Bol d’Or Mirabaud 2015 : Team Tilt vainqueur à l’arrachée devant Alinghi et Ladycat

Le coup d’envoi du Bol d’Or Mirabaud a été donné hier à 10h, dans du petit temps, avec quelques noeuds seulement sur la ligne de départ.

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com

La flotte des multicoques restait groupée au milieu du plan d’eau pendant quelques minutes, alors que les premiers monocoques s’échappaient sur le côté suisse du lac et prenaient la tête jusqu’à Versoix. Ladycat powered by Spindirft racing était le premier D35 à se recadrer et prenait rapidement le leadership de la course. Zen Too tentait une option sur le côté français mais se retrouvait empétolé.

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com

Ladycat powered by Spindrift racing comptait jusqu’à trois kilomètres d’avance sur ses poursuivants à la mi journée.
Mais le vent chutait au large de Meillerie et les poursuivants, notamment Realteam et Tilt revenaient.
Realteam barré par Jérôme Clerc passait en tête à la barge du Bouveret quelques secondes devant Team Tilt et Ladycat. Suivaient le Ventilo M1 Safram, Alinghi et Okalys.

IMG_0989

Le vent montait lors du retour vers Genève, et vers 20h les feux d’ « avis de prudence » commençaient à illuminer les bords du lac. Le retour sur Genève s’effectuait à haute vitesse sous de violents gains orageux.

Team Tilt attaquait dans ces conditions dantesques et revenait sur les leaders, ils parvenaient à passer Okalys et Alinghi.

Sébastien Schneiter, barreur de Team Tilt : « Le premier grain nous a aidés à revenir sur Alinghi et Okalys qui nous avaient un peu distancés, témoigne le skipper genevois . Le deuxième grain nous a permis de prendre la tête au large d’Yvoire après un beau duel avec Okalys. »

Team Tilt creusait ensuite un petit écart avec Alinghi, qui profitait d’une chute de pression à quelques centaines de mètres de l’arrivée pour revenir sur les jeunes régatiers.

S’engageait alors un duel d’empannages aux portes de la SNG,  Team Tilt parvenait à maintenir Ernesto Bertarelli et son équipage derrière eux grâce à de belles manoeuvres. Alinghi terminait à seulement 18 secondes du vainqueur.
Ladycat powered by Spindrift racing prenait une belle troisième place à une minute, après une belle remontée sur la fin de parcours.

IMG_1357

Ernesto Bertarelli, barreur d’Alinghi : « C’était une régate magnifique, déclare . Nous sommes très contents de notre performance et de notre belle remontée depuis le Bouveret. »
Sébastien Schneiter, barreur de Team Tilt : « C’était un peu à toi à moi toute la course, mais nous avons toujours été dans le groupe de tête. Nous avons alterné la barre avec Arnaud Psarofaghis pour ne pas trop se fatiguer. Dans les manoeuvres nous avions chacun nos postes, et cela marchait très bien ! Nous avons réussi à dépasser Okalys grâce à notre vitesse. Je pense que nous avons plus osé tirer sur le bateau ! Nous avons peut-être osé car nous sommes plus jeunes et avons donc moins peur. Après un début de course très lent, nous avons réussi à décoller dans le grain, des conditions qui nous plaisent bien. A la fin de l’orage, nous avons finalement tiré notre épingle du jeu ! »

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com

Dona Bertarelli, skipper de Ladycat powered by Spindrift racing : « Après une course avec de tels rebondissements et disputée dans des conditions météo qui ne nous ont laissé aucun répit, nous sommes heureux de notre podium ce soir. Nous avons fait une belle course avec une issue incertaine jusqu’à la fin. Nous avons pris un excellent départ avec cette échappée en avant de la flotte. Nous savions bien que rien n’était joué, loin de là ! Le vent s’est ensuite écroulé avant le Bouveret. Realstone et Tilt nous dépassent de peu avant la barge. Et après, tout se complique encore, avec des transitions dans des conditions instables. L’orage en formation happe le vent sur le plan d’eau. Il finit par éclater. Nous avons des éclairs tout autour de nous, le vent monte à 30 nœuds et on se demande si le mât va tenir. C’était vraiment chaud. Nous avons choisi d’abord de poursuivre coté français où le vent était le plus fort, puis en arrivant en approche sur Genève, nous avons choisi de monter du coté suisse. On était au coude à coude avec Veltigroup. Nous avons finalement décidé d’empanner une dernière fois pour aller chercher du vent vers la Suisse, ce qui nous a permis de les dépasser. Nous terminons troisièmes, à un peu plus d’une minute du vainqueur après douze heures de course ! »

Dans la catégorie M2,  Team Seven, barré par Bertrand Geiser s’imposait en 12h31’32’’. Teamwork, barré par Nils Palmieri et Petercam, barré par Frédéric Moura, terminaient respectivement à la seconde et la troisième place.

 

Classement du Bol d’Or Mirabaud

1 12:05:58 905 SUI 5 Team Tilt SCHNEITER M1
2 12:06:16 901 SUI 1 Alinghi 1 Bertarelli M1
3 12:07:09 910 SUI 10 Ladycat powered by Spindrift Racing Bertarelli M1
4 12:08:48 1309 SUI 11 veltigroup FORESTIER M1
5 12:09:40 906 SUI 6 Ylliam-Comptoir Immobilier DEMOLE M1
6 12:10:13 902 SUI 2 Okalys Grange M1
7 12:11:01 907 SUI 7 Realteam CLERC M1
8 12:11:20 908 SUI 8 Racing Django (8) ECKERT M1
9 12:12:17 1855 SUI 9 Mobimo Wahl M1
10 12:14:28 913 SUI 50 SAFRAM PECLARD M1
11 12:30:35 904 SUI 4 Zen Too LE PEUTREC M1
12 12:31:32 927 SUI 7 TEAM SEVEN GEISER M2
13 12:33:51 796 SUI 20 TEAMWORK Palmieri M2
14 13:11:11 921 SUI 10 Petercam MOURA M2

Deux GC32 prenaient part à la course, Edmond de Rothschild et un concurrent hongrois, les catamarans foilers étaient à la peine dans les petits airs en début de course.

Baptiste Morel/Voile-Multicoques

Edmond de Rothschild accélérait nettement après le passage au Bouveret, et pouvait enfin utiliser les capacités de foiling du catamaran monotype, hélas l’équipage était victime d’un démâtage au large d’Evian.

Sébastien Josse, barreur du GC32 Edmond de Rothschild : « En termes de résultat, aligner un GC32 sur cette course était un pari. Nous savions que selon les conditions météorologiques nous ne serions pas vraiment maîtres de notre destin. Il était clair que nous serions plutôt à l’aise au portant et si le vent dépassait les 7-8 nœuds. En dessous de ce seuil, le bateau ne serait pas adapté au plan d’eau. Et cela s’est parfaitement vérifié. Dans le petit temps et d’autant plus au près, les appendices traînent et ralentissent forcément notre progression. La première partie de course – les 35 et quelques milles vers le Bouveret, qui s’est déroulée majoritairement au près dans les petits airs n’était ainsi pas à notre avantage. Mais malgré tout c’était vraiment très intéressant et riche d’enseignements de devoir faire marcher le GC32 Edmond de Rothschild dans ces conditions. Sur la deuxième partie de course, quand le vent est monté d’un cran, nous aurions peut-être eu une belle carte à jouer pour revenir dans le paquet. La première moitié de course jusqu’au Bouveret n’a pas été évidente mais nous nous sommes accrochés et après presque 9h de course nous pointions à nouveau nos étraves vers Genève. Là, nous avons vu les orages se former doucement, la pluie arriver et surtout les feux d’avis de tempête, qui avertissent de l’arrivée imminente de vent sur le lac, scintiller. Après la pétole de la journée ça sentait la délivrance ! Le vent est rentré autour de 20 nœuds, ce qui était tout à fait maniable, et l’équipage a parfaitement négocié ce premier passage de grain en réduisant la voilure. Mais alors que nous étions calés en vol, avec une vitesse de 30-33 nœuds, le mât a cassé sans prévenir à deux mètres au dessus du pied de mât. Tout s’est déroulé très vite mais heureusement, personne n’a été touché dans sa chute. Un incident similaire était déjà arrivé à un autre GC32 l’an dernier mais nous avions justement éprouvé ce nouvel espar bien en amont en Bretagne pour éviter ce type de désagrément. Vraisemblablement, un problème subsiste. Il est encore trop tôt pour dire précisément ce qui a pu se passer mais nous allons chercher les raisons de cette casse ».

Au classement du D35 Trophy, Tilt creuse un avantage certain au général avec 4 points d’avance sur Alinghi, Ladycat est désormais sous la pression de Veltigroup et Okalys.

CLASSEMENT GENERAL APRES CINQ ETAPES |D35 TROPHY
1. Tilt Team 8 pts
2. Alinghi 12 pts
3. Ladycat powered by Spindrift racing 21pts
4. Veltigroup-Swisscom 22 pts
5. Okalys 25 pts
6. Realteam 30 pts
7. Zen Too 38 pts
8. Mobimo 38 pts
9. Racing Django 43 pts
10. Ylliam Comptoir Immobilier 46 pts
11. Oryx 47 pts

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s