Trophée Jules Verne Jour 43 : Spindrift 2 et IDEC SPORT ne battront pas le Trophée Jules Verne

Yann Guichard l’a annoncé ce matin, les conditions météorologiques se sont dégradées devant les étraves de Spindrift 2 et le record n’est désormais plus envisageable.
Loïck Peyron et l’équipage de Banque Populaire V conserveront donc le Trophée Jules Verne, record autour du monde en équipage, au moins une année de plus.

Le record était encore possible hier soir mais l’anticyclone des Açores s’est étalé  dans la nuit, réduisant à néant les espoirs de pouvoir couper celui-ci sur une trajectoire moins ouest que prévu. La route du maxi trimaran se trouve donc sensiblement  rallongée et un système de haute pression secondaire va également barrer la route directe vers Ouessant.
L’atterrissage sur la Bretagne s’annonce également compliqué avec une succession de dépression et une houle forte. L’équipage privilégiera donc la sécurité pour son arrivée au large de Ouessant.

Yann Guichard et Dona Bertarelli ont déjà annoncé que le maxi trimaran Spindrift 2 serait de nouveau engagé sur le Trophée Jules Verne l’année prochaine en cas d’échec, nous aurons donc le plaisir de retrouver ce multicoque autour du monde l’hiver prochain.

© Eloi Stichelbaut

© Eloi Stichelbaut

Yann Guichard, skipper de Spindrift 2 :
« L’anticyclone des Açores continue de grossir et nous allons devoir faire route au Nord-Ouest pendant encore 1000 milles (1852 km) pour pouvoir le contourner et attraper les dépressions. Cela peut paraître difficile à comprendre car nous n’avons que 170 milles d’écart (samedi soir) avec le détenteur mais nous aurons 1000 milles de retard à l’arrivée dus à ce grand détour. Nous espérions toujours qu’une fenêtre s’ouvre pour faire route plus rapidement mais ce n’est pas le cas et il faut se rendre à l’évidence.

Il va falloir vraiment gérer l’atterrissage sur la Bretagne car les vents et la mer annoncés sont très forts. Nous ne sommes donc plus en mode record car on ne peut plus battre le Trophée Jules Verne, l’objectif est maintenant de passer la ligne d’arrivée à Ouessant en toute sécurité.

Il y a un peu de déception forcément, de ma part et de celle de tout l’équipage, mais nous avons tout donné depuis le départ, nous avons fait une belle course, l’ambiance à bord était fantastique et n’avons pas à rougir de notre performance.  Nous sommes arrivés avec 500 milles d’avance au Cap Horn mais la météo n’a pas voulu que ça passe jusqu’à l’arrivée. Tout le monde nous a soutenus du début jusqu’à la fin et ce n’est que partie remise pour tenter de battre à nouveau ce record du Trophée Jules Verne. »

Dona Bertarelli, barreur-régleur :
« Il y a forcément de la déception d’arriver aussi proche du but et de ne pas pouvoir concrétiser tout ce travail par un record. Cela est et restera une très belle aventure. Longtemps avant notre départ on connaissait les règles du jeu, la météo faisant office d’arbitre. Il faut savoir accepter ce sort. Maintenant, l’objectif est de boucler ce tour du monde et de retrouver toutes les personnes qui nous ont encouragés et soutenus tout au long de ce Trophée Jules Verne. »​

Francis Joyon et ses hommes sur IDEC SPORT, dans ce contexte, auront à coeur de réduire le plus possible l’écart avec Spindrift 2 et de boucler le tronçon Equateur-Ouessant le plus rapidement possible, en espérant empocher le meilleur temps sur ce dernier partiel.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s