Trophée Jules Verne, 120 milles d’avance aux Canaries pour l’équipage de Spindrift 2

Yann Guichard être ses 11 équipiers ont pris le départ de leur tentative de Trophée Jules Verne au large d’Ouessant mercredi 16 janvier à 11 heures 47 minutes 27 secondes TU (heure française : 12 heures 47 minutes 27 secondes). Leur objectif, pour battre le temps de référence détenu par Francis Joyon et son équipage sur Idec Sport, est de revenir de leur circumnavigation avant le 26 février à 11 heures 16 minutes et 57 secondes TU (soit 12 heures 16 minutes et 57 secondes en heure française). Le temps du détenteur du Trophée Jules Verne étant de  40j 23h 30’ 30’’.

© Chris Schmid/Spindrift racing

Après une longue attente une fenêtre metéo favorable s’est enfin présentée cette semaine.
Le routeur à terre de l’équipage de Spindrift2, Jean-Yves Bernot à terre, prévoyait un passage de l’équateur dans la nuit de dimanche à lundi 21 janvier, soit après moins de cinq jours de mer. L’idéal étant de se présenter à Bonne Espérance avec un jour d’avance sur le temps d’Idec Sport puisque celui-ci avait bénéficié de superbes conditions sur l’Océan Indien.
Actuellement le maxi trimaran évolue au niveau des Canaries avec 120 milles d’avance sur Idec Sport.
Yann Guichard, skipper de Spindrift 2 au départ, mercredi : 
« Jusqu’à l’équateur, ça s’annonce bien ! Les alizés sont bien installés : on devrait mettre moins de cinq jours pour aller à l’équateur. Ensuite, il y a toujours des inconnues dans l’Atlantique Sud mais on espère atteindre l’Afrique du Sud autour de douze jours, douze jours et demi.
Ce tour du monde, c’est aussi un passage de saisons à vitesse grand « V » ! On part dans du Nord-Ouest avec du crachin, aux Canaries on sera dans l’alizé avec 30°C, à l’équateur il fera 40°C et trois jours après, on est dans les Quarantièmes, dans le Grand Sud avec trois semaines assez soutenues et fraîches. C’est un beau voyage…
Une des difficultés, c’est l’anticyclone de Sainte-Hélène dans l’Atlantique Sud qui parfois barre la route. Après, ce n’est pas un problème de faire le grand tour s’il y a du vent parce que les bateaux vont vite. Mais le Grand Sud, c’est tout de même au minimum quinze jours de grand froid et d’humidité ! Ce sont aussi des paysages magiques, des endroits incroyables à vivre en équipage…
On est un peu plus léger que la dernière fois et c’est aussi pour cela que nous ne sommes que douze. Potentiellement, en-dessous de vingt nœuds, nous avons un très léger déficit, mais au-dessus Spindrift 2 est plus rapide qu’avant ! On peut tenir des moyennes supérieures à 35 nœuds si la mer reste maniable…
 »
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.