Trophée Jules Verne J10 : les deux trimarans en avant du front

IDEC SPORT et Spindrift 2 naviguent en avant du front, sur une mer relativement plate. Le flux devrait forcir dans la nuit à 35 noeuds, demain il devrait virer légèrement vers le Nord ce qui permettra à Spindrift 2 d’infléchir la route vers le Sud.
La situation est légèrement moins favorable pour IDEC SPORT qui navigue plus au nord et en retrait et qui pourrait être contraint d’empanner dès demain après le passage du front et plonger au sud vers les quarantièmes.

 Photo Jean Marie Liot / DPPI / IDEC

Photo Jean Marie Liot / DPPI / IDEC

Le retard d’IDEC SPORT se porte aujourd’hui à 395 milles, tandis que l’avance de Spindrift 2 sur le record est de 27 milles.

Francis Joyon, skipper d’IDEC SPORT :
« On a eu le mors entre les dents toute la nuit pour rester devant le front. Les routages annonçaient qu’on allait se faire rattraper par le front, mais on a réussi à avancer sur une mer encore carrossable, avec le vent. On va demeurer ainsi le plus longtemps possible sur l’avant du front. Dès que l’on se fera rattraper, on empannera pour plonger au delà des quarantièmes, vers 45 degré de latitude sud. »

Clément Surtel, équipier sur IDEC SPORT :
« On est à 110% du potentiel du bateau. IDEC SPORT est dans sa parfaite configuration avec le petit mât. On a ainsi moins de fardage dans les hauts. Le bateau est super agréable, très stable. C’est aujourd’hui plus difficile de se reposer à cause de la vitesse. On a de belles sensations à la barre. On va aller vite avec le front le plus longtemps possible. On s’apprête à rentrer dans le Sud, avec la longue houle et les albatros. On en profite, et on se gave !»

Le message du bord de Spindrift 2 :
Ca y est, Spindrift 2 a attrapé le front. C’était hier en fin de journée. Une bonne nouvelle pour les équipiers de Spindrift 2, qui ont rangé les shorts et les lunettes de soleil, pour ressortir polaires et cirés. La transition a été rapide. Tout juste le temps, pour certains, de prendre une dernière douche à l’eau de mer sur le pont, avant… trois bonnes semaines ? Probablement dans la même région, après avoir fait le tour de l’Antarctique.

Cela dit, les conditions restent très vivables, et favorables à la vitesse. Du portant sur une mer plate, du moins à l’échelle de ce bateau. Du coup, Spindrift 2 allonge la foulée, et c’est entre 30 et 35 noeuds et dans un relatif confort que le maxi-trimaran surfe sur l’avant de ce front pluvieux. L’enjeu va être d’y rester pendant les trois ou quatre prochains jours. En attendant, l’équipage se réhabitue aux grandes vitesses, mais aussi au ciel gris et aux conditions humides.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s