Annonce imminente du lancement du circuit SailGP basée sur les AC50 de la 35ème America’s Cup

Les rumeurs de plus en plus insistantes depuis quelques mois vont bientôt déboucher sur du concret. En effet, une conférence de presse serait prévue mercredi afin d’annoncer le lancement d’une nouvelle ligue de voile de compétition, la SailGP.
Celle-ci aura pour support des AC50 monotypisés par Core Builder, sous la houlette de Russell Coutts et Larry Ellison.
L’ancien détenteur et patron d’Oracle ne semble pas avoir renoncé au support de la 35ème America’s Cup, que son équipe a perdu face à Emirates Team New Zealand. Il semble également qu’il cherche à faire de l’ombre à la Coupe de l’America en lançant le circuit dès 2019, alors que la prochaine Coupe n’aura lieu qu’en 2021.

© ACEA 2017 / Photo Ricardo Pinto

Le programme qui devrait être révélé mercredi comprendrait cinq régates en 2019, à compter de la mi-février à Sydney, en Australie. Les autres régates devraient avoir lieu à San Francisco, à New York, en Grande-Bretagne et en France.
Des équipes des américaines, anglaises, australiennes devraient être annoncées, des inscriptions françaises et asiatiques seraient quant à elles espérées.

© ACEA 2017 / Photo Ricardo Pinto

Les catamarans reprenant les AC50 qui ont été optimisés et monotypisés devaient se nommer F50s, ils seront menés par un équipage de cinq marins, contre six lors de la 35ème America’s Cup.

La pérennité du circuit serait dans un premier temps assurée par un financement venant de Larry Ellison, qui souhaiterait à terme un sponsoring de la compétition.

L’équipe australienne devrait être dirigée par Tom Slingsby ancien tacticien d’Oracle Team USA. L’équipe anglaise serait chapeauté par Sir Keith Mills.

L’équipe américaine pourrait inclure Rome Kirby, un ancien membre d’équipage avec Oracle Team USA.

D’après les information du NZ Herald

America’s Cup presented by Louis Vuitton : du grand spectacle pour la première journée

Les Qualifiers de l’America’s Cup presented by Louis Vuitton ont débuté hier avec une journée de retard sur le planning initial, du fait d’un vent fort vendredi.
Outre le cadre idyllique avec une eau turquoise, des célébrités, un public nombreux, le spectacle était également au rendez-vous sur l’eau avec six matchs disputés, avec un festival de foiling gybes et de foiling tacks.

Le match initial opposait le defendre Oracle Team USA à Groupama Team France, sans miracle pour Franck Cammas et ses hommes nettement dominés en vitesse. James Spithill et son équipage n’auront cessé de grapiller de l’avance sur l’AC50 français et terminent avec 2min 11 secondes d’avance. Les français souffrent clairement d’un déficit de stabilité, mais également de vitesse face aux américains.
Leur budget étriqué ne leur permettant pas d’avoir un système performant pour le contrôle des foils et de l’aile, avec des temps de réaction plus longs que pour ces concurrents y sont certainement pour beaucoup.

© ACEA 2017 / Photo Ricardo Pinto

Le second match opposait les suédois au japonais, Artemis racing disposait de Dean Barker et ses hommes, après un match disputé. Les japonais dominaient le départ et la course jusqu’au 4ème bord, Artemis profitait alors d’une faute des japonais et prenait la tête pour ne plus la lâcher.

Le troisième match voyait de nouveau Groupama Team France nettement dominé dans tous les domaines par Emirates Team New Zealand à l’aise en vitesse et dans les manoeuvres, les kiwis grâce à leurs vélos semblent disposé de l’énergie nécessaire à la bonne marche du circuit hydraulique de contrôle des foils et de l’aile. Les français finissaient à 2min33 des néo-zélandais.

La réaction de Franck Cammas :

Franck Cammas

« Notre niveau a été plutôt régulier par rapport à ce qu’on avait vu aux entrainements. Nous sommes tous contents du travail du jour, ce que l’on a réalisé à bord est assez positif mais c’est vrai qu’il nous a manqué du rythme et de la vitesse aujourd’hui.

Les départs et les manoeuvres ont été plutôt réguliers même si nous ne les avons pas tous réussis. Nous devons progresser et prendre des automatismes dans les systèmes pour être les plus réguliers possibles. 

Ce que l’on doit faire est d’exploiter le mieux possible notre Groupama Team France et de bien manoeuvrer. Aujourd’hui les dés sont jetés en ce qui concerne la technique, nous ne pouvons plus changer beaucoup de choses. Les configurations de chacun ont évolués ces derniers jours. Land Rover BAR a gagné pas mal de vitesse. De notre côté, nous avons moins progressé ces derniers jours. 

Les délais sont courts, nous connaissons nos configurations, il n’y a plus de gros changements à faire si ce n’est peut être d’autres safrans à essayer. Nous allons en discuter avec l’équipe technique. Néanmoins nous resterons demain sur la même configuration pour ne pas changer notre fusil d’épaule trop vite. Evidemment, nous allons régler le bateau différemment pour trouver des améliorations mais nous ne changerons pas tout ce que nous avons fait depuis des mois. Nous avons du retard sur les autres dans ces conditions de vent mais espérons pouvoir faire mieux dans différentes conditions. »

 

Le quatrième match opposait Land Rover BAR à Artemis Racing. Suite aux différentes régates d’entrainement on pouvait supposer que les anglais seraient à la peine du fait de leur déficit de vitesse, le scénario a été différent et le match très disputé et ce sont finalement les anglais qui disposent des suédois sur cette manche.

 

Le cinquième match opposait Emirates Team New Zealand à Oracle Racing, les kiwis tenaient le match mais lachaient le contrôle sur les américains et se faisaient passer sur une bascule, échouant à quelques secondes des américains.

Le dernier match a été le plus spectaculaire, il opposait Softbank Team Japan à Land Rover BAR, le pré départ était très agressif de la part de Dean Barker, qui lofait les anglais à 36 noeuds, Ainslie surpris ne répondait pas au lof et les deux bateaux entraient en collision. Les deux équipages disputaient tout de même la course, menée de bout en bout par les japonais, qui profitaient donc de la pénalité infligée aux anglais. Images impressionnantes durant cette course, de la coque des anglais qui se délaminait petit à petit sur les deux bord et sur le fond de coque, l’AC50 japonais semblait avoir moins souffert de la collision, cependant les deux équipes techniques ont du passer une grande partie de la nuit à réparer les bateaux.

En dehors du spectacle grandiose des AC50 déboulant à plus de 40 noeuds dans l’eau turquoise, le niveau parait très homogène et il parait très difficile aux français de passer les qualifiers après avoir vu de quoi était capable les anglais malgré leur léger déficit de vitesse.

Au classement, Land Rover BAR et Oracle pointent en tête avec 3 points (2 points de bonus des ACWS pour les anglais et leur victoire hier et 1 point de bonus des ACWS pour les américains et deux victoires hier), Artemis racing, Softbank Team Japan et Emirates Team New Zealand ont un point, et Groupama Team France garde un compteur vierge.

Suite du programme ce soir avec 

Race 7 : SWE vs FRA 

Race 8 : USA vs GBR

Race 9 : JAP vs NZL

Race 10 : USA vs SWE

Race 11 : NZL vs GBR

Race 12 : JAP vs USA

Le Maxi Edmond de Rothschild dévoilé par le Gitana Team

Le Gitana Team a dévoilé en grande partie son nouveau trimaran, le Maxi Edmond de Rothschild, qui sera mené par Sébastien Josse.

Celui-ci est actuellement en chantier chez Multiplast à Vannes, le multicoque a été dessiné par l’architecte naval  Guillaume Verdier  en collaboration avec le bureau d’études Gitana.

Le trimaran bénéficie des recherches faites par l’équipe de Guillaume Verdier sur la dernière Coupe de l’America’ (l’architecte avait dessiné le catamaran d’Emirates Team New Zealand, finaliste de l’America’s Cup), la coque centrale et des flotteurs sont fins et leurs carènes présentent une forme en U afin de favoriser le planning, et le vol.
L’objectif du Gitana Team étant de disposer du premier trimaran océanique capable de voler au large, pour se faire l’équipe avait déjà grandement fait évoluer le MOD70 du team (qui navigue aujourd’hui sous les couleurs de Maserati), qui a servi de laboratoire pour le développement des appendices.
Comme sur le Multi70′, le Maxi Edmond de Rothschild disposera de foils en L et de safrans à plans porteurs, qui permettront au trimaran de décoller, ils ne seront dévoilés que lors de la mise à l’eau en juillet.
Le skipper espère des vitesses proches des 40 noeuds en mode archimédien, et probablement quelques noeuds de plus en mode « aérien ».

Un soin particulier a également été porté à l’aérodynamisme de la plate forme avec des carénages de bras et un cellule de vie profilé en forme de goutte d’eau intégrant l’emplanture du mât, ainsi que la cellule de vie et le poste de manoeuvre, qui offrira au skipper un espace protégé pour mener son trimaran.

Initialement prévu avec une taille de 33m de long pour 23 de large, le trimaran ne mesurera finalement que 32m de long, afin de coller aux mesures maximales du Collectif Ultim. Reste la question de l’asservissement des appendices sur lequel le Gitana Team travaille depuis plusieurs années, celui-ci est jusqu’ici interdit par le Collectif. Cependant il est probable que ce point puisse être rapidement revu afin d’intégrer le Maxi Edmond de Rothschild au groupe.

Le programme de Gitana 17 comprend la Transat Jacques Vabre en novembre 2017(Sébastien Josse embarquera Thomas Rouxel pour le seconder), en 2018 il sera sur la ligne de départ de la Route du Rhum puis  sur celle du tour du monde en solitaire en course à l’automne 2019.

En dehors des innovations technologiques, le Gitana Team innove aussi du côté artistique avec une décoration adaptée par Jean-Baptiste Epron au trimaran d’après une oeuvre originale de Cleon Peterson.

Toulon attend le vent pour les Louis Vuitton America’s Cup World Series

La première journée des Louis Vuitton America’s Cup World Series de Toulon a débuté sous pavillon rouge, d’attente, en début d’après midi hier.
Cette attente s’est longuement prolongée, le comité de course dirigé par Ian Murray a tenté à trois reprises de lancer une manche, hélas chaque tentative a été un échec, le vent ne restant pas à plus de 6 noeuds durant les deux minutes nécessaires pour valider le départ.

Les équipages ont donc multiplié en fin d’après midi les procédures de départ d’entrainement, sous les yeux d’un public venu nombreux. Le Groupama Team France a tenté de satisfaire son public en offrant des phases de foiling, en tractant l’AC45 bleu-blanc-rouge derrière le tender de l’équipe.

Les prévisions ne sont guère plus optimistes pour aujourd’hui et demain, avec 6 à 8 noeuds attendus entre 14 et 16h, toujours sous une grosse chaleur.
Des phases de foiling semblent donc plus qu’illusoires, il ne reste plus qu’à espérer une brise thermique suffisante pour lancer quelques manches.

Premier vol pour l’AC45 Test de Groupama Team France

Le communiqué de presse de Groupama Team France :

35000 heures de construction et quasi autant en terme de réflexion au sein du design team, et voilà le catamaran prototype qui vole avec 10 nœuds de vent. Au portant d’abord, puis au près, les coques se sont surélevées, portées simplement par les appendices : 2 foils en L et 2 safrans en T. Majestueux !

C’est avec de grands sourires que l’ensemble de l’équipe Groupama Team France est rentré au ponton en cette fin d’après-midi après cinq heures sur l’eau au large de Lorient.

Lors d’une première journée de navigation, il n’est pas question de contraindre massivement et immédiatement la structure. Aussi l’équipage a progressivement augmenté le rythme à bord du Class AC Test.

Le semi-rigide remorquant le bateau dans un premier temps, a fini par larguer le bout pour laisser le prototype « designé » par le bureau d’étude de Groupama Team France s’exprimer. Les premiers bords timides ont vite cédé la place à une navigation plus assurée ; une heure plus tard, les coques décollaient au-dessus de l’eau. Seule ombre au tableau, la confirmation de la mauvaise santé du foil bâbord qui s’est abîmé durant cette première sortie. Mais l’équipe menée par Franck Cammas avait anticipé et mis en construction un autre appendice.

©Eloi Stichelbaut/Groupama Team France

Franck Cammas : « C’était extra ! Groupama Team France est un bateau sain. Il y a beaucoup de systèmes à gérer à bord, notamment autour de la barre ; mais c’est assez simple. Aujourd’hui il y avait 10 nœuds de vent et on a volé. Seul le foil qu’on savait d’ores et déjà endommagé suite aux tests de rupture, a comme prévu eu une durée de vie très brève. Mais on a anticipé la construction d’un nouvel appendice.
La journée est très positive, étourdissante ! »

Martin Fischer, responsable Design Team : « Le Class AC Test a bien volé. Il est très stable au portant et au près l’angle est correct ! Quant au fonctionnement des systèmes, c’est encore mieux que ce qu’on espérait ! A part le foil, mais nous n’avons pas été surpris, cette première sortie s’est très bien passée. »

Le Class AC Test Groupama Team France va poursuivre les entrainements pendant encore cinq mois avant de se transformer en Class AC avec des coques plus longues de 1,5 mètres et prendre le chemin des Bermudes.

Baptême de l’AC45 AC Test de Groupama Team France aujourd’hui à 18h30 à Lorient

Le Groupama Team France baptisera son AC45 AC Test ce soir à 18h30 à Lorient. Franck Cammas et ses hommes utiliseront ce catamaran à foil et à aile rigide pour les entrainements en vue de la prochaine America’s Cup.

Le defender Oracle Team USA, a choisi de limiter les navigations sur les AC50 qui seront utilisés pour la Coupe de l’America, les challengers ne pourront mettre leur bateau à l’eau que 150 jours avant le début des Louis Vuitton America’s Cup Series.
Les équipes utilisent donc des AC45 modifiés qui reprennent  les poutres et le gréement du futur AC50, afin de s’entrainer et de développer les systèmes d’appendices, et d’explorer des solutions sur les quelques éléments non monotypes du bateau.

L’AC45 AC Test de Groupama Team France  a déjà été mis à l’eau une première fois au chantier Multiplast en fin de semaine, après 6 mois de construction.
Les poutres et longeron central ont été fabriqués en Suisse au chantier Décision S.A., les coques  et les 3 volets arrière de l’aile l’ont été confectionnés à Multiplast à Vannes.
Le groupe Carboman a utilisé la technique TPT lors de cette construction.

Equipes construction AC45
Photo Multiplast SA

A noter une première innovation architecturale par rapport à la concurrence avec des strakes au niveau des étraves, ces redans, utilisés également sur les hydravions, permettent de limiter l’enfournement, de soulager l’étrave plus rapidement pour initier la phase de vol plus rapidement.

Rendez-vous à la BSM de Lorient ce soir pour la mise à l’eau et le baptême du catamaran. Cet événement pourra également être suivi sur le Facebook de l’équipe et sur YouTube.

 

 

 

Belle journée pour le Groupama Team France lors des Louis Vuitton America’s Cup World Series d’Oman

Les conditions sont restées légères à Oman pour la seconde et dernière journée de ces Louis Vuitton America’s Cup World Series avec des vents de 7 à 9 noeuds. En dehors de quelques secondes de foiling, les équipages et les spectateurs auront dû se contenter de régates en mode archimédien.
Malgré tout, la journée était loin d’être soporifique, puisque tous les équipages pouvaient prétendre au podium ce matin, avant les trois manches du jour, étant donné le système du super sunday (les points comptant double lors de cette dernière journée).

Sur le premier départ, Groupama Team France est bien positionné mais part sans vitesse, les kiwis d’Emirates Team New Zealand prenaient rapidement la tête de la course alors que les français étaient distancés avec Oracle Team USA et Artemis Racing. Peter Burling et ses hommes remportaient cette manche devant Land Rover BAR et Softbank Team Japan, Artemis terminait 4ème devant Oracle Team USA, Groupama Team France terminant dernier à une petite seconde des américains.
Les statistiques de course étaient cependant plutôt correctes pour le team français qui se situait dans le top 3 en vitesse moyenne, mais qui parcourait plus de distance que les autres et avec nettement plus de manoeuvres de changement de bord que les équipes terminant sur le podium (11 virements ou empannages pour les français contre 6 à 7 pour ETNZ, BAR et Softbank).

© ACEA 2016 / Photo Ricardo Pinto

© ACEA 2016 / Photo Ricardo Pinto

L’équipage de Groupama Team France, mené par Adam Minoprio, ne se focalisait pas sur ce résultat décevant en effectuait un beau départ sur la seconde manche ; alors que Land Rover BAR, Artemis racing et Softbank Team Japan étaient pénalisés sur cette phase. Oracle Team USA prenait le leadership devant Groupama Team France. Les deux équipages déroulaient leur course en tête alors que quatre bateaux étaient groupés derrière à plus d’une minute à la deuxième marque de parcours. Emirates Team New Zeland parvenait à s’échapper de ce groupe et prenait la 3ème place derrière Groupama Team France 2nd et Oracle Team USA vainqueur de la manche. Ben Ainslie parvenait de nouveau à prendre l’avantage sur ses adversaires pour accrocher la 4ème place devant Artemis racing et Softbank Team Japan.

© ACEA 2016 / Photo Ricardo Pinto

© ACEA 2016 / Photo Ricardo Pinto

Adam Minoprio effectuait de nouveau un beau départ sur la dernière manche, alors que Land Rover BAR et Artemis racing écopaient de nouveau d’une pénalité. Oracle Team USA et Groupama Team France se détachaient de nouveau en tête de flotte. Sur le dernier bord de près Groupama Team France prenait l’avantage sur le defender en choisissant le côté opposé du plan d’eau. Au passage de la marque Artemis racing, en lutte pour la 3ème place avec Land Rover BAR ,accrochait la ligne de mouillage d’une bouée de la porte avec un safran, ce qui obligeait un équipier à plonger pour libérer le bateau. Groupama Team France gardait la tête sur le dernier portant et remportait cette manche devant Oracle Team USA et Land Rover BAR. Softbank Team Japan se classait 4ème devant Emirates Team New Zealand et Artemis racing.

Groupama Team France effectuait donc une belle opération avec cette victoire et cette seconde place, mais terminait malgré tout 4ème de ce Louis Vuitton America’s Cup World Series d’Oman, remporté par Land Rover BAR devant Oracle Team USA et Emirates Team New Zealand. Softbank Team Japan n’arrivait pas à conclure de beaux débuts de manches et finissait 5ème, Artemis racing toujours aussi inconstant terminait dernier de cet étape.

La prochaine étape aura lieu à New York les 7 et 8 mai prochains, Franck Cammas qui termine sa convalescence et l’ensemble du Team France resteront à Oman la semaine prochaine pour poursuivre leurs entrainements.

Cette belle performance du Team France est de bonne augure pour la suite des acts, mais devra être validée dans des vents plus forts et donc avec un AC45F en mode foiler.