Realstone remporte le Grand Prix SAP et s’adjuge la 2ème place du Vulcain Trophy devant Ladycat

La dernière manche du Vulcain Trophy a eu lieu vendredi et samedi dernier à Genève. Alinghi mené par Ernesto Bertarelli avait déjà remporté le championnat lors du grand prix précédant, le skipper avait donc décidé de ne pas participer à cette ultime manche afin de ne pas interférer sur la bataille pour les deux places restantes sur le podium.

Vendredi, seules deux manches étaient courues tardivement dans l’après midi, le vent ayant eu du mal à s’établir, Realstone remportait facilement la 1ère manche grâce à une belle option, comme l’expliquait le régleur de GV, Arnaud Psarofaghis : «la première course s’est très bien passée, on est le seul bateau avec YlliamComptoir immobilier a avoir choisi de mettre le foc. Le vent était suffisamment fort pour le tenter, on est parti sous le vent pour ne pas se faire bloquer et on a contrôlé la flotte en restant dans la pression. Dans la deuxième manche, on s’est fait dépasser au premier bord de portant, on est revenu sur le bord de près mais Veltigroup était devant nous on finit 2ème.» L’équipage de Jérôme Clerc prenait donc une deuxième place sur la seconde manche et prenait quelques points d’avance sur son adversaire direct pour le podium Ladycat powered by Spindrift racing, qui prenait des places de 2nd et 3ème, Veltigroup s’interposait entre Realstone et Ladycat.

Samedi, trois manches étaient lancées dans l’après midi. Realstone ratait sa première manche avec une 7ème place mais se rattrapait ensuite avec une victoire et une 3ème place leur permettant de remporter ce grand prix et la deuxième place du Vulcain Trophy, Veltigroup maintenait la pression avec des places de 2,5, et 5 et conservait sa seconde place de cette épreuve. Zen Too, barré par Fred Le Peutrec effectuait une superbe remontée avec deux victoires de manches et terminait sur la 3ème place de ce Grand Prix SAP.

Ladycat terminait 4ème et prenait ainsi la 3ème place du Vulcain Trophy.

Racing Django réalise son meilleur résultat de la saison avec une 5ème place devant Okalys de Nicolas Grange.

Yliam Comptoir Immobilier était victime d’une collision avec un Surprise qui dématait, le D35 rentrait à la SNG et ne sera grûté le lendemain.

Au classement général, Alinghi remporte donc le Vulcain Trophy devant Realstone, et Ladycat powered by Spindrift racing. Mobimo termine 4ème à égalité de points avec Zen Too.

Alinghi vainqueur du Vulcain Trophy à l’issue de l’avant dernier grand prix de la saison

Le Decision 35 ont couru leur avant dernier grand prix de la saison le week end dernier à Genève. Seules deux manches avaient été lancées le samedi dans un vent changeant, le premier départ était chaotique comme le raconte le n°1 de Veltigroup, Simon Kostner, victime d’une collision sur celui-ci :« On se trouvait derrière Realstone qui a poussé la barre et s’est immobilisé, on n’a pas pu passer à côté, ils font faute. Ensuite on est reparti tribord mais Team Tilt arrive bâbord, on essaye de les éviter, sans succès, on tape aussi et reste bloqué sur la ligne.»
Les deux catamarans de la famille Bertarelli s’adjugeaient les deux premières places du provisoire lors de cette première journée, avec deux victoires pour Ernesto Bertarelli, et deux secondes places pour le bateau de sa soeur Dona. Okalys de Nicolas Grange occupait la 3ème place du provisoire avec deux places de troisième.

L’organisateur et skipper de ce grand prix Nicolas Grange, sera moins à la fête le dimanche avec des places de 6,5 et 8ème, le faisant chuter du podium, Veltigroup effectuait par contre une très belle deuxième journée avec des places de 9, 2 et 1er qui permettait à l’équipage de s’adjuger le premier podium de la saison.
Pas de contre performance pour Alinghi qui remporte toutes les manches du week end sauf la dernière sur laquelle Ernesto Bertarelli ne s’aligne pas, puisque l’équipage était déjà vainqueur du grand prix et du Vulcain Trophy 2014 à l’issue de l’avant dernière manche, belle performance également de Ladycat powered by Spindrift qui prend la seconde place de ce rendez-vous et conforte sa deuxième place sur le podium pour la saison, Realstone est 3ème de celui-ci devant Team Tilt, Mobimo et Zen Too.

Ernesto Bertarelli : «Très content, on remporte toutes les manches, ça n’était jamais arrivé je crois. On a les points nécessaires pour gagner donc on ne court pas la dernière manche. On gagne également le championnat et ça nous permet de garder le trophée, c’était notre principal objectif. C’est la saison Alinghi. On a une équipe qui est ensemble depuis longtemps et Nicolas Charbonnier, le tacticien, s’est très vite intégré. On a des sensations fortes et solides à bords, on va très vite.»

Xavier Revil, barreur de Ladycat powered by Spindrift racing raconte : «Toute l’équipe a super bien régaté. On a navigué aux avant postes du classement, malgré les airs légers et peu stables. On était bien sur les départs qui sont très importants dans ce type de régate, c’était un peu la clé de la réussite ce week-end. Le tacticien et toute l’équipe ont donné le maximum. On veut rester sur le podium du Vulcain Trophy et le prochain Grand Prix sera un grand week-end de course.»

Loïc Forestier, skipper de Veltigroup : « la journée d’hier n’est pas très objective, on n’a pas eu de chance sur la première manche. Aujourd’hui on a navigué à notre niveau. Les efforts qu’on a faits et les entrainements depuis février, commencent à payer. On est une équipe jeune qui progresse, je suis fier de l’équipage car on remonte au classement et on performe contre les cadors. C’est de bon augure pour l’année prochaine.»

Nicolas Grange, barreur et propriétaire d’Okalys. « On est 4éme à égalité de points avec Veltigroup. La cohésion de l’équipage est bonne et la vitesse élevée associée à de bons départs nous a permis de faire de faire deux belles 3ème places hier, on a aussi très bien navigué aujourd’hui. »

Vulcain Trophy : Alinghi reprend la tête, Ladycat powered by Spindrift remporte le Bol d’Or

L’équipage d’Ernesto Bertarelli a repris les commandes du Vulcain Trophy avec sa victoire sur la Genève Rolle Genève, sur l’Open de Versoix et sa 3ème place sur le Bol d’Or.

Alinghi avait pris les commandes de l’Open de Versoix dès les premières manches avec deux victoires d’entrée de jeu, ils contrôlaient ensuite malgré une dernière place sur la dernière manche suite à une pénalité, ce grand prix se réduisait à une journée de régate et six manches faute de vent le lendemain. Ils s’étaient imposé la veille sur la première classique lémanique de la saison : la Genève Rolle Genève, celle-ci s’est courue dans des vents faibles à modérés, Alinghi et Realstone avaient pris la tête dès le début, Mobimo et team Tilt bataillaient pour la troisième place, c’était finalement Christian Wahl qui prenait celle-ci devant Tilt, Zen Too et Ladycat powered by Spindrift.

A noter sur ces deux rendez-vous la belle performance de Realstone, qui avait chaviré quelques jours avant ces régates et qui naviguait avec un mât de spare de Zen Too et une coque d’Artemis.

Sur la plus célèbre régate lémanique, le Bol d’Or, c’est Ladycat qui s’imposait, l’équipage de Dona Bertarelli et Yann Guichard choisissait de ne pas prendre d’option extreme dans une bise soutenue, ce choix stratégique payait puisque l’équipage s’imposait devant Realstone, Alinghi, Mobimo et Zen Too. Hydros autre bateau de classe M1 se classait 9ème (suite à la pénalité de Veltigroup) derrière 8 D35, à 30 minutes du vainqueur, le catamaran Flying Phantom, qui disputait la régate « hors classement » termine juste derrière le foiler de 35′. A noter la casse d’un foil du GC 32 engagé qui termine donc en 17ème position.

Dona Bertarelli, skipper de Ladycat powered by Spindrift racing « La stratégie était de rester au contact de nos concurrents et de ne pas prendre d’options extrêmes afin de pouvoir saisir toutes les opportunités et avoir des cartes à jouer. Nous sommes restés très concentrés pendant toute la course, car les conditions étaient vraiment difficiles et nous étions toujours à l’attaque et donc sur le fil du rasoir. Je suis très fière de mon équipe qui a bien navigué de bout en bout. C’est aussi un immense bonheur de remporter le Bol d’Or Mirabaud, surtout pour la seconde fois. Cette édition a une saveur particulière, car Ladycat powered by Spindrift racing porte les couleurs de Mirabaud. Je suis fière et émue de pouvoir partager cette victoire avec tous mes partenaires. Maintenant il faudrait qu’on réussisse encore à s’imposer sur la prochaine édition car pour remporter définitivement le challenge du Bol d’Or, il faut gagner 3 fois l’épreuve en 5 ans !»

©Loris Von Siebenthal

Yann Guichard « Nous avons un peu souffert au près. Nous avions fait le choix de régler le bateau pour des conditions très ventées donc nous n’avons pas pu bénéficier des avantages de cette option sur les premiers miles. L’objectif était néanmoins d’arriver dans le paquet de tête à la mi-parcours et nous avons réussi à prendre les commandes de la flotte à 150 mètres du Bouveret. Sur la fin, c’était vraiment très chaud, on était à pleine vitesse dans un mouchoir de poche avec Realstone et Veltigroup. Nous avons réussi à les doubler à 300 mètres de la ligne d’arrivée et ils terminent 50 mètres derrière nous. Le suspens a été jusqu’au bout ! Nous avons eu une bonne stratégie et vraiment un super travail d’équipe. Nous avions fait certains choix techniques et stratégiques qui ont payé. Pour ma part, c’est la première fois que je remporte le Bol d’Or Mirabaud. Cela représente pour moi une course mythique, une épreuve que je rêvais d’accrocher un jour dans ma carrière. Je suis vraiment super content ! »

 

Ladycat powered by Spindrift prend la tête du classement du Vulcain Trophy

Les D35 sont restés amarrés au large de Crans dimanche, faute de vent, aucune manche n’a été courue. Six régates avaient été  disputés la veille, Tilt remporte donc cet Open de Crans, et prend la 2nde place du général provisoire. Ladycat, grâce à ses 2nde et 3ème place sur les deux premiers grands prix, s’empare de la tête du général provisoire, Alinghi complète ce podium, malgré sa victoire sur le premier rendez vous, celui de ce week end a moins souri à Ernesto Bertarelli avec une 5ème place ; suivent Realstone, Mobimo et Zen Too.

Tilt prend les commandes devant Realstone

Le communiqué de presse après la première journée de l’Open de Crans

La première manche donne le ton avec une annulation suite à une grosse bascule de vent. Les régates vont s’enchainer mais donner beaucoup de fil à retordre aux tacticiens et au comité puisque le parcours sera reposé entre chaque régate, voire réorienté pendant les courses, au bon vouloir d’Eole.

Tilt domine ce premier jour de l’Open de Crans, les vents changeants et les effets de terre semblent bien réussir à l’équipage de Lucien Cujean et Sébastien Schneiter. Léger fléchissement lors de la troisième manche, il arrive 6ème ,  mais ceci mis à part, Tilt ne descendra pas du podium de toute la journée.
La deuxième manche est marquée par Okalys qui après une belle seconde place lors de la première course,  fait un beau départ et se bat  longtemps en tête de flotte avant de finalement perdre son avance au profit de Tilt, Realstone et Oryx. De son côté, Veltigroup toujours bien placé fait une belle course, à l’image de la première et arrive à nouveau en quatrième position.
Lors de la troisième manche, Ladycat powered by Spindrift racing dépasse joliment Alinghi juste avant la porte sous le vent et reste en tête. Alinghi ne se laisse pas distancer et prend la deuxième place juste devant Realstone.
Le vent mollit au cours de la 4ème régate, le comité décide de raccourcir le parcours, hisse le pavillon C et place une bouée jaune en guise de marque au vent. En effet, comme lors de l’America’s Cup, les manches ne doivent pas dépasser 45 minutes, les distances doivent être adaptées en fonction de la puissance du vent sous peine d’annulation en cas de dépassement. Ladycat powered by Spindrift racing l’emporte à nouveau mais Realstone et Tilt restent en embuscade.
Au départ de la manche 5, les conditions de navigation sont extrêmement compliquées mais les tacticiens veillent. Une belle risée profite aux équipages restés sur la droite. Zen Too  particulièrement attentif saisit sa chance, distance largement Tilt et Mobimo et coupe la ligne.
La dernière course est gagnée par Realstone qui passe alors à égalité de point avec Tilt. Encore une superbe journée pour les Décision 35 et leurs équipages.

Alinghi vainqueur du 1er Grand Prix de la saison en D35

Les équipages des D35 ont repris la compétition le week end dernier, avec des conditions météos musclées.
Les favoris étaient bien présents dans le haut du classement avec une victoire pour Ernesto Bertarelli, propriétaire et barreur d’Alinghi, celui-ci présent depuis le début du circuit, constate que le niveau a encore augmenté d’un cran : «il devient très difficile de se frayer un chemin entre des bateaux qui optent pour des tactiques toujours plus pointues. Preuve en est, il y 6 gagnants différents sur treize courses. Cela augure pas mal de renversements de situation au cours du championnat.»
 Ladycat Powered by Spindrift racing  était mené pour cette première manche par Yann Guichard qui place le bateau du team Spindrift racing en 2nde position de ce rendez-vous.
 Yann Guichard : « le premier jour s’est super bien passé et les jours suivants le vent était plus instable en intensité, nous avons eu un peu plus de mal dans les manœuvres. Mais c’est aussi normal, bien qu’expérimentés nous sommes une équipe nouvelle et nous devons progresser ensemble dans les manœuvres et la coordination. Nous n’avions que 6 jours d’entrainements et aucun dans la brise et si tu veux être dans le coup il faut que toutes les manœuvres soient parfaites. Le niveau est encore monté et on peut voir qu’il y a 4 équipes qui se sont tout de suite détachées sur ce premier Grand Prix. J’ai pris énormément de plaisir à la barre et c’est vraiment très encourageant de commencer par un podium, on va s’accrocher pour figurer dans les leaders dans les prochaines régates. ”
Mobimo, le bateau de Christian Wahl était de retour avec un équipage partiellement renouvelé mais habitué au support (Pierre Pennec, Hervé Cunnigham). Il se classe 3ème de ce Grand Prix devant Realstone, Tilt et Zen Too.

Spindrift 2 sur la Route du Rhum

Mirabaud qui devient Gold partenaire et l’horloger  Zenith en tant que Chronométreur officiel.

Le programme de l’année se fera sur le catamaran monotype D35, mené par Dona Bertarelli et sur le maxi trimaran de 140′ Spindrift 2 avec le record de l’Atlantique Nord en équipage et la Route du Rhum en solitaire pour Yann Guichard.

Ladycat, le D35 sera aligné pour la 8ème année consécutive sur le Vulcain Trophy, Dona Bertarelli sera à la barre, Yann Guichard à la tactique, ils seront épaulés par des équipiers du maxi trimaran afin de parfaire les automatismes.

Concernant le maxi, le programme débutera cet été avec une tentative sur l’Atlantique Nord, comme l’explique le skipper : « Spindrift 2 s’attaquera cet été à l’impressionnant chrono réalisé sur l’Atlantique Nord en 2009 par Pascal Bidégorry et son équipage à bord de ce même bateau. Avec un temps de 3 jours, 15 heures et une vitesse de près de 33 nœuds, il faudra compter sur une météo toute aussi exceptionnelle et une machine optimisée pour pouvoir l’accrocher. Nous tenterons également le record des 24h dans cette fenêtre si les conditions le permettent »

Yann Guichard a également annoncé son engagement sur la Route du Rhum, il possédera le trimaran le plus long dans la catégorie ultime sur cette course en solitaire.

Les explications :  « C’est une opportunité de partager un moment exceptionnel avec nos partenaires tout en offrant un challenge passionnant à l’équipe. En tant que compétiteur, j’ai une profonde envie de rivaliser avec les autres trimarans de la classe Ultime. Pour autant, il n’a jamais été question de transformer Spindrift 2 en version ‘solo’ mais plutôt de trouver le meilleur compromis afin d’être performant pour le double objectif de l’Atlantique Nord en équipage et du Rhum. La décision a été mûrie en accord avec Dona et nos partenaires. La transat retour de Miami, l’hiver dernier, où j’ai navigué à voilure réduite et manœuvré seul, m’a définitivement convaincu. Le mât raccourci, l’allègement général, l’adaptation des pilotes automatiques et une somme de détails nous permettront de concrétiser ce et ces défis. Si ce bateau XXL (40 mètres) sera le plus grand du port à Saint-Malo, il devra faire face à des machines taillées ou optimisées pour un homme seul. Néanmoins, je suis un compétiteur et nous travaillons pour avoir les moyens de jouer aux avant-postes. Et pour un passionné de multicoque comme moi, naviguer seul sur un tel bateau sera forcément inoubliable ! »

Yann Guichard a dévoilé quelques unes des modifications concernant le grand multi, dans un interview à l’Equipe, le mât du trimaran sera raccourci de 6m pour la tentative de record sur l’atlantique nord, le foil, le safran au vent seront oté, le mât ne sera plus basculant. Pour la Route du Rhum, l’essentiel du travail se fera sur les pilotes automatiques, le trimaran sera aussi équipé d’un vélo, comme l’avait fait Franck Cammas sur Groupama 3 afin de faciliter les manœuvres du solitaire.