Route du Rhum J4, Peyron accroit son avance

Loick Peyron continue à creuser son avance sur ses adversaires en ce quatrième jour de course, seul Yann Guichard a réussi à limiter la casse avec un retard de 170 milles sur le solide leader. Plus en arrière, la bonne opération du jour est pour Lionel Lemonchois, troisième, qui a poussé un peu plus sud que ces adversaires, ce qui lui a permis de reprendre l’avantage sur ses poursuivants, avec un matelas d’une centaine de milles sur le quatrième, Sébastien Josse.

Francis Joyon et le reste de la flotte n’ont pas réussi à toucher le même flux que les bateaux plus en avant, Sidney Gavignet a presque raccroché le trimaran rouge avec 30 milles de retard. Yann Eliès tente sa chance sur une route sud, à 600 milles du leader.

 

Loïck Peyron, skipper de Banque Populaire VII, leader :

« On est à la recherche des alizés perdus… J’ai passé une nuit compliquée dans des grains, de la pluie, du vent, pas de vent, il y a eu du travail, c’était laborieux mais magnifique… C’est agréable, la journée est ensoleillée et la nuit éclairée par la lune… Le soleil se lève depuis une heure et ça commence à taper. Les journées sont chaudes. La ligne de grains est derrière moi, c’est impressionnant. On est en train de contourner cette petite bulle. Tout ce qu’on peut mettre comme voile on la met. Mon camarade Yann n’a pas été ralenti cette nuit  et j’ai une pensée pour lui qui doit manœuvrer son gros bateau. De mon côté, je n’ai pas empanné depuis Madère. Je suis en tête mais les jeux ne sont pas fait du tout. Mais c’est sûr, c’est agréable d’être dans ma position. Mener tout seul ce gros bébé, c’est vraiment impressionnant. Je vais bien, voire même très bien. Je ne rechigne pas à la manœuvre. J’ai trop mangé hier, je vais faire diète aujourd’hui, et essayer de faire la sieste. Dès que j’ai 30 secondes, je vais au lit. Et je vais essayer de vous envoyer une photos ou deux. »

Yann Guichard, skipper de Spindrift 2, second :

« Nous avons peu manœuvré ces dernières heures et j’ai pu me reposer. Sincèrement, je n’imaginais pas que ce serait aussi difficile physiquement. Maintenant que nous sommes dans l’alizé, il va falloir faire les bons choix de trajectoires avec mes routeurs pour limiter les manœuvres et me permettre de tenir jusqu’au bout. Loïck s’est échappé, c’est vrai, mais j’ai réussi à bien me sortir de la zone de calme et mieux que mes proches adversaires.  J’avance dans un vent de 12 à 20 nœuds. Le bateau glisse bien dans une mer à 25 degrés, sous un grand soleil et un ciel d’alizé avec de petits cumulus.»

 

Lionel Lemonchois, skipper de Prince de Bretagne, troisième :

« Le petit bord dans le sud réalisé hier s’est révélé franchement pas mal. Avant d’y aller, j’avoue avoir un peu hésité car ce n’est pas facile de se décider de naviguer avec des angles très fermés. Il se trouve que j’ai bien fait. Je suis content. J’ai joué avec ce que j’avais sur l’eau et pas avec ce qu’il y avait sur les cartes. Comme la molle descendait du nord, je me suis dit que pour me sortir de là, je n’avais pas le choix : il fallait que je tente un truc au sud. C’est bien que ça ait payé car depuis le départ, les conditions sont toujours plus faciles pour ceux qui sont devant. Grâce à cette petite option, je reste dans le même jeu que Banque Populaire et Spindrift. Ce matin, sur les « pos reports », j’étais d’ailleurs un peu plus rapide qu’eux. Le vent a bien changé. Il est plus nord que prévu et cela me permet de descendre. Plus je vais au sud, plus j’ai de chances de toucher des alizés propres. Aujourd’hui, je ne devrais pas avoir d’empannage à effectuer. Les routages ne m’en prévoient d’ailleurs qu’un seul d’ici à l’arrivée à la Tête à l’Anglais, mais en réalité, c’est difficile de dire combien je vais avoir à en faire puisque, depuis hier, les conditions que j’ai sur l’eau ne sont pas conformes aux fichiers. En attendant, j’essaie de faire marcher la machine au mieux. Là, j’ai entre 17 et 22 nœuds de vent. Ca varie en fonction des nuages et des grains. Par ailleurs, je suis satisfait parce que j’ai enfin réussi à trouver le sommeil alors que depuis le départ, je n’y arrivais pas et cela avait tendance à me stresser un peu. C’est vrai que le début de course a été difficile, mais c’est souvent ça une transat : on en chie pendant deux ou trois jours et ensuite ça s’arrange. A présent, la mer est rangée et je devrais trouver des alizés plus réguliers très prochainement ». 

Sébastien Josse, skipper du Multi 70 Edmond de Rothschild, quatrième :

«  Autour de moi, le décor a bien changé. La nuit dernière, j’étais sous les grains avec de la pluie et un vent quasi absent. Alors que maintenant, le vent est enfin rentré et j’avance dans le bon sens, direction la Guadeloupe. Le bateau glisse bien et c’est une autre course qui démarre. C’est grand ciel bleu, la mer est ordonnée et les températures sont déjà bien plus sympathiques avec 23° à 25°C. Mais ça va vite donc le ciré est encore de rigueur. Ce matin, j’ai pu me changer et faire un brin de toilette … la première depuis le départ.»

 

Sidney Gavignet, skipper du multi 70 Musandam Oman Sail, sixième :

« (…) Cette nuit mon bras était assez douloureux, je dormais la tête en bas pour aider au drainage, pas facile de retrouver ses repères quand je me réveillais pour réagir à une hausse de vent. A chaque réveil, je gardais le bras en l’air. Puis en fin de nuit, je me suis pris un petit bout de gingembre confit. Ça envoie encore plus que le camembert Président ! Après l’empannage de ce matin, il est clair que les choses s’arrangent, comme si le Gingembre avait fait sauter un barrage dans un vaisseau et que le processus de drainage était enfin lancé. On verra !
7 nœuds ce n’est pas grand-chose et ce n’est pas pour rassurer un marin qui n’a pas envie de se faire larguer par le reste de la troupe. Yann et son Paprec font le tour de la paroisse ? A fond de balle, Lionel et son Prince se sont déjà fait la malle. J’espère ne pas être le dernier couillon à rester profiter de ces petits airs.

Quoi qu’il en soit, je ne vais pas me plaindre, j’aurais pu naître Kurde ou Syrien, je ne serais pas ici à me dorer la pilule. J’ai eu un peu de retour sur les déboires de mes camarades, je viens de lire le communiqué de Jérémie Beyou, il en bave. J’ai aussi une pensée pour Seb Rogues qui aura presque tout gagné sur son Class 40 et pour Thomas évidement. J’étais tout proche de lui quand l’accident est arriv’, je n’ose imaginer la peur que ce doit être au moment du choc !!!A tous : tenez bon les gars, la vie continue, il suffit de la regarder avec la bonne oeil pour voir comme elle est belle. Je ne sais pas si ça suffit de la regarder avec le bon oeil mais ça aide. »

Yann  Eliès, skipper du Multi 70 Paprec Recyclage, septième :

«  C’est la première fois depuis le départ que je me sens en aussi grande forme. J’essaye d’attraper les alizés mais ce n’est pas encore ça. Avec mes routeurs, on a le sentiment d’avoir navigué comme on le voulait hier, d’être allé où on voulait et ça a payé. J’ai fait pas mal de petites siestes et plusieurs fois au réveil, je mettais 1 à 2 minutes à réaliser où j’étais, ce que je faisais là. Ça veut dire que j’étais vraiment allé dans le dur et ça ne m’arrive pas souvent. Ça y est, il fait beau, les embruns sont chauds. Je suis passé en ciré car il y a encore de l’humidité mais c’est beaucoup plus agréable. Hier soir après l’empannage, je me suis changé. Je n’avais pas encore enlevé ma sèche depuis le départ. Ça a fait du bien d’être propre même si le lavage à la lingette n’est pas ce qu’il y a de mieux (…)  Je mange super bien.  Il faut d’ailleurs que je vois avec les routeurs combien de temps va durer la plaisanterie car je mange comme un gourmand depuis 24 heures. Mais pour l’instant c’est parfait, j’ai suffisamment de beurre et de pain ! J’ai cuisiné les bananes avec une tablette de chocolat. Je fais mon célibataire, je me fais des petits plats que je mange dans la casserole en léchant le fond avec les doigts. »

Route du Rhum J3, avantage Peyron

Loïck Peyron a réussi à prendre l’avantage sur ses poursuivants cette nuit, au passage de Madère.

Le skipper de Banque Populaire VII a touché une brise plus soutenue à l’ouest, il a pu renvoyer la toile plus tôt et creuser une belle avance qui se porte désormais à 150 milles sur Spindrift 2. Les autre Ultimes n’ont pas pu accrocher ce wagon de l’alizé et vont fortement ralentir dans cette zone de hautes pressions, comme l’explique Antoine Koch, le routeur du Multi 70 Edmond de Rothschild : « L’anticyclone des Açores est attaqué par un front froid associé à une grosse dépression qui passe dans le Nord. Ce phénomène a tendance à fragiliser l’anticyclone et a pour conséquence que la zone de hautes pressions s’étale vers l’Est plus qu’à son habitude et donc bloque un peu le passage vers les alizés. Sébastien est dans un flux de Nord d’une douzaine de nœuds. Mais c’est assez instable en force et en direction. Exception faite de Banque Populaire, qui du fait de sa position plus Sud en pointe, va s’en sortir bien mieux que ses poursuivants – il continuera d’avancer à 25 nœuds quand derrière ils seront entre 10 et 15 nœuds –  les Ultimes vont connaître un coup de frein tout au long de la journée et plus particulièrement dans l’après-midi.  Une fois dans l’alizé, il y aura beaucoup de travail. Ca ne sera pas tout droit. Les routages semblent s’accorder sur de nombreux empannages à gérer pour garder la pression tout au long de la traversée vers les Antilles. La flotte devrait naviguer vent arrière et dans cette configuration le fait d’avoir un bateau léger sera un avantage»

Spindrift 2 est donc second, le skipper Yann Guichard semble fatigué par les manoeuvres très longues et physiques sur son trimaran de 40m, il pointe à 150 milles du leader, derrière trois bateaux sont assez groupés en terme de distance au leader, Prince de Bretagne, Edmond de Rothschild et Idec Sport qui se tiennent en 20 milles, 200 milles derrière Banque Popualire VII.

Les deux autres multis 70 de Sidney Gavignet et Yann Eliès accusent un retard de 250 à 300 milles.

 

 

Loïck Peyron, leader, skipper de Banque populaire VII :

« Mes collègues de bureau sont coincés dans une ondulation de l’anticyclone où on est passé in extremis. Les premières 48 heures ont été éprouvantes, pour le bonhomme et pour le bateau. J’ai essayé de faire ma première sieste hier matin, mais il m’est difficile de dormir quand le bateau tape à 30 nœuds. Je dors depuis par petites tranches de 10 minutes. On a bien visé le bas de cette barrière anticyclonique avec Marcel et Armel cette nuit. On voyait ces petits phénomènes et on a plongé sud juste à temps pour se glisser en dessous et toucher l’alizé. C’est passé in extremis. Il peut encore arriver de nombreux imprévus, car tout peut se passer sur l’eau. Côté bonne nouvelle, la météo semble bien organisée, sans mauvaise surprise. Côté mauvaise nouvelle et sur un plan plus personnel, je vais avoir l’obligation d’enchaîner les empannages, soit de bonnes séances de « muscu » à venir, sur une belle salle de sport avec vue sur mer. On commence dès ce soir, avec hissage du grand gennaker. J’ai fait des « checks » dans tous les coins. Je m’organise comme un jeune célibataire dans son petit studio. C’est la bagarre, et je n’ai pas lâché. Il fallait attaquer au bon moment et j’ai barré énormément, surtout de nuit, de longues heures à la barre très fatigantes. Je me suis d’ailleurs endormi, suis tombé et ai provoqué une belle embardée du bateau qui est monté très haut sur l’eau. On est dans l’alizé, en bordure anticyclonique et il fait bien meilleur. J’ouvre les hublots pour aérer, et je tiens mes fruits au frais. J’attaque plus que jamais ; c’est le moment idéal pour le faire, « breaker »  pendant que mes adversaires sont ralentis… 10% d’avance par rapport à la route à parcourir ce soir serait parfait. »

© T.Martinez/BPCE

 

Lionel Lemonchois, skipper du multi 80′ Prince de Bretagne :

« La nuit a été délicate. J’ai passé mon temps à manœuvrer car c’était très instable. Ca passait allégrement de 20 à 40 nœuds. Heureusement, depuis le lever du jour, ça va beaucoup mieux. Du coup, je vais pouvoir engranger un peu de sommeil et ainsi recharger les batteries. J’essaie de viser Yann Guichard (Spindrift 2). Son bateau est très grand mais aussi très lourd et si ça reste un peu mou, j’ai une chance de me rapprocher de lui.»

© Marcel Mochet

Francis Joyon, skipper d’Idec Sport, qui est privé d’une grosse partie de son informatique :

« Alors côté informatique le petit ordinateur portable est mort, l’ordinateur numéro un ne tient allumé qu’une seule minute et le troisième et dernier refuse catégoriquement de s’allumer. C’est pas terrible, mais j’arrive tout de même à apercevoir de temps en temps un fichier de vent ou un mail de mon routeur Jean-Yves Bernot. Je fais avec. Je ne sais pas trop où j’en suis par rapport à eux (ses adversaires). Je n’ai vu personne depuis la sortie de Manche..

Je trouvais le bateau très dur à barrer, c’était un peu dangereux… et je me suis aperçu qu’un petit camembert en bois retenant un lashing (cordage de fixation) du safran avait cassé. Du coup, le safran était partiellement relevé vers l’arrière et le bateau devenait très difficile à contrôler. A 30 nœuds, ce n’était pas génial… mais bon je me suis débrouillé en bricolant avec des boutes. Là aussi – j’ose à peine dire le mot – c’est un peu artisanal comme réparation, mais on dirait que ça tient.

Le début de course a été vraiment très brutal, mais là depuis Madère (déjà dans le sillage !) c’est un peu mollasson : on a une quinzaine de nœuds de vent de nord et on nous annonce une molle encore dans la journée. Au moins ça nous change parce qu’hier j’ai encore vu le vent passer de 10 à 43 nœuds en moins d’une minute… ce qui est un peu compliqué à gérer en multicoque.

J’ai dormi par tranches de quelques secondes ce matin, ça me suffit pour récupérer et je vais bien. En revanche, je n’ai pas encore pris le moindre repas chaud, je me suis contenté de quelques barres de céréales depuis le départ.. Ce n’est pas très diététique

Il faudra probablement tricoter quelques empannages pour rejoindre les alizés. Ce ne sera pas un grand tout droit.. »

 

Yann Eliès, skipper du Multi 70 Paprec Recyclage :

« J’ai rarement eu une nuit aussi difficile que ça avec les problèmes et la fatigue accumulée. Je pense que j’ai touché le fond la nuit dernière. Maintenant, objectif la surface ! »

« Vers 18h hier soir, j’ai eu des problèmes électroniques à bord qui m’ont obligé à ralentir. J’ai perdu deux heures à naviguer en mode compas et à bricoler à l’intérieur pour trouver d’où cela venait. Une déferlante a arraché ma casquette tribord (pare-brise qui protège le poste de barre des embruns), j’ai dû refixer un bas hauban qui s’était fait la malle, j’ai cassé une bosse de ris que j’ai dû réparé pour pouvoir renvoyer de la toile… Et comme la loi des séries continue, je me suis pris un filet de pêche cette nuit et j’ai dû faire une marche arrière pour m’en dégager. » 

«  Côté physique, mon seul souci c’est qu’avec tous les petits pépins techniques, je suis en déficit de sommeil. Les conditions météos ne sont pas simples car même s’il n’y a pas beaucoup de vent, c’est assez technique et il faut continuer à faire avancer le bateau.Je suis un peu en buttée de récupération de sommeil. A chaque fois j’arrive à grappiller 20 minutes par ci, 20 minutes par là mais je n’arrive pas à remplir les batteries pour être serein et lucide. Je sens que je suis un peu dans mes retranchements comme au bout d’une étape de Figaro et il est clair que je ne vais pas pouvoir faire le reste de la traversée comme ça. »

© Y.Zedda/PAPREC RECYCLAGE

Sidney Gavignet, skipper du Multi 70′ Musandam Oman Sail :


« Je repense au départ et je remercie tous ceux qui sont venus nous voir, c’était chouette de voir toutes ces têtes, merci à tous !

Le bateau est en forme, c’est incroyable ce qu’ils endurent, vous ne pouvez pas imaginer, ce qu’ils se prennent dans la gueule. Excusez l’expression, mais c’est la plus parlante !
J’ai pu bien me reposer aujourd’hui et prendre soin du bateau et de ma pomme. J’ai gouté au Strogonof lyophilisé à l’eau froide. Ça se mange. L’œdème de mon bras gauche ne gonfle plus, je le masse autant que possible et porte la main au ciel pour l’aider à drainer. Ce n’est pas facile car, même au repos, mon buste est plus haut que ma main car je ne dors pas allongé (Sidney dors dans un hamac). Bon c’est un peu du Calimero, mais ça fait toujours du bien de se faire plaindre (au cas où vous en auriez l’idée).
Je croise les doigts, je touche du bois pour que tout résiste maintenant aux longues heures de portant, c’est là que l’on voit si on a pensé à tout ! J’ai une pensée pour mon ange gardien Loik Gallon, le responsable technique. Je me dis aussi que mon ange gardien a une sacrée gueule de breton pour un ange gardien !
 Bon, en bref, tout va bien sur Musandam Oman Sail ! 
La nuit va être belle : proche de la pleine lune et ciel clair. On a de la chance ! »

Yann Guichard à la vacation du jour en vidéo :

Route du Rhum : J2, franche accélération à venir

Aucun soucis technique cette nuit au sein de la flotte des Ultimes, les skippers ont du faire face à des conditions encore scabreuses avec un vent bien établi d’une trentaine de noeuds et des rafales à 40, la mer restait relativement forte.

Ce matin, l’amélioration a été progressive avec une petite baisse du flux et une mer qui avait tendance à s’aplanir, ce qui a permis aux bateaux les plus puissants de creuser ou de reprendre l’avantage sur les plus petits de la flotte, les MOD 70.

Les classements calculés par rapport à la distance au but ne reflètent pas forcément la réalité, toujours en tête, Loick Peyron sur Banque Popualire VII a repris quelques milles sur Yann Guichard sur son maxi de 40 Spindrift 2 qui pointe à 60 milles, sur une trajectoire sensiblement identique, Séb Josse sur le Multi 70 Edmond de Rothschild pointe encore à la troisième place à une trentaine de milles du second. Décalés dans l’est, Francis Joyon sur Idec Sport et Lionel Lemonchois sur Prince de Bretagne sont classés à l’heure actuelle 6ème et 4ème, ils devraient se retrouver devant Sébastien Josse au pointage de ce soir grâce à un différentiel de vitesse de quelques noeuds. Yann Eliès sur Paprec Recyclage et Sidney Gavignet sur Musandam Oman Sail sont désormais en queue de flotte, leur objectif est de ne pas voir la porte du contournement de l’anticyclone se fermer devant eux, alors que les plus gros trimarans seront passés.

La flotte devrait passer Madère dès ce soir.

© Idec

 

Les skippers à la vacation du jour :

Lionel Lemonchois, skipper du trimaran maxi 80 Prince de Bretagne :

« Depuis le départ, nous n’avons pas eu une seule minute de répit. Ca a été vraiment dur et je commence à être bien fatigué. Il faut impérativement que j’arrive à dormir un peu aujourd’hui. Plus nous allons gagner vers le sud, mieux ce sera. Dans le golfe de Gascogne, la mer était vraiment dégueulasse et ce n’était pas facile d’aller vite. Là, depuis le lever du jour, ça commence à se calmer doucement et d’ici à demain, ce sera nettement plus confortable. Je vais donc tâcher de m’accorder une petite sieste de quinze minutes ce matin. En ce qui concerne le bateau, je suis content. Il se comporte bien. Idem pour le pilote automatique que j’ai réussi à faire marcher dans 40 noeuds de vent ».

 

Antoine Koch, routeur du Multi 70′ Groupe Edmond de Rothschild :

« La nuit a été agitée… Ils sont toujours dans la traîne active de la dépression avec un flux de Nord-Ouest puissant. Les grains qui sont nombreux sur leur route amènent beaucoup d’instabilité. Ce matin, Sébastien avait encore un bon 30 nœuds établi, grimpant à 40-45 nœuds dans les rafales et surtout une forte houle de Nord-Ouest d’environ 5 mètres.  Il se restaure comme il faut et il a réussi à se reposer hier après-midi et cette nuit, ce qui est très bien compte tenu de l’état de la mer et du vent encore fort. »

© Yvan Zedda/Gitana S.A.

Sébastien Josse, skipper du Multi 70 Edmond de Rothschild :

« Ça se passe pas mal, le plus gros est derrière nous : on est dedans mais la sortie est imminente. Ça va faire du bien. J’essaye de faire ce qu’il faut pour rester dans le match. On verra comment ça se passe après. Dans un ciel de traine avec de gros cumulus, il reste de la mer, 4 mètres de houle, 30 nœuds vent, trois ris ORC… Les conditions sont encore musclées. Ce ne sont pas les alizés !  J’ai une bulle de protection du cockpit qui est partie. Je vais la remettre plus tard. Je barre beaucoup. La suite : sortir de cette mer désordonnée ! J’attends que le vent adonne, mollisse, et on va renvoyer de la toile. Ce matin, j’en profite pour me reposer comme on est au portant : c’est plus pratique que le près. »

 

Yann Elies skipper du multi 70 Paprec Recyclage :

« Ça reste encore chaud : il y a plus de 30 nœuds de vent mais la mer s’aplatit doucement ce matin. Il y a une magnifique houle avec des déferlantes, c’est un peu l’ambiance du Grand Sud : ça faisait longtemps que je n’avais pas vu ça. Je commence à récupérer ce matin, j’ai bien dormi sous trois ris et trinquette, et j’avance correctement donc je suis arrivé à m’alimenter. Il fait beau, on commence à avoir du soleil, ça sent le bout du tunnel. On va déguster les pistes de ski dans la neige fraiche… On va attaquer dans quelques heures. La musique est respectée : les gros devant, les petits derrière. Je suis content de la façon dont j’ai navigué, car je ne suis pas loin de Sidney Gavignet qui est un bon marin.

Je suis impressionné par Sébastien Josse qui a fait des moyennes hallucinantes que je ne suis pas prêt de faire, et puis Lionel Lemonchois aussi a fait des moyennes de 27 nœuds, je suis impressionné ! C’est la question du choix de la voilure ce matin. Je vais sans doute renvoyer de la toile maintenant qu’il fait jour et que je suis en forme. Je me pose beaucoup de question sur la toile. Les autres ont l’expérience donc ils ne se la posent pas. C’est ce qui fait la différence entre Lionel Lemonchois et moi.

Les prochaines heures, ça devrait s’améliorer, le terrain va s’aplatir un peu, en même temps il va falloir mettre du charbon ! On va tous chercher à contourner l’anticyclone, si on prend du retard, ça va s’étirer par devant. Jusqu’à présent, j’ai eu du mal à tenir les moyennes des routages. J’espère maintenant tenir la cadence, car j’ai peur que la porte se ferme pour les petits bateaux dans le contournement de l’anticyclone. Je vais renvoyer de la toile et voir si c’est le bon choix et puis j’ai un peu de bricolage à faire… »

 

Sidney Gavignet, skipper du multi 70 Musandam-Oman Sail :

« Je me fais griller au soleil dans ma cabine à chien, ça fait du bien ! On est sorti du gros temps avec grosses bourrasques, des rafales plus fortes de 10 nœuds : j’ai failli cabaner hier matin, mais j’ai eu le temps de choquer l’écoute en grand et de me préparer à rentrer à l’intérieur au cas où le bateau se serait retourné. Cette nuit et ce matin, j’ai un peu trainé la patte. Je dormais dans mon hamac la télécommande dans la main, donc je n’ai pas été rapide : on n’arrivera pas aller aussi vite que les gros. Nerveusement, ça va très bien, rassurez vous ! Physiquement ça va aussi. Mais je n’ai plus d’eau chaude, j’ai cassé mon réchaud, c’est con pour la nuit. On attend que le vent tourne gentiment vers le Nord, on garde du vent pendant un moment, j’ai 30 nœuds maintenant, alors que cette nuit on a eu 30 35 nœuds. J’ai eu une bourrasque à 45 nœuds avec de la grêle, c’était spécial ! On fait une pointe à 35 nœuds dans une vague, mais ca va ! Il faut quand même être vigilant… Les vagues sont ¾ arrières donc c’est moins dangereux que les deux premiers jours. »

Yann Guichard, skipper de Spindrift 2 :
« Il y a de la mer, pas très ordonnée, elle est grosse, c’est surtout les grains qui sont puissants, mais moins depuis 1h ou 2h. Toute la nuit 45 nœuds dans les grains, c’est chaud… Ça va, ca glisse, on va vers l’amélioration, le vent va mollir dans 3-4 heures car c’est fatigant, avec les manœuvres et les changements de voiles. Sur ce type de bateau, ça prend du temps. J’arrive à revenir sur les premiers, donc je suis content. J’adapte ma voilure, j’ai passé la nuit avec deux ris, je suis revenu depuis hier, il faut renvoyer un ris ou pas… 50 milles de retard, ce n’est pas grand chose, on va être serré dans le Sud, il va falloir tenir le rythme, il va falloir que je renvoie de la toile, donc je vais perdre du terrain mais revenir après. Je suis agréablement surpris pas le bateau : j’arrive à le gérer… J’ai dormi un tout petit peu ce matin. »

 

Loïck Peyron, skipper de du maxi solo Banque Populaire VII: « La mer commence à  s’aplatir : la meilleure nouvelle que nous ayons eue depuis 48 heures ! Mais ça bouge beaucoup, énormément même. Le vent est toujours très instable : ça va de 25 à 40 nœuds dans les grains et on ajuste tout le temps le pilote. Les conditions jusqu’à présent étaient dantesques. Cette nuit, c’est beaucoup mieux : il y a de la lune, quelques nuages, pas beaucoup de bateaux, les grandes manœuvres vont commencer. Cela ne peut que s’améliorer. D’ici demain cela sera nettement plus confortable. J’ai passé beaucoup d’heures à la barre et même avec ce bateau qui est large, j’ai failli le mettre sur le toit en m’endormant à la barre : en tombant, j’ai fait abattre le bateau et le temps de remettre tout cela en place, je me suis fait quelques cheveux blancs ! »

Route du Rhum, le point après 24 heures

Le départ d’hier n’aura finalement pas posé de problèmes aux marins, Sidney Gavignet sur Musandam Oman Sail gratifiait les chaines de TV d’une belle montée sur un flotteur en tête de la flotte des Ultimes après le passage de ligne, Thomas Coville revenait ensuite grâce à la puissance de son bateau, tout comme Lionel Lemonchois très à l’aise sur Prince de Bretagne, ce dernier passait la bouée du Cap Fréhel en tête devant Sidney Gavignet et Thomas Coville.

Avec u vent fraichissant et une mer difficile, on pensait que les skippers des Ultimes allaient privilégier la vitesse et réduire les manoeuvres, au final seuls Yann Guichard sur Spindrift 2 et Yann Eliès sur Paprec recyclage choisissaient cette option avec un seul virement. Le reste de la flotte menée par Loick Peyron sur Banque Populaire VII effectuait trois virements pour parer la pointe Bretagne et Ouessant.

Loick Peyron a fait parler la puissance de son bateau durant la nuit et s’est creusé une avance de presque 50 milles sur Groupe Edmond de Rothschild barré par Sébastien Josse. Le reste de la flotte navigue entre 60 et 80 milles du leader avec des trajectoires assez proches, Francis Joyon sur Idec Sport pointé 7ème faisant une route plus à l’est alors que Prince de Bretagne plus au large (40 milles en latéral) est pointé 3ème.

Les fortes conditions de mer et de vent n’auront pas l’instant pas été rédhibitoires aux plus petits bateaux, notamment les MOD 70.

L’événement marquant de ce début de course reste l’avarie de Thomas Coville survenue hier vers 23h30. Alors qu’il allait sortir du rail d’Ouessant, le skipper de Sodeb’O a semble-t-il manqué de lucidité et est descendu dans la coque centrale pour régler un soucis de moteur. A sa sortie, il n’a pu éviter le choc avec un cargo qui était en route de collision avec Sodeb’O Ultim. Le bateau est très endommagé avec le flotteur tribord arraché jusqu’au bras et l’étrave de la coque centrale  également manquante, le skipper et le bateau sont en sécurité à Roscoff.

Thomas Coville, skipper de Sodeb’O Ultim à propos de cette collision :

« J’étais en train de sortir du DST, c’est à dire la zone de trafic maritime qui nous était interdite, je pense que j’allais très vite. J’avais eu un petit souci dans la nuit à l’avant et j’avais décidé de remettre du charbon et je revenais je crois très fort sur Loïck (Loïck Peyron, Maxi Banque Populaire VII), j’étais très à l’aise.

J’ai eu une alarme moteur, pour faire une charge batterie, qui s’est déclenchée et donc je suis rentré à l’intérieur parce que j’étais surpris qu’au bout de huit heures je sois obligé de faire une charge. Il n’y avait rien d’anormal donc je suis remonté et là, j’ai bien vu sur mon écran…Il faut imaginer que sur nos bateaux nous n’avons pas beaucoup de visibilité, là il fait nuit, il y avait des grains avec beaucoup de pluie et en fait on naviguait qu’à l’écran finalement comme les pilotes d’avions ou contrôleurs aériens qui ne travaillent qu’au radar. J’avais bien vu qu’il y avait deux cargos proches de moi, mon bateau était en mode vent, il a une manière d’évoluer qui peut être aléatoire par rapport au vent et par rapport aux vagues, moi je suis à 25 nœuds, le cargo est à 18 nœuds donc on a une vitesse de rapprochement de 40 nœuds et en gros je fais les deux milles en question en une minute trente. Je ressors de la cabine après avoir démarrer le moteur, je cherche le bon régime moteur et au moment où je lève la tête je vois ce mur noir passer devant moi et je le touche d’environ 1,5 mètres ou peut-être à 3 mètres de son arrière. C’est à dire que cela ne passait pas et cela aurait pu passer à 3 mètres. »

 

Yann Guichard, skipper de Spindrift 2 : « Ça a été compliqué cette nuit, il a fallu slalomer entre les cargos et les pêcheurs. Il y a eu des moments un peu chauds. Je n’ai pas eu de problèmes mais la nuit a été éprouvante. La mer est croisée et pas facile. Je ne suis pas allé très vite vu l’état de la mer, j’ai beaucoup manœuvré et les manouvres dans 25/30 nœuds voire plus, la moindre erreur est fatale.
(…) Maintenant ça avance tout droit, j’espère pourvoir accélérer quand la mer se calmera, pour l’instant elle est presque de face. Ça s’éclairci un peu, j’ai du ciel bleu à mon vent, par contre, il y a des grains à 30 nœuds et la mer est démontée. Ce matin j’ai mangé, pendant la nuit aussi, il n’y pas de souci, je ne suis pas malade, les conditions sont dures, je n’ai pas encore dormi, je vais faire une sieste 10/15 minutes quand on va raccrocher. Il faut que je m’aère la tête, ça ira mieux au large du Portugal. Le portant, ce n’est pas pour tout de suite… On a encore 30 heures difficiles pour le bonhomme et le bateau, on souffre avec lui, on a l’impression qu’il va se désintégrer. Dans les vagues, l’étrave décolle de 15 mètres… C’est violent mais tout va bien »

Francis Joyon, skipper d’Idec Sport :

« Je t’appelle avec le téléphone satellite dans une main et l’écoute dans l’autre : le vent est assez fort et très instable. Un coup je suis au près serré, un coup au vent de travers… le vent oscille brusquement entre l’ouest/sud-ouest et le nord-ouest, ce n’est pas très cool et très tendu en multicoque ! J’ai deux ris dans la grand voile et il me faut faire des changements de voile d’avant de temps en temps entre la trinquette et l’ORC (plus petite, ndr), pour faire ça je me mets au vent arrière pour rouler et j’essaie de faire vite… La mer est très difficile à gérer car la houle de travers est assez forte, il y a au moins 4 mètres de creux et surtout celle-ci vient heurter la mer du vent. Le résultat n’est pas joli-joli à voir… et en plus il n’y a pas de soleil pour recharger mes panneaux solaires (rires) ! »
J’ai appris pour l’abandon de Thomas (Coville), de mon côté j’ai pas mal de petits soucis mais rien de comparable et rien de grave. J’ai notamment de petits pépins électriques et je n’ai plus d’ordinateur de bord : l’écran ne reste allumé que quelques secondes et j’ai bien du mal à voir les fichiers de vent et la position de mes concurrents. Je suis obligé d’attendre que ça se calme un peu pour tenter de mettre en service l’ordinateur de secours. Cette nuit, on a eu jusqu’à 38 nœuds et surtout je me bagarre avec les grains…C’est très inconfortable : jamais je n’avais fait taper le bateau à ce point là ! Ça secoue vraiment très, très fort et je pense qu’on va avoir des conditions encore instables comme ça toute la journée. Ce qui m’embête un peu c’est que j’ai du mal à trouver la vitesse optimale, car je suis obligé de choquer tout le temps… sinon le bateau s’envole. Pour l’instant je n’ai pas dormi du tout, j’ai du réussir à faire deux ’nuits’ de trois secondes mais pas plus… « 

Lionel Lemonchois sur Prince de Bretagne :

« Cette nuit, ça a été très musclé. Je suis resté toute la nuit à la barre et je n’ai pas dormi du tout mais tout va bien à bord. Je suis content parce que le bateau se comporte bien, cependant, je reste prudent et cherche à placer le curseur au meilleur endroit entre aller vite et préserver le matériel, d’autant que ce qui suit s’annonce costaud également et ce sera pire encore pour ceux qui sont derrière nous, un peu moins rapides 

Route du Rhum J-1

Tour d’horizon des concurrents en catégorie Ultime, la victoire de Franck Cammas voici 4 ans avait surpris, le skipper de Groupama 3 s’était emparé de la tête de la course dès la bouée du Cap Fréhel pour ne plus la lâcher, à la surprise générale.

En effet le potentiel de vitesse du trimaran était connu en équipage, mais la capacité du marin à le mener en solitaire de Bretagne en Guadeloupe a poussé plusieurs concurrents vers cette solution des « très » gros et puissants multicoques.

 

 

Dans cette catégories des « grands ultimes » nous retrouvons

 

  • Thomas Coville sur Sodeb’O Ultim’

Le skipper de Sodeb’O s’attaque à son premier défi sur ce « nouveau » trimaran. Le skipper a mis ce bateau à l’eau en mai 2014, il s’agit de l’ancien Géronimo d’Olivier de Kersauson profondément remanié. En effet les architectes de la première mouture, VPLP se sont remis à leurs planches à dessin pour faire renaitre ce multicoque dont il ne reste qu’une partie des flotteurs, la bôme et les bras de liaison.

L’avant des flotteurs, la coque centrale ont été redessinés, les flotteurs ont été renforcés afin de recevoir des foils. L’équipe de Sodeb’O a adapaté les appendices (safrans et foils) d’USA 17 (le trimaran de 90′ à aile d’Oracle Racing vainqueur de la 33ème Coupe de l’America).

Le mât a été construit dans les moules de celui de Groupama 3 version solitaire, les deux bateaux ayant des dimensions et un plan de voilure proche. L’ancien trimaran de Franck Cammas était d’ailleurs convoité par Thomas Coville, mais la vente avait échouée au profit de Banque Populaire.

Le trimaran se classe dans le trio de tête des plus grosses unités de cette Route du Rhum. Dans des conditions identiques à celle de la précédente Route du Rhum, Thomas Coville fait donc parti des grands favoris, qui plus est le marin navigue en solo depuis presque dix ans maintenant (en 60′ ORMA initialement, puis sur le maxi Sodeb’o premier du nom, le plan Irens/Cabaret), il a cinq tours du monde en multi à son actif.

Malgré tout, ce trimaran est récent, la mise au point est toujours longue sur ce type de multicoque, mais le skipper n’a cessé de naviguer depuis la mise à l’eau, avec notamment une « reconnaissance » du parcours avec un aller en équipage réduit vers la Guadeloupe et un retour en solitaire.

Thomas Coville semble donc affuté, le potentiel de vitesse du trimaran est très certainement équivalent, voir plus probablement supérieur au bateau tenant du titre (Banque Populaire VII, ex Groupama 3), le point négatif pourrait être l’absence de course en flotte du skipper depuis 2010, mais bon nombre de ses concurrents sont dans le même cas.

Les plus :

– bateau performant

– skipper spécialiste des records en solitaire

Les moins :

– trimaran récent avec une mise au point somme toute réduite

  • Loick Peyron sur Banque Populaire VII

Le duo inattendu de cette Route du Rhum, Loick Peyron fait son retour à la barre d’un grand multicoque en solitaire suite au forfait du skipper maison Armel le Cléac’h.

Celui-ci s’est blessé à la main, et à donc été contraint de céder la barre du trimaran tenant du titre, et depuis optimisé par le team Banque Populaire. Armel le Cléac’h était ultrafavori de cette course, avec, on le sait, un bateau performant puisque Franck Cammas avait pu gérer sa course il y a 4 ans suite à une belle avance prise dès les premiers jours de course, et un marin rompu à l’exercice du solitaire sur cet engin depuis deux ans, avec les records de la Méditerranée, des 24 heures et de la Route de la Découverte (avec de grosses moyennes dans des conditions de mer et de vents fortes). Il avait du renoncer à celui de l’Atlantique Nord faute de fenêtre météo favorable.

Loick Peyron « hérite » donc d’un bateau sur lequel il n’avait jamais navigué jusqu’alors, bien que grand spécialiste des multicoques avec un palmarès éloquent, le baulois bénéficiera d’une préparation plus que réduite par rapport à ses concurrents, avec un déficit de navigation ces dernières années (malgré son passage chez Artemis lors de la dernière America’s CUp). Ces dernières courses en solo se sont déroulées en 60′ IMOCA, et sa dernière en multicoque date d’il y a 12 ans maintenant, qui plus est le skipper pourrait être moins affuté physiquement que la plupart des concurrents de cette classe Ultime.

Les plus :

– le bateau tenant du titre

– la connaissance des multicoques du skipper

Les moins :

– la préparation physique du skipper

– le manque d’entrainement sur le trimaran

  •  Yann Guichard sur Spindrift 2

Probablement une des plus grande inconnue de cette Route du Rhum, Yann Guichard est probablement le meilleur spécialiste actuel du multicoque en France, avec des navigations sur de multiples supports (D35, Extreme 40, AC45, 60′ ORMA, 77′ sur la Route du Rhum 2010, MOD 70, maxi multicoque), et une écurie fondée avec Dona Bertarelli qui lui offre un programme de navigations conséquent, mais centré sur l’équipage.

Le potentiel de vitesse du trimaran de 40m est supérieur en équipage à celui de l’ex Groupama 3, le bateau a été adapté autant que faire se peut à l’exercice du solitaire avec un mât raccourci, la suppression de la bascule de celui-ci, l’adoption du vélo pour alterner effort avec les bras et les jambes.

Le passage du trimaran dans la mer et le vent fort sera inégalé sur le plateau des ultimes, mais reste à exploiter au maximum les capacités du multi en solitaire, le skipper risque d’être obligé à sous toilé son trimaran afin d’anticiper les changements météos, alors que les petits « multis pourront enchainer ces manoeuvres.

Le skipper avoue également que le moindre soucis technique sera ingérable en solitaire.

Les conditions météos musclées prévues les premiers jours pourraient l’avantager si il arrive à tirer le maximum du potentiel de son bateau gérable, mais la seconde partie de course avec des conditions changeantes pourraient lui être moins favorable. Reste aussi la faisabilité d’une transat sur ce géant, peu de gens pariaient sur Franck Cammas il y a 4 ans, Yann Guichard déjouera peut être une nouvelle fois les pronostics.

Les plus :

– la vitesse du bateau dans des conditions de mer difficiles et les vents forts

– la connaissance du support par le skipper

Les moins :

– la capacité à gérer un bateau aussi puissant

 

 

 

Les Ultimes « intermédiaires »

  • Francis Joyon sur Idec Sport

Francis Joyon avait terminé second lors de l’édition 2010, son objectif reste le podium, malgré le déficit de puissance de son plan Irens/Cabaret de 2007 par rapport aux derniers nés de VPLP. Il peut tirer son épingle du jeu si les conditions après le coup de vent du départ sont variables, le bateau étant très polyvalent quelque soit les conditions.

Le marin aligne un palmarès éloquent sur son trimaran puisqu’il a été détenteur de tous les records en solo, avant de se faire déposséder de quelques uns par Armel le Cléac’h, il lui reste cependant les deux plus difficiles, l’Atlantique Nord et le tour du monde.

Le skipper part donc sur un bateau éprouvé et fiabilisé, avec 20000 milles au compteur et peu d’avaries, même si le trimaran est rustique, il n’en est pas moins relativement performant. De plus il le connait par coeur, il le prépare quasi seul, et semble capable de parer à la plupart des avaries possibles, et le mènera au maximum de son potentiel sur cette course, alors que d’autres pourraient être tentés d’agir avec plus de retenue.

Les plus :

– un palmarès inégalé en solitaire

– trimaran polyvalent et parfaitement adapté au skipper

Les moins :

– déficit de performance face aux trois grands ultimes

 

 

L’interview par Voiles et Voiliers

  • Lionel Lemonchois sur Prince de Bretagne

Le skipper est double vainqueur de la Route du Rhum dans deux classes différentes (60′ ORMA en 2006 sur Gitana 11, avec le record actuel de l’épreuve), et en Multi 50′ en 2010), il espère le triplé.

Il est parfaitement aguerri à l’exercice du solitaire et reste un très grand spécialiste du multi et un équipier recherché, sur « son » projet il a adapté une plate forme de 60′ ORMA (l’ex Sodeb’O) à sa main et avec comme objectif cette course.

Le skipper a gardé une largeur suffisante gage de puissance et une longueur modérée afin que le trimaran soit évolutif quelques soit les conditions sur l’Atlantique, il n’aura gardé de la plate forme initiale que les bras, la bôme, les appendices et l’accastillage. Le trimaran semble un bon compromis puisqu’il reste tout à fait maniable dans toutes les conditions et assez rapide.

Malgré tout, le skipper sait son trimaran un peu moins performant que les gros ultimes dans des conditions fortes, le mât basculant lui donnera un avantage dans des conditions plus légères et le skipper est capable d’accélérer si les conditions lui sont favorables, sans se pauser de questions sur sa capacité à mener le bateau en solo.

 

 

 

 

Les « petits » Ultimes, les trois « MOD » 70

La classe monotype initialement crée pour des courses en équipage ayant périclité, les équipes possédant un  MOD 70 ont pour deux d’entre elles adapté les plate forme à l’exercice solitaire. Yann Eliès est arrivé très récemment à la barre de Paprec, alors que ses deux concurrents directs ont beaucoup plus d’expérience à la barre de ces trimarans.

 

  • Sébastien Josse sur Groupe Edmond de Rothschild

Le skipper du Gitana Team sera probablement le concurrent le mieux armé parmi ces trois petis Ultimes. Il est à la barre du trimaran depuis 2011 et a beaucoup navigué sur ce support. Il s’est beaucoup entrainé pour cette course, en multipliant les sorties en solitaire, il a également remporté la Jacques Vabre l’année dernière en double, faisant une quasi répétition de ce qu’il pourrait rencontré pendant cette course.

Le trimaran est également celui qui a été le plus modifié, des ballasts ont été ajoutés, la casquette a été élargie afin que le skipper n’ait pas à descendre dans le bateau, il est équipé d’un système anti chavirage maison sécurisant.

Et plus important côté performance, le Gitana Team a mis en place des safrans en T avec un plan porteur à l’extrémité de ceux-ci avec un réglage d’incidence, ces appendices permettent de gagner quelques noeuds en sustentant plus le bateau qu’avec les seuls foils et safrans classiques et permet le limiter le tangage et donc de stabiliser le multicoque notamment à haute vitesse.

Le podium parait difficile à briguer pour Sébastien Josse avec des conditions musclées au départ limitant le bénéfice d’un petit bateau manoeuvrant et moins sollicitant physiquement, il visera vraisemblablement la quatrième place.

Les plus :

– trimaran le plus perfectionné des MOD 70

– skipper bien préparé

Les moins :

– déficit de vitesse et de puissance face aux gros ultimes

– première course en solitaire en multicoque

 

L’interview par Voiles et Voiliers

 

  • Sidney Gavignet sur Musandam/Oman Sail

Sidney Gavignet avait débuté en multicoque solo il y a quatre ans, sur un quasi sistership d’Idec et Sodeb’O maxi (le plan Irens Cabaret, non engagé sur cette édition), mais avait été contraint à l’abandon suite à la casse d’un flotteur et au chavirage.

Cette fois-ci le skipper s’est beaucoup entrainé et connait parfaitement son MOD qu’il barre depuis 2012, le trimaran est cependant moins bien armé que celui de son concurrent Sébastien Josse, puisqu’Oman Sail n’a pas développé les appendices du bateau.

Le record du tour des iles britanniques a cependant mis le skipper en confiance et celui-ci fera de son mieux pour bien faire sur cette course.

Les plus :

– grande expérience du marin en course au large

Les moins :

– le potentiel du trimaran

  • Yann Elies sur Paprec Recyclage

Yann Elies sera probablement le moins bien armé pour cette course, malgré son expérience en équipage sur des maxis multicoques et en équipage plus réduit ou en double en Multi 50′, il n’aura que peu navigué sur son MOD. Celui-ci ne possède pas non plus les appendices perfectionnés de Groupe Edmond de Rothschild.

L’objectif du skipper sera avant tout de terminer sa première course en solitaire en multicoque, si possible en plaçant au moins un autre MOD derrière lui.

http://www.youtube.com/watch?v=Dd9XGXeCvRY

Team France challenger officiel pour la 35ème America’s Cup

America’s Cup Management a dévoilé il y a quelques jours les challengers qui ont été retenus pour défier le Defender américain : Oracle Team USA pour la 35ème Coupe de l’America.

Les autres équipes sélectionnées sont : les Néo-Zélandais d’Emirates Team New Zealand, les Italiens de Luna Rossa, les suédois d’Artémis et l’équipe de Ben Ainslie.

« Cela fait 18 mois que nous travaillons sérieusement sur ce projet avec Michel, Olivier et une équipe resserrée. C’est difficile mais aussi captivant. Au-delà des aspects technologiques et sportifs qui sont notre quotidien depuis des dizaines d’années, il faut susciter l’adhésion du public, des chefs d’entreprises et convaincre des partenaires. C’est passionnant car ca nous permet de rencontrer de fortes personnalités et des entreprises qui partagent notre ambition. Sans elles et sans le Club Team France qui nous réunit, nous ne serions pas challenger officiel. Merci à eux et merci à tous ceux qui nous rejoindront dans les prochains mois afin de créer les conditions pérennes pour être compétitif dans la voile en équipage et participer régulièrement à l’America’s Cup pour la gagner » déclare Franck Cammas, skipper Team France.

Ces équipes seront officiellement présentées à Londres, le 9 septembre prochain, le lieu de la prochaine America’s Cup pourrait également être dévoilé (Les Bermudes ou San Diego).

Parmi les dernières rumeurs développées :

– La participation de l’équipe de Ben Ainslie serait encore sujette à caution, l’anglais peinant à trouver des fonds après le retrait annoncé de son sponsor prinicipal depuis plusieurs années, le fond d’investissement américain JP Morgan.

– Team France mené par le trio Cammas/Desjoyaux/Kersauson aurait fait appel à Juan Kouyoumdjian pour la partie architecturale, le franco argentin avait collaboré avec Franck Cammas et remporté la Volvo Ocean Race en 2011-2012. Il avait par ailleurs dessiné les catamarans suédois d’Artemis lors de la 34ème America’s Cup, les deux plans s’étaient révélés très en deçà de la concurrence. Artemis a depuis recruté dans l’équipe VPLP, tandis que Guillaume Verdier fait parti du design team des néo-zélandais.

– L’organisation de l’America’s Cup chercherait à obtenir des avantages de la part de la ville hôte de l’événement et demanderait entre autre la fourniture de 10000 nuitées d’hébergement gratuites pour les invités des sponsors, cette information aurait été dévoilée par la ville de San DIego encore en lice pour accueillir la 35ème édition.

Team France Bande Annonce par TeamFranceVoile

Le Tour de France à la voile passe au multicoque

ASO, la société organisatrice du Tour de France à la voile a annoncé son choix à l’issue de cette édition 2014, les monocoques monotypes M34 seront donc remplacés à partir de 2015 pour des trimarans  Diam 24.

Ce trimaran dessiné par le cabinet VPLP et construit à Port La Forêt par Vianney Ancelin, tpossède déjà un circuit de régates dont le Grand Prix Guyader, le Grand Prix de l’Ecole Navale, le Raid Emeraude de Saint Lunaire. François Gabart, Vincent Riou, Bernard Stamm, Lionel Lemonchois, Bruno Jourdren ont déjà gouté à ce multicoque, certains d’entre eux étant même engagés officiellement sur ces régates.

L’objectif principal de ce changement de support est de baisser le coût de participation à la baisse, le bateau a un coût à l’achat de 55000€, ce qui est moins que la location d’un M34 à la location annuelle, par ailleurs le nombre d’équipers sera réduit puisque le trimaran sera mené par 3 à 4 personnes.

Jean-Baptiste Durier , directeur du Tour de France :  « Nous avons souhaité partir d’une feuille totalement blanche pour nous laisser un maximum d’opportunités, en ne nous interdisant rien. Le budget de participation à l’épreuve est rapidement apparu comme un point central, tout comme les aspirations de nombreux coureurs à évoluer sur du multicoque, offrant plus de vitesse et de spectacle. Le Diam 24, qui coûte aux environs de 55 000 euros TTC prêt à naviguer, soit trois fois moins cher que le M34, répond entièrement à cette double problématique. Il présente un positionnement budgétaire idéal, permettant de rassembler un large panel d’équipages, des amateurs à de grands noms de la Voile. Ces derniers ont ainsi l’opportunité de naviguer sur un projet complémentaire à leurs objectifs principaux, sur un événement qu’ils apprécient, et qui offre à leurs partenaires de belles possibilités d’activations multi-locales tant sur le Village qu’en terme d’hospitalités VIP, le Tour de France à la Voile présentant par essence un large maillage du territoire via son format de Tournée d’été ». 
Les étapes de ralliement, offshore, seront donc supprimées au profit de  parcours techniques alternernant avec de grands runs, type parcours côtiers.

Jean-Baptiste Durier , directeur du Tour de France :  Nous alternerons deux types de régates dans les villes-étape. Des parcours côtiers, en Jour 1, que nous pourrons adapter en fonction des conditions, et qui permettront de continuer à mettre en valeur les merveilles de notre littoral, et des régates techniques beaucoup plus courtes en Jour 2, qui s’enchaineront au sein d’un stade nautique. Nous avons non seulement la volonté de rapprocher le spectacle de la terre et du public mais aussi de créer l’animation qui permettra à ce public de comprendre ce qui se joue sur l’eau avec un environnement sonore et visuel très travaillé. Le multicoque plait car il peut être extrêmement spectaculaire. C’est aussi ce qui a guidé notre choix » 

Michel Desjoyeaux skipper :

« Le Tour est une référence dans la voile française en équipage, qui a permis à beaucoup de jeunes d’évoluer vers le haut niveau, puis de faire carrière. Le multicoque fait très clairement partie de la culture nautique et technologique française,  qui  se développe enfin à l’international ! C’est une très bonne chose de marier les deux pour relancer la dynamique de ce grand événement. L’objectif, c’est d’avoir plus de bateaux et plus de marins ! Le Diam 24 répond aussi à une souplesse nécessaire dans une épreuve itinérante le long de nos côtes françaises, en tenant compte des impératifs de timing d’animations aux escales ! »

Vincent Riou, skipper du monocoque 60’ PRB :

« Le Diam 24 est un support vraiment fun, sportif, léger qui dépote ! Il y va y avoir du spectacle. Je voulais trouver un autre support en plus de mon 60’. C’est un projet facile à mettre en œuvre avec le Diam 24. La série ne fait que démarrer mais elle attire déjà du beau monde. Et puis le Tour de France à la Voile est une sorte d’institution. Je pense que le Diam 24 peut donner une nouvelle dynamique à l’épreuve. C’est un très beau projet que de faire le Tour en multicoque. C’est une idée qui m’enthousiasme beaucoup ! »

Daniel Souben, skipper de Courrier Dunkerque 3, vainqueur du Tour de France à la Voile :

« Nous sommes dans une période où le Tour rencontre quelques difficultés malgré la qualité du plateau et l’excellent retour médias. Nous manquons d’équipes. Il ne faut pas refuser d’évoluer. La solution retenue devrait permettre à beaucoup d’équipes de venir et va favoriser le mélange professionnels et amateurs. Ce sera un tour différent car nous perdons les offshores. Mais cela va aussi amener des compétiteurs nouveaux et notamment une jeune génération et des personnes issues du multicoque. L’arrivée du Diam 24 est bénéfique tant du point de vue de la communication que d’un point de vue budgétaire. Je n’y vois que du positif. Il faut que tout le monde s’y retrouve. Ce qui est proposé vaut le coup d’être tenté. »

François Gabart, skipper de Macif :

« J’ai fait mon premier tour en 2002 ou 2003 à l’époque où je faisais aussi du Tornado. Le Tour, cela a été pour moi la découverte du large, les régates de nuit, la navigation dans les courants, les passages dans les raz. Mais je trouvais que l’on se trainait un peu sur nos monocoques. Je m’étais dit à l’époque que ce serait top de faire ça avec des petits multicoques ! Donc je pense que l’évolution du Tour de France à la Voile est très très positive. L’avenir de la voile de manière globale, c’est le multicoque. J’en suis intimement convaincu. J’ai acheté un Diam 24 bien avant de savoir qu’il allait devenir le nouveau bateau du Tour. C’est un excellent bateau, très accessible non seulement budgétairement mais aussi en termes de maniement. C’est un bateau sur lequel beaucoup de personnes pourront prendre du plaisir. Cela va rendre le tour plus populaire non seulement en termes de public mais aussi au niveau des participants. Le mélange, c’est la force du Tour ! »

Philippe Presti, double vainqueur de la Coupe de l’America avec Team Oracle (coach cellule arrière) :

« Cela devenait un peu pénible de voir le Tour de France à la Voile avec si peu d’engouement. Pour moi, le Tour a été fabuleux. Je venais du Finn et découvrais la régate en équipage, les navigations de nuit. C’est dommage d’avoir perdu les amateurs, les étudiants… Donc c’est une super idée de faire le Tour en multicoque. Cela devrait relancer la machine. On surfe sur la vague multi, c’est une bonne évolution. Le bateau est facile, safe et accessible. Il correspond au cahier des charges que s’étaient fixés les organisateurs. Cela devrait permettre d’amener une autre population sur le Tour. Au-delà du haut niveau, l’objet du tour est de créer la dynamique pour amener des gens vers le bateau à voile. Je suis sûr que tout le monde s’adaptera au support et prendra du plaisir ».

Billy Besson, membre de l’Equipe de France de Voile Olympique en Nacra 17 :

« L’arrivée du Diam 24 sur le Tour de France à la Voile est intéressante. Je connais l’épreuve pour y avoir participé en Farr 30 il y a quelques années. Ce changement est énorme mais très positif. Le multicoque grandit partout en France et à l’international. Il n’y a qu’à regarder la Coupe de l’America. Donc c’est une évolution qui suit l’ère actuelle. Je pense aussi qu’ajouter du spectacle sur le Tour de France à la Voile est une bonne chose. Avant, nous partions au large et le public nous voyait juste à l’arrivée dans les ports. Là, cela va permettre de mettre les parcours tout près des côtes. Tout le monde va pouvoir en profiter et se passionner pour ces régates. Le Nacra 17, est mixte obligatoirement ; si le Diam 24 peut ouvrir des portes aux filles, c’est très bien. C’est quelque chose à approfondir. Je vais le proposer à Marie (Riou, sa coéquipière en Nacra 17, ndlr), c’est une bonne idée ! »

Jean Pierre Champion, Président de la Fédération Française de Voile :

« C’est plus qu’un changement de support, c’est un changement de format. Je comprends les choix d’A.S.O. C’est une bonne formule pour la promotion de la voile en compétition. Ce sont des régates qui vont parler au public et qui sont facilement explicables. La formule actuelle du Tour de France à la Voile relève de la course au large. C’est une épreuve majeure de la voile française et ça va le rester évidemment. Nous avons une filière de formation des jeunes qui passait par le Tour de France à la Voile. On voit tous les bénéfices de cette filière notamment sur la Volvo Ocean Race sur laquelle naviguent régulièrement des skippers et des équipiers français. Nous allons réfléchir et travailler pour trouver des épreuves pour suppléer le Tour de France à la voile sous son ancienne formule. Quant au Diam 24, c’est dans l’air du temps. C’est un bateau excitant qui va plaire à beaucoup de compétiteurs. Le bateau n’est pas défini en termes de jauge. Il va falloir cadrer les choix si on ne veut pas avoir d’évolutions non-contrôlées, puisque le choix de ce support répond aussi à une volonté de maîtriser les coûts. »

Eric Hainneville, Président de la Classe Diam 24 :

« En tant que président de la classe, l’arrivée du Diam 24 comme support du Tour de France à la Voile génère du stress. Car la barre est mise très haute dès le début. Nous avons une volonté de ne pas décevoir, d’être à la hauteur. En tant que navigant, c’est un super projet. Je trouve que c’est une reconnaissance du multicoque comme un vrai support de navigation. Le multi demande de vraies qualités de navigation. La Coupe de l’America nous a bien aidés pour cette reconnaissance. Avec Vianney Ancelin, nous voulions un bateau à sensations, avec un prix raisonnable, simple et accessible à tous. Nous ne voulons pas courir après la surenchère. Et c’est un vrai challenge. Le bateau va permettre de faire venir d’autres profils de navigants aux côtés des pros. Cela va donner une autre dimension au Tour de France à la Voile. Je trouve que c’est un défi génial. Il y a une confiance mutuelle entre nous les coureurs, la classe et l’organisateur. »

Sodeb’O ultim a été mis à l’eau

Le nouveau trimaran de Thomas Coville a touché l’eau en fin de matinée.
14 mois ont été nécessaires au chantier Multiplast pour transformer l’ancien Géronimo en Sodeb’O Ultim, le chantier a réalisé la nouvelle coque centrale, les tronçons avant des flotteurs qui ont été greffés sur ceux d’origine, l’intégration des appendices issus de Dogzilla-USA 17 (le trimaran à aile rigide d’Oracle Team USA, vainqueur de la 33ème Coupe de l’America), ce chantier a permis d’alléger le bateau de 7 tonnes par rapport au trimaran initial. Le cabinet VPLP, concepteur de Géronimo, était de nouveau de la partie avec la modification des plans pour arriver à ce trimaran solo, avec lequel le skipper débutera la compétition lors de la prochaine Route du Rhum.

Le bateau devrait rapidement être mâté (le mât a été construit  par Lorima dans les moules de Groupama 3 version solo, l’actuel Banque Populaire VII), les voiles ont été conçues par North Sails.

 

© Jimmy Bonnal/ www.jbonnal.fr/

© Jimmy Bonnal/ http://www.jbonnal.fr

Les réactions des acteurs de cette transformation
Thomas Coville, skipper de Sodebo Ultim’ : « C’est une journée symbolique. Cela fait 14 mois que l’on a ramené Geronimo de Brest. Il fallait avoir de l’imagination pour arriver à un bateau de cette forme et de cette modernité. Nous avons la fierté d’avoir osé quelque chose d’assez incroyable. ll y a 20 ans, je faisais mon premier tour du monde avec Olivier de Kersauson et il y a quelques jours, nous nous sommes fait plaisir tous les deux à rencontrer ce bateau. Olivier était comme un gamin, enthousiaste comme nous ! »

Patricia Brochard, co-présidente de Sodebo : « Notre engagement dans les plus grandes courses au large et dans des campagnes de records audacieux participe largement depuis 16 ans au développement de la marque et à la côte de sympathie des consommateurs qui voient en nous une marque audacieuse et exigeante qui sait s’engager, une marque fidèle et passionnée. »

Olivier de Kersauson, skipper de Geronimo : « Je reconnais les bras qui typent le bateau, les flotteurs aussi et j’aime la coque centrale, c’est vachement intelligent d’avoir changé ça. L’autre était faite pour naviguer à onze alors que là, c’est un programme solo. Ce que devient Geronimo, c’est une réflexion complètement logique et tu vois tout de suite que c’est bien. Les bateaux de ‘Sieur Coville’ ont toujours été cohérents et ça c’est dû au fait de naviguer, à l’intelligence maritime. On est là, 20 ans après, ce n’est pas un hasard. On a maintenant un bateau moins gras et plus rapide. J’ai hâte de le voir naviguer, de voir les progrès qui ont été faits. »

Vincent Lauriot-Prévost, architecte de Geronimo puis de Sodebo Ultim’ : « En 2001, en vue des records en équipage, Olivier souhaitait un bateau qui joue sur la longueur de la coque centrale de 34 mètres pour un meilleur passage dans la mer dans la longue houle du Sud et sur le fait de naviguer sur deux coques tout en glisse avec un seul safran sur la coque centrale. La démarche de Thomas est différente et découle de ses précédentes navigations en solitaire : plus focalisée sur la navigation sous foils que sur la coque centrale, réduire la taille du mat et la surface de voiles, et adapter trois safrans pour pouvoir naviguer sur un flotteur tout en conservant la garde à la mer des bras de liaisons de la version précédente. »

LA TRANSFORMATION EN QUELQUES CHIFFRES
14 mois de chantier
200 fournisseurs dans 12 pays
40 000 heures de travail
7 tonnes gagnées sur la plateforme depuis Geronimo
70m2 de voilure de plus que le précédent maxi-trimaran Sodebo

SODEBO ULTIM’
Numéro : 73 (En référence à la création de Sodebo par Simone et Joseph Bougro en 1973)
Architectes : cabinet Van Peteghem-Lauriot-Prévost
Structures : Hervé Devaux Structures
Réalisation plateforme : chantier Multiplast et Team Sodebo
Longueur : 31m
Largeur : 21,20m
Constructeur mât : Lorima
Hauteur mât : 35m
Corde mât : 1,20m
Tirant d’air : 37m
Conception et fabrication voiles : North Sails
Surface Grand Voile : 283m2
Surface voiles max au près : 444m2
Surface voiles max au portant : 663m2
3m2 d’espace de vie de plain-pied
Cockpit avec 1 colonne et 6 winchs
400m2 de filets de dyneema
Pilotes automatiques : électrique et hydraulique
Décoration : Désigne.fr

Prince de Bretagne à l’endroit, en remorque vers le Brésil

Lionel Lemonchois avait été rejoint par son équipe technique jeudi soir, après 10 jours seul dans la coque centrale de son trimaran de 80′ chaviré. Ils ont réussi hier soir l’opération de retournement du multicoque en fin de journée.

Le skipper avait déjà très largement préparé la plate forme pour cette opération, son équipe et lui même ont terminé cette préparation hier. L’opération a consisté à  percer le flotteur tribord ainsi que toutes les cloisons étanches afin de le remplir d’eau et de le couler puis installer des sangles et un poids de plusieurs tonnes sur le côté opposé afin de faire contrepoids pour retourner le bateau.

Le schéma de l’opération de retournement des architectes du trimaran le cabinet VPLP

Lionel Lemonchois : « Nous avons commencé dès le lever du jour. Nous avons réalisé une première tentative dans la matinée qui a avorté après que le bout sur lequel nous avions fixé les cinq tonnes de chaînes cède, mais dans l’après-midi, l’opération s’est déroulée exactement comme nous l’avions prévue. Le flotteur vide a tourné très lentement autour de la coque centrale avant de basculer et de se retrouver à l’endroit. Le tout en douceur et sans brutalité ».

L’équipe a ensuite du vider l’ensemble de l’eau nécessaire à ce retournement, Fred Le Peutrec, membre du team « Nous avons fini au sceau. C’a été très physique d’autant qu’avec la chaleur, être en action à l’intérieur du bateau avait un tout d’un véritable sauna ! Mais tout le monde s’est bien donné »

Le bateau a ensuite été pris en remorque et progresse actuellement à 6 noeuds et devrait atteindre le Brésil dans 5 jours.
A noter, une rencontre peu plaisante pour les hommes du team Prince de Bretagne, comme l’explique le skipper : « Deux heures avant le lever du soleil, un cargo battant pavillon russe s’est approché de mon bateau. Il s’est arrêté à environ ¼ de milles. A bord du remorqueur, nous avons tenté de prendre contact avec lui par VHF afin de connaitre ses intentions mais il n’a pas répondu. A mon sens, il n’y avait aucune ambiguïté possible, il s’agissait d’un bateau pirate. Il est resté un long moment à observer, tentant visiblement de se positionner entre nous et le Maxi80. Il a fini par partir mais je ne veux pas penser au déroulement de la situation si j’avais été encore tout seul sur zone ».

Un maxi trimaran solo pour François Gabart en 2015

La Macif a annoncé aujourd’hui la poursuite de sa collaboration avec le skipper François Gabart, le dernier vainqueur du Vendée Globe passera au multicoque dans les années à venir, puisqu’un trimaran d’environ 100′ sera construit l’année prochaine pour une mise à l’eau mi-2015.

Le trimaran sera dessiné par le cabinet d’architectes VPLP, le chantier n’a pas été dévoilé pour l’instant, le programme prévisionnel prévoit des tentatives de records (Atlantique, Méditerranée, record autour du monde) et la Route du Rhum 2018.

François Gabart : « Ce nouveau challenge sportif à bord du trimaran Macif va me permettre de relever de véritables défis humains et techniques en portant haut les couleurs de la Macif et ses valeurs de solidarité que nous partageons depuis maintenant 4 ans. J’espère que cette nouvelle histoire d’aventurier des mers me permettra une fois de plus de me dépasser et de faire rêver le plus grand nombre ».

Le calendrier prévisionnel

* D’ici fin 2013 : Phase d’étude et de sélection des prestataires

* 2014 : Chantier de construction

* 2015 : mise à l’eau d’ici l’été et essais