Transat Jacques Vabre : Arkema vainqueur en Multi50′, FenêtréA-Mix Buffet second

Lalou Roucayrol et Alex Pella sont arrivés ce matin à Salvador de Bahia, et remportent donc cette Transat Jacques Vabre dans la catégorie Multi50′.
Les deux marins auront mis  10 jours 19 heures 14 minutes et 19 secondes, à la vitesse moyenne de 16.81 nœuds pour boucler cette course.
Ils s’adjugent également le record des 24h dans la classe avec 568 milles et également le record de l’épreuve en Multi50.

Photo Jean-Marie Liot / ALeA / TJV17

Erwan le Roux et Vincent Riou sont arrivés 7h37mn 04s après le vainqueur. Les deux marins auront été handicapés par des soucis sur la fin de course avec la casse de la dérive et des soucis de drisse. Le 3ème, Reauté Chocolat mené par Armel Tripon et Vincent Barnaud sont attendus dans la nuit.

Photo Jean-Marie Liot / ALeA / TJV17

Les réactions des skipper de la classe Multi50′

Lalou Roucayrol, skipper de Arkema
« Il y a deux ans, je me suis arrêté à Salvador de Bahia car j’avais le bateau coupé en deux et on a du faire de la stratification pour repartir sur Itajai et finir la course. On a franchement mérité cette victoire, on a fait une belle course, je suis vraiment content. On a mis du charbon tout le temps, on a été vite. Ca a été la bagarre du début jusqu’à la fin. On a fait un départ magnifique, c’est dingue, c’est la première fois qu’on navigue ensemble. J’étais rassuré de partir avec Alex, ça m’a soulagé qu’il soit d’accord de partir avec moi. Une Transat Jacques Vabre, c’est un engagement, tu navigues toujours à 110% des polaires, c’est sport. »

Alex Pella, co-skipper de Arkema
« C’est génial le Mutli50 ! C’est une belle expérience, ce sont des super-bateaux, j’ai compris le mode d’emploi au fur et à mesure. J’étais heureux d’être là, ce bateau a un potentiel énorme. On n’a jamais eu de problème de vitesse. Ca me rassure pour Lalou pour la Route du Rhum. Par contre, c’est vraiment inconfortable !
Nous n’avons eu aucun souci technique majeur, la préparation était parfaite, un grand merci à l’équipe technique. On s’est super bien entendu avec Lalou, tous les ingrédients étaient là. »

Lalou
« Une anecdote, Alex a l’habitude d’enlever son ciré pour dormir, se mettre au sec dans son duvet etc.. Je lui ai laissé croire que c’était possible, et la première nuit, il a vu qu’en fait on dormait dehors et tout le long, on a dormi dehors ! »

Alex
« On passé 10 jours avec les cirés, et quand on les enlevés, c’était juste devant, à l’entrée de la baie, et on s’est pris un gros grain ! Toute la course on a dormi sous la casquette. C’était une nouveauté pour moi, ces bateaux sont très nerveux, il faut avoir la main sur l’écoute en permanence. »

Lalou
« C’est ma 9e Transat Jacques Vabre, et avant le départ, je sentais que c’était bien, ça partait dans une spirale ascendante. On a une bonne équipe à terre aussi.  Karine (Fauconnier) et Eric (Mas) nous ont bien encadrés, car c’est difficile de faire la navigation, même de taper des petits messages sur le clavier…

On arrive devant Erwan, c’est comme ça, on s’est bien battu, on ne démérite pas, c’est chacun son tour ! L’année dernière, on gagne la Québec-St-Malo en équipage et là on gagne en double la Transat Jacques Vabre. Cette victoire, je la place au top. Beau bateau, belle vitesse, bonne préparation, tout s’est parfaitement déroulé. On aurait pu même aller encore plus vite. Objectivement, le bateau passait bien même dans la mer courte. Hier, on fait 570 milles, on aurait pu faire 600 milles. »

Alex
« Mon caleçon ne fait que des victoires, je le prends toujours, même si il n’est pas beau ! »

Lalou
« Dans le Pot au noir, on s’est décalé, FenêtréA-Mix Buffet n’a pas de gennaker, mais on ne le sait pas. On s’en est aperçu après, vu sa trajectoire. Ca se joue à la sortie du Pot au noir, on a vraiment bien navigué, notre trace est très belle. »

Alex
« Avec Karine (Fauconnier) et Eric (Mas), on a fait un travail extraordinaire. Ce qui n’est pas facile avec le routage à terre, c’est la communication. Nous n’avons pas été très bons sur deux transitions, sous les Açores et au Cap Vert. A partir de là, on a mieux travaillé tout ça, et du coup on a fait un beau Pot au noir ».

Lalou
« Karine nous a laissé de la place et du coup on a joué les bascules, on a senti les choses, on avait un gennaker donc ça nous a aidé par rapport à Erwan et Vincent, mais c’est la course, c’est comme ça. »

 

 

Vincent Riou, co-skipper de FenêtréA-Mix Buffet : 
Ca fait du bien d’arriver, quand la machine s’arrête, quand on abat, qu’on roule, à chaque fois c’est toujours le même relâchement en multicoque, le bateau il faut tout le temps le surveiller et quand ça s’arrête il y a la pression qui tombe.

Erwan le Roux, skipper de FenêtréA-Mix Buffet :
Le bruit est constant donc quand ça s’arrête ça fait du bien. Il n’y a aucune frustration d’être deuxième, on a digéré cela depuis longtemps.

Il y a eu une super régate, ils ont mis le curseur hyper haut, nous, nous sommes restés dans ce qu’on s’était dit. On va y aller doucement et attendre que les conditions qui vont nous permettre d’avancer. Arès le front, on a laissé passer la mer, puis on a allumé, on est revenu sur Arkema, on fait un meilleur passage de l’anticyclone, et on arrive à passer devant lui. Après tout se passe bien, la descente au Cap Vert, on creuse l’écart, on gère la molle de la Mauritanie, tout se déroule parfaitement. Le début de course était top.

Vincent :
On a fait un bon job, c’était déjà pas si simple de passer le front, faire des trajectoires propres sans monter la prise de risque, c’était l’objectif qu’on s’était donné. On ne voulait pas prendre de risques inconsidérés au départ. On a eu une belle trajectoire jusqu’à l’entrée du Pot au noir. C’est comme ça, c’est la vie des marins.

Erwan :
Juste avant le Pot au noir, Vincent me dit : « on l’a échappé belle, tu as vu le bidon passé, un bidon de 200 litres qui passe à côté du bateau. », et ça a commencé à se compliquer pour nous.
Ce bidon, il nous aura embarqué un safran comme qui rigole. Il ne s’est pas passer 10 minutes que Paf dans la dérive. On imagine qu’ils étaient en groupe. Au début on pensait avoir cassé le safran et au final c’était un bout du crashbox de la dérive qui était replié dans le safran. Déjà c’était une bonne nouvelle car si on avait cassé le safran central, on aurait été mal. Et puis on est reparti, c’est comme ça. Ca n’est pas la première fois qu’on terminerait une course avec une dérive en chou-fleur. On n’est pas allé voir, mais au fur et à mesure qu’on avançait, le bruit augmenté sous le bateau, on imagine que l’orange était en train de se peler en bas et que finalement le truc n’est pas devenu juste une dérive de cassé, c’est un truc en chou-fleur qui freine considérablement le bateau.

Erwan :
Le Pot au noir nous est un peu tombé dessus, c’était vraiment le carnage, et là, Lalou Roucayrol est revenu comme une fusée. Dans la foulée on a cassé notre drisse de gennaker, c’était l’apothéose. Ce qui se transforme en 20 milles d’avance sortie du Pot au noir, se transforme ensuite en 80 milles de retard et avec la possibilité de ne pas suivre le rythme qu’il (Lalou) nous impose.

Vincent :
Le bateau était trop ralenti. Devant ils ont faim, il faut se résigner. Des fois ça fonctionne et parfois il y a des grains de sable. On ne pas gagner à tous les coups, c’est pour cela qu’on revient.

Vincent :
C’est assez conforme à ce que j’attendais de naviguer sur un Multi50. Ce sont des petits bateaux. Quand ça commence à être la guerre on est plus facilement à plat ventre qu’à 4 pattes. C’est comme ça, après on est adaptable. On essaye de maintenir un bon niveau de sécurité pour les bonhommes. C’est sympa, ce sont de belles petites machines, ça reste des petits bateaux, on va pas n’importe où avec, on ne fait pas n’importe quoi. Aujourd’hui avec la maitrise de la météo et de la conduite de ces trucs-là, on arrive à faire de belles courses comme on fait là. Moi j’ai l’impression de faire une course de karting quand je fais du Multi50. C’est excellent, ce sont des petits bateaux nerveux, réactifs. Aujourd’hui, il y a un début de flotte qui commence vraiment à ressembler à quelque chose avec des gens qui naviguent super propre, demain ça peut devenir une super série. Ce sont des bateaux très sympas à naviguer, même pour des gens comme moi qui navigue à peu près sur tous les supports, et bien je viens sur un bateau comme ça et je me fais plaisir. C’est signe qu’il y a quelque chose à faire autour de tout cela.

Erwan :
Avec foil, ce n’est pas pareil, ça va plus vite. Ca procure d’autres sensations. Sous foil, on était à la limite de voler, tout le temps en limite de vol, et ça tout le temp de la descente. Le matériel a beaucoup souffert.

Vincent :
Et encore on ne connait pas encore bien ces bateaux, donc on va cool. Mais le jour où on aura la maîtrise, ça va tartiner beaucoup beaucoup plus vite. Y’a encore 2-3 nœuds à aller chercher dans certaines conditions. L’objectif qu’on s’est fixé avec Erwan est d’y aller progressivement. Les bateaux n’ont pas été dessinés pour ça, pas conçus avec ce cahier des charges, donc il y aura de petites adaptation à faire. Vu que l’idée pour nous est de réussir à vivre de nos courses et partager de belles aventures, il faut qu’on s’attache à être un peu raisonnable. Dans l’avenir y’a moyens de faire des trucs énormes avec ces petits bateaux. On avait pris dès le départ la décision de ne pas se faire influencer par la cadence de personne, c’est-à-dire on se met dans la cadence de notre zone de confort et on navigue comme cela parce qu’il y avait des inconnus avec les foils et aussi que je manquais beaucoup d’expérience sur ce bateau-là.

Fin de course difficile en revanche pour le Lionel Lemonchois et Bernard Stamm sur le trimaran Prince de Bretagne. Les deux marins auront terminé cette traversée de l’Atlantique en remorque derrière un bateau de la marine brésilienne. Ils ne seront donc pas classés.

Le Maxi80 avait démâté hier au soir, suite à la rupture d’un galhauban, le mât s’est cassé en deux, malgré tout les deux marins ont pu récupérer celui-ci ainsi que la bôme et les voiles à l’exception du gennaker.

Les réactions des skippers :

Lionel Lemonchois, skipper de Prince de Bretagne

« On est contents d’être là, ça fait trois Transat Jacques Vabre avec Prince de Bretagne, je n’en ai pas fini une, ça commence à faire beaucoup. Pourtant, celle-là on y croyait. La grande nouvelle du jour quand même, c’est que j’ai appris ce matin que je vais être grand-père, c’est la claque de l’année !

On est déçu quand même… Depuis le matin, on était pleine balle, on avait des conditions idéales, sous gennaker, grand-voile haute, 16-17 nœuds de vent, vitesse 26-30 nœuds, même pas sur une coque, rien d’extraordinaire, des super conditions pour arriver. Et tout d’un coup, ça tombe. Ca part avec une douceur, c’est incroyable. Je ne l’ai pas trop senti, Bernard était à la barre, il a senti lui que le mât tombait. »

Bernard Stamm, co-skipper de Prince de Bretagne 

« Quand le gréement est tendu, il tend la plateforme. Quand ça lâche, c’est bing ! Tout est descendu. On a essayé de ramener le mât le plus vite possible mais il a cassé vite ».

Lionel Lemonchois

« Il a fallu tirer par l’avant. Il a cassé entre le pied de mât et le flotteur. A un moment, on a cru qu’on allait pouvoir tout ramener sans rien casser. J’étais colère sur le moment. Ca fait la troisième fois avec Prince de Bretagne, j’avais à cœur de finir celle-là. Il y avait tout pour que ça finisse bien. »

Bernard Stamm

« On s’était préparé pour l’arrivée, Lionel s’était même rasé. On était prêt. C’est forcément différent pour moi, c’est juste la déception de ne pas finir la Transat Jacques Vabre. Je suis désolé pour Lionel et Prince de Bretagne. Surtout que nous avons été super conservateurs, c’est rageant… On s’en sort bien parce qu’il n’y a que des dégâts mineurs à part le mât. On a toutes les voiles. »

Lionel Lemonchois

« Ca a été du plaisir, on a passé de bons moments. Il y a eu des galères quand même. La drisse de grand-voile qui pète, ça n’arrive jamais, on a aussi eu une panne de démarreur…
Depuis le début de la course, on jouait piano, on savait que ce n’était pas la peine de faire des folies avec les deux maxi devant. Je m’étais donné 24 heures d’écart avec eux, ça aurait pu le faire ! »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.