Oman Air et FenêtréA Cardinal remportent l’étape Dublin-Plymouth

Sidney Gavignet et son équipage sur Oman Air-Musandam ont devancé Edmond de Rothschild et le maxi 80 Prince de Bretagne à Plymouth, cette étape de très petit temps a été raccourcie par le comité de course. Les teams engagés sur cette route de l’Europe ont eu fort à faire avec ces vents ératiques et ont du jouer avec les courants pour prendre l’avantage, en MOD70, Sébastien Josse était parvenu à recoller à Oman Air le long de la côte sud de l’Angleterre, mais Musandam s’était de nouveau échappé dans une risée.

Au classement général des MOD70, Oman Air Musandam et Edmond de Rothschild sont à égalité de points avec 126 unités, Spindrift pointe encore à la troisième position devant Virbac Paprec 70.

En Multi 50′, c’est Erwan le Roux qui décroche la victoire d’étape, devant Arkema Région Aquitaine, Yves le Blévec longtemps au contact avec FenêtréA Cardinal, n’a pu empêcher le retour des deux trimarans. A noter qu’il existe une réclamation du comité contre Arkema concernant le non respect d’une zone de DST, ce qui pourrait priver Lalou Roucayrol de quelques points.

Au classement général provisoire en Multi5à, Actual conserve la tête avec deux points d’avance sue Arkema et 4 sur FenêtréA Cardinal. Gilles Lamiré est 4ème.

Sidney Gavignet, skipper du MOD70 Oman Air-Musandam : « On peut dire que cette troisième manche de la Route des Princes, nous sommes allés la chercher loin et que, du coup, on la mérite. En plus, il n’y a pas de réclamation à l’arrivé, ça c’est spécial. On va peut-être passer une escale tranquille. Je crois que l’on anime bien la course depuis le départ, de diverses façons. On est un acteur qui fait du jeu. On est très content de la navigation que l’on fait alors que l’on n’a pas de navigateur. On pensait que cela pouvait être une faiblesse et on s’en sort bien donc c’est un plaisir à faire. C’est stressant mais bon, on ne va se pas se plaindre. Si on fait ce boulot c’est que l’on aime aussi le stress mais quand même, vivement la fin de la semaine que l’on puisse se détendre ! (rires). Notre score n’est pas mal (2 étapes offshore sur 3), c’est vrai qu’on est là ! Près de Tuskar, c’était une histoire de courant. Il y en avait beaucoup plus que ce que disaient les cartes. On avait déjà remarqué ça à l’aller et on pense qu’il y avait facilement 4 nœuds de courant. On a voulu aller se protéger, on est allés sur les bancs de sable façon Figaro, en gardant un tout petit peu plus de sécurité quand même. Je pense que quand on a 2 nœuds de courant en moins et bien ça fait deux nœuds de vent en plus et donc ça fait la différence.On ne s’est pas trop vite emballé de notre avance, on savait que ce n’était pas nécessaire de se dépêcher parce que plus tôt on arriverait dans la pétole. Mais là, on n’a pas eu une réussite énorme. Quand les autres étaient à 3 milles de nous, on faisait un noeud et eux quatorze. On se dit que l’on aurait pu avoir un meilleur trou de souris, mais bon, on ne va pas se plaindre parce qu’après on a continué. On n’a pas baissé les bras. Ca s’est joué à vraiment pas grand-chose pour avoir le pont de bonus à Bishop. Ce qui est bien dans notre équipe, c’est que l’on ne baisse pas les bras. Quand les choses changent, on reste patient, on ne panique pas et du coup on arrive à se sortir de situations délicates. »

Sébastien Josse, skipper du MOD70 Groupe Edmond de Rothschild : « On ne pensait pas finir aussi près d’Oman Air-Musandam c’est sûr, vu le premier coup qu’il nous a fait dans le DST du canal Saint-Georges. Il est passé avec 60 milles d’avance au Fastnet. On ne pensait pas le revoir aussi tôt, on s’est un peu battu. On a vu que tout était possible au passage des Scilly. Il y a eu un gros regroupement la nuit dernière. On a repassé une deuxième fois le front qui nous avait arrêtés après Bardsey. On l’a repassé dans l’autre sens, Oman s’est arrêté. On a décidé d’attaquer un petit peu plus nord. C’était de nuit dans 3-4 nœuds donc il y avait beaucoup d’incertitudes. On ne voyait rien, on a tout fait aux sensations. Il fallait essayer de déplacer le bateau tant bien, au gré du vent qui tournait toutes les deux minutes. C’était une période assez sympa. On avait aussi un contrôle sur l’AIS, sur l’ordinateur … mais bon après, il a démarré plus vite et la messe était dite. Nous avons apprécié le petit bord de portant du Fastnet aux Scilly parce qu’après c’était plutôt « multicoque dans la pétole ». Ce n’est pas le plus agréable car les flotteurs tapent d’un côté et de l’autre. Cela s’arrête aussi vite que ça démarre. Dans ces cas là, il faut être patient et ne pas trop s’énerver. Il faut relativiser. On voit que dans cette classe des MOD70, rien n’est jamais avant la dernière étape. Ca se joue parfois à un point pour savoir qui est l’heureux gagnant. Au niveau du bilan, on aurait préféré gagner, maintenant on s’est bien battu. Bien sûr, il y a un peu de déception. On sait qu’il y a du niveau. On va continuer comme ça. On va tout donner sur le prochain in-shore et sur la dernière étape pour Morlaix. »

Jean-Pierre Dick, skipper du MOD70 Virbac Paprec : « Cet offshore n’a pas été venté, c’est le moins que l’on puisse dire. On a pris un beau départ, on passe la bouée en tête, mais après les choses se sont moins bien enclenchées, notamment au passage du DST où on a décidé de passer à l’ouest. Oman Air a pris la poudre d’escampette dans la nuit, il a pris une belle option. Nous sommes restés au contact malgré tout avec Edmond de Rothschild et Prince de Bretagne. On était un peu derrière et du coup dans la pétole on s’est fait largué un peu plus. Au Fatsnet, l’écart commençait à être difficile à rattraper. C’est forcément un peu frustrant de ne pas réussir à revenir, même si on ne termine pas trop loin en temps. J’espère que la prochaine manche sera meilleure ! On s’est posé la question de passer le DST près de la côte, mais cela semblait risqué. Oman Air est allé au bon endroit, chapeau ! Au Fastnet, il avait une sacrée avance. Après, au passage des Scilly, pendant une journée, c’était très pétoleux. On pensait revenir par-dessous, mais ça n’a pas été le cas. Nous avons tout de même réduit la distance. L’ambiance à bord est excellente, on est là pour apprendre, il n’y a pas de pression monstrueuse, mais on a tous envie de bien faire, car nous aimons la compétition. Finalement le petit temps ça ne fait pas de mal, après les conditions plus toniques auparavant. Nous continuons notre apprentissage… »

Lionel Lemonchois, skipper du Multi 80 Prince de Bretagne : « Le hook de la drisse de grand gennaker a cassé. Cet après-midi par mer plate, je suis monté en haut, et j’ai fait un brêlage pour mettre la drisse là-haut et ainsi pouvoir réutiliser le grand gennaker. Toute la partie sud Irlande avant le Fastnet, c’était du gennaker par petit temps, et finalement on s’en ai pas trop mal sorti, mais on aurait eu le grand gennaker, ça aurait été tout de même bien mieux. Même en descendant jusqu’au Scilly, on en aurait eu besoin. D’ailleurs, Edmond de Rothschild nous remet 30 milles dans la descente, parce qu’on on a été obligé  de faire deux empannages alors que lui allait tout droit. Après les scilly, le vent est tombé jusqu’à ce matin. C’était : courant, pétole, bruine, pas super beau temps. Il faut donc improviser, il faut essayer de faire avancer le bateau, de faire un peu de vent apparent, et faire avec les courants d’air qu’on a. Ce n’était vraiment pas rapide. Plusieurs fois, on a été à 0, le bateau était arrêté. Ces bateaux quand ils s’arrêtent, c’est exceptionnel.  Nous avons bien tricoté, mais on aurait eu ce grand gennaker, on aurait peut être été devant Edmond de Rothschild. Quand on a remis le grand gennaker cet après midi, tout de suite on a gagné deux nœuds et on a recollé Edmond de Rothschild , ça allait beaucoup mieux ! ».

Erwan le Roux, skipper du Multi50 FenêtréA Cardinal : « Cette étape a été compliquée, très compliquée ! A chaque fois on prend des beaux départs et on fait ce qu’il faut pour être devant mais on se fait avoir trente minutes après le coup d’envoi. Là, quelques milles après Dublin, Actual a empanne parce qu’il a été obligé de le faire et il nous a collé 13 milles d’un coup. Il a fallu cravacher pour revenir sur lui et une fois que ça a été fait, Lalou Roucayrol est parti de son côté, à droite. C’est sans doute ce qu’on aurait fait si on avait été dans sa situation, derrière. C’est comme ça qu’il nous a mis un caramel et qu’il a passé Bishop en tête. Mais comme on n’avait pas le Pos Report, on a pensé que c’était nous qui avions le point de bonus sauf qu’à un moment donné, on a regardé sous le vent et on l’a vu. On s’est dit que ce n’était pas possible et ça nous reboosté à 100% pour aller le chercher. On s’est accroché à ses basques pour partir avec lui et ne pas le laisser filer. A la fin, on a gardé le décalage qu’on avait créé toute la nuit puis d’un coup on est parti, sans trop savoir pourquoi. Il fallait avoir un peu de réussite, celle que l’on n’avait pas eue lors des deux premières étapes. Sur les derniers milles, il y a eu beaucoup de courant mais on avait du vent pour étaler, donc ça a été. Cette nuit, en revanche, ça a été un peu chaud. On culait presque. C’était un peu tendu, les vitesses n’étaient pas folichonnes. On a cravaché dur, on a continué à faire avancer le bateau à 100%, les gars n’ont rien lâché. C’est génial. On a essayé un système de quart un peu différent sur cette manche. Du coup, il y avait toujours trois personnes sur le pont. On avait toujours quelqu’un aux réglages. Idem à la nav. Donc on avait l’info et le retour de l’info. Alors, effectivement, on restait 6 heures sur le pont mais ça bien fonctionné. On est super content. Ca remet les compteurs à zéro. Je suis très content, du bateau et de l’équipage. »

Lalou Roucayrol, skipper du Multi 50 Arkema Région Aquitaine : « On a récupéré un pigeon bagué qu’on a hébergé, logé, nourri, blanchi, pendant plus de 24 heures et qui nous quand même sali l’intérieur du bateau. Si le pigeon n’avait pas été là, on n’aurait pas fait cette option incroyable ! Alors on se dit qu’il nous a porté chance ! En fait, on a eu du bol de rester au milieu, les autres allaient à la côte… Dans ce genre de course rien n’est jamais joué, on a tenté le tout pour le tout, on a eu la bascule et là bingo ! Mais c’est tellement incertain. Avec FenêtréA-Cardinal, on est resté côte à côte toute la nuit, à se doubler, à se repasser devant. Et ce matin, il est parti plus au large, tandis que sommes restés à la côte. Et voilà, FenêtréA est parti. Mais on est super content d’avoir joué dans le petit temps avec le bateau… On a mis au départ le code zéro, on l’a gardé jusqu’à l’arrivée. Tout le long, c’était le jeu de l’accordéon, c’était très aléatoire. Surtout qu’on a eu beaucoup de courant. Même 2-3 nœuds de courant, ce n’est pas à négliger. Aux Scilly, on était bien, et puis on est tombé dans la molle, on s’est fait aspiré par le courant…  On a fait de la marche arrière ! C’est beaucoup de fatigue nerveuse et physique parce qu’on est tout le temps sur les réglages. On a passé la nuit aux réglages. On est super content d’être là ! »

Yves le Blévec, skipper du Multi50 Actual : « C’était long, surtout cette nuit. Sur la cartographie, à un moment donné on est passé à un point puis on est repassé au même trois heures après : incroyable ! Pas de vent et du courant de face… On a essayé d’écrire Actual, le numéro du bateau… C’était n’importe quoi ! Avant Bishop, on était un peu à la bagarre avec FenêtréA-Cardinal, et Arkema – Région Aquitaine a choisi de traverser tout de suite le front contrairement à nous. C’était un bon coup. Après, ça a retassé. La nuit dernière, l’équipage d’Erwan Le Roux était juste 1,5 mille devant  nous, mais il s’est barré d’un coup. Je le voyais à l’AIS. A bord d’Actual, notre vitesse chutait à 3 nœuds alors que lui avançait entre 7 et 9 nœuds. Il a donc disparu. C’était complètement aléatoire. Après, lui s’est arrêté aussi mais il était déjà loin devant… et ça partait par devant. Après, au cap Lizard, on est allé un peu trop loin alors Rennes Métropole – Saint-Malo Agglomération a croisé devant nous. Il allait bien dans les petits airs et on est resté longtemps bord à bord. On les a doublés à une vingtaine de milles de l’arrivée. Cette étape était un peu compliquée. C’était dur de voir les autres partir, pourtant ça avait bien commencé. A Bradsey, on est passé avec un bon petit matelas d’avance. On était même devant les MOD70 pendant un petit bout de temps, c’était drôle. Après, on savait que ça allait revenir mais on a enchainé les coups sans réussite. Tout s’est un peu enchainé à l’envers. On savait que ce serait laborieux, ça l’a été. On n’a vraiment pas avancé. Le vent, c’était tout et n’importe quoi. Mais bon, c’est la vie et ça va donner du match dans la dernière manche. C’est super serré et c’est génial. Tout va se jouer en baie de Morlaix. »

Gilles Lamiré, skipper du Multi50 Rennes Métropole-Saint Malo Agglomération : « On craignait un peu cette étape parce que du temps mou était prévu et on dit souvent que notre bateau est plus à l’aise dans la brise. Au final, on est satisfait de notre étape parce qu’on était vraiment dans le match alors qu’on est toujours en phase d’apprentissage de notre trimaran. On a réussi à rester au contact avec tous les bateaux. On a passé l’île de Bradsey en deuxième position. Sur ce coup-là, on a bien navigué et au reaching sous code O dans du médium faible, on a vu qu’on était bien. La nuit dernière, on a eu une grosse molle. Tout le monde était scotché. On s’est battu toute la nuit et au petit matin on était bord à bord avec Actual. Ca c’était vraiment satisfaisant d’autant qu’on a vu aussi que les premiers ne nous avait pas trop distancé. Au près dans le petit temps,  on était un peu mieux qu’Yves Le Blévec en vitesse mais après sous gennak, il nous a redoublé. Au final, le bilan est plutôt positif car pour la première fois depuis le début de cette Route des Princes, on a vraiment été dans le match. Ca promet pour la suite. L’équipage à bien fonctionné. On a hâte de se retrouver sur la prochaine étape. J’espère qu’on aura un peu de brise pour avoir une autre configuration du bateau. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s