Tour du Monde en solitaire : le meilleur partiel de tous les temps au Cap de Bonne Espérance pour François Gabart

François Gabart enchaine les performances exceptionnelles.
Après le record des 24h établi mardi avec 851 milles, le skipper du trimaran MACIF ajoute une nouvelle ligne à son palmarès aujourd’hui, en battant le temps de référence absolu entre Ouessant et le Cap de Bonne Espérance en 11 j 20 h 10 min, celui-ci était jusqu’alors détenu  par Loïck PEYRON en équipage lors du Trophée Jules Verne 2011/2012  en 11 j 21 h 48 min. François Gabart aura donc fait mieux d’ 1 h 38 min.

Photo Jean Marie Liot / DPPI / MACIF

Il améliore également le record officielvOuessant-Cap des Aiguilles en 11 j 22 h 20 min  également détenu par Loïck PEYRON et l’équipage de Banque Populaire V lors du Trophée Jules Verne 2011/2012 en 11 j 23 h 49 min, le temps est amélioré d’1 h 29 min de mieux.
Plus important que ces temps de références intermédiaires, François Gabart  disposait lors de son passage à Bonne Espérance d’un avantage de  2 j 06 h et 24 min sur les temps du record autour du monde de Thomas Coville.

Le skipper navigue  désormais dans l’océan indien, il a débuté une série d’ empannages qui lui permettront de rester dans une bonne veine de vent de la dépression qui l’accompagne depuis les côtés sud américains. Il lui faudra ensuite remonter  vers les Quarantièmess pour accrocher une dépression en cours de formation au large du Mozambique et qui devrait l’accompagner sur ce nouvel océan abordé aujourd’hui. Ce recadrage devrait également lui permettre d’éviter une zone de glaces dérivantes.

Tour du monde en solitaire : le record Ouessant-Bonne Espérance après celui des 24h pour François Gabart ?

François Gabart a réalisé une énorme performance hier, en battant son propre record des 24 heures en solitaire. Il a porté le record à 851 milles sur son trimaran MACIF.
Aujourd’hui il a poursuivi sur une route est par 45°S, il a parcouru 690 milles sur les dernières 24 heures.
Il devrait en toute logique décrocher le meilleur partiel de tous les temps équipage et solitaire confondus, en coupant la longitude du Cap de Bonne Espérance, distante de moins de 200 milles, alors qu’il reste environ 8h au marin pour les parcourir.
Une performance exceptionnelle dans tous les cas, la navigation en solitaire sur ces multicoques à foils s’apparentant parfois à un numéro d’équilibriste lorsqu’il faut maintenir de telles cadences.

©Vincent Curutchet / ALeA / Macif

François Gabart, skipper du trimaran MACIF :
« Le pilotage sur un tour du monde en solitaire ne se fait pas à la barre, c’est essentiellement le pilote automatique qui se charge de ça – par exemple depuis lundi, je n’ai pas touché une seule fois à la barre
 . Le pilotage, c’est arriver à trouver le bon angle par rapport aux vagues et au vent, faire en sorte que le bateau aille vite en souplesse. Cela nécessite beaucoup d’écoute du bateau. Il faut sentir les vibrations qui ne sont pas normales, les bruits suspects, qui sont souvent les signes importants qu’il faut trouver une solution pour aller vite ».« Le défi, c’est de trouver le juste équilibre entre pousser la machine pour avancer et ne pas trop la pousser pour ne pas la fragiliser »

Tour du Monde en Solitaire : le record des 24h pour François Gabart avec 851 milles et un temps record à Bonne Espérance

François Gabart poursuit sa route parfaite sur l’Atlantique Sud, après une réparation d’une latte de grand voile cassée hier. Le skipper de MACIF a donc été contraint d’affaler celle-ci pendant deux heures trente afin d’effectuer le changement de latte.
Ensuite le marin a repris des vitesses impressionnantes puisqu’il a pulvérisé son record des 24 heures en solitaire à plusieurs reprises aujourd’hui. François Gabart détenait déjà celui-ci avec 784 milles, il a porté la barre à plus de 800 milles pour terminer à 851 milles, soit 35 noeuds de moyenne.

Photo Jean Marie Liot / DPPI / MACIF

En dehors de la performance et de ce nouveau record, la manoeuvre avait également pour but d’éviter d’être rattrapé par des vents trop forts dans son dos.

Le marin évolue actuellement à 43° sud avec 510 milles d’avance sur le record de Thomas Coville, il est fort probable qu’il s’adjuge également le meilleur temps intermédiaire solitaire et équipage confondus entre Ouessant et Bonne Espérance.

François Gabart, skipper du trimaran MACIF, à propos de ce nouveau record :
« J’en suis ravi. Les records sont faits pour être battus, c’est comme ça qu’on progresse. Les sensations à ces vitesses sont assez extraordinaires, le bateau vole, c’est un mélange de puissance et de légèreté.Maintenant, ce n’est pas l’objectif prioritaire, l’idée est d’abord de finir ce tour du monde… »

Tour du monde en solitaire : François Gabart connait des soucis de latte de grand voile mais porte son avance à près de 300 milles

La configuration météorologique reste extrêmement  favorable pour François Gabart, qui fait une route quasi directe vers le Cap de Bonne Espérance, sur le dos d’une dépression née au large de l’Amérique du Sud.

Son avance sur le record se porte à près de 300 milles ce soir, le skipper évolue à près de 30 noeuds à l’heure actuelle.

Photo Jean Marie Liot / DPPI / MACIF

A noter un soucis sur une latte de grand voile, qui a contraint le skipper à affaler celle-ci cette après-midi. Le trimaran a repris son allure de croisière dans la soirée, ce qui laisse à croire que la toile a été renvoyée et que le soucis est réparé.

 

 

Tour du monde en solitaire : François Gabart vers un temps record au Cap de Bonne Espérance

François Gabart, sur son trimaran MACIF a accroché la dépression qui est née sur les côtes brésiliennes. Il est désormais dans un flux d’une quinzaine de noeuds, qui propulse le multicoque au double de la vitesse du vent. Ce flux devrait se renforcer.

En dehors de cette pression et des vitesses du navire qui en découle, c’est surtout la trajectoire de cette dépression qui est intéressante,  cell-ci le mène vers les quarantièmes et le Cap de Bonne Espérance sur une route quasi directe.

Photo Jean Marie Liot / DPPI / MACIF

La cellule météo, menée par  Jean-Yves Bernot est donc aussi satisfaite que le skipper de cette situation plus que favorable pour le record.

Ce soir, l’avance sur le record de Thomas Coville se porte à 200 milles, et les routages donnent un temps de passage au Cap de Bonne Espérance de 12 jours.

 

 

 

Tour du Monde en Solitaire : François Gabart à plus de 30 noeuds et dans une situation météo très favorable

François Gabart poursuit sa descente de l’Atlantique au large du Brésil, il a mis un peu d’est dans sa route depuis quelques heures. L’objectif étant d’aller chercher la dépression qui est en cours de formation au large de Rio dès demain. Cette dépression devrait l’emmener vers le Cap de Bonne Espérance à grande vitesse en environ cinq jours, ce qui donnerait un temps de passage de 12 jours, soit deux jours d’avance sur le record de Thomas Coville.

Photo Jean Marie Liot / DPPI / MACIF

François Gabart, skipper de MACIF :
« Nous allons chercher la dépression qui naît au Brésil et qui va descendre jusqu’au cap de Bonne-Espérance et, pour l’instant, ça se présente très, très bien.
 Forcément, j’ai tapé dans le bonhomme, parce qu’il faut aller chercher un record qui a été positionné à 49 jours. Il faut se préserver afin d’être bon pendant 49 jours. Evidemment, on se met dans le rouge dès le début, mais il faut faire attention à ne pas dépasser la petite limite après laquelle on ne récupère pas bien.
l faut trouver l’équilibre pour réussir à rester en appui sur la coque centrale, mais ce n’est pas si facile quand on va vite. Je n’arrive pas à rester sur la coque centrale tout le temps et je ne suis pas encore hyper à l’aise à l’idée de dormir comme ça. Ça commence à venir, il faudra de l’entraînement encore. Du coup, mon sommeil est lésé, malgré la fatigue. J’ai réussi quand même à faire quelques siestes
 ».

Le retard du skipper sur le record s’est nettement réduit à 25 milles, dans quelques heures, le déficit devrait se transformer en avance, qui ne devrait donc cesser de croitre jusqu’au premier grand cap de ce tour du monde.

Le skipper a également été amené à effectuer une petite réparation sur sa galette de J1, à voir en vidéo.

 

 

 

 

 

Tour du monde en solitaire : François Gabart réduit l’écart

François Gabart n’a pas décroché le record intermédiaire à l’équateur, après une traversée du Pot au Noir qui lui a coûté 24h, le skipper accroche le second temps en solitaire avec 5 jours 20h 45 min, soit 3h34 de retard sur le temps de référence de Thomas Coville.

Photo Jean Marie Liot / DPPI / MACIF

Malgré une petite déception pour le skipper de MACIF, la suite s’annonce plus souriante avec une dépression en cours de formation au large de l’Argentine. Celle-ci devrait l’accompagner dans les 40èmes et vers le Cap de Bonne Espérance. Les routages de l’équipe météo espèrent un passage au  cap en moins de deux semaines.

François Gabart navigue ce soir au large du Brésil avec 80 milles de retard sur le temps du record de Thomas Coville.

 

 

Tour du monde en solitaire : sortie de Pot Au Noir pour François Gabart qui accuse 167 milles de retard

Le passage du Pot au Noir aura duré 20 heures pour François Gabart,  le skipper de Macif accuse désormais du retard sur le temps du record de Thomas Coville. Celui-ci se monte à 167 milles ce soir.
Pas d’inquiétude cependant pour Jean-Yves Bernot, le routeur à terre de MACIF, ni pour le marin, qui devrait passer l’équateur dans une dizaine d’heures.

Photo Jean Marie Liot / DPPI / MACIF

Le trimaran navigue désormais dans les alizés qui vont se renforcer, le skipper devrait ensuite accrocher une dépression au large du Brésil qui l’emmènera vers les 40èmes et le Cap de Bonne Espérance, avec probablement de l’avance sur Thomas Coville.

Retour en vidéo sur les 24 dernières heures :

 

Tour du Monde en solitaire : François Gabart maintient son avance et fait son entrée dans le Pot au Noir

François Gabart, sur son trimaran MACIF, après 4 jours et demi de mer, conserve une avance d’une centaine de milles sur le record de Thomas Coville.
Il est nettement ralenti ce soir avec une vitesse inférieure à dix noeuds, du fait de son entrée dans le Pot au Noir. Cette fameuse Zone de Convergence Inter Tropicale semble assez classique dans sa présentation, elle ne semble pas extrêmement active ni trop étendue. Le skipper devrait donc en ressortir sans trop de perte dans un jour à un jour et demi, et récupérer des alizés d’est d’une vingtaine de noeuds.

Photo Jean Marie Liot / DPPI / MACIF

Les conditions sur l’Atlantique Sud s’annoncent très favorables avec un anticyclone de Sainte-Hélène bien positionné près de l’Afrique du Sud, ce qui engendre la formation de dépression au large du Brésil, François Gabart devrait pouvoir accrocher l’une d’entre elle, qui le mènera vers les quarantièmes et le cap de Bonne-Espérance.

 

 

Mais quoiqu’il en soit, le trimaran MACIF devrait mettre entre 5 jours et demi et six jours pour atteindre la ligne de changement d’hémisphère où les alizés d’Est soufflent à une petite vingtaine de nœuds. Dès ce week-end, François Gabart va ainsi retrouver des vitesses supérieures à trente nœuds pour glisser le long des côtes brésiliennes. Or avant même le cap Frio, ces alizés prennent une orientation Nord : l’anticyclone de Sainte-Hélène qui gère les conditions météorologiques dans l’Atlantique Sud est en effet fort bien positionné du côté de l’Afrique du Sud, ce qui permet aux dépressions qui se forment dans le golfe de Rio de Janeiro, de traverser rapidement cette zone subtropicale pour rallier les Quarantièmes Rugissants. Un magnifique ascenseur pour atteindre la longitude du cap de Bonne-Espérance avec de l’avance… Et surtout une position favorable pour aborder l’océan Indien !

Tour du Monde en solitaire : 100 milles d’avance pour François Gabart

François Gabart poursuit sa route vers l’équateur en parvenant à conserver de l’avance, 100 milles ce soir, sur le record de Thomas Coville.

©Vincent Curutchet / ALeA / Macif

Cette avance s’est réduite par rapport à hier, du fait d’une zone de grains rencontrée dans la journée, comme l’explique le skipper :

« Juste après le jybe, je suis resté collé derrière un grain pendant une heure, à devoir faire du cap au nord-ouest alors que je voulais aller au sud, commente François. Une heure après, j’ai réussi à passer sous un grain, à la limite de la pluie. Ça allait vite, mais c’était chaud ! J’étais sous gennaker et grand-voile haute à affronter à la barre des rafales de 35 nœuds qui rentraient en quelques secondes. J’allais dans le bon sens, mais j’ai passé du temps à la barre pour essayer de maintenir tout ça à l’endroit ».

Actuellement les conditions  sont d’environ 12 noeuds, MACIF évolue malgré tout à 27 noeuds.
L’équipe du routeur à terre, Jean-Yves Bernot prévoit un passage de l’équateur dans un temps de  5 jours et 22 heures.