Route du Rhum : J2, franche accélération à venir

Aucun soucis technique cette nuit au sein de la flotte des Ultimes, les skippers ont du faire face à des conditions encore scabreuses avec un vent bien établi d’une trentaine de noeuds et des rafales à 40, la mer restait relativement forte.

Ce matin, l’amélioration a été progressive avec une petite baisse du flux et une mer qui avait tendance à s’aplanir, ce qui a permis aux bateaux les plus puissants de creuser ou de reprendre l’avantage sur les plus petits de la flotte, les MOD 70.

Les classements calculés par rapport à la distance au but ne reflètent pas forcément la réalité, toujours en tête, Loick Peyron sur Banque Popualire VII a repris quelques milles sur Yann Guichard sur son maxi de 40 Spindrift 2 qui pointe à 60 milles, sur une trajectoire sensiblement identique, Séb Josse sur le Multi 70 Edmond de Rothschild pointe encore à la troisième place à une trentaine de milles du second. Décalés dans l’est, Francis Joyon sur Idec Sport et Lionel Lemonchois sur Prince de Bretagne sont classés à l’heure actuelle 6ème et 4ème, ils devraient se retrouver devant Sébastien Josse au pointage de ce soir grâce à un différentiel de vitesse de quelques noeuds. Yann Eliès sur Paprec Recyclage et Sidney Gavignet sur Musandam Oman Sail sont désormais en queue de flotte, leur objectif est de ne pas voir la porte du contournement de l’anticyclone se fermer devant eux, alors que les plus gros trimarans seront passés.

La flotte devrait passer Madère dès ce soir.

© Idec

 

Les skippers à la vacation du jour :

Lionel Lemonchois, skipper du trimaran maxi 80 Prince de Bretagne :

« Depuis le départ, nous n’avons pas eu une seule minute de répit. Ca a été vraiment dur et je commence à être bien fatigué. Il faut impérativement que j’arrive à dormir un peu aujourd’hui. Plus nous allons gagner vers le sud, mieux ce sera. Dans le golfe de Gascogne, la mer était vraiment dégueulasse et ce n’était pas facile d’aller vite. Là, depuis le lever du jour, ça commence à se calmer doucement et d’ici à demain, ce sera nettement plus confortable. Je vais donc tâcher de m’accorder une petite sieste de quinze minutes ce matin. En ce qui concerne le bateau, je suis content. Il se comporte bien. Idem pour le pilote automatique que j’ai réussi à faire marcher dans 40 noeuds de vent ».

 

Antoine Koch, routeur du Multi 70′ Groupe Edmond de Rothschild :

« La nuit a été agitée… Ils sont toujours dans la traîne active de la dépression avec un flux de Nord-Ouest puissant. Les grains qui sont nombreux sur leur route amènent beaucoup d’instabilité. Ce matin, Sébastien avait encore un bon 30 nœuds établi, grimpant à 40-45 nœuds dans les rafales et surtout une forte houle de Nord-Ouest d’environ 5 mètres.  Il se restaure comme il faut et il a réussi à se reposer hier après-midi et cette nuit, ce qui est très bien compte tenu de l’état de la mer et du vent encore fort. »

© Yvan Zedda/Gitana S.A.

Sébastien Josse, skipper du Multi 70 Edmond de Rothschild :

« Ça se passe pas mal, le plus gros est derrière nous : on est dedans mais la sortie est imminente. Ça va faire du bien. J’essaye de faire ce qu’il faut pour rester dans le match. On verra comment ça se passe après. Dans un ciel de traine avec de gros cumulus, il reste de la mer, 4 mètres de houle, 30 nœuds vent, trois ris ORC… Les conditions sont encore musclées. Ce ne sont pas les alizés !  J’ai une bulle de protection du cockpit qui est partie. Je vais la remettre plus tard. Je barre beaucoup. La suite : sortir de cette mer désordonnée ! J’attends que le vent adonne, mollisse, et on va renvoyer de la toile. Ce matin, j’en profite pour me reposer comme on est au portant : c’est plus pratique que le près. »

 

Yann Elies skipper du multi 70 Paprec Recyclage :

« Ça reste encore chaud : il y a plus de 30 nœuds de vent mais la mer s’aplatit doucement ce matin. Il y a une magnifique houle avec des déferlantes, c’est un peu l’ambiance du Grand Sud : ça faisait longtemps que je n’avais pas vu ça. Je commence à récupérer ce matin, j’ai bien dormi sous trois ris et trinquette, et j’avance correctement donc je suis arrivé à m’alimenter. Il fait beau, on commence à avoir du soleil, ça sent le bout du tunnel. On va déguster les pistes de ski dans la neige fraiche… On va attaquer dans quelques heures. La musique est respectée : les gros devant, les petits derrière. Je suis content de la façon dont j’ai navigué, car je ne suis pas loin de Sidney Gavignet qui est un bon marin.

Je suis impressionné par Sébastien Josse qui a fait des moyennes hallucinantes que je ne suis pas prêt de faire, et puis Lionel Lemonchois aussi a fait des moyennes de 27 nœuds, je suis impressionné ! C’est la question du choix de la voilure ce matin. Je vais sans doute renvoyer de la toile maintenant qu’il fait jour et que je suis en forme. Je me pose beaucoup de question sur la toile. Les autres ont l’expérience donc ils ne se la posent pas. C’est ce qui fait la différence entre Lionel Lemonchois et moi.

Les prochaines heures, ça devrait s’améliorer, le terrain va s’aplatir un peu, en même temps il va falloir mettre du charbon ! On va tous chercher à contourner l’anticyclone, si on prend du retard, ça va s’étirer par devant. Jusqu’à présent, j’ai eu du mal à tenir les moyennes des routages. J’espère maintenant tenir la cadence, car j’ai peur que la porte se ferme pour les petits bateaux dans le contournement de l’anticyclone. Je vais renvoyer de la toile et voir si c’est le bon choix et puis j’ai un peu de bricolage à faire… »

 

Sidney Gavignet, skipper du multi 70 Musandam-Oman Sail :

« Je me fais griller au soleil dans ma cabine à chien, ça fait du bien ! On est sorti du gros temps avec grosses bourrasques, des rafales plus fortes de 10 nœuds : j’ai failli cabaner hier matin, mais j’ai eu le temps de choquer l’écoute en grand et de me préparer à rentrer à l’intérieur au cas où le bateau se serait retourné. Cette nuit et ce matin, j’ai un peu trainé la patte. Je dormais dans mon hamac la télécommande dans la main, donc je n’ai pas été rapide : on n’arrivera pas aller aussi vite que les gros. Nerveusement, ça va très bien, rassurez vous ! Physiquement ça va aussi. Mais je n’ai plus d’eau chaude, j’ai cassé mon réchaud, c’est con pour la nuit. On attend que le vent tourne gentiment vers le Nord, on garde du vent pendant un moment, j’ai 30 nœuds maintenant, alors que cette nuit on a eu 30 35 nœuds. J’ai eu une bourrasque à 45 nœuds avec de la grêle, c’était spécial ! On fait une pointe à 35 nœuds dans une vague, mais ca va ! Il faut quand même être vigilant… Les vagues sont ¾ arrières donc c’est moins dangereux que les deux premiers jours. »

Yann Guichard, skipper de Spindrift 2 :
« Il y a de la mer, pas très ordonnée, elle est grosse, c’est surtout les grains qui sont puissants, mais moins depuis 1h ou 2h. Toute la nuit 45 nœuds dans les grains, c’est chaud… Ça va, ca glisse, on va vers l’amélioration, le vent va mollir dans 3-4 heures car c’est fatigant, avec les manœuvres et les changements de voiles. Sur ce type de bateau, ça prend du temps. J’arrive à revenir sur les premiers, donc je suis content. J’adapte ma voilure, j’ai passé la nuit avec deux ris, je suis revenu depuis hier, il faut renvoyer un ris ou pas… 50 milles de retard, ce n’est pas grand chose, on va être serré dans le Sud, il va falloir tenir le rythme, il va falloir que je renvoie de la toile, donc je vais perdre du terrain mais revenir après. Je suis agréablement surpris pas le bateau : j’arrive à le gérer… J’ai dormi un tout petit peu ce matin. »

 

Loïck Peyron, skipper de du maxi solo Banque Populaire VII: « La mer commence à  s’aplatir : la meilleure nouvelle que nous ayons eue depuis 48 heures ! Mais ça bouge beaucoup, énormément même. Le vent est toujours très instable : ça va de 25 à 40 nœuds dans les grains et on ajuste tout le temps le pilote. Les conditions jusqu’à présent étaient dantesques. Cette nuit, c’est beaucoup mieux : il y a de la lune, quelques nuages, pas beaucoup de bateaux, les grandes manœuvres vont commencer. Cela ne peut que s’améliorer. D’ici demain cela sera nettement plus confortable. J’ai passé beaucoup d’heures à la barre et même avec ce bateau qui est large, j’ai failli le mettre sur le toit en m’endormant à la barre : en tombant, j’ai fait abattre le bateau et le temps de remettre tout cela en place, je me suis fait quelques cheveux blancs ! »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s