The Transat bakerly : Macif en tête, attendu demain à New York

La Transat anglaise 2016 approche de son épilogue, celle-ci aura été atypique pour les ultimes avec une route sud au portant sur une bonne partie du parcours. Les trois skippers ont donc eu des conditions propices à la glisse, et à ce jeu, c’est de nouveau François Gabart sur le trimaran Macif qui s’en sort le mieux. Il a dominé son principal adversaire Thomas Coville sur cette route sud, l’écart est de 122 milles ce soir, et de plus de 400 sur Yves le Blévec (Actual).
Aujourd’hui, les trois solitaires ont dû enchainer les manœuvres pour passer un front puis batailler dans les petits airs. Macif a été le premier à s’extirper de cette zone de calme, Thomas Coville devrait suivre dans les heures à venir.
Les ETA s’affinent avec une arrivée de François Gabart prévue demain vers 18h (HF), Thomas Coville étant attendu mercredi à 5h et Yves le Blévec jeudi dans la soirée.
Photo Vincent Curutchet / DPPI / MACIF

Photo Vincent Curutchet / DPPI / MACIF

François Gabart (Ultime / MACIF) : « On est au près, ce qui n’était pas arrivé depuis le départ et ce qui, sur une transat anglaise, reste un scénario peu surprenant. Mais cela fait partie du jeu et on en aura à peu près jusqu’à la fin ! Il y a pas mal de vagues, c’est assez inconfortable. Ce matin en revanche au reaching, je progressais pleine balle et je faisais du saut de vagues. J’ai clairement ralenti le bateau. Cela ne m’arrive pas souvent, mais il y a des moments comme celui là, où tu arrives à la fin de la course, tu es en tête… et il ne faut pas prendre le risque de casser quelque chose à bord. Avec le vent qu’il y avait, ça pouvait monter à 35-38 nœuds, j’ai volontairement levé le pied. L’idée de finir, cela ne rajoute pas forcément de pression supplémentaire. Cette pression, on l’a depuis le début et c’est celle de naviguer sur le trimaran Macif : c’est un fabuleux bateau et il faut en prendre soin. Arriver au terme de la course, ça rajoute juste un peu de piment, d’autant que terminer la transat anglaise, ce n’est pas rien ! Là même si je suis en tête, on sait que tout reste possible dans les courses à la voile. Jusqu’à la fin, il peut se passer plein de choses. Il ne faut pas faire de bêtises ou de mauvaises manœuvres. »
Thomas Coville (Ultime / Sodebo) : « Depuis hier dimanche, c’est très physique ! La mer est forte, toute cabossée, ça tape bien et on navigue au près dans du vent fort. Au moment où je parle, Sodebo Ultim’ s’élève de toute sa hauteur, l’étrave décolle, la dérive sort carrément de l’eau et quand ça retombe, c’est impressionnant comme ça tape et ça vibre ! J’ai très peu dormi, jusqu’au bout ce sera très physique ! Quand tu es un compétiteur, tu joues pour la gagne. On fait un beau duel depuis une semaine avec François. Il reste encore un front à passer, il faut être prudent, faire attention au bateau, surtout ne rien casser. Une petite erreur peut vite arriver. La nuit dernière, c’était un peu la folle cavalcade, et on est revenu sur Macif… Il peut encore se passer des choses, alors je ne veux rien lâcher, ce n’est pas le moment ! »

Yves Le Blévec (Ultime – Team Actual) : « J’ai passé un front en fin de nuit : toute la garde-robe du bateau y est passée. Renvoyer deux ris d’un coup, c’est sport ! Au moins dix minutes de colonne de winch non-stop, il ne faut pas partir trop vite, sinon on n’arrive pas au bout. Là, en revanche, le vent est tombé, c’était prévu, mais ce n’est jamais agréable, d’autant que les deux autres Ultime n’ont pas eu ce passage-là, ils profitent de conditions plus favorables, c’est un peu frustrant, mais ce n’est pas si grave. Je ne cesse de me réjouir d’avoir le privilège de mener une telle machine à vent sur les océans. Plus je passerai de temps à bord, plus j’apprendrai. La mer est restée formée, le bateau bouge dans tous les sens… Ce soir, il y a un nouveau front avec 25 à 30 nœuds, il va passer vite. Et le vent tombe à nouveau ensuite. Je vois beaucoup plus clair maintenant dans la façon d’enchainer les manœuvres et de les anticiper, j’ai les schémas en tête, mais tous les enchainements ne sont pas possibles. Je continue à bien réussir à me reposer. Je mange bien, ce bateau est quand même beaucoup plus confortable que le Multi 50 dans la mesure où l’habitacle est sec et en hauteur. Le seul point noir c’est que je mangerai demain matin mes derniers œufs-bacon… »

© Th.Martinez / Sea&Co. Trimaran ULTIM “ACTUAL”

© Th.Martinez / Sea&Co.
Trimaran ULTIM “ACTUAL”

En Multi50, l’option sud de Gilles Lamiré (French Tech Rennes-Saint Malo) reste toujours avantageuse avec un avantage de 175 milles sur Lalou Roucayrol (Arkema) revienne du diable vauvert, vu qu’il est encore phagocyté par les airs anticycloniques…
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s