Route du Rhum J3, avantage Peyron

Loïck Peyron a réussi à prendre l’avantage sur ses poursuivants cette nuit, au passage de Madère.

Le skipper de Banque Populaire VII a touché une brise plus soutenue à l’ouest, il a pu renvoyer la toile plus tôt et creuser une belle avance qui se porte désormais à 150 milles sur Spindrift 2. Les autre Ultimes n’ont pas pu accrocher ce wagon de l’alizé et vont fortement ralentir dans cette zone de hautes pressions, comme l’explique Antoine Koch, le routeur du Multi 70 Edmond de Rothschild : « L’anticyclone des Açores est attaqué par un front froid associé à une grosse dépression qui passe dans le Nord. Ce phénomène a tendance à fragiliser l’anticyclone et a pour conséquence que la zone de hautes pressions s’étale vers l’Est plus qu’à son habitude et donc bloque un peu le passage vers les alizés. Sébastien est dans un flux de Nord d’une douzaine de nœuds. Mais c’est assez instable en force et en direction. Exception faite de Banque Populaire, qui du fait de sa position plus Sud en pointe, va s’en sortir bien mieux que ses poursuivants – il continuera d’avancer à 25 nœuds quand derrière ils seront entre 10 et 15 nœuds –  les Ultimes vont connaître un coup de frein tout au long de la journée et plus particulièrement dans l’après-midi.  Une fois dans l’alizé, il y aura beaucoup de travail. Ca ne sera pas tout droit. Les routages semblent s’accorder sur de nombreux empannages à gérer pour garder la pression tout au long de la traversée vers les Antilles. La flotte devrait naviguer vent arrière et dans cette configuration le fait d’avoir un bateau léger sera un avantage»

Spindrift 2 est donc second, le skipper Yann Guichard semble fatigué par les manoeuvres très longues et physiques sur son trimaran de 40m, il pointe à 150 milles du leader, derrière trois bateaux sont assez groupés en terme de distance au leader, Prince de Bretagne, Edmond de Rothschild et Idec Sport qui se tiennent en 20 milles, 200 milles derrière Banque Popualire VII.

Les deux autres multis 70 de Sidney Gavignet et Yann Eliès accusent un retard de 250 à 300 milles.

 

 

Loïck Peyron, leader, skipper de Banque populaire VII :

« Mes collègues de bureau sont coincés dans une ondulation de l’anticyclone où on est passé in extremis. Les premières 48 heures ont été éprouvantes, pour le bonhomme et pour le bateau. J’ai essayé de faire ma première sieste hier matin, mais il m’est difficile de dormir quand le bateau tape à 30 nœuds. Je dors depuis par petites tranches de 10 minutes. On a bien visé le bas de cette barrière anticyclonique avec Marcel et Armel cette nuit. On voyait ces petits phénomènes et on a plongé sud juste à temps pour se glisser en dessous et toucher l’alizé. C’est passé in extremis. Il peut encore arriver de nombreux imprévus, car tout peut se passer sur l’eau. Côté bonne nouvelle, la météo semble bien organisée, sans mauvaise surprise. Côté mauvaise nouvelle et sur un plan plus personnel, je vais avoir l’obligation d’enchaîner les empannages, soit de bonnes séances de « muscu » à venir, sur une belle salle de sport avec vue sur mer. On commence dès ce soir, avec hissage du grand gennaker. J’ai fait des « checks » dans tous les coins. Je m’organise comme un jeune célibataire dans son petit studio. C’est la bagarre, et je n’ai pas lâché. Il fallait attaquer au bon moment et j’ai barré énormément, surtout de nuit, de longues heures à la barre très fatigantes. Je me suis d’ailleurs endormi, suis tombé et ai provoqué une belle embardée du bateau qui est monté très haut sur l’eau. On est dans l’alizé, en bordure anticyclonique et il fait bien meilleur. J’ouvre les hublots pour aérer, et je tiens mes fruits au frais. J’attaque plus que jamais ; c’est le moment idéal pour le faire, « breaker »  pendant que mes adversaires sont ralentis… 10% d’avance par rapport à la route à parcourir ce soir serait parfait. »

© T.Martinez/BPCE

 

Lionel Lemonchois, skipper du multi 80′ Prince de Bretagne :

« La nuit a été délicate. J’ai passé mon temps à manœuvrer car c’était très instable. Ca passait allégrement de 20 à 40 nœuds. Heureusement, depuis le lever du jour, ça va beaucoup mieux. Du coup, je vais pouvoir engranger un peu de sommeil et ainsi recharger les batteries. J’essaie de viser Yann Guichard (Spindrift 2). Son bateau est très grand mais aussi très lourd et si ça reste un peu mou, j’ai une chance de me rapprocher de lui.»

© Marcel Mochet

Francis Joyon, skipper d’Idec Sport, qui est privé d’une grosse partie de son informatique :

« Alors côté informatique le petit ordinateur portable est mort, l’ordinateur numéro un ne tient allumé qu’une seule minute et le troisième et dernier refuse catégoriquement de s’allumer. C’est pas terrible, mais j’arrive tout de même à apercevoir de temps en temps un fichier de vent ou un mail de mon routeur Jean-Yves Bernot. Je fais avec. Je ne sais pas trop où j’en suis par rapport à eux (ses adversaires). Je n’ai vu personne depuis la sortie de Manche..

Je trouvais le bateau très dur à barrer, c’était un peu dangereux… et je me suis aperçu qu’un petit camembert en bois retenant un lashing (cordage de fixation) du safran avait cassé. Du coup, le safran était partiellement relevé vers l’arrière et le bateau devenait très difficile à contrôler. A 30 nœuds, ce n’était pas génial… mais bon je me suis débrouillé en bricolant avec des boutes. Là aussi – j’ose à peine dire le mot – c’est un peu artisanal comme réparation, mais on dirait que ça tient.

Le début de course a été vraiment très brutal, mais là depuis Madère (déjà dans le sillage !) c’est un peu mollasson : on a une quinzaine de nœuds de vent de nord et on nous annonce une molle encore dans la journée. Au moins ça nous change parce qu’hier j’ai encore vu le vent passer de 10 à 43 nœuds en moins d’une minute… ce qui est un peu compliqué à gérer en multicoque.

J’ai dormi par tranches de quelques secondes ce matin, ça me suffit pour récupérer et je vais bien. En revanche, je n’ai pas encore pris le moindre repas chaud, je me suis contenté de quelques barres de céréales depuis le départ.. Ce n’est pas très diététique

Il faudra probablement tricoter quelques empannages pour rejoindre les alizés. Ce ne sera pas un grand tout droit.. »

 

Yann Eliès, skipper du Multi 70 Paprec Recyclage :

« J’ai rarement eu une nuit aussi difficile que ça avec les problèmes et la fatigue accumulée. Je pense que j’ai touché le fond la nuit dernière. Maintenant, objectif la surface ! »

« Vers 18h hier soir, j’ai eu des problèmes électroniques à bord qui m’ont obligé à ralentir. J’ai perdu deux heures à naviguer en mode compas et à bricoler à l’intérieur pour trouver d’où cela venait. Une déferlante a arraché ma casquette tribord (pare-brise qui protège le poste de barre des embruns), j’ai dû refixer un bas hauban qui s’était fait la malle, j’ai cassé une bosse de ris que j’ai dû réparé pour pouvoir renvoyer de la toile… Et comme la loi des séries continue, je me suis pris un filet de pêche cette nuit et j’ai dû faire une marche arrière pour m’en dégager. » 

«  Côté physique, mon seul souci c’est qu’avec tous les petits pépins techniques, je suis en déficit de sommeil. Les conditions météos ne sont pas simples car même s’il n’y a pas beaucoup de vent, c’est assez technique et il faut continuer à faire avancer le bateau.Je suis un peu en buttée de récupération de sommeil. A chaque fois j’arrive à grappiller 20 minutes par ci, 20 minutes par là mais je n’arrive pas à remplir les batteries pour être serein et lucide. Je sens que je suis un peu dans mes retranchements comme au bout d’une étape de Figaro et il est clair que je ne vais pas pouvoir faire le reste de la traversée comme ça. »

© Y.Zedda/PAPREC RECYCLAGE

Sidney Gavignet, skipper du Multi 70′ Musandam Oman Sail :


« Je repense au départ et je remercie tous ceux qui sont venus nous voir, c’était chouette de voir toutes ces têtes, merci à tous !

Le bateau est en forme, c’est incroyable ce qu’ils endurent, vous ne pouvez pas imaginer, ce qu’ils se prennent dans la gueule. Excusez l’expression, mais c’est la plus parlante !
J’ai pu bien me reposer aujourd’hui et prendre soin du bateau et de ma pomme. J’ai gouté au Strogonof lyophilisé à l’eau froide. Ça se mange. L’œdème de mon bras gauche ne gonfle plus, je le masse autant que possible et porte la main au ciel pour l’aider à drainer. Ce n’est pas facile car, même au repos, mon buste est plus haut que ma main car je ne dors pas allongé (Sidney dors dans un hamac). Bon c’est un peu du Calimero, mais ça fait toujours du bien de se faire plaindre (au cas où vous en auriez l’idée).
Je croise les doigts, je touche du bois pour que tout résiste maintenant aux longues heures de portant, c’est là que l’on voit si on a pensé à tout ! J’ai une pensée pour mon ange gardien Loik Gallon, le responsable technique. Je me dis aussi que mon ange gardien a une sacrée gueule de breton pour un ange gardien !
 Bon, en bref, tout va bien sur Musandam Oman Sail ! 
La nuit va être belle : proche de la pleine lune et ciel clair. On a de la chance ! »

Yann Guichard à la vacation du jour en vidéo :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s