Transat bakerly duel Coville Gabart en tête de flotte

Deuxième jour de course sur The Transat bakerly, Thomas Coville et François Gabart bataillent en tête. Les deux solitaires sont sur des routes identiques avec une vingtaine de milles  d’écart en latéral.

MACIF et Sodebo filent vers les Açores, à 30 nœuds environ, avec en point de mire l’anticyclone à négocier puis une dépression ensuite.

François Gabar, skipper de MACIF : « Il y a pas mal de vagues, c’est un peu chaud, il faut faire attention. Tu passes ton temps à rattraper les vagues et à un moment, il y en a une un peu plus haute qui te bloque. Hier au passage du Cap Finisterre, comme il y avait du vent et beaucoup de vagues, j’ai passé trois heures à la barre. J’ai réussi à bien dormir depuis le départ, j’ai trouvé ma petite organisation entre les écoutes dans la main, les alarmes et en gardant toujours un œil un peu ouvert. Sur un tel bateau, il faut garder toute sa lucidité, on ne peut absolument pas se permettre d’être dans le rouge. C’est donc impératif de trouver du temps pour se reposer en enchaînant les petites siestes. En moyenne, je dors entre 3 et 5 heures par tranche de 24 heures. Etre aussi proche après deux jours de course, c’est exceptionnel. Le fait d’avoir Thomas à côté du trimaran MACIF me pousse forcément à aller vite, ça ne donne pas envie de mollir. C’est aussi la compétition qui permet de se dépasser, de trouver des solutions pour grappiller quelques nœuds par-ci par-là. Grâce aux classements et parfois à l’AIS, je comprends tout de suite si ce que je fais sur le bateau me fait gagner en performance, c’est génial pour progresser. »

Thomas Coville, skipper de Sodebo : « Il y a grosse bagarre ! Ça croise, ça recroise, ça tricote, on empanne… ça joue bien avec Macif depuis le départ ! L’écart s’est stabilisé, ce qui est bon pour nous. François a un léger avantage en vitesse. Grâce au travail à terre de Jean-Luc et Sam (Davies) à la cellule routage, nous avons réussi quelques coups stratégiques un peu audacieux, comme au passage du cap Finisterre où nous avons choisi d’aller chercher le vent fort en passant à l’est de la zone interdite au trafic. C’était payant puisque je suis bien revenu sur François. C’est comme si on était en Figaro au milieu de l’Atlantique mais le fait d’être à deux trimarans Ultime, ça permet de pousser sur le bateau et ça va super vite à 37 nœuds de moyenne ! On est loin de la dernière Transat anglaise où nous étions passés par la route nord ! Là, je suis au portant, le flotteur sous le vent touche à peine l’eau avec le foil qui pousse. Sodebo Ultim’ est bien calé et stable. Il y a un peu de mer et le bateau fait quelques bonds mais globalement il passe les vagues de crêtes en crêtes. C’est le paradis de naviguer dans ces conditions. Les vitesses du vent oscillent régulièrement entre 17 et 24 nœuds, on s’adapte. »

Yves Le Blevec sur Actual pointe en 3ème position, cette transat lui permet d’appréhender la navigation en solitaire sur son ultime : « J’ai bien dormi, je suis en forme ! Hier, il a fallu beaucoup manœuvrer. Là, je viens de faire encore un changement de voile : c’est du job ! Chaque manœuvre prend environ une heure : il faut rentrer la voile, la ranger, renvoyer l’autre, dérouler, régler, etc. À chaque fois, cela ralentit beaucoup le bateau. Sur le dernier changement de voile, j’ai réussi à relancer avant la fin de la manœuvre, c’était pas mal.Hier après-midi, après la première nuit blanche et la journée à manœuvrer, j’ai eu un coup de mou, ça n’a pas duré. Je suis bien dans mon rythme, j’ai une bonne « patate » ! Nous allons continuer sur une trajectoire assez sud. La route est bien sûr plus longue que la route directe, mais le bateau sera plus rapide, ça se présente bien… »

En Multi 50 Lalou Roucayrol a choisi une route plus nord que  celle de Gilles Lamiré, deux visions d’aborder la prochaine dépression pour les deux marins.
Erwan le Roux est arrivé en Espagne, aidé par son équipe technique pour l’entrée dans le port. Le skipper espère pouvoir mettre en place une réparation de fortune avant de convoyer son trimaran vers la Bretagne.
 
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s