Trophée Jules Verne Jour 23 : les deux trimarans à vue

Les équipages d’IDEC SPORT et de Spindrift 2 naviguent au sud de la Nouvelle Zélande, ils ont passé l’antiméridien en milieu de journée.
L’événement de la journée est sans doute la proximité des deux multicoques après la moitié de leur tour du monde, ce matin Francis Joyon et ses hommes ont perçu l’écho radar du trimaran de Yann Guichard et Dona Bertarelli. La rencontre a été immortalisée par Yann Riou le média man de Spindrift 2.

© Yann Riou/Spindrift racing

© Yann Riou/Spindrift racing

Les deux bateaux naviguent actuellement dans une dépression qui devrait s’épuiser dans les 48 heures, les routeurs, en relation avec les skippers cherchent la meilleure voie pour rejoindre le Cap Horn, deux options radicalement différentes se profilent. Le contournement d’un anticyclone par le nord, rallongeant la route, ou une route dans le grand sud, probablement au contact des glaces mais ayant l’avantage de raccourcir nettement la distance vers le Horn.

Francis Joyon, skipper d’IDEC SPORT :

« Nous avons connu une nuit assez difficile, avec un passage dans la mer « douloureux » pour le bateau. C’était brutal. Découvrir ainsi Spindrift 2 si proche, a été une belle satisfaction. Il arrivait tribord, et nous bâbord dans la brume. Les bateaux sont très différents. Parfois Spindrift va mieux que nous, et parfois c’est l’inverse. Idec Sport aime bien le vent fort, car il est léger, avec un centre de voilure plus bas, plus ramassé.
Il y a plusieurs routes possibles pour rejoindre le cap Horn : une route qui reste relativement orthodromique, qui va tout droit, en restant sur le nord de dépressions et après abordant un anticyclone et une autre route qui est beaucoup plus courte, qui pourrait être plus rapide, qui plonge très très sud dans les glaces. On est hésitant entre les deux routes qui sont possibles, pour le moment. Peut-être qu’un bateau pendra une route différente, ou que les deux bateaux prendront la même route. »

Yann Guichard, skipper de Spindrift 2 :

« Nous sommes dans le Pacifique depuis deux jours et nous venons juste de passer l’antiméridien.
La situation météo est assez compliquée. D’habitude, ce sont des trains dépressionnaires qui balayent le Pacifique d’Ouest en Est et là, c’est plutôt des systèmes assez variés et peu ventés qui nous barrent la route.
Nous avons une option Sud qui se dessine ou une option Nord, il n’y a pas trop d’autres alternatives donc ce sont des choix assez radicaux et nous allons décider cela dans les prochaines heures.
Avec le choix de la route Sud, il y a le problème des glaces car il faut descendre très bas avec une eau qui sera autour de 0 degré pendant quatre à cinq jours. Nous traversons le plus grand des océans, sans personne autour de nous, donc si nous avons un problème par 60 degrés Sud, cela peut devenir assez compliqué. Si on y va, il faut bien être sûr qu’il n’y ait pas de danger de glace sur notre route.
Je ne sais pas si la présence proche de l’équipage d’Idec Sport (F.Joyon) change notre manière de naviguer mais obligatoirement, on s’observe un petit peu, on regarde ce qu’ils vont faire. La route Sud est celle qui parait la plus courte aujourd’hui sur les fichiers météo mais qui comporte pas mal de risques. Mais s’ils y vont, cela pourrait rentrer dans la balance si on est à 50-50 de choisir d’y aller ou pas mais, de ce que je vois sur la carte, ils ont plutôt l’intention de prendre la route Nord pour le moment. »

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s