
Les dernières heures seront difficiles, mais la perspective d’arriver et de conclure l’effort d’une semaine intense sont plutôt motivants ! »
Image licensed to Lloyd Images

Image licensed to Lloyd Images

Yves Le Blevec (Ultime-Actual) : « Après la pétole de cette nuit, qui n’était pas simple à gérer, là c’est la guerre ! J’ai un ris dans la grand-voile et la trinquette devant, je vais à 30 nœuds en réel, mais à 25 – 26 nœuds seulement sur le fond à cause du Gulf Stream qui est contraire ! On jongle entre vent et courant avec Christian (Dumard, son routeur, ndlr), c’est assez complexe…
Ce n’est pas très drôle cette arrivée, on a beau dépenser beaucoup d’énergie et bien faire marcher le bateau, le gain au but est maigre. Mais le bateau va bien et moi aussi. L’objectif reste de ne rien casser d’ici l’arrivée. Il y a encore plus ou moins 48h de course et on n’est jamais à l’abri d’une bêtise. Je reste très attentif.
J’ai versé une petite larme ce matin pour mon dernier œuf-bacon… mais j’ai encore largement de quoi me nourrir ! Je continue à bien me reposer aussi : tout va bien, même si l’arrivée est longue…»
Gilles Lamiré (French Tech Rennes Saint-Malo) : « C’est une super course, je prends vraiment du plaisir ! J’essaye de bien me concentrer sur ce que je fais, je m’applique, parce que c’est dur. Et je me dis que si je fais tout bien, ça va continuer. On est très content de notre trajectoire. Yvan Bourgnon, qui me route, fait ça aux petits oignons et tout se déroule bien depuis le cap Finisterre. Quand il y a du vent, ça va bien, le bateau supporte bien la toile et peut tenir des cadences élevées. Le choix de cette route Sud a été mûrement réfléchi, ce n’était pas évident au début. Mais, on a pensé qu’au Nord, on n’éviterait pas le gros carton et surtout que les routages étaient peut-être un peu optimistes. Mais c’est vrai que je ne pensais pas faire une transat comme ça au portant au Sud des Açores, c’est incroyable ! »
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s