Route du Rhum, le point après 24 heures

Le départ d’hier n’aura finalement pas posé de problèmes aux marins, Sidney Gavignet sur Musandam Oman Sail gratifiait les chaines de TV d’une belle montée sur un flotteur en tête de la flotte des Ultimes après le passage de ligne, Thomas Coville revenait ensuite grâce à la puissance de son bateau, tout comme Lionel Lemonchois très à l’aise sur Prince de Bretagne, ce dernier passait la bouée du Cap Fréhel en tête devant Sidney Gavignet et Thomas Coville.

Avec u vent fraichissant et une mer difficile, on pensait que les skippers des Ultimes allaient privilégier la vitesse et réduire les manoeuvres, au final seuls Yann Guichard sur Spindrift 2 et Yann Eliès sur Paprec recyclage choisissaient cette option avec un seul virement. Le reste de la flotte menée par Loick Peyron sur Banque Populaire VII effectuait trois virements pour parer la pointe Bretagne et Ouessant.

Loick Peyron a fait parler la puissance de son bateau durant la nuit et s’est creusé une avance de presque 50 milles sur Groupe Edmond de Rothschild barré par Sébastien Josse. Le reste de la flotte navigue entre 60 et 80 milles du leader avec des trajectoires assez proches, Francis Joyon sur Idec Sport pointé 7ème faisant une route plus à l’est alors que Prince de Bretagne plus au large (40 milles en latéral) est pointé 3ème.

Les fortes conditions de mer et de vent n’auront pas l’instant pas été rédhibitoires aux plus petits bateaux, notamment les MOD 70.

L’événement marquant de ce début de course reste l’avarie de Thomas Coville survenue hier vers 23h30. Alors qu’il allait sortir du rail d’Ouessant, le skipper de Sodeb’O a semble-t-il manqué de lucidité et est descendu dans la coque centrale pour régler un soucis de moteur. A sa sortie, il n’a pu éviter le choc avec un cargo qui était en route de collision avec Sodeb’O Ultim. Le bateau est très endommagé avec le flotteur tribord arraché jusqu’au bras et l’étrave de la coque centrale  également manquante, le skipper et le bateau sont en sécurité à Roscoff.

Thomas Coville, skipper de Sodeb’O Ultim à propos de cette collision :

« J’étais en train de sortir du DST, c’est à dire la zone de trafic maritime qui nous était interdite, je pense que j’allais très vite. J’avais eu un petit souci dans la nuit à l’avant et j’avais décidé de remettre du charbon et je revenais je crois très fort sur Loïck (Loïck Peyron, Maxi Banque Populaire VII), j’étais très à l’aise.

J’ai eu une alarme moteur, pour faire une charge batterie, qui s’est déclenchée et donc je suis rentré à l’intérieur parce que j’étais surpris qu’au bout de huit heures je sois obligé de faire une charge. Il n’y avait rien d’anormal donc je suis remonté et là, j’ai bien vu sur mon écran…Il faut imaginer que sur nos bateaux nous n’avons pas beaucoup de visibilité, là il fait nuit, il y avait des grains avec beaucoup de pluie et en fait on naviguait qu’à l’écran finalement comme les pilotes d’avions ou contrôleurs aériens qui ne travaillent qu’au radar. J’avais bien vu qu’il y avait deux cargos proches de moi, mon bateau était en mode vent, il a une manière d’évoluer qui peut être aléatoire par rapport au vent et par rapport aux vagues, moi je suis à 25 nœuds, le cargo est à 18 nœuds donc on a une vitesse de rapprochement de 40 nœuds et en gros je fais les deux milles en question en une minute trente. Je ressors de la cabine après avoir démarrer le moteur, je cherche le bon régime moteur et au moment où je lève la tête je vois ce mur noir passer devant moi et je le touche d’environ 1,5 mètres ou peut-être à 3 mètres de son arrière. C’est à dire que cela ne passait pas et cela aurait pu passer à 3 mètres. »

 

Yann Guichard, skipper de Spindrift 2 : « Ça a été compliqué cette nuit, il a fallu slalomer entre les cargos et les pêcheurs. Il y a eu des moments un peu chauds. Je n’ai pas eu de problèmes mais la nuit a été éprouvante. La mer est croisée et pas facile. Je ne suis pas allé très vite vu l’état de la mer, j’ai beaucoup manœuvré et les manouvres dans 25/30 nœuds voire plus, la moindre erreur est fatale.
(…) Maintenant ça avance tout droit, j’espère pourvoir accélérer quand la mer se calmera, pour l’instant elle est presque de face. Ça s’éclairci un peu, j’ai du ciel bleu à mon vent, par contre, il y a des grains à 30 nœuds et la mer est démontée. Ce matin j’ai mangé, pendant la nuit aussi, il n’y pas de souci, je ne suis pas malade, les conditions sont dures, je n’ai pas encore dormi, je vais faire une sieste 10/15 minutes quand on va raccrocher. Il faut que je m’aère la tête, ça ira mieux au large du Portugal. Le portant, ce n’est pas pour tout de suite… On a encore 30 heures difficiles pour le bonhomme et le bateau, on souffre avec lui, on a l’impression qu’il va se désintégrer. Dans les vagues, l’étrave décolle de 15 mètres… C’est violent mais tout va bien »

Francis Joyon, skipper d’Idec Sport :

« Je t’appelle avec le téléphone satellite dans une main et l’écoute dans l’autre : le vent est assez fort et très instable. Un coup je suis au près serré, un coup au vent de travers… le vent oscille brusquement entre l’ouest/sud-ouest et le nord-ouest, ce n’est pas très cool et très tendu en multicoque ! J’ai deux ris dans la grand voile et il me faut faire des changements de voile d’avant de temps en temps entre la trinquette et l’ORC (plus petite, ndr), pour faire ça je me mets au vent arrière pour rouler et j’essaie de faire vite… La mer est très difficile à gérer car la houle de travers est assez forte, il y a au moins 4 mètres de creux et surtout celle-ci vient heurter la mer du vent. Le résultat n’est pas joli-joli à voir… et en plus il n’y a pas de soleil pour recharger mes panneaux solaires (rires) ! »
J’ai appris pour l’abandon de Thomas (Coville), de mon côté j’ai pas mal de petits soucis mais rien de comparable et rien de grave. J’ai notamment de petits pépins électriques et je n’ai plus d’ordinateur de bord : l’écran ne reste allumé que quelques secondes et j’ai bien du mal à voir les fichiers de vent et la position de mes concurrents. Je suis obligé d’attendre que ça se calme un peu pour tenter de mettre en service l’ordinateur de secours. Cette nuit, on a eu jusqu’à 38 nœuds et surtout je me bagarre avec les grains…C’est très inconfortable : jamais je n’avais fait taper le bateau à ce point là ! Ça secoue vraiment très, très fort et je pense qu’on va avoir des conditions encore instables comme ça toute la journée. Ce qui m’embête un peu c’est que j’ai du mal à trouver la vitesse optimale, car je suis obligé de choquer tout le temps… sinon le bateau s’envole. Pour l’instant je n’ai pas dormi du tout, j’ai du réussir à faire deux ’nuits’ de trois secondes mais pas plus… « 

Lionel Lemonchois sur Prince de Bretagne :

« Cette nuit, ça a été très musclé. Je suis resté toute la nuit à la barre et je n’ai pas dormi du tout mais tout va bien à bord. Je suis content parce que le bateau se comporte bien, cependant, je reste prudent et cherche à placer le curseur au meilleur endroit entre aller vite et préserver le matériel, d’autant que ce qui suit s’annonce costaud également et ce sera pire encore pour ceux qui sont derrière nous, un peu moins rapides 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s